Langue
Clics
965
GChevalier 4 1

Ce qui nous attend, vous et moi : terrifiant !

Pauvre Québec « athée »
Penses-tu échapper à la rétribution divine ?


La majorité des aidants Québécois
approuvent le meurtre de patients
atteints de démence, même sans consentement


Par : Lianne Laurence
Jeudi le 5 octobre, 2017 - 11:45 am EST HNE

SOURCE : Life Site News

MONTRÉAL (Québec), le 5 octobre 2017 (Life Site News) — La majorité des aidants au Québec soutiennent l'euthanasie pour les patients atteints de la maladie d'Alzheimer ou de démence, même si les patients n'avaient pas déjà signé de directive préalable.

Quatre-vingt-onze pour cent des 302 soignants interrogés ont déclaré qu'ils étaient favorables à l'euthanasie pour les personnes atteintes de démence qui étaient au stade terminal de la maladie, qui ont montré des signes de détresse et qui ont signé une directive préalable à l’euthanasie, rapporte le journal The Gazette de Montréal.

Mais jusqu'à soixante-douze pour cent des aidants étaient encore en faveur de l'euthanasie pour les patients atteints de démence, même si les patients n'avaient pas signé de directive préalable.

L'enquête a été réalisée par l'épidémiologiste Dina Bravo de l'Université de Sherbrooke. Une douzaine de chapitres de la Fédération des Groupes Alzheimer du Québec ont participé à la collecte de données.

« Cette histoire me fait frissonner » a réagi Wesley Smith, activiste Américain anti-euthanasie dans le National Review.

La maladie « peut être bien pire pour le soignant que pour les personnes affligées, qui souvent ne se souviennent pas de leurs pires moments » a écrit Smith, qui a soigné sa mère, une patiente atteinte d'Alzheimer, dans sa maison durant cinq mois avant sa mort.

« Toute personne qui ne voit pas la possibilité pour les soignants de travailler à mettre le patient hors de leur propre misère, ignore les faiblesses de la nature humaine » a-t-il dit.

La loi sur l'euthanasie du Québec et du Canada ne permet pas des directives préalables à l'euthanasie.

Le projet de loi 52 du Québec stipule qu'une personne qui demande la mort par injection létale doit le faire « dans une situation libre et éclairée » a rapporté la Gazette.

Mais cela peut changer. Des directives anticipées pourraient bientôt arriver.

Gaétan Barrette, Ministre libéral de la Santé du Québec, a chargé une commission parlementaire en mars d'entamer des consultations sur les directives préalables.

M. Barrette, qui s'attend à ce que les consultations durent environ un an, a déclaré que le moment était venu car plus de personnes dans la province que prévu avaient demandé à être tuées par injection létale.

« En tant que médecin et ministre, je pense que les Québécois sont prêts » a-t-il déclaré à la Presse canadienne.

Dix mois après l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie en décembre 2015, Barrette s'est étonné que le nombre de personnes demandant à être tuées par euthanasie soit trois fois plus élevé qu'il ne l'avait prévu.

Il y a eu 461 meurtres par euthanasie signalés au Québec la première année, c'était légal, a rapporté la Société Radio Canada en mars.

Lors de l'annonce du panel sur l’élargissement de l'euthanasie, Barrette a également évoqué le cas de Michel Cadotte, âgé de 56 ans.

L'homme de Montréal a été accusé en février de meurtre au deuxième degré après avoir prétendument étouffé sa femme, âgée de 60 ans, Jocelyne Lizotte, avec un oreiller dans une maison de soins infirmiers.

Lizotte a souffert de la maladie d'Alzheimer. Son neveu a dit à la Société Radio Canada que la demande de la famille d'être euthanasiée avait été refusée.

L'accusation contre Cadotte, dont le procès a eu lieu en juillet, a été utilisée dans les médias pour susciter le débat sur l'autorisation des directives anticipées.

Lorsque le Québec a voulu légaliser l'euthanasie en 2014, le gouvernement l'a qualifié de « service de santé » et, par conséquent, qu’il relevait de la compétence provinciale, a souligné Alex Schadenberg, directeur général de Prévention Euthanasie.

Si le Québec agit de nouveau unilatéralement pour élargir l'euthanasie en autorisant des directives préalables, les libéraux fédéraux pourraient choisir de regarder de l'autre côté, a-t-il déclaré à Life Site News.

Mais il semble que les libéraux fédéraux cherchent eux-mêmes à élargir l'euthanasie.

Ils ont demandé au Conseil des Académies Canadiennes de créer un groupe d'experts et de faire rapport d'ici 2018 sur les directives préalables ainsi que sur l'euthanasie pour les enfants et uniquement pour les maladies mentales.

Le danger des directives anticipées pour les maladies dégénératives comme la démence est que « vous ne pouvez pas changer d'avis maintenant parce que vous êtes incompétent » a déclaré Schadenberg.

Avec des directives médicales, les gens vont souvent changer d'avis et opter pour un traitement qu'ils ont dit plus tôt qu'ils ne voulaient pas, a-t-il souligné. « Vous ne pouvez pas revenir de la mort. Une fois que vous êtes mort, vous êtes mort ».

De plus, la question cruciale devient « qui décide » que les conditions d'euthanasie auxquelles un individu a consenti d'avance ont été satisfaites, a déclaré Schadenberg.

En effet, le Telegraph a rapporté en janvier qu'une femme Néerlandaise qui avait signé une directive anticipée pour être euthanasiée « au bon moment » a été retenue par sa famille alors qu'elle luttait pour empêcher son médecin, qui avait décidé de prendre le temps de l'injecter de façon létale.

Le médecin a été innocenté en vertu de la loi Néerlandaise sur l'euthanasie.

En outre, il existe également des preuves évidentes que des médecins aux Pays-Bas et en Belgique tuent des personnes sans leur consentement même si « ce n'est pas techniquement légal » a déclaré Schadenberg.

Un sondage réalisé en 2015 auprès de médecins a montré que plus de 1 000 personnes dans la région Flamande de Belgique ont été euthanasiées sans consentement en 2013, a-t-il déclaré à Life Site News.

De même, en janvier 2017, les Pays-Bas ont publié leur rapport sur les décès d'euthanasie de 2015, qui ont documenté 431 personnes tuées par injection létale sans leur consentement.

« Si vous regardez ces données et que vous analysez ces données, vous réalisez que presque tous ces décès étaient des personnes qui étaient dans le coma et souffraient de démence » a déclaré Schadenberg à Life Site News.

« Une fois que vous légalisez l'euthanasie, vous donnez le pouvoir sur la vie et la mort aux médecins, ou au Canada, aux médecins et aux infirmières praticiennes » qui peuvent « considérer votre vie comme insignifiante ».

« Maintenant, nous mettons de la valeur sur quelqu'un qui tient ma vie dans la balance à savoir si je vis ou si je meurs. C'est une situation ridicule » a ajouté Schadenberg.

« Les souffrances dues à la maladie d'Alzheimer sont parfois plus lourdes pour les soignants que pour les patients » et cette prestation de soins « peut être épuisante et déchirante et parfois périlleuse pour la santé des soignants » écrit Smith.

« Mais autoriser les soignants à ordonner aux médecins (ou aux infirmières) de mettre fin à la vie du patient est un jalon trop loin » souligne-t-il.

« Si une société est jugée par la façon dont elle traite ses citoyens les plus vulnérables, nous rejetterons ce programme des massacres et concentrerons nos efforts sur l'atténuation de la souffrance et la promotion de meilleurs soins ».

Source : dieuetmoilenul.blogspot.ro/…/pauvre-quebec-a…


* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU
Votre commentaire
GChevalier a mentionné cette publication dans ACTU.
P. Jean-Luc Tremblay
Effroyable situation vécue ici au Québec/Canada. Sur ma page dans GLORIA.TV je conteste fortement le suicide-assisté.
crocodile
@JeanBaptiste tout ce qui arrive sur terre a la permission de Dieu pour choisir le bien ou le mal avec des périodes intermédiaires (évolutives) mais en fin de parcours le principal est de souhaiter l'ajustement à sa divine providence. Par exemple, la coccinelle est un parasite utile et qui plus est très jolie elle a certainement sa place dans l' écosystème. Autre analogie ; les perso… Plus
blanche52
Ça rappelle les nazis ...
Chouan56 aime ça. 
JeanBaptiste
Dans une société matérialiste les malades sont vus comme des parasites, j'en sais quelque chose.