Langue
Clics
653
GChevalier

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -22-

Le renversement de la réforme

La clé de l’inversion de la réforme conçue en 2014 réside dans le contraste entre le savoir-faire politique du Cardinal Pell et les quatre cardinaux qui l’ont combattu. En tant qu’anglo-saxon, George Pell avait les présupposés d’une culture parlementaire : la réforme des structures du Vatican avait été décrétée par l’autorité légale, les fonctionnaires respecteraient évidemment la politique et travailleraient à sa mise en œuvre, et il ne restait plus qu’à aller de l’avant. Cette méprise n’a pas été le cas des Cardinaux Parolin, Calcagno, Versaldi et Bertello. C’étaient des Italiens, et d’où ils venaient, il y avait une grande différence entre ce qu’un gouvernement a dit qu’il allait faire et ce qu’il avait l’intention de faire. Avant tout, les leçons historiques des cours royales italiennes, et notamment de la cour papale, étaient dans la moelle des os. Dans ce monde, les résultats n’ont pas été obtenus par le débat et les résolutions administratives, ils ont été gagnés en ayant l’oreille du monarque, le fréquentant jour après jour, et en laissant tomber des conseils plausibles constamment à son oreille. C’est le chemin qu’ils ont suivi avec beaucoup de succès.

Le principal scandale des quatre dernières années a été la manière dont l’APSA, sous le Cardinal Calcagno, a pu reprendre son pouvoir. Alors que l’attention des médias se concentrait sur l’IOR (ce qui est compréhensible au vu de ses méfaits passés), il n’a pas été remarqué que l’APSA elle-même fonctionnait comme une "Banque du Vatican" parallèle, et qu’elle a échappé aux réformes auxquelles l’IOR est soumise. L’APSA gère depuis longtemps des comptes pour des clients privés et leur ouvre des comptes codés dans des banques suisses (on ne sait pas si cela existe encore). C’est une ressource très prisée des Italiens riches, car elle leur permet de placer de l’argent dans des fonds d’investissement et d’éviter de payer des impôts. Dans le cadre de ces services, l’APSA a agi en concurrence avec sa propre institution sœur dans sa quête de clients, les fonctionnaires étant connus pour assurer aux investisseurs que l’APSA obtiendrait de meilleurs résultats que l’IOR. Il y a des raisons de croire que c’est l’APSA plutôt que l’IOR qui a été la véritable usine de la criminalité dans les finances du Vatican (78). Sous le Cardinal Calcagno, l’APSA a ignoré les tentatives de réforme avec une facilité déconcertante, tout en défiant les règles de la nouvelle économie en engageant des consultants externes et des avocats coûteux pour l’aider à sceller son passé obscur. Quant au Pape François, il a été mis au courant de tout cela à plusieurs reprises, mais il n’a rien fait.

La malhonnêteté, ou du moins une grande part d’incompétence, était l’ingrédient du scandale qui a éclaté en 2016. Il y a une quinzaine d’années, la gestion des grandes propriétés immobilières de la Basilique Saint-Pierre a été retirée aux Chanoines eux-mêmes et transférée à l’APSA. Le portefeuille comprenait quelque 300 biens immobiliers, principalement dans le centre de Rome et souvent d’une grande valeur historique. En 2016, il a été constaté qu’environ 80 des appartements concernés avaient tout simplement été laissés à l’abandon. Beaucoup d’autres sont loués à des loyers ridiculement bon marché, ou les loyers ne sont tout simplement pas payés par les locataires et ne sont pas perçus ; parfois les loyers préférentiels sont un moyen légitime d’assurer un logement à Rome aux employés de l’Église, mais souvent les méthodes décrites ont été utilisées pour faire des faveurs personnelles sans justification officielle. Il en résulta que les revenus de ce riche patrimoine avaient été transformés en un déficit de 700 000 euros, et les Chanoines de Saint-Pierre se sont fait dire en 2016 qu’ils ne pouvaient pas élire de nouveaux membres parce qu’il n’y avait pas de fonds pour les payer (79).

Ce n’est là qu’un aspect du régime qui prévaut à l’APSA. Le Cardinal Pell a demandé à plusieurs reprises au Pape le renvoi du Cardinal Calcagno, et François lui a répondu qu’il le renverrait si la preuve était apportée. En fait preuve après preuve a été présenté, mais Calcagno continue d’être protégé. Il sait comment garder la faveur, et depuis longtemps il dîne avec le Pape presque tous les soirs. Dans la guerre contre Pell que le Cardinal Calcagno gagne régulièrement, il a récupéré pour l’APSA la supervision des avoirs financiers du Vatican qui avaient été transférés au Secrétariat de l’Économie.

La lutte contre la corruption au Vatican a été réduite à une moquerie par les hauts fonctionnaires qui continuent d’occuper de hautes fonctions. Le signe le plus révélateur est le fait qu’aucune poursuite pour délit financier n’a eu lieu devant le Tribunal de l’État de la Cité du Vatican sous le Pape François. L’organisme de surveillance du Vatican, l’Autorité d’Information Financière, a envoyé 17 rapports au Bureau du Promoteur de la Justice, mais aucun d’entre eux n’a donné lieu à des poursuites, encore moins à une condamnation. On peut opposer cela au sort de Monseigneur Lucio Vallejo, l’ancien Secrétaire de la Préfecture des Affaires Économiques, jugé à l’été 2016 et condamné à 18 mois de prison (qu’il a purgé dans les cellules du Vatican) pour avoir divulgué des documents secrets à Gianluigi Nuzzi dans l’intention de dénoncer les réformes imparfaites. En même temps, sa complice Francesca Chaouqui a été condamnée à dix mois de prison avec sursis. Ces deux-là sont presque les seules poursuites qui ont découlé de tous les scandales financiers du Vatican. Le message est clair : la criminalité financière demeure dans le dossier indéfiniment ; c’est la dénonciation qui sera rigoureusement poursuivie (80).

Le sort de l’audit global introduit par le Cardinal Pell a été un signe avant-coureur du refus de la réforme financière. En décembre 2015, il a été décrété que PricewaterhouseCoopers réaliserait un audit externe de tous les organes du Vatican, et cela a commencé immédiatement. Après quatre mois, cependant, sa suspension a été annoncée, sans motif (81), et en juin 2016, elle a été officiellement annulée. Le changement est venu du Cardinal Parolin lui-même, dont le substitut, l’Archevêque Becciu, a téléphoné à PricewaterhouseCoopers pour les informer que l’audit ne serait pas appliqué à la Secrétairerie d’État, ce qui le rendait pratiquement inutile.

Avant même le début de l’audit, en octobre 2014, il y avait eu restauration d’une partie des compétences qui avaient été transférées au Secrétariat pour l’Économie, et en juillet 2016, par un Motu Proprio signé par le Pape, les larges pouvoirs initialement accordés au Secrétariat ont été révoqués et il ne lui restait plus qu’un rôle de supervision (82). Le Wall Street Journal l’a décrit comme « un signe que les intérêts établis du Vatican ont gagné le soutien du Pape » (83). Le Secrétariat n’avait pas été informé à l’avance du Motu Proprio, pas plus qu’il n’avait été consulté au sujet de l’annulation de l’audit de PricewaterhouseCoopers. C’était un signal clair que la Secrétairerie d’État reprenait le contrôle et n’observait pas les dispositions. En fait, la réalité est bien pire que celle du dossier. Le Secrétariat pour l’Économie est aujourd’hui pratiquement vide, et nombre de ses collaborateurs nominaux sont en fait soumis à l’APSA, à qui ils doivent leur véritable fidélité. Après avoir recouvré le contrôle de ses ressources humaines, la Secrétairerie d’État utilise ce pouvoir pour s’assurer que les emplois du Cardinal Pell ne sont occupés que par des contrats à court terme et sans la sécurité et les avantages généreux qui s’appliquent à la Secrétairerie d’État et à l’APSA.

Ces faits indiquent-ils que le Pape François est contre la réforme financière en soi ? Cela semble être une conclusion injustifiée, mais de son point de vue, elle est loin derrière les jeux de pouvoir qui sont au cœur de son style de gouvernement. George Pell entre dans une classe de prélat – les Cardinaux Burke et Müller en sont d’autres exemples marquants – qui ont mérité l’aversion de François à cause de leur indépendance et de leur refus de tomber dans le rôle de pions. Le Cardinal Pell a pris l’habitude de s’adresser au Pape sur une variété de sujets, pas seulement financiers, et il n’a jamais été impressionné par le bilan de François en tant que réformateur. En ce qui concerne la réforme financière et administrative de la Curie ou la lutte contre les prêtres délinquants sexuels, Pell a déclaré : « François est l’opposé de Théodore Roosevelt. Il parle fort et porte un petit bâton. » Le Pape François n’aime pas les gens de ce genre autour de lui, surtout dans une telle position de pouvoir qu’il a confiée à Pell en 2014. Mais ce n’est pas non plus son style de frapper directement de telles personnages. Le bon commentaire a été fait : « Plutôt que de tirer un clou, le pape François trouve un autre outil. » (84) Et les outils qu’il préfère à Pell sont le Cardinal Calcagno, qui lui est redevable pour la restauration de son pouvoir, et le Cardinal Parolin, qui, en tant que Secrétaire d’État, a mis en œuvre et accepté toutes les mesures tyranniques de son pontificat.

Une autre menace pesait depuis longtemps sur le Cardinal Pell et s’est matérialisée. En tant qu’évêque en Australie, il a été accusé d’avoir omis de prendre des mesures contre les cas d’abus sexuels parmi son clergé, et il a admis avoir commis des erreurs à un moment où la conscience du problème était moins aiguë qu’aujourd’hui. Le but de ce livre n’est pas de présenter le Cardinal Pell comme un héros, et il se peut qu’un manque de sensibilité dans son personnage soit responsable de ses échecs. Plus récemment, il a été accusé d’avoir lui-même abusé de garçons, dans des allégations liées à des incidents survenus il y a quarante ans et qu’il a nié dès le moment où ils ont été signalés. Avant de savoir si les autorités australiennes engageraient des poursuites, il a été noté que les accusations portaient sur des infractions tellement mineures que, s’il s’était agi d’une affaire ordinaire, elles auraient été abandonnées depuis longtemps, et une politicienne australienne, Amanda Vanstone, a dit à ce sujet : « Ce que nous voyons ne vaut pas mieux qu’un lynchage des âges sombres. » (85) La décision de poursuivre a été prise en juin 2017, et le Cardinal Pell est retourné en Australie pour subir son procès. Il y a ceux qui pensent que les ennemis de Pell, tant en Australie qu’au Vatican, ont utilisé cette arme contre lui, et ils signalent des coïncidences remarquables entre les flambées de violence sexuelle et les moments de pression de la guerre du Vatican.

Dans l’affirmative, le système présente une certaine faiblesse. Premièrement, le Cardinal Pell n’a pas été prié de démissionner de sa nomination au Vatican, comme ses ennemis l’auraient espéré. Deuxièmement, il semble peu probable qu’il soit reconnu coupable, même en première instance, et encore moins en appel. Cela signifie qu’il retournera probablement un jour à Rome et reprendra les rênes. Dans ce cas (et comme on l’a vu depuis le début) la stratégie de l’opposition semble être de lui couper les ailes le plus possible, d’attendre l’expiration de son mandat de cinq ans, de tout remettre en place comme c’était avant qu’ils soit nommé, puis de rejeter sur Pell le blâme de l’échec des réformes financières. En toute apparence, c’est la voie que le Pape soutient.

Même à ce niveau, cependant, on peut être autorisé à signaler un problème : le Pape François ne vivra pas éternellement. Il y a toujours le risque que le prochain pape soit un véritable réformateur, qu’il ordonne une enquête sur ce qui s’est passé au Vatican, et que le monde découvre comment la réforme promise a été complètement falsifiée. Les gens évalueront ce que cela signifie que trois cardinaux qui étaient censés être en route pour la sortie en 2013 sont maintenant de retour, et qu’une intention déclarée de réduire le pouvoir de la Secrétairerie d’État a abouti à une situation dans laquelle la Secrétairerie est plus puissante et arbitraire que jamais.

Les détails de l’échec de la réforme financière du Vatican sont connus des journalistes qui ont étudié le sujet : ils sont donnés dans les nombreux articles cités dans ce chapitre. Mais les leçons générales restent à tirer. Un véritable acte d’accusation a été occulté par l’idée étrangère d’un parti conservateur et curialiste au Vatican, vaguement conçu et mal décrit. À l’intérieur de la Curie, chacun sait exactement qui sont les ennemis du Cardinal Pell, et ils savent aussi que, loin d’être en lutte pour résister à la volonté du Pape, ils tirent leur pouvoir de la faveur que leur accorde le Pape François.

---
(79) Article dans "Il Messaggero" du 29 avril 2016 : Franca Giansoldati, ’’Vaticano, scandalo case : un buco di 700 mila euro." (Le Vatican, affaire scandaleuse : un trou de 700 mille euros.)

(80) En juillet 2017, une exception se produisit tardivement lorsque le tribunal du Vatican commença à juger l’affaire relativement mineure des 400 000 euros détournés des fonds de l’hôpital Bambino Gesù pour rénover l’appartement du Cardinal Bertone (voir plus haut à la note 75). Fait significatif, le déclencheur de cette poursuite pourrait avoir été l’irritation du Pape François devant le fait que le Cardinal Bertone a exercé son droit de continuer à vivre au Vatican même après sa destitution en tant que Secrétaire d’État.

(81) Article dans "Cathotic Culture" du 21 avril 2016 : Philip Lawler, "The drive for Vatican reform has stalled". (L’élan pour la réforme du Vatican est au point mort)

(82) Article dans "LifeSiteNews" du 11 juillet 2016 : Philip Lawler, "Another blow to Vatican transparency and accountability". (Un autre coup porté à la transparence et à la responsabilité du Vatican)

(83) Francis X. Rocca dans "The Wall Street Journal" du 7 September 2016 : "The Trials and Tribulations of the Vatican’s Financial Chief : Pope Francis trimmed powers of Cardinal George Pell, charged with cleaning up the city-state’s muddled accounts, in setback for broader overhaul of Vatican." (Les Procès et les Tribulations du Chef Financier du Vatican : le Pape François a réduit les pouvoirs du Cardinal George Pell, chargé de nettoyer les comptes confus de l’État de la Cité, au détriment d’une refonte plus large du Vatican.)

(84) John Allen dans "Crux", 8 décembre 2016.

(85) Cité dans "Catholic World Report" du 13 juillet 2017, article de Carl Olson, "Is Cardinal Pell ’the quintessential scapegoat’ ?". (Le Cardinal Pell est-il le bouc émissaire par excellence ?) Il convient de noter que l’impopularité dont le Cardinal Pell a été victime en Australie provenait en grande partie du lobby homosexuel, qui n’aimait pas la position qu’il avait adoptée à cet égard.


(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )

>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -21-
>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -23-

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

Votre commentaire
GChevalier a mentionné cette publication dans ACTU.