Clicks290
GChevalier
1

Une étrange histoire

Album ACTU

* * *
« De mon lieu où je suis,
Moi, je vous dis ceci :
Qu'avez-vous fait de moi ?
Je méritais donc cela ?
Pourquoi soutenir un combat
Lorsqu'on ne le finit pas ?
Vous m'avez vu souffrir :
De marbre vous êtes restés,
Prétextant être résignés :
Vous ne m'avez pas vu mourir !
Lui, mon bourreau m'a vu !
Même d'ailleurs il m'a parlé
Au-delà de mon extrémité :
Il vous avait circonvenus !
Il avait peur en me parlant,
Car jusqu'au dernier instant
Il présupposait un sursaut !
Il s'était entouré, ce bourreau,
De deux qui me tenaient les mains
Pour pouvoir me retenir enfin
Au cas où j'eusse réagi !
Mais c'en était bien fini !
Si j'eusse été revêtu
Du saint habit de salut,
Il en eût été tout autrement !
Mais vous autres, mes parents,
Vous m'avez tous laissé tomber !
Vous vous en êtes tous allés,
Disant : C'est irrévocable !
En cela vous écoutiez le diable !
Le vingt mai, vous faisiez la fête,
Chantant partout : Il est sauvé !
Puis, comme de méchantes bêtes,
Vous m'avez tous délaissé.
En effet, ce moment passé,
On n'a plus rien entendu :
Ils ont été circonvenus,
Les deux que vous aviez trouvés.
La cassation est arrivée,
Et nul d'entre vous n'a bougé !
La cassation s'est prononcée :
Mon heure était arrivée !
Au monde, qu'avez-vous dit ?
Laissez-nous, je vous en prie !
Le monde vous a applaudi :
Alors mon calvaire se fit !
Qu'avez-vous fait ? Rien du tout !
Vous m'avez vu gémir et pleurer,
Vous m'avez vu étouffer,
Et vous autres ne disiez rien du tout !
Vous pouviez me donner à boire :
Pourquoi ne l'avez-vous pas fait ?
Vous m'avez vu dans mon déboire :
Devant vous je gémissais.
Neuf jours durant cela dura,
Puis arriva mon trépas.
Vous m'ensevelîtes vite fait !
Voilà bien votre forfait.
Mais je repars en mon lieu
Pour ne plus vous importuner,
Mais sachez bien que le bon Dieu
Saura de vous bien se venger.
Adieu jusqu'au Jugement :
Changez votre cœur promptement
Si vous ne voulez pas éprouver
La damnation que vous méritez. »

* * *

Beaucoup ont reçu le Scapulaire,
Mais voilà, ils ne le portent pas,
Et quand arrive leur trépas,
Ils meurent sans le Scapulaire
Qui leur âme aurait pu sauver,
Les empêchant de se damner.

>>> Une histoire étrange


"Le CHAPELET quotidien récité avec vous !"
Et chaque un y vas de sa chanson , oui nous somme dans une bien triste société aujourd'hui , que Dieu nous pardonne et pardonne à tout les chanteurs .