Langue
Clics
136
GChevalier 3

Septième article au bon endroit : Merci Valli pour ton formidable humour !

Article précédent : La Dictature des Gilets Jaunes

* * *

Les bons hommes aux bons endroits / 7

Blog d’Aldo Maria Valli, le 15 janvier 2019

Bonjour et bienvenue sur la rubrique La bonne personne au bon endroit, qui est maintenant dans son septième épisode.

Nous partons aujourd’hui avec un évêque, Mgr Raúl Martín du diocèse de Santa Rosa, en Argentine, qui essaie de forcer les paroissiens de Nuestra Señora de la Medalla Milagrosa à ne pas recevoir la communion à genoux, mais debout et dans les mains.

En effet, une vidéo diffusée sur Internet montre Monseigneur Martin tout en s’adressant aux fidèles, de manière très simple et miséricordieuse et en soulignant son « autorité » épiscopale, il soutient qu’en tant qu’évêque, il peut décréter des « normes » liturgiques auxquelles on doit « obéir ».

Et ce n’est pas tout. Monseigneur Martin (qui a été évêque auxiliaire du cardinal Bergoglio à Buenos Aires, puis nommé évêque de Santa Rosa par François en septembre 2013) refuse brutalement de donner la communion aux jeunes à genoux devant lui.

Il ne semble pas inutile de rappeler que l’Instruction Inaestimabile donum du 3 avril 1980 dit : « L’Église a toujours exigé du fidèle respect et révérence envers l’Eucharistie, au moment où il la reçoit. Quant à la manière d’approcher la Communion, elle peut être reçue par les fidèles à genoux ou debout, selon les normes établies par la Conférence épiscopale. »

Selon Mgr Martin, les fidèles, en communiant à genoux et sur la langue, « rompent l’unité avec le peuple de Dieu qui est pèlerin dans la Pampa ». Évidemment, le doute qu’en réalité c’est lui, avec son autoritarisme injustifié, qui brise l’unité, ne le touche même pas. Il mérite donc certainement d’être qualifié comme l’homme qu’il faut au bon endroit. D’autant plus que Monseigneur Martin lui-même, avec le même esprit miséricordieux et toujours au nom d’une unité qu’il ne faut pas briser, a également écarté du diocèse un prêtre, Don Luis Murri, l’accusant d’être conservateur et traditionaliste.

Eh bien, nous voici au deuxième bonhomme au bon endroit, qui est un autre évêque argentin, dans ce cas-ci au service du Saint-Siège. Il s’agit en fait de Mgr Gustavo Zanchetta, qui après sa démission soudaine, en juillet 2017, de la direction du diocèse d’Oran, au nord de l’Argentine, a été appelé au Vatican, où le Pape a créé pour lui le nouveau rôle d’inspecteur du bureau de l’administration financière du Saint Siège.

Sauf que Monseigneur Zanchetta fait actuellement l’objet d’une enquête préliminaire après que certains prêtres l’aient accusé d’abus sexuels et d’autres inconduites.

Les chroniques argentines racontent que le départ précipité de Zanchetta d’Oran le 29 juillet 2017 a été couvert de mystère. Il n’a pas célébré une messe d’adieu, il n’a pas salué les fidèles et il a publié un communiqué laconique dans lequel il a mentionné un « problème de santé ». Puis, en effet, il a disparu (avant qu’il ne réapparaisse, en bonne santé, à Madrid, lors de la cérémonie d’ouverture de l’Année académique de l’Université ecclésiastique de San-Damaso), jusqu’au 19 décembre 2017, lorsque le Vatican a annoncé sa nomination comme inspecteur des finances de l’APSA, organisme qui gère le vaste patrimoine immobilier et financier du Vatican.

Selon le journal de la province de Salta, El Tribuno, trois prêtres accusent Zanchetta d’abus de pouvoir, d’abus économiques et d’abus sexuels au séminaire. L’évêque actuel d’Oran, dans la province de Salta, recueille des preuves et des témoignages et les transmettra au Vatican. Si les accusations sont jugées crédibles, l’affaire sera transmise à la commission spéciale des évêques.

Il y a beaucoup d’hypothèses sur la sortie singulière de Zanchetta du diocèse d’Oran. Certains médias ont parlé de « crise dépressive » et même de « pression » des narcos. Ce qui est certain, c’est qu’il a laissé les finances de son diocèse dans un état désastreux, comme il l’avait déjà fait à Quilmes, où il avait été vicaire et où, campant pour le statut d’évêque, il s’est opposé à une fouille de sa voiture par la police en quête de drogue. Le qualifier comme la bonne personne au bon endroit n’enlève rien à qui que ce soit.

Et maintenant, après ce cas d’école, nous voici, dans un crescendo wagnérien, même devant un cardinal, son éminence révérendissime Cardinal Reinhard Marx de Munich, qui est revenu pour demander un « changement dans la tradition ecclésiastique », notamment en ce qui concerne le célibat des prêtres.

Face à « l’échec » de la crise des abus sexuels dans le clergé, l’Église doit changer la tradition « en réponse au changement des temps modernes », a dit Marx dans son homélie de la messe du premier jour de l’année à la cathédrale de Munich.

« Je crois que le temps est venu de nous engager profondément pour ouvrir la voie de l’Église au renouveau et à la réforme », a précisé Marx. « L’évolution de la société et les besoins historiques ont mis en évidence les tâches et le besoin urgent de renouvellement. »

De l’avis du cardinal, président de la Conférence épiscopale allemande, les mesures de lutte contre les abus sexuels ne seront jamais suffisantes si les enseignements de l’Église ne sont pas adaptés. « Je suis sûr que la grande impulsion pour le renouveau du Concile Vatican II ne s’est pas vraiment réalisée et comprise dans sa profondeur. Nous devons continuer à travailler là-dessus. D’autres adaptations des enseignements de l’Église sont nécessaires. La vérité n’est pas définitive, nous pouvons la reconnaître plus profondément dans le chemin commun de l’Église. »

Adaptations pédagogiques ? La vérité n’est-elle pas définitive ?

Qu’est-ce que cela veux dire ? Son Éminence le Cardinal Marx n’est pas seulement le bon homme au bon endroit, mais il a aussi le bon nom de famille !

À la prochaine fois !

Source Catholique-Forum avec les Articles précédents : catholique.forumactif.com/t79p10-voila-de…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
AJPM
Là ils grilleront à loisir
Pour leur plus grand plaisir
Au milieu de tous les diables
Et de tous les damnés misérables
Qui les rosseront joyeusement
Dans les plus joyeux tourments
Dans la grande lessiveuse
D'Asmodée et dans sa friteuse.
Montfort AJPM
Les bonhommes au bon endroit
Méritent un gilet jaune
Avant que d'aller de ce pas
Atterrir dans les sacs jaunes
Où les boueux de l'enfer
Viendront les ramasser
Avant que de les précipiter
Au tréfonds de l'enfer.
GChevalier
Sois prêt à tout faire et à tout sacrifier pour le salut des personnes qui te sont confiées ;
Il faut tout sacrifier pour la planète, assure Antéchrist ; ainsi, 50 millions d'avortements l'année dernière, ce n'est pas suffisant : cette année il faudra doubler la dose !