Clicks370
Tonino

Le nouveau rituel conciliaire des ordinations et des sacres

Article complet ici : catholicapedia.net/pages_html/Rore-Sanctifica…

Le nouveau rituel conciliaire des ordinations et des sacres

POURQUOI Notre Seigneur Jésus-Christ a-t-il voulu laisser sur terre Sa Sainte Église après Son Ascension, en la fondant – par le Saint Esprit – le jour de la Pentecôte ?
Pour rendre au SEUL VRAI DIEU TRINE LE SEUL CULTE SACRIFICIEL « DE LA NOUVELLE ET ÉTERNELLE ALLIANCE » QU’IL EXIGE EN TOUTE JUSTICE, SEUL CULTE SACRIFICIEL PAR LEQUEL NOTRE SEIGNEUR VRAI DIEU ET VRAI HOMME PEUT SAUVER LES HOMMES :
« Pourquoi suis-je venu sur terre : POUR RENDRE TÉMOIGNAGE DE LA VÉRITÉ »
Pour être présent, EN VRAI DIEU ET VRAI HOMME, EN JÉSUS-CHRIST INCARNÉ AVEC SON CORPS ET SON SANG, à toutes les générations des hommes jusqu’à la Fin du Monde, PAR LE SAINT SACREMENT, FRUIT DU SEUL VÉRITABLE SACERDOCE SACRIFICIEL DE MELCHISÉDEK SACRAMENTELLEMENT VALIDE.
« Sans Moi, vous ne pouvez rien faire »
« Je ne vous laisserai pas orphelins »
« Je serai avec vous jusqu’à la Fin du monde »

* * *
Les bonnes questions à se poser
1. Qui a créé les rituels d’ordination et de consécration utilisés depuis toujours par l’Église de Jésus-Christ ?
2. Étaient-ils efficaces ?
3. Pourquoi changer ?
4. Était-ce utile ?
5. Était-ce indispensable ?
6. Qui les a changés ?
7. L’intention qui a présidé à ces changements était-elle celle de l’Église de toujours ?
8. Si oui, pourquoi ne pas avoir laissé les deux rites ?
9. Si oui, pourquoi avoir en pratique interdit le rite de toujours ?
10. N’y avait-il pas une autre intention, une autre idée ?
11. Laquelle ?
12. Quel est le résultat ?

PRÉSENTATION DU DOSSIER
Pourquoi ce dossier ?
Ce dossier pose de très graves questions absolument décisives, complètement occultées, bien qu’elles aient fait autrefois l’objet de quelques études effectuées en leur temps par divers auteurs, études évidemment soigneusement passées sous silence.
Un dossier solide, documenté, irréfuté !

Les termes du problème
Après le concile Vatican II, Montini-Paul VI a modifié les rites de tous les sacrements. Une réforme aussi générale est pour le moins risquée. En effet, si quelque chose d’essentiel a été modifié, le nouveau rite n’est plus efficace, il ne produit plus la grâce ni l’effet sacramentel, car il n’est plus le rite que le Christ a institué.

Des conséquences incalculables
En a-t-il été ainsi dans la réforme du sacrement de l’ordre ?
Cette question est de la plus grande importance, car, dans ce cas, la transmission du sacerdoce ne serait plus assurée.
Les conséquences en seraient incalculables :
— plus de sacerdoce catholique,
— plus d’eucharistie : il faut un prêtre validement ordonné pour dire la messe,
— plus de Saint Sacrement, assurant la présence réelle de Notre-Seigneur Dieu incarné,
— plus de sacrement de pénitence pour remettre les péchés,
— plus de confirmation pour les baptisés,
— plus d’extrême-onction pour aider les mourants.

Par la destruction du seul sacrement de l’Ordre, l’église Conciliaire ne serait qu’une secte purement humaine de plus
Par la destruction de ce seul sacrement de l’Ordre, l’église Conciliaire ne serait plus l’Église du Christ : elle serait une secte de plus parmi beaucoup d’autres.
Sans être le plus grand de tous les sacrements, celui de l’ordre est indispensable à l’Église.
Il est en effet la source de presque tous les autres sacrements. Sans évêque catholique, les hommes pourraient encore être baptisés et se marier religieusement, mais c’en serait fait de toute vie sacramentelle, en particulier du saint sacrifice de la messe et de la présence réelle du Christ dans son état de victime immolée et offerte dans le Saint Sacrement.
Sans sacerdoce sacrificiel valide, l’Église du Christ ne serait plus qu’une secte purement humaine et rien d’autre.

La protestantisation de la doctrine catholique
Le 8 décembre 1973, l’on a pu lire cette déclaration du Consistoire supérieur de l’Église de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine (citée dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, n° 289 du 14 septembre 1973) :
« [...] Nous estimons que dans les circonstances présentes, la fidélité à l’Évangile et à notre tradition ne nous permet pas de nous opposer à la participation des fidèles de notre Église à une célébration eucharistique catholique... Étant donné les formes actuelles de la célébration eucharistique dans l’Église catholique et en raison des convergences théologiques présentes, beaucoup d’obstacles qui auraient pu empêcher un protestant de participer à sa célébration eucharistique semblent en voie de disparition. Il devrait être possible, aujourd’hui, à un protestant de reconnaître dans la célébration eucharistique catholique la cène instituée par le Seigneur ... Nous tenons à l’utilisation des nouvelles prières eucharistiques dans lesquelles nous nous retrouvons et qui ont l’avantage de nuancer la théologie du sacrifice que nous avions l’habitude d’attribuer au catholicisme. Ces prières nous invitent à retrouver une théologie évangélique du sacrifice. »
La protestantisation de la doctrine catholique par le concile Vatican II est tellement notoire que ses promoteurs ne s’en cachent même plus.
Le cardinal Roger Etchegaray, a confessé sans vergogne durant la quinzième Assemblée générale du protestantisme français : « Vous ne pouvez plus revendiquer le monopole de la Réforme si vous reconnaissez les sérieux efforts de renouveau biblique, doctrinal et pastoral entrepris par l’Église du Concile Vatican II. »
Quel observateur loyal pourrait contredire les propos de ce cardinal ?
Qui pourrait sérieusement nier la protestantisation de la doctrine de l’Église par Vatican II ?
Il suffit de connaître moyennement son catéchisme pour constater quelles doctrines sont encore enseignées depuis ce concile et quelles doctrines ne le sont plus.

Un problème bien plus important que celui du nouvel Ordo Missæ
Ce problème est plus important que celui du nouvel Ordo Missæ.
Nous avons donc repris quelques textes pour aider à réfléchir, textes anciens et oubliés, ou textes plus récents.
Du coup, dans cet effort de réflexion, nous sommes évidemment allés aux textes de référence, ceux du magistère, que nous publions également. Enfin, nous avons essayé de présenter le problème sous une forme visuelle en utilisant des schémas.
SANS LE SEUL ET VRAI SACERDOCE SACRIFICIEL DE MELCHISÉDEK SACRAMENTELLEMENT VALIDE DE LA NOUVELLE ET ÉTERNELLE ALLIANCE INSTITUÉ EN SON SANG PAR NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST LUI-MÊME, L’ÉGLISE A DONC PERDU SA RAISON D’ÊTRE ELLE-MÊME,
DEVENUE DES LORS ABSOLUMENT INCAPABLE
D’ATTEINDRE SA PROPRE FIN ;

RENDRE AU SEUL VRAI DIEU TRINITAIRE LE SEUL CULTE SACRIFICIEL
QU’IL EXIGE ABSOLUMENT EN TOUTE JUSTICE ET TOUTE VÉRITÉ
,
ET SEUL CULTE SACRIFICIEL PAR LEQUEL NOTRE-SEIGNEUR
– LE VERBE DE DIEU INCARNÉ –
A VOULU SAUVER LES HOMMES.


Sous la direction de feu M. le curé Schoonbroodt,
www.rore-sanctifica.org

LES PSEUDO « CONSÉCRATIONS ÉPISCOPALES » SACRAMENTELLES CONCILIAIRES
SELON LE NOUVEAU RITE LATIN SONT :

ABSOLUMENT VAINES & ENTIÈREMENT NULLES,
MAIS AUSSI DÉLIBÉRÉMENT ET INTRINSÈQUEMENT HÉRÉTIQUES ET SACRILÈGES

LES CINQ INVALIDITÉS SACRAMENTELLES INTRINSÈQUES,
RADICALES ET DÉLIBÉRÉES
,
DE LA FORME SACRAMENTELLE ESSENTIELLE
DU NOUVEAU RITE LATIN CONCILIAIRE DE LA CONSÉCRATION ÉPISCOPALE

FABRIQUÉE, AVEC LE PÈRE SPIRITAIN LÉCUYER, PAR LE PRÊTRE LAZARISTE FRANC-MAÇON ANNIBALE BUGNINI
ET SON CONSILIUM DES RÉFORMATEURS CONCILIAIRES LITURGISTES,
PUIS PROMULGUÉE LE
18 JUIN 1968 POUR TOUTE L’ÉGLISE ROMAINE PAR MONTINI-PAUL VI (PONTIFICALIS ROMANI)


Résumé conclusif de la Notitia IV Spiritus Principalis, pp 86-87[1]
6.3 EN RÉSUME DE CETTE NOTITIA IV
Ainsi qu’il a été démontré par les documents authentiques déjà publiés par Rore Sanctifica, qui viennent d’être synthétisés dans le présent document :
Cette pseudo "forme essentielle" de la nouvelle consécration "sacramentelle" épiscopale conciliaire, inventée par Dom Botte-Lécuyer-Bugnini, réformateurs liturgistes modernistes anti-traditionnels déclarés, et promulguée le 18 juin 1968 par la "Constitution Apostolique" Pontificalis Romani de Montini-Paul VI, est sacramentellement ABSOLUMENT INVALIDE INTRINSÈQUEMENT, et cela pour, au minimum, QUATRE ordres de motifs, dont chacun suffit à assurer son invalidité sacramentelle CERTAINE au regard des normes théologiques et liturgiques irréformables de la Théologie sacramentelle catholique, énoncées par la Doctrine constante et infaillible du Magistère catholique :

1°) Cette pseudo forme "sacramentelle" de la nouvelle "consécration" épiscopale conciliaire N'EST PAS UNIVOQUE, MAIS VOLONTAIREMENT ÉQUIVOQUE,
2°)
Cette pseudo forme "sacramentelle" de la nouvelle "consécration" épiscopale conciliaire N'EXPRIME NULLEMENT ET EN RIEN LA POTESTAS ORDINIS (le pouvoir d'ordre conféré ex opere operato, avec le caractère ontologique qui lui est associé, par le sacrement) DE L'ÉPISCOPAT, ET CELA VOLONTAIREMENT,
3°)
Cette pseudo forme "sacramentelle" de la nouvelle "consécration" épiscopale conciliaire EST AFFECTÉE VOLONTAIREMENT D'INTERPRÉTATIONS HÉRÉTIQUES CHRISTO-JUDAÏSANTES, DONT AU MOINS CELLE DE L'ONCTIONNISME ACCIDENTEL PROFESSÉ PAR L'UN DE SES PRINCIPAUX RÉDACTEURS OFFICIELS, LE PÈRE LÉCUYER, PRÉSENTATEUR OFFICIEL[2] DE CE NOUVEAU RITE PSEUDO « SACRAMENTEL » ÉPISCOPAL CONCILIAIRE,
4°)
Cette pseudo forme "sacramentelle" de la nouvelle "consécration" épiscopale conciliaire EST INVALIDE EN RAISON DES ACTES ANTICATHOLIQUES ET DE TROMPERIE DÉLIBÉRÉE DES "ARCHITECTES" LITURGISTES MODERNISTES DE CE NOUVEAU RITE ÉPISCOPAL CONCILIAIRE, DONT LES PREUVES SONT PUBLIÉES, ET EN RAISON DES DÉCLARATIONS PRÉALABLES ANTICATHOLIQUES PUBLIQUES ET OFFICIELLES DE LEUR SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE, BIENTÔT NOMMÉ SECRÉTAIRE DU CONSILIUM, LE FRANC-MAÇON, PRÊTRE LITURGISTE LAZARISTE, ANNIBALE BUGNINI :
Annibale BUGNINI ( ), Osservatore Romano, 15 mars 1965 :
« Nous devons dépouiller nos prières Catholiques et la Liturgie Catholique de tout ce qui pourrait représenter l'ombre d'une pierre d'achoppement pour nos frères séparés, c'est-à-dire pour les Protestants. »
5°) ET IL EXISTE MÊME UN CINQUIÈMES MOTIF SUPPLÉMENTAIRE D'INVALIDITÉ :

MONTINI-PAUL VI, METTANT CARRÉMENT AU REBUT LA FORME ESSENTIELLE DE LA CONSÉCRATION SACRAMENTELLE ÉPISCOPALE DU RITE LATIN EN USAGE CONSTANT ET DOCUMENTÉ DEPUIS AVANT L'AN 300, A EFFRONTÉMENT COMMIS UN ÉNORME MENSONGE EN DÉCLARANTCONTRAIREMENT AUX FAITS RÉELS CONSTATABLES ET PROUVÉSdans sa pseudo "Constitution Apostolique" Pontificalis Romani du 18 juin 1968 par laquelle il a promu son nouveau rite "sacramentel" épiscopal conciliaire :
« On a jugé bon de recourir, parmi les sources anciennes, à la prière consécratoire qu'on trouve dans la Tradition Apostolique d'Hippolyte de Rome, document du début du troisième siècle, et qui, pour une grande partie, est encore observée dans la liturgie de l'ordination chez les Coptes et les Syriens occidentaux[3] »
AINSI FUT PERPÉTRÉ DISCRÈTEMENT ET SILENCIEUSEMENT LE 18 JUIN 1968 CE CRIME CLÉRICAL INOUÏ CONTRE L’ÉPISCOPAT CATHOLIQUE ET LA SUCCESSION APOSTOLIQUE DE RITE LATIN.
EN DÉFINITIVE CETTE GIGANTESQUE IMPOSTURE N'EST MOTIVÉE QUE PAR
LA HAINE, LA RUSE, LA DUPLICITÉ
ET LE MENSONGE ANTI-CATHOLIQUES !
C'EST BIEN LA EN EFFET,

LA SIGNATURE DE L'ILLUMINISME SATANISTE
ROSE+CROIX
ET SON RÔLE SPÉCIFIQUE AU SEIN DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE
.
QUI EXPRIME TOUTE LA HAINE EFFROYABLE DE SATAN LUI-MÊME
ENVERS NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST ET
SA SAINTE INCARNATION
PAR LAQUELLE SA TRÈS CRUELLE PASSION A PU NOUS RACHETER,
DONC CONTRE
SON SAINT SACERDOCE SACRIFICIEL SACRAMENTEL,
PAR LEQUEL – ET PAR LEQUEL SEUL – IL NOUS SAUVE,

AINSI QU’ENVERS SA MÈRE, LA TRÈS SAINTE VIERGE MARIE
.

TRAVAUX DE RORE-SANCTIFICA
.
Article complet ici : catholicapedia.net/pages_html/Rore-Sanctifica…