Langue
Clics
445
fr.news

Schönborn "croit" en la véracité d'une affaire d'abus dont la fausseté est avérée

Le cardinal de Vienne, Christoph Schönborn, a participé le 6 février à un spectacle avec la soi-disant victime de sévices Doris Wagner. L'émission a été diffusée par Bayerischer Rundfunk, une télévision allemande.

Wagner, ancienne sœur de la communauté religieuse "Das Werk", s'est présentée ces dernières années comme une "victime" d'abus cléricaux, tout en reconnaissant que peu de gens dans l'Église [et à l'extérieur] la croient.

Mais Schönborn, le cardinal crédule, a dit à Wagner "Je vous crois".

Le temps passé par Wagner en tant que sœur était ostensiblement chargé en fornication. En 2008, elle a noué une relation intime avec un prêtre de sa communauté. Le prêtre s'est ensuite repenti.

Wagner a quitté la communauté en 2010. Un an plus tard, elle écrivait au prêtre qu'elle se souvenait de lui avec "amour et respect".

Son "amour" s'est transformé en haine en 2012 et en 2013 lorsqu'elle a porté plainte pour viol contre le prêtre. Mais les procureurs autrichien et allemand ont tous deux rejeté l'affaire, estimant que la relation était volontaire des deux côtés.

Entre temps, Wagner avait épousé un deuxième [ancien] prêtre de sa communauté.

Ces dernières années, Wagner a saisi un troisième prêtre de son ancienne communauté, le père Hermann Geissler, un ancien membre de la Congrégation pour la Doctrine du Foi.

Geissler a tenté de consoler Wagner après une confession de 2009 [hors du confessionnal] en lui touchant la joue. Wagner appelle cela du "harcèlement sexuel".

L’affaire a fait l’objet d’une enquête en 2012. La décision était favorable à Geissler, qui rejetait l’accusation de Wagner.

Le témoin "crédible" de Schönborns, Doris Wagner, s’est exprimé à plusieurs reprises en faveur de la contraception, de la fornication et de l’homosexualité, qualifiant l’enseignement sexuel catholique "d'absurde".

C'est vraisemblablement la raison pour laquelle Schönborn et les médias oligarchiques la "croient".

Image: Christoph Schönborn, © Mazur/catholicnews.org.uk, CC BY-SA, #newsYypbcglkhz