Langue
Clics
136
GChevalier 3

Deuxième article au bon endroit : Merci Valli pour ton formidable humour !

Article précédent : L’Antéchrist vu par un non-spécialiste

* * *

Les bons hommes aux bons endroits / 2

Blog d’Aldo Maria Valli, le 3 décembre 2018

Bonjour, chers amis, et bienvenue sur la rubrique La bonne personne au bon endroit, qui aujourd’hui vous offre trois autres noms qui en valent sans doute la peine.

Commençons par Mgr Marcelo Sánchez Sorondo, argentin, philosophe et théologien, actuel chancelier de l’Académie pontificale des sciences et de l’Académie pontificale des sciences sociales. Rôles dans lesquels il s’est distingué par des déclarations et des initiatives remarquables.

Admirateur jovial de Mao et des éco-catastrophistes, Monseigneur Sorondo est un amoureux de la Chine et, sachant bien que l’amour est aveugle, il est allé jusqu’à maintenir, sans mépris pour le ridicule, que « ceux qui mettent le mieux en pratique la doctrine sociale de l’Église sont les Chinois », car dans ces régions « l’économie ne domine pas la politique, comme cela se produit aux États-Unis ». En fait, « les Chinois cherchent le bien commun, subordonnant les choses au bien général ».

En bon amant, le monseigneur a voulu connaître de près l’objet de son amour et il est revenu encore plus fasciné : « J’ai rencontré une Chine extraordinaire, ce que les gens ne savent pas, c’est que le principe chinois central est le travail, le travail, le travail. C’est comme disait Saint Paul : ceux qui ne travaillent pas ne mangent pas. Les jeunes Chinois ne se droguent pas, il n’y a pas de bidonvilles et le gouvernement défend la dignité de la personne. En ce moment, ce sont les Chinois qui réalisent le mieux la doctrine sociale de l’Église. »

Perdu amoureux de la Chine et des Chinois, Monseigneur n’en est pas moins amoureux des franges extrêmes de l’écologie mondiale, celles qui n’hésitent pas à théoriser la nécessité du contrôle des naissances, notamment par l’avortement, pour sauver le monde des humains.

Ce qui semble donner le plus de satisfaction à Sorondo, c’est d’organiser des conférences, au Vatican, en invitant des gens comme Paul Ehrlich et John Bongaarts, deux autres hommes justes au bon endroit. En effet, convaincu que l’homme est « un danger pour la planète », Ehrlich est un avorteur selon lequel « les enseignements moraux de l’Église sont aussi antithétiques qu’une attaque terroriste », tandis que Bongaarts, vice-président du Population Council (organisme qui encourage le contrôle des naissances) écrit dans Nature que « les femmes devraient pouvoir choisir entre plusieurs méthodes de contraception, dont la stérilisation ».

Parmi les visiteurs réguliers des initiatives promues par l’ineffable Sorondo se trouve le professeur Jeffrey Sachs, de l’Université de Columbia, et c’est à lui que va aujourd’hui la palme du bon second homme à la bonne place.

Si on laissait Sachs faire, l’humanité devrait être végétarienne, les machines ne devraient fonctionner qu’à l’électricité, les combustibles fossiles devraient être interdits et les gouvernements non alignés devraient être interdits. Un programme un peu dictatorial, mais pour le bien de l’homme, bien sûr.

Lié à Sorondo par un rapport de grande estime, l’omniprésent Sachs, qui parle modestement de lui-même comme le « leader mondial du développement durable » et qui est maintenant chez lui au Vatican, a exhorté à plusieurs reprises à légaliser l’avortement comme un moyen rentable pour éliminer les enfants non désirés lorsque la contraception échoue et a défini l’avortement comme une option « viable », car « à faible risque et faible coût ». Obsédé par le problème de la surpopulation, il est allé jusqu’à affirmer que la légalisation de l’avortement devrait être poursuivie parce qu’elle réduit considérablement le taux de fécondité totale d’un pays.

Mais Sachs, en plus d’être un champion de la catastrophe environnementale et du "droit" à l’avortement, est aussi un vrai colonialiste. En tant qu’expression de l’école économique, qui évalue tous les aspects de la vie et des relations humaines d’un point de vue économique, indépendamment des évaluations morales, il soutient que les pays les plus pauvres et les moins conscients des problèmes devraient être aidés dans leur développement "durable", laissant de côté certains aspects moins modernes de leur culture.

Chouette ! Compte tenu de l’ampleur et du poids des personnages mentionnés ci-dessus, notre chronique pourrait également s’arrêter là. Mais la règle est qu’il doit y avoir au moins trois bons hommes au bon endroit, et donc, Mesdames et Messieurs, nous voici aujourd’hui à notre troisième choix (sonnerie de trompette) : le monseigneur argentin Víctor Manuel Fernández, dit Tucho, théologien, biblique, écrivain, poète, professeur universitaire et archevêque métropolitain de la Plata.

Ami de François et son écrivain fantôme (les paragraphes clés, et les plus ambigus, de l’exhortation post-synodale Amoris laetitia sont la farine du sac de Tucho), Monseigneur Fernández a révélé son génie au monde avec un livre intitulé Saname con tu boca. El arte de besar (Guéris-moi avec ta bouche. L’art du baiser), publié en 1995 en Argentine. Ouais, tu m’as entendu, un livre sur les baisers. Tucho lui-même l’a présenté ainsi : « Dans ces pages, je veux résumer le sentiment populaire, ce que ressentent les gens quand ils pensent à un baiser, ce que ressentent les mortels quand ils embrassent. C’est pourquoi j’ai beaucoup parlé avec beaucoup de gens qui ont beaucoup d’expérience dans le domaine, et aussi avec beaucoup de jeunes qui apprennent à embrasser à leur façon. »

C’est pas génial ?

Mais Tucho Fernandez est capable d’autres performances. En effet, commentant le non à l’avortement en Argentine, il a déclaré : « Nous ne sommes pas si heureux pour les millions d’enfants qui ne seront pas tués par une loi meurtrière, comme nous le sommes pour les femmes qui avorteront clandestinement ou qui ont une grossesse non désirée. »

Il est à noter que Monseigneur Fernández à La Plata a pris la place de l’archevêque Hector Aguer, expulsé sans grand compliment à l’âge de soixante-quinze ans. Certes, c’est le droit canonique qui établit qu’à l’âge de soixante-quinze ans, le pasteur du diocèse doit présenter sa démission au Pape, mais en général un évêque a encore deux ans. Au lieu de cela, dans le cas d’Aguer, considéré comme trop conservateur et un peu trop ami de Benoît XVI, le renoncement a été accepté immédiatement, et à sa place, Tucho est ici.

C’est tout pour aujourd’hui. A la prochaine fois. Et n’oubliez pas d’envoyer vos rapports à La bonne personne, au bon endroit !

Source Catholique-Forum & Article I : catholique.forumactif.com/t79-voila-un-ar…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
montfort.kingeshop.com
L'Antéchrist rigole à fond
En compagnie de son démon
Lorsqu'il a trouvé quelqu'un
Comme lui fils du malin.
Il expulse les indésirables
Pour qu'ils soient la risée et la fable
De toute la gente médiatique
Qui pour tout dire est maçonnique.
Montfort AJPM
L'Antéchrist ronge son frein
Quand il en a contre quelqu'un :
Il attend le moment rêvé
Pour pouvoir bien se venger.
Pell vient d'en faire les frais :
Il va bien le mettre au frais
Dans une prison, bien bouclé
Jusqu'à son éternité.
GChevalier
Il faut se confier en la bonté de Dieu ;
Inutile, dit Antéchrist : c'est à moi qu'il faut tout donner car la terre m'appartient d'office ! Vous autres, vous n'êtes que des numéros.