Clicks492
France Fidèle
10

Judas, Apôtre et diable ~ Bergolio, Pape ou démon ?

Publié sur cristiadatradicinalista.blogspot.ro/…/judas-apotre-et…

Une étude de Don Curzio Nitoglia

Prologue

Une personne (par exemple, Judas Iscariote) peut-elle être en même temps l'apôtre de Jésus-Christ et le diable?

Dans les écrits Saint Paul , il est divinement révélé que les apôtres sont des « ministres de Dieu et les dispensateurs des mystères de Dieu » (2 Cor, V, 20.) Et - toujours dans l'Ecriture Sainte (Genèse, III, 1;. Apoc, XII, 9, XX, 2) - le diable est l'Ange se retournant contre Dieu et donc précipité en enfer (voir Concile de Latran IV, DB 428, Saint Thomas d'Aquin, S. Th., I, q. .). Comment concilier ces deux concepts? Nous chercherons une réponse en utilisant la Révélation divine (Sainte Ecriture et Tradition, interprétée par le Magistère de l'Église).

L’Évangile

Dans l’Évangile de Saint Jean (VI, 71-72), nous lisons: "Jésus répondit : Ne t'ai-je pas choisi parmi les Douze? Pourtant, l'un de vous est un diable. Il parlait de Judas Iscariote, fils de Simon: il était sur le point de Le trahir et était l'un des Douze ". Son «siège» d'apôtre n'était donc pas vacant.

Le père Ferdinand Prat écrit ceci : « Après la désobéissance d'Adam et Ève dans l'Eden et la révolte des anges dans le ciel, il n’est peut-être pas de spectacle plus effarant que la présence d'un traître au sein du collège apostolique, si près du foyer de la grâce, dans l'intimité de Jésus. Et pourtant, Judas n'était pas d'une nature différente de la nôtre. Dire qu'il fut un démon incarné, la malice personnifiée, c'est ne rien expliquer du tout. Judas était, comme nous, capable du bien et du mal. En l'agrégeant au collège des Douze, Jésus avait discerné en lui l'étoffe d'un apôtre. Et s'il a été l'être odieux que l'histoire connaît, c'est seulement parce qu'il l'est devenu, par sa faute » (Jésus-Christ, Beauchesne, 1933, tome II, page 266).

Le commentaire de saint Thomas d'Aquin

Le Docteur commun de l'Église commente: « Il est diable non par nature, mais par l'imitation de la méchanceté diabolique » (Saint Thomas d'Aquin, Commentaire sur l'Évangile de Saint Jean, Rome, Nouvelle ville, 1990, tome I, p. 537). En fait, Judas était par nature un homme et non un démon, mais, imitant la méchanceté du diable en haïssant et en trahissant Jésus pour le conduire à la mort, il était semblable au diable quant à la manière d'agir.

Le docteur angélique pose alors une objection: "Si Christ a choisi Judas et qu'il est devenu mauvais, il semble qu'il avait tort dans le choix" (ibidem, p.538)

St Thomas répond à l'objection de la façon suivante: "Ici, il s’agit de l'élection à une charge [apostolique, ndlr]. Or, de cette élection, ni la liberté ni la possibilité du péché ne sont retirées du sujet choisi, [ed]. Dans ce cas, Jésus a donc choisi Judas «alors qu'il n'était pas encore devenu méchant», mais «Son choix ne l'a pas privé de sa liberté de pécher» (ibid.)

L'opinion de saint Augustin d'Hippone

Cependant St Thomas donne également une deuxième réponse, en citant l'opinion de St. Augustin (In Joann, Evang., Tract., XXVII, 10, NBA 24, 628): "Le Seigneur a choisi Judas qui était déjà mauvais et cela correspond à sa puissance de bien: Il peut utiliser le mal pour obtenir une fin bonne, bien qu'il connaisse le mal., Dieu a ainsi fait avec Judas, tolérant d'être trahi par lui pour racheter l'humanité "(ibid.).

Si on relie le commentaire de saint Augustin au passage de l’Évangile de saint Jean cité ci-dessus, nous pouvons comprendre non seulement comment Dieu a utilisé Judas, en tirant le bien du mal : c'est la rédemption de l'humanité permise par une trahison, mais aussi pourquoi beaucoup de martyrs ont été persécutés par le diable. Car si Satan ne les avait pas persécutés, aujourd'hui nous ne célébrerions pas leurs glorieux martyres. C'est pourquoi ceux qui font le mal se font du mal et n'affectent pas la bonté divine, parce que Dieu tourne au bien même les mauvaises œuvres du diable »(Commentaire sur l'Évangile de Saint Jean, Rome, New Town, III éd., 1973, vol. I, page 418).

Par conséquent, il est établi que l'on peut être un apôtre et un démon quant à la manière d'agir.

Qui sont les apôtres du Nouveau Testament

Si l'on étudie - du point de vue de la théologie dogmatique - ce qu’est un Apôtre et quelles sont ses prérogatives, on s'étonnera de ce qu’il en est. En fait, «le sens du mot Apôtre dans le Nouveau Testament est « envoyé » par le Christ pour prêcher l'Évangile» (F. Spadafora, Dictionnaire biblique, Rome, Studium, III éd., 1963, p.50, Apôtre). Les douze apôtres ont été choisis par Jésus (Mt., X, 5, XX, 17, Mc., VI, 7) pour continuer sa mission, c'est-à-dire pour répandre l’Évangile et l'Église à travers le monde. En effet, le Christ a fondé l'Église pour continuer son œuvre rédemptrice jusqu'à la fin du monde (Concile Vatican I, DB 1821). Les apôtres ont été envoyés ("missi") par Christ comme il a été envoyé ("missus") par Dieu le Père (Jean, XVII, 18, XX, 21). La mission des Apôtres est de témoigner du Christ, de dire aux autres ce qu'ils ont vu et entendu de sa bouche et de professer leur foi en Lui, et si nécessaire, jusqu'à répandre leur sang. Les apôtres ont reçu la mission missionnaire de Jésus pour la continuer. Jésus lui-même est appelé "Apôtre" ou "envoyé" par le Père (Héb., III, 1). Jésus a été envoyé par le Père pour enseigner la Vérité (ou Magistère), pour conduire les âmes au ciel ( pouvoir de Juridiction) et les sanctifier (Ils étaient prêtres). Quelle est alors la chose qui importe le plus pour l'Apôtre ? Ce n'est pas tant sa personne que la personne qui l'a envoyé (Dieu le Père) et la personne qu'il représente, à savoir, le Christ, bien que personnellement l'apôtre lui-même est un « diable » s’il agit de mauvaise manière, méchante tout comme leurs successeurs (évêques / Pape) sont envoyés par le Christ pour continuer sa mission (Concile de Trente, DB 960, Concile Vatican I, 1821-1828 DB). Les Douze ont été instruits, formés personnellement par Jésus et ils ont à leur tour éduqués et formés ceux qu’ils envoyèrent à leur tour pour poursuivre leur mission (Évêques / Papes) et perpétuer l’Église jusqu'à la fin du monde. L’Église a quatre notes dont la dernière est le apostolicité (cf. Nicée-Constantinople Credo : « Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique »), dans le sens où Elle commence du Christ et des douze apôtres (origine apostolique) et aussi parce qu'elle doit avoir une succession ininterrompue d'Apôtres (évêques / papes) jusqu'à la fin du monde (Succession Apostolique). Ainsi, grâce à l'apostolicité, l’Église militante peut conserver son existence jusqu'à la fin du monde.

La trahison et le péché de Judas ont bien évidemment été inspirés par le fait qu'il était un voleur (Jn., XII, 6), mais pas seulement. En fait, quand Judas comprit que Jésus se présentait lui-même comme le Messie spirituel, venu pour le salut de toutes les âmes de toutes les personnes à travers la souffrance et la mort, tous ses espoirs ambitieux (inspirés par le messianisme apocalyptique et judaïque) d'un Messie militant, glorieux et triomphant pour lui-même et les Juifs méprisant les goys, s’effondrèrent. Il y eut alors en son cœur une déception profonde mêlée d’ une grande aversion pour le Messie souffrant et, par conséquent, il rumina en lui l'idée d’une trahison. On voit que la raison principale du péché de Judas était sa fausse foi dans le Messie triomphant et son manque de foi dans le Messie souffrant. Il y eut non seulement des vices privés, qui presque toujours accompagnent une foi déviée, mais le cœur de la révolte de Judas était le manque de foi ou la foi détournée, en bref, la « perfidie juive ». Le Professeur Pasquero écrit: "La crise de Judas a commencé dans la synagogue de Capharnaüm, au moment où la Jésus fit cette réponse à Pierre (Jn., VI, 70 et suiv.), il est clair que Judas ne partageait pas la foi du chef des apôtres. Judas a dû être scandalisé par les prédictions répétées de la Passion de Jésus. [...] Après l'entrée glorieuse de Jésus à Jérusalem, lorsque le Maître a fait allusion à sa propre crucifixion (Jean XII, 32), la crise éclata. Et Judas alla aux prêtres pour demander ce qu'ils lui donneraient s’il livrait entre leur main le Maître." (dans l'Encyclopédie catholique, Cité du Vatican, 1951, vol. VI, col. 689, Judas Iscariote)
Bergoglio est-il le successeur de saint Pierre ?

La question se pose de nos jours : si Judas pouvait être apôtre et diable, incrédule et traître au Christ, les successeurs des Apôtres (les évêques) et le chef des Apôtres (le pape) peuvent-ils être évêques et papes (successeurs de apôtres Pierre) bien que, Dieu l'autorisant , « diables » quant à la façon d'agir ?

Le passage de l’Évangile de Saint Jean semblerait l’affirmer. On peut donc être pape sans avoir l'objectif de faire du bien de l'Église, c'est-à-dire d’avoir la volonté de trahir le Christ, de le livrer à la mort et d'être incrédule ou infidèle. Alors il ne répugnerait pas de dire que le pape François Ier est un « diable » dans sa façon d'agir, parce qu’il est ennemi de la doctrine et de l'Église.

Conclusion

L’enseignement de l’Évangile (Jn., VI, 71-72) aide à cerner la crise actuelle pour éviter l'impasse :

1) de ceux qui remarquant l'objectif « diabolique » quant au mode d'action de Bergoglio nient qu'il soit pape.

2) de ceux qui soulignent que son élection canonique a eu lieu - acceptée par Collège des cardinaux, par l'épiscopat et les fidèles - n'osent cependant pas affirmer qu'il est « un démon » dans son agir.

C'est certainement une situation exceptionnelle (comme exceptionnel était le cas de Judas: un sur douze) et nous devons prier Dieu pour qu’Il nous sorte de cette situation le plus rapidement possible, mais néanmoins nous ne devons pas fermer les yeux sur la réalité des choses et nous pouvons voir que Judas était un « diable » tout en étant un apôtre choisi et formé par Jésus, ainsi que depuis Jean XXIII jusqu'à aujourd’hui, nous sommes confrontés à une série de papes et « diables » qui travaillent objectivement pour le mal dans l'Eglise du Christ. Mais Dieu le permet, car il est capable de produire de ce mal un plus grand bien, comme ce fut par la trahison de Judas que jaillit notre Rédemption.

Maintenant, nous sommes plongés dans l'obscurité de la trahison ( « C’est l'heure de la puissance des ténèbres », Lc., xxii, 53), mais nous verrons certainement la lumière de la Résurrection. Quand exactement, nous ne savons pas.

Prions Dieu pour qu'Il hâte le moment tout comme Marie a prié Jésus à Cana et a anticipé le début de sa vie publique.

"Marie dans notre temps : la société moderne est tourmentée par une fièvre de renouveau effrayante et infestée par des hommes qui bâtissent leur empire sur nos souffrances, par la tyrannie de leurs vices, par le faste du luxe et des brigandages. Jamais le mal dans les esprits n'a été aussi étendu et si apocalyptique ; nous n'avons jamais connu autant de dangers. D'une heure à l'autre, nous pouvons perdre non seulement la vie, mais toute la civilisation et tout espoir. Il nous semble que le Seigneur dit: « Mon heure n'est pas encore venue», mais par l'Immaculée, la Mère de Dieu, la Vierge qui est l'image et la protection de l'Eglise, le Seigneur nous a donné, déjà à Cana, une preuve et un moyen pour obtenir l'heure matinale de Dieu et nous avons besoin que cette heure vienne bientôt, immédiatement, puisqu'on pourrait presque dire: « Ô Mère, nous nous ne pouvons plus » . Pour nos péchés, nous méritons les derniers massacres, les exécutions les plus impitoyables. Nous avons chassé son Fils des écoles et des ateliers, des champs et des villes, des rues et des maisons. Nous L'avons chassé même des églises, nous avons préféré Barabbas. C'est vraiment l'heure de Barabbas [...]. Avec tout cela, en faisant confiance à Marie, nous sentons que c'est l'heure de Jésus, l'heure de la rédemption [...]. Dites à Marie, comme à Cana: "Ils n'ont plus de vin". Que cette Mère soit compatissante envers nous, qu'Elle accélère son heure, qui est notre temps. Nous ne pouvons plus le supporter. La génération humaine périt si vous ne bougez pas. ! " ( A. Ottaviani , Il baluardo , Arès, Rome, 1961, pp. 279-283.)

Don Curzio Nitoglia, 21 Février 2018
ladoctrine
@France Fidèle Pourquoi vous mettez en parallèle Judas et Bergoglio si vous continuez à penser que ce dernier peut être le Vicaire du Christ ? L’infaillibilité pontificale et la soumission au Souverain Pontife ne s'appliquant pas pour Judas, je ne vois pas le but de votre comparaison.
ladoctrine
Si monsieur l'abbé Williamson en est encore à se poser la question de savoir si Bergoglio est pape ou pas..... ça craint pour la formation doctrinale des fidèles !
avecrux.avemaria
Cette question devrait être posée à qui de droit... aux cardinaux conciliaires ! L'Eglise est prise en otage par les francs maçons conciliaires. Donc, il faut passer par la voie officielle pour la libérer... c'est-à-dire par (encore) les cardinaux conciliaires. Ce n'est pas gagné d'avance... Aucun n'est capable de le désigner ouvertement et joue au même jeu que lui "des sous-entendus"…More
Cette question devrait être posée à qui de droit... aux cardinaux conciliaires ! L'Eglise est prise en otage par les francs maçons conciliaires. Donc, il faut passer par la voie officielle pour la libérer... c'est-à-dire par (encore) les cardinaux conciliaires. Ce n'est pas gagné d'avance... Aucun n'est capable de le désigner ouvertement et joue au même jeu que lui "des sous-entendus". Et moins unis que les cardinaux, tu meurs... On n'est pas prêt à gagner la guerre avec eux
AveMaria44
La question est : Bergoglio catholique ou hérétique ?
@avecrux.avemaria Judas à REFUSE le pardon de Jésus en ce pendant ,il à dit comme se qui était inscrit sur le Titanic '(même si Dieu le voulait il ne pourrai me couler )"écrient d'un journaliste au jour du départ de ce paquebot,lu dans les années 1970 dans une revue historiques ,que tous ceux qui se croient invincible réfléchissent.
"Le péché de Judas était l'avarice qui est la racine de tout mal." >>>>

"ARTICLE 1 : La cupidité est-elle la racine de tous les péchés ?

Objections :

1. Il ne semble pas. Car la cupidité, le désir immodéré des richesses, s’oppose à la vertu de libéralité. Or la libéralité n’est pas la racine de toutes les vertus. La cupidité n’est donc pas la racine de tous les vices.
2. Le désir des moyens…More
"Le péché de Judas était l'avarice qui est la racine de tout mal." >>>>

"ARTICLE 1 : La cupidité est-elle la racine de tous les péchés ?

Objections :

1. Il ne semble pas. Car la cupidité, le désir immodéré des richesses, s’oppose à la vertu de libéralité. Or la libéralité n’est pas la racine de toutes les vertus. La cupidité n’est donc pas la racine de tous les vices.
2. Le désir des moyens procède du désir de la fin. Or les richesses, objet de la cupidité, ne sont désirées que comme des moyens utiles à une certaine fin, d’après Aristote. Donc la cupidité n’est pas la racine de tout péché, mais avant elle il y a une autre racine d’où elle sort.
3. Il se trouve fréquemment que l’avarice, nommée aussi cupidité, a son origine en d’autres péchés; par exemple, on désire l’argent par ambition ou pour satisfaire la gourmandise. L’avarice n’est donc pas la racine de tous les péchés.
Cependant :
l’Apôtre affirme (1 Tm 6, 10) : "La racine de tous les maux, c’est la cupidité."
Conclusion : selon certains, le mot cupidité peut être pris en trois sens.
Le désir désordonné des richesses. A ce titre, c’est un péché spécial.
La recherche déréglée d’un bien temporel quelconque, et à cet égard c’est l’élément générique de tout péché, puisqu’il y a en tout péché, comme on sait, une conversion désordonnée au bien périssable.
On emploie encore le mot pour signifier cette inclination de la nature corrompue à rechercher de façon désordonnée les biens corruptibles. Et c’est à ce titre que l’on appelle la cupidité, la racine de tous les péchés; elle ressemble à la racine par laquelle l’arbre tire son aliment du sol, car c’est de l’amour des choses temporelles que provient tout péché.
Assurément tout cela est vrai. Cependant il ne semble pas que ce soit conforme à la pensée de l’Apôtre lorsqu’il dit que la cupidité est la racine de tous les péchés. Manifestement en effet il parle à cet endroit (1 Tm 6, 9) contre ceux qui "pour vouloir devenir riches, tombent dans les tentations et dans le piège du diable... du fait que la racine de tous les maux est la cupidité". Il est donc évident qu’il parle de la cupidité comme du désir immodéré des richesses. Et c’est en ce sens qu’il faut dire que la cupidité, comme péché spécial, est appelée la racine de tous les péchés, à la manière d’une racine qui fournit de la nourriture à l’arbre tout entier. Nous voyons en effet que l’homme acquiert avec la richesse la faculté de perpétrer n’importe quel péché et celle d’en avoir le désir, du fait que l’argent peut aider à se procurer les biens de ce monde quels qu’ils soient, selon le mot de l’Ecclésiaste (10, 19 Vg) : "A l’argent tout obéit." C’est évidemment par là que la cupidité des richesses est la racine de tous les péchés.
Solutions :
1. La vertu n’a pas la même origine que le péché. Le péché a son origine dans l’appétit des biens périssables; c’est pourquoi le désir de ce qui aide à obtenir tous les biens de ce monde est appelé la racine des péchés. La vertu au contraire a son origine dans l’appétit des biens impérissables; c’est pourquoi la Charité, qui est l’Amour de Dieu, se place à la racine des vertus, selon l’expression de l’Apôtre (Ep 3, 17) "Enracinés et fondés dans la charité."
2. On dit que le désir de l’argent est la racine des péchés, non pas que les richesses soient recherchées pour elles-mêmes comme une fin dernière, mais parce qu’elles sont très recherchées comme utiles à toutes les fins temporelles. Et parce qu’un bien universel est plus désirable qu’un bien particulier, l’argent excite la convoitise plus que ne font certains biens particuliers, parce qu’avec lui on peut avoir des biens en même temps que beaucoup d’autres.
3. Dans les choses naturelles on ne cherche pas ce qui se fait toujours, mais ce qui arrive le plus souvent, parce qu’il est dans la nature des choses corruptibles de pouvoir être empêchées, si bien qu’elles n’agissent pas toujours de la même manière. De même, en morale, on considère ce qui existe la plupart du temps, mais non ce qui existe toujours, parce que la volonté n’agit pas de façon nécessaire. L’avarice n’est donc pas appelée la racine de tous les maux au point de n’avoir pas quelquefois un autre mal pour racine; mais parce que c’est d’elle que sortent le plus souvent les autres maux pour la raison que nous venons de dire.

ARTICLE 2 : L’orgueil est-il le commencement de tout péché ?

Objections :

1. Il ne semble pas. Car la racine est le commencement de l’arbre. Mais nous venons de dire que la cupidité est la racine de tous les péchés. C’est donc elle aussi, et non l’orgueil, qui en est le commencement.
2. Il est dit dans l’Ecclésiastique (11, 12) que "le commencement de l’orgueil, c’est d’abandonner Dieu". Or cette apostasie est un péché très déterminé. Il y a donc un péché qui est le commencement de l’orgueil, et l’orgueil n’est pas le commencement de tout péché.
3. Le péché qui est le commencement de tous les autres, c’est, semble-t-il, celui qui les fait accomplir tous. Or tel est "l’amour désordonné de soi-même, qui fait la cité de Babylone", comme dit S. Augustin. C’est donc l’amour de soi qui est le commencement de tout péché, mais non pas l’orgueil.
Cependant : il est dit dans l’Ecclésiastique (10, 13 Vg) : "Le commencement de tout péché, c’est l’orgueil."
Conclusion : certains prétendent que le mot orgueil signifie trois choses.
- L’appétit désordonné de sa propre excellence. Et c’est alors un péché spécial
- Un certain mépris actuel de Dieu, manifesté par la non-soumission à ses commandements. On dit alors que c’est un péché général.
- Un certain penchant de la nature corrompue à cette sorte de mépris. C’est en ce sens-là, disent-ils, que l’orgueil est le commencement de tout péché. Il diffère de la cupidité, car la cupidité regarde dans le péché la conversion au bien périssable où le péché trouve en quelque sorte sa nourriture et son entretien, et c’est pourquoi on parle de "racine". Mais l’orgueil regarde le péché sous l’angle de l’aversion à l’égard de Dieu, au précepte de qui l’homme refuse de se soumettre; c’est pourquoi l’orgueil est appelé un "commencement", parce que c’est dans cette aversion que commence à se réaliser la raison de mal.
Certes, tout cela est vrai. Cependant ce n’est pas la pensée du Sage lorsqu’il dit : "Le commencement de tout péché, c’est l’orgueil." Manifestement en effet il parle de l’orgueil comme de l’appétit désordonné de la propre excellence, ainsi qu’on le voit clairement par ce qui suit (10, 15) : "Dieu a renversé de leur place les chefs orgueilleux." C’est de cela du reste que parle l’auteur à cet endroit dans presque tout le chapitre. Voilà pourquoi il faut dire que l’orgueil, même en tant que péché spécial, est le commencement de tout péché. - Il faut bien se rendre compte, en effet, que dans les actes volontaires, comme sont les péchés, il y a deux ordres : l’ordre d’intention, et l’ordre d’exécution. Dans l’ordre d’intention, c’est la fin qui a raison de principe, comme nous l’avons maintes fois répété. Or la fin de l’homme, dans l’acquisition de tous les biens temporels, c’est d’obtenir par ce moyen une perfection et une excellence particulières. Aussi à cet égard l’orgueil, qui est la recherche de l’excellence, est donné comme le commencement de tout péché. Mais dans l’ordre d’exécution, ce qu’il y a de premier c’est ce qui fournit le moyen de contenter tous les mauvais désirs, ce qui est comme une racine nourricière, à savoir les richesses. Voilà pourquoi l’avarice est supposée être, de ce côté, la racine de tous les maux, dans le sens que nous avons dit à l’Article précédent.
Solutions :
1. Cela répond clairement à la première objection.
2. L’apostasie est appelée le commencement de l’orgueil, du côté de l’aversion à l’égard de Dieu. Car du fait que l’homme ne veut pas se soumettre à Dieu, il est amené à vouloir démesurément sa propre supériorité dans les choses de ce monde. De sorte que dans ce passage l’apostasie n’est pas prise comme un péché spécial, mais plutôt comme une condition générale de tout péché, celle qui consiste à se détourner du bien impérissable. - On peut encore dire qu’apostasier Dieu est appelé le commencement de l’orgueil, parce que c’en est la forme première. Car le propre de l’orgueil est de ne vouloir se soumettre à aucun supérieur, et principalement de ne pas vouloir se soumettre à Dieu. De là vient que l’homme s’élève indûment au-dessus de lui-même selon toutes les autres espèces d’orgueil.
3. L’homme s’aime lui-même en ce qu’il veut son excellence, car c’est une même chose de s’aimer et de se vouloir du bien. Aussi revient-il au même de supposer au commencement de tout péché l’orgueil, ou l’amour de soi."
(source)
avecrux.avemaria likes this.
avecrux.avemaria
Oui, je me suis demandée quel rapport entre Judas et Pierre ? Puisque Jésus a bâti son Eglise sur Pierre et non sur Judas. Judas pourrait éventuellement rappeler la trahison de beaucoup de cardinaux comme RM etc...
AveMaria44
Il faut distinguer Judas et Pierre. NSJC n'a pas prié pour que la foi de Judas ne défaille pas, n'a pas fondé son Église sur Judas, ne lui a pas confié les clefs du Ciel ni ses agneaux et ses brebis. Il ne s'agit pas de savoir si Bergoglio est un démon mais s'il est hérétique, et donc s'il est Pape, il est vraiment curieux de refuser de se poser la question.
Ne nous laissez pas sucomber and one more user like this.
Ne nous laissez pas sucomber likes this.
avecrux.avemaria likes this.
dvdenise
Tous nous sommes pécheurs, même le Pape François l'a dit de lui-même. D'ailleurs à ce que j'ai déjà lu, il se confesse tous les 15 jours.

Au lieu de critiquer, d'interpréter ses pensées et de le juger, plusieurs feraient mieux de faire un examen de conscience sur leurs propres péchés, plutôt que d'écrire autant de folies sur le Pape François.

Chaque être humain sur cette terre est sous le regar…More
Tous nous sommes pécheurs, même le Pape François l'a dit de lui-même. D'ailleurs à ce que j'ai déjà lu, il se confesse tous les 15 jours.

Au lieu de critiquer, d'interpréter ses pensées et de le juger, plusieurs feraient mieux de faire un examen de conscience sur leurs propres péchés, plutôt que d'écrire autant de folies sur le Pape François.

Chaque être humain sur cette terre est sous le regard de Dieu et LUI SEUL est Le Législateur et LUI SEUL connaît les profondes intentions de chacun et c'est pourquoi il est écrit dans les Écritures: Ne jugez pas si vous ne voulez pas être jugé et de la même mesure .......

Vous connaissez par coeur le commandement que JÉSUS nous a transmis, mais plusieurs ne l'appliquent pas. AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES COMME JE VOUS AI AIMÉS. À cela on reconnaîtra que vous être chrétiens.
dvdenise
Le péché de Judas était l'avarice qui est la racine de tout mal.