Clics3,9 k

Wilfred de Bruijn, militant LGBT, joue la victime sur TF1

Royco
7
Info ou intox ? Coups de "com" pour faire la propagande du lobby LGBT ? TOUS A PARIS LE 26 MAI 2013 !Plus
Info ou intox ? Coups de "com" pour faire la propagande du lobby LGBT ? TOUS A PARIS LE 26 MAI 2013 !
Roy-XXIII
Le 16 janvier 2004, un autre fait divers servira de rampe de lancement idéologique aux bien-pensants pour criminaliser certaines opinions par le biais de l’amalgame et du mensonge. Un trentenaire, Sébastien Nouchet, est ce jour-là aspergé d’essence et brûlé au troisième degré, « uniquement parce qu’il est homo », selon la presse. « Tu vas crever, sale pédé », lui aurait lancé un des trois …Plus
Le 16 janvier 2004, un autre fait divers servira de rampe de lancement idéologique aux bien-pensants pour criminaliser certaines opinions par le biais de l’amalgame et du mensonge. Un trentenaire, Sébastien Nouchet, est ce jour-là aspergé d’essence et brûlé au troisième degré, « uniquement parce qu’il est homo », selon la presse. « Tu vas crever, sale pédé », lui aurait lancé un des trois attaquants cagoulés, avant de le transformer en torche humaine.
« L’affaire Nouchet » provoque une vague d’émotion médiatique. Des manifestations « anti-homophobie » sont immédiatement organisées par les associations homosexualistes (Act-Up, Inter-LGBT, etc.) et certaines formations politiques (les Verts, le PCF).
Jacques Chirac, alors président de la République, envoie une lettre de soutien à Sébastien Nouchet et à son compagnon, imité par son premier ministre, Jean-Pierre Raffarin. Le garde des Sceaux, Dominique Perben, met la pression sur le parquet pour que les auteurs de cette agression soient retrouvés et sévèrement punis. Il reçoit personnellement la mère de Sébastien Nouchet et le compagnon de celui-ci. Le 23 juin 2004, un projet de loi contre « l’homophobie » est élaboré en conseil des ministres et soumis à l’Assemblée nationale. A la sortie du conseil, le ministre de la Justice déclare : « J’ai été bouleversé par ce qui était arrivé à Sébastien Nouchet. Cette loi, c’est au fond quelque part la loi Nouchet pour faire prendre conscience à chacun qu’il est hors de question de s’en prendre comme ça à des minorités, quelles qu’elles soient. »
La loi créant le délit « d’homophobie » est adoptée le 30 décembre 2004. Un mois plus tard, le député du Nord Christian Vanneste, qui s’oppose aux revendications homosexualistes et au « mariage gay », en fait le premier les frais. Estimer que la base d’une famille, c’est un homme et une femme, est dorénavant considéré comme une agression contre les homosexuels, presque du même type que les brûler à l’essence ! Poser la question de l’adoption d’un enfant par deux personnes du même sexe devient nauséabond au regard de la loi ! Les poursuites, puis les condamnations dont le député du Nord est l’objet en première instance et en appel signent le début de la fin de sa carrière politique. Parce qu’il a affirmé ce que les sociétés ont affirmé de tout temps, parce qu’il a fait preuve de simple bon sens dans une époque qui marche sur la tête, l’homme se retrouve soudain au ban de l’humanité ! » L’affaire est oubliée mais la loi reste…
Et même si la Cour de cassation finit par juger que le député du Nord n’a pas dépassé les limites de la liberté d’expression, rien n’y changera. L’homme est diabolisé dans les médias et le restera.
Quant à « l’affaire Nouchet », elle se terminera par un flop. Non-lieu en première instance en 2006, confirmé en appel en 2007, et une vérité obscène : il n’y a jamais eu d’agresseurs mais un dépressif, ayant une dizaine de tentatives de suicide à son actif, qui a voulu faire parler de lui. Un dénonciateur de vent. Un menteur qui a cherché un peu de lumière. Un mythomane sur lequel s’est fabriquée la loi.
Deux vraies victimes, pourtant, figurent dans l’affaire : l’innocent détenu injustement à la suite des accusations mensongères de Nouchet ; la liberté d’expression, réduite une fois de plus par une loi liberticide votée, comme la loi Gayssot, à la suite d’un montage médiatique vide et mensonger.
Extrait (pages 136, 137, 138) de La tyrannie médiatique, Jean-Yves Le Gallou, éditions VIA ROMANA, 2013, 380 pages
www.polemia.com/du-bidonnage-no…
Aphelotes
[.......] Ce fait divers-là devait arriver. Tous ceux qui se sont intéressés à la vie politique française, ces dernières années, guettaient la une des journaux, presque étonnés de ne voir encore rien venir. Parce que c’est inéluctable. Parce que c’est comme cela que cela fonctionne. Parce que le fait divers compassionnel fait partie de l’arsenal de base. Cet arsenal que l’on déploie lorsque l’on …Plus
[.......] Ce fait divers-là devait arriver. Tous ceux qui se sont intéressés à la vie politique française, ces dernières années, guettaient la une des journaux, presque étonnés de ne voir encore rien venir. Parce que c’est inéluctable. Parce que c’est comme cela que cela fonctionne. Parce que le fait divers compassionnel fait partie de l’arsenal de base. Cet arsenal que l’on déploie lorsque l’on sent bien qu’un projet de loi un peu « gros » — soit qu’il fasse vaciller nos fondations, soit que son caractère partisan soit un peu voyant — peine à passer dans le gosier des Français, que l’on redoute un réveil des consciences ou du bon sens. C’est le forceps quand l’accouchement est un peu difficile, la « larme fatale » qui emporte tout sur son passage et annihile toute réflexion. Car l’empathie, omnipotente, autorise tous les anathèmes même les plus personnels, tous les amalgames même les plus cocasses (d’aucuns n’hésitant pas à comparer le réveil de Chantal Jouanno avec croissants et bouquet de fleurs avec ce passage à tabac… La petite était toute tourneboulée ? J’imagine qu’elle porte plainte contre ses enfants après chaque fête des mères…).
Le temps et la justice faisant leur œuvre, l’instrumentalisation du fait divers, voire son montage de toutes pièces, finissent toujours par être dévoilés. Mais de vous à moi, on s’en moque un peu, n’est-ce pas, puisque dans l’intervalle, la loi est passée ?
Qui sait par exemple aujourd’hui que le procès consécutif à l’affaire Sébastien Nouchet, cet homosexuel que « l’on » avait fait brûler vif après l’avoir aspergé d’essence, et qui avait conduit à l’adoption en 2004 de la loi Perben contre l’homophobie (communément appelée d’ailleurs « loi Nouchet »), a débouché sur un non-lieu, ledit Sébastien s’étant révélé mythomane à tendance suicidaire ?
Je ne dis pas que Wilfred est mythomane. Je ne dis pas non plus, bien sûr, que son passage à tabac n’est pas abominable. Mais s’il y a un procès à faire aujourd’hui, n’est-ce pas plutôt celui de l’insécurité en France, qui permet ces sortes d’exaction ? Et ces vieilles dames, tirées sur plusieurs mètres sur le bitume par des motards tentant de leur arracher leur sac à main, ces cibles privilégiées des petites frappes parce que tellement vulnérables, pourquoi leur visage tuméfié n’intéresse-t-il pas Le Nouvel Obs ? Pourquoi ne se trouve-t-il personne pour organiser une grande marche contre la gérontophobie ? Y aurait-il donc fait divers et fait divers ?
Et pendant ce temps, la loi dite du « mariage pour tous » continue d’avancer. Le Sénat vient d’en voter le premier article, avec une confortable avance de 22 voix pour le oui. Le oui notamment de Chantal Jouanno qui, n’écoutant que son courage, ne s’est pas laissée intimider par ces odieux talibans armés de roses et de pains au chocolat. Allez, c’est un peu plus balèze que d’habitude, mais ça finit par fonctionner. Encore un fait divers bien mis en musique — mais attention, rien que du boulot soigné ! —, et l’affaire devrait être dans le sac.
Gabrielle Cluzel, le 10 avril 2013
www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/agression-dun-c…
Roy-XXIII
AFP 10/04/2013 à 20:34
Bergé "scandalisé" par une publicité anti-mariage homosexuel dans Le Monde
Pierre Bergé, l'un des actionnaires du journal Le Monde, s'est dit "scandalisé" par la publication dans le quotidien daté de jeudi d'une publicité des opposants au mariage homosexuel, estimant sur son compte Twitter qu'elle était "contraire aux valeurs de ce journal".

Sur Twitter, le président du …Plus
AFP 10/04/2013 à 20:34
Bergé "scandalisé" par une publicité anti-mariage homosexuel dans Le Monde
Pierre Bergé, l'un des actionnaires du journal Le Monde, s'est dit "scandalisé" par la publication dans le quotidien daté de jeudi d'une publicité des opposants au mariage homosexuel, estimant sur son compte Twitter qu'elle était "contraire aux valeurs de ce journal".

Sur Twitter, le président du Conseil de surveillance du Monde se dit "profondément scandalisé que le journal Le Monde ait publié une publicité pour la "Manif pour tous" (collectif opposé au projet de loi sur le mariage homosexuel, ndlr) contraire aux valeurs de ce journal".
Il précise avoir "demandé des explications à Louis Dreyfus", président du directoire.
"Cette pub (...) est tout simplement une honte et ceux qui l'ont acceptée ne sont pas dignes de travailler dans ce journal", écrit M. Bergé, partisan déclaré du mariage homosexuel.
Dans Le Monde, sur une pleine page, "La Manif pour tous" s'adresse aux sénateurs pour leur demander de rejeter le texte actuellement examiné au Sénat.
Le 27 mars, "La Manif pour tous" avait porté plainte pour "incitation à commettre un acte de terrorisme" contre M. Bergé en raison d'un message qu'il avait relayé sur Twitter, avait annoncé l'avocat du collectif, Me Alexandre Varaut.
L'homme d'affaires avait, selon Me Varaut, retweeté le 17 mars un message disant "Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c'est pas moi qui vais pleurer". Le message avait été rapidement retiré du compte de M. Bergé.

actu.orange.fr/medias/berge-scandalis…
Kénose
Pour une approche pastorale envers les personnes homosexuelles.

Comme pour toute question en lien avec la sexualité, nous courons le risque de réagir à l’homosexualité selon nos émotions ?

Les pétitions et les déclarations publiques, manifestation de rue avec échauffourées, appartiennent au champ d’action éthique de la cité et de l’État, ce qui est une chose.


La pastorale elle, est du domain…Plus
Pour une approche pastorale envers les personnes homosexuelles.

Comme pour toute question en lien avec la sexualité, nous courons le risque de réagir à l’homosexualité selon nos émotions ?

Les pétitions et les déclarations publiques, manifestation de rue avec échauffourées, appartiennent au champ d’action éthique de la cité et de l’État, ce qui est une chose.


La pastorale elle, est du domaine de l’engagement de proximité témoignant du Christ Bon Pasteur -non de l’insulte qui procède de l’ignorance sur le sujet de l’homosexualité envers les personnes homosexuelles. Sachant que l’’éthique du témoignage est plus importante que l’éthique de la sexualité assenée à l’autre. Autrement dit pour nous aujourd’hui, il s’agit du comportement que nous aurons à l’égard de la personne homosexuelle. Inutile d’avoir une éthique solide de l’homosexualité, ou de la sexualité, si la famille dans l’Église ne donne un reflet du Christ Bon Pasteur.

La question se pose -de notre attitude envers l’homosexuel.
Notre éthique (comme notre pastoral) tient bon ou tombe lorsqu’elle affronte cette question : comment suis-je pour la personne homosexuelle ? Un juge, ou un chemin vers Dieu ? C’est notre éthique du témoignage qui nous fait distinguer entre l’individu homosexuel et le lobby gay qui cherche à promouvoir l’homosexualité comme une alternative sexuelle acceptable.

L’approche pastorale de la question devra tenir compte de la différence entre les homosexuels. L’homosexualité a différentes composantes qui prendront plus ou moins d’importance selon les individus et nécessitera différentes approches. Notre parole chrétienne sur le sujet de l’homosexualité n’a pas pour objectif premier d’endiguer l’avancée de l’homosexualité, mais d’ouvrir le chemin du salut à tout être humain.

Dans tous les cas, notre foi se construit dans le cheminement auprès du Seigneur, pas dans la hâte d’une attente de résultat. C’est également notre éthique du témoignage qui nous pousse à combattre l’injustice, même quand elle est portée contre un homosexuel.
On se demande parfois comment l’Église devra réagir quand le lobby homosexuel fera des procès aux chrétiens pour propos homophobes. Peut-être que ce jour-là, des homosexuels viendront à la barre dire : «Ils ne sont pas homophobes. C’est un chrétien qui est venu rendre visite à mon compagnon chaque semaine, lorsqu’il mourrait du Sida». «C’est un chrétien qui m’a défendu aux prud’hommes quand mon patron a voulu me licencier parce qu’il a découvert que j’étais homosexuel».

Ne serais-ce pas dommage autant pour lui que pour nous, qu’il ne puisse que dire : «C’est un chrétien qui sur la toile et sous l’anonymat de pseudos, n’as fait que signer des pétitions, crier des déclarations publiques condamnantes, publier des coms orduriers faisant référence au bûcher, édité des propos faisant appel à la tuerie par le bucher, en croyant, et c’est là le comble de leur bêtise, m’évangéliser de la sorte.

En quoi vos coms, slogans, publication ci, sous l’anonymat, constituent une œuvre pastorale pouvant accompagner et évangéliser les personnes homosexuelles ? sachant que La pastorale elle, est du domaine de l’engagement de proximité témoignant du Christ Bon Pasteur.
islametverite
magofio, propos inqualifiable ! Je suis désolée mais vos propos sont indignes. La haine du péché est une bonne chose, une "sainte haine", mais la haine du pécheur n'est pas l'enseignement du Christ.
Jésus est Dieu
Chaque chrétien doit s'efforcer d'être comme le Christ. Pensez-vous franchement que le Christ aurait tabassé ou approuvé le tabassage des homosexuels ? Croyez-vous franchement qu'il n'a pas fréquenter des publicains, des prostituées, des lépreux, des homosexuels, des Samaritains ?
Jésus est Dieu
Visiblement cet homme a été réellement agressé : c'est tout simplement ignoble.
- Est-ce que l'agression s'est réellement déroulée comme il le dit et pour des motifs homophobes ? C'est à la justice de se prononcer. Le cas de l'homosexuel qui s'était immolé par le feu pour se suicider et qui avait fait passer cela pour une agression homophobe est encore dans les mémoires. Cependant, le 19e …Plus
Visiblement cet homme a été réellement agressé : c'est tout simplement ignoble.
- Est-ce que l'agression s'est réellement déroulée comme il le dit et pour des motifs homophobes ? C'est à la justice de se prononcer. Le cas de l'homosexuel qui s'était immolé par le feu pour se suicider et qui avait fait passer cela pour une agression homophobe est encore dans les mémoires. Cependant, le 19e arrondissement de Paris est connu pour ses violences dignes d'un quartier de banlieue. Il y a peu, il a fait la Une pour ses agressions antisémites.
- Est-ce des membres du "Printemps français" qui ont fait cela ? très probablement pas. Et mettre cette agression sur le compte des opposants au projet Taubira est donc particulièrement malhonnête.
- Cela dit, les médias et le gouvernement n'attendaient qu'une radicalisation des opposants pour leur mettre tout sur le dos. Et s'ils n'attendaient que cela, c'est bien que cela leur sert. On arrive à l'amalgame suivant : "tu es opposant au projet Taubira, tu haies les homosexuels, donc tu "casses" du pd". Et comme les actions de Civitas avec Alain Escada (qui appelait à une opposition très musclée et "vraiment" catholique) été très relayées par les médias sous l'angle qui les intéressaient, on arrive à cette conclusion : "tu es véritablement catholique, donc tu casses du pd".