Clicks287

Le Parlement européen élit une femme voilée « jeune européenne de l’année 2019 » + Un parti musulman aux européennes

Le Parlement européen élit une femme voilée « jeune européenne de l’année 2019 »

_________________________________________________________________________________________________


_________________________________________________________________________________________________

🏆I am happy to announce that I am the winner of the prize ‘Young European of the Year 2019’ received from the European Parliament and the @SchwarzkopfStfg.

Here is our collective win: for young women, for immigrants daughters, for Europe, for Unity in Diversity, for peace. twitter.com/…/110178741174552…
— Yasmine O. (@yasmineojay) 2 mars 2019

islamisation.fr/…/le-parlement-eu…

---------------------------------------------------------------------------------

Le Parlement européen décerne à Yasmine Ouirhrane le prix du Jeune européen de l’année 2019

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 7 Mars 2019

Yasmine Ouirhrane a été nommée par le Parlement européen, avec le concours de la fondation Schwarzkopf, lauréate du prix du Jeune européen de l’année 2019. © Benjamin Fievet, March for Europe, Rome 2017.

Tous les ans depuis 1997, le Parlement européen, avec le concours de la fondation Schwarzkopf, attribue le prix Young European of the Year à de jeunes européens âgés entre 18 et 28 ans et qui se sont distingués pour leur engagement en faveur de la compréhension mutuelle entre les peuples et l’intégration européenne. Pour l’édition 2019, ce prix a été attribué à Yasmine Ouirhrane, une Italienne âgée de 23 ans, « pour son engagement en faveur de l'égalité hommes - femmes et de l'égalité des chances pour les migrants en Europe ».

Cette nomination, qui ne manque pas de faire grincer des dents du côté des mouvements d’extrême droite européenne, est « une victoire collective pour les jeunes femmes, les filles d’immigrants, pour l’Europe, pour l’Unité dans la Diversité (la devise de l’Union européenne, ndlr), pour la paix », selon les mots de Yasmine Ouirhrane relayés après l’annonce de la nouvelle samedi 2 mars. « Nous sommes aussi Européens, aujourd’hui plus que jamais. »

Un nouveau modèle pour la jeunesse européenne

Italienne d’origine marocaine et de confession musulmane, fière de ses multiples appartenances, Yasmine Ouirhrane, qui ne maîtrise pas moins de cinq langues, incarne aujourd’hui un nouveau modèle pour la jeunesse européenne.


Actuellement en master de relations internationales à Sciences Po Bordeaux, elle est, entre autres, membre du Réseau uni de jeunes bâtisseurs de paix (United Network of Young Peacebuilders).

Yasmine Ouirhrane, qui a participé à la conférence de Women Deliver en septembre 2018 à New York aux côtés notamment de la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa, est présentée par le Parlement européen comme une des organisatrices de l’édition 2018 du Yo! Fest, un festival politique annuel placé sous l'égide du Forum européen de la jeunesse, à Strasbourg.

« En tant que fille d'une mère italienne et d'un père ayant immigré en Italie, j’ai lutté toute ma vie pour être intégrée et acceptée. Ce prix symbolise un tournant et un grand pas en avant vers l'intégration de tous les jeunes citoyens européens », a-t-elle fait valoir. Son prix, doté de 5 000 €, lui sera officiellement remis en avril à Bruxelles.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------
www.saphirnews.com/Le-prix-du-Jeun…

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------

Un parti musulman aux européennes : l’UDMF de Nagib Azergui décrypté

Mise en ligne le 26 février 2019

La liste de l’UDMF aux élections européennes est baptisée « Une Europe au service des peuples » est composée de 79 colistiersUne série de meetings sont prévus. Le premier, à Vaulx-en-Velin, samedi 2 mars. Suivra Marseille, le 29 mars, Joué-Lès-Tours le 6 avril, Lille le 13 avril ou encore Paris le 4 mai.

L’Union des démocrates musulmans français (UDMF) est un parti politique français fondé en novembre 2012 par Nagib Azergui et Emir Megherbi, qui prépare les prochaines échéances électorales.

Lors des élections régionales de 2015, l’UDMF présenté une liste en Île-de-France, menée par Nizarr Bourchada (tête de liste et chef de fil du Val de Marne). Le parti obtint 12 528 voix, avec notamment 5,9 % dans la commune de Mantes-la-Jolie. Sont déjà annoncées pour les municipales de 2020 des listes à Joué-Les-Tours et Vaulx-en-Velin, deux villes où la pratique de l’islam se « salafise » ainsi que l’avait établi le livre-enquête « Mosquées Radicales » (éditions DMM, 2016).

Pour cerner le positionnement idéologique de ce parti, il suffit d’écouter les interventions télévisées de son président, Nabib Azergui, ainsi que ses publications sur les réseaux sociaux.

Azergui est souvent invité à s’exprimer sur la chaine saoudienne IQRAA. Il y a pris position contre la loi de 2004 interdisant le port du voile à l’école publique : « La loi de 2004 sur l’interdiction du voile à l’école est clairement liberticide[1] ».

Il ne voit aucun rapport entre l’islamisme et le port du hijab et le fait savoir lors d’un autre passage sur la chaine : « Dire que derrière ces femmes qui portent le hijab se cache l’islamisme rampant (…) est un amalgame dangereux, réprimable. On ne doit pas garder le silence sur ce genre d’affront. »

L’autorisation du port du voile partout est un des combats centraux de l’UDMF, qui s’est réjoui de la condamnation (uniquement verbale) de la France pour « discrimination religieuse » par le comité des droits de l’homme de l’ONU dans l’affaire Baby Loup, comité noyauté par les pays islamistes comme chacun sait.

L’UDMF a partagé l’article de la sexologue voilée Nadia El Bouga disant « On peut être féministe et porter le voile » (SIC).

On ne s’étonne donc pas de voir le compte Twitter de l’UDMF partager les communiqués de l’ex-UOIF , « Musulmans de France », ouvertement frériste, et Azergui de féliciter le président Erdogan lors de son élection le 24 juin 2018, protecteur de la confrérie islamiste.

Le lycée islamiste Averroès de Lille de la même mouvance voit son actualité également relayée. Un des derniers combats d’Azergui a été de défendre la chanteuse voilée Mennel qui partage les publications des prédicateurs fréristes Hassan Iquioussen et Tariq Ramadan.

Il est donc étonnant que l’UDMF ait recruté sur sa liste aux européennes l’ennemi médiatique des Frères Musulmans qu’est le professeur Bassam Tahhan.

L’académicien Alain Finkielkraut risquerait d’être réduit au silence à écouter le président du parti musulman : « Nous avons probablement trop laissé faire certains philosophes qui ont obscurci les mentalités, je pense à Alain Fikienlkraut [2]». Le crime du philosophe est probablement de défendre l’identité culturelle de la France.

Quand Azergui félicite l’équipe de France c’est uniquement pour mettre en avant dans l’illustration les joueurs Sidiba et Pogba faisant leur prière sur la pelouse, et une seconde fois Pogba priant avant de rentrer sur le terrain.

On se demande si le président de l’UDMF soutiendrait l’équipe de France si elle ne comportait aucun joueur qui affichait sa foi musulmane. Par contre, Azergui critique ceux qui osent parler l’islamisation de la France, accusant les journalistes du Monde Davet et Lhomme d’avoir « manipulé » les étudiants en journalisme ayant co écrit « Inch’ Allah, l’islamisation à visage découvert » (Fayard, 2018) « une enquête bidonnée sur une pseudo islamisation du 93 » écrit un communiqué de l’UDMF.


On ne s’étonne pas de voir relayée la moindre suspicion de bavure policière et encore moins l’actualité de la fratrie d’Adama Traoré accusant la police de bavure. Rappelons que Bagui Traoré en avril dernier a été condamné à 30 mois de prison ferme pour une série d’extorsions et d’escroqueries sur des personnes vulnérables entre 2015 et 2016.

Quant à Youssouf Traore, qui met en avant sa probité sur Canal Plus, il serait tout de même connu pour « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, violences volontaires, rébellion, menaces de mort ». De son côté, Adama est connu depuis 2007 à travers dix-sept procédures !

Mais comme la famille est musulmane et que la sœur Assa, voilée, crie justice en accusant la police de bavure, ses tribunes sont relayées sans aucun avertissement par l’UDMF (tweet du 18 juillet 2018).

Tout est bon pour enfoncer la France et la civilisation européenne. Des partages d’articles sur l’esclavage sont relayés, toujours à sens unique, en ne parlant que de l’esclavage pratiqué par les européens.

Un partage d’un article[3]fallacieux sur les évènements du 8 mai 1945 Sétif en Algérie est mis en avant afin d’alimenter le ressentiment : l’article provenant de RTL inverse la chronologie des violences, qui furent en premier les européens (23 morts et 80 blessés) avant l’intervention de riposte de l’armée française contre les miliciens indépendantistes malheureusement mêlés aux civils (35 tués).

Le lecteur sera amené à croire que l’armée française est intervenue gratuitement, alors qu’un lien hypertexte envoie sur un article du Figaro présentant les évènements dans l’ordre.

Un autre article du même acabit est titré par l’UDMF « la colonisation fut un grand safari sexuel » (Tweet du 22 septembre 2018), tout en nuance.

Comme ce propos du grand intellectuel Lilian Thuram « il y a dans nos sociétés un discours qui valide la supériorité de la race blanche » relayée par le président du parti musulman.

Ainsi, au vu de l’écosystème de son président se dessine l’UDMF : un parti musulman « frero compatible », pour qui le port du voile est un combat, soutenu par la chaine islamiste Iqraa, toujours prompt à relayer les informations dénigrant la police française et l’histoire coloniale de la France.


Observatoire de l’islamisation, 26 février 2019.

[1] Iqraa TV , 18 mai 2018, compte Youtube Union des Démocrates musulmans français, « Les musulmans s’interrogent avec Nagib Azergui »

[2]Nagib Azergui , 18 juin 2018 , interview sur Iqraa. Compte tweeter UDMF.

[3]www.rtl.fr/…/algerie-le-8-ma…

islamisation.fr/…/un-parti-musulm…

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’Union des démocrates musulmans français au défi des élections européennes

Rédigé par Amara Bamba | Lundi 4 Mars 2019

C’est une première pour l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Ce jeune parti, qui s’est fait remarquer aux élections municipales de 2014 dans une alliance victorieuse, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), avec l’Union des démocrates indépendants (UDI), il a joué les trouble-fêtes durant les départementales de 2015. Mais aux élections européennes prévues le 26 mai prochain en France, l’UDMF compte s’affirmer en lançant sa liste « Une Europe au service des peuples ».

L'Union des démocrates musulmans de France (UDMF), présidée par Nagib Azergui ici à l'image, se présente aux élections européennes prévues en France le 26 mai 2019.

La grande salle de la Mairie de Vaulx-en-Velin, dans le Rhône, a accueilli, samedi 2 mars, le meeting de lancement de la campagne européenne de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Pour Nagib Azergui, président du parti, le citoyen français mérite une offre politique plus riche pour une Europe sociale et morale. « Une Europe des peuples face à cette Europe qui assiste impuissante à la montée des mouvements identitaires », indique-il à Saphirnews.

Avec un scrutin proportionnel en un tour, les élections européennes sont plutôt favorables aux petites formations. Les listes dépassant 5 % des suffrages obtiennent un nombre de sièges en rapport aux voix recueillies. Une aubaine pour les petits partis. Une occasion de tirer leur épingle du jeu, car les européennes mobilisent peu. Le taux d’abstention s’élevait en effet à 56 % en 2014.

Trois participations aux élections pour l'UDMF

Ce sont les municipales de 2014 qui ont permis à l’UDMF d'accéder à une petite notoriété. Son alliance avec l’Union des démocrates indépendants (UDI) a contribué à la victoire de Stéphane de Paoli à Bobigny. Une place de choix a été accordée au monde associatif sur leur liste pour incarner la diversité de représentants à l’image de la diversité de la population.

Le président de l’UDMF minimise la polémique qui a accompagné cette victoire et qui a conduit, plus tard, à une scission du mouvement en 2016. Nagib Azergui retient surtout l’intérêt de savoir choisir ses partenaires. Pour lui, « beaucoup de choses deviennent possible dans une bonne alliance. A Bobigny, notre victoire est historique. Nous avons battu les communistes dans une ville qui était leur bastion pendant 95 ans. C’est cela qu’il faut retenir ».

Avec une identité musulmane assumée, un discours laïc et républicain, ce parti entend offrir une voie d’expression à une population qui ne se reconnaît pas dans l’offre politique traditionnelle. Leurs scores aux Mureaux (4,40 %), à Mantes-la-Jolie (5,90 %) furent parmi les surprises des départementales de 2015. Le scrutin était alors local, mais il s’agissait désormais d’élections nationales.

Au meeting de lancement de l'UDMF à Vaulx-en-Velin, le 2 mars 2019.

Une présence nationale revendiquée pour les européennes

A peine six ans après les municipales, cette participation aux européennes est un défi pour l’UDMF. Il lui faut désormais assurer une couverture nationale le 26 mai prochain.

A l’heure du lancement de leur campagne, ce tour de force est en passe d’être réussi avec une liste qui compte déjà 79 personnes. « D’ores et déjà, nous serons présents dans toutes les grandes villes sans exception, explique Nagib Azergui. Il nous reste quelques semaines pour peaufiner notre liste afin que l’on puisse couvrir la totalité du territoire ».

Au-delà de la parité homme-femme réglementaire, le vœu est de constituer une liste à l’image de la diversité de la population française sans tomber dans les clichés. « Mes colistiers ont tous les accents de nos régions, fait-il part. Ils ne sont pas professionnels de la politique. En majorité, ils sont à leur première participation à un parti politique. »

Aux régionales de 2015, avec un budget insignifiant de 7 000 euros, on estime à 13 000 le nombre d’électeurs ayant choisi le bulletin de l’UDMF en Ile-de-France. Pour ces élections européennes, le budget du parti s’élève à 200 000 euros et Nagib Azergui s’attend à obtenir plusieurs centaines de milliers de voix. Pour atteindre cet objectif, « nous devons faire du terrain, expliquer notre projet et mobiliser les gens à s’inscrire sur les listes avant le 31 mars… On a rencontré des gens qui n’avaient jamais voté ou qui ne votaient plus (…) et qui se sont inscrits sur les listes dès qu’ils ont su que nous serons présents ». Après Vaulx-en-Velin, plusieurs meetings de campagne sont ainsi programmés à travers la France d’ici au mois au mai.

L’UDMF en réponse à une instrumentalisation récurrente de l’islam

Ingénieur de formation, Nagib Azergui a grandi dans ce qu’il nomme « les bidonvilles de Nanterre », dans les Hauts-de-Seine. Le cœur ancré à gauche, il assiste impuissant le fait musulman devenir un instrument dont usent les politiques à des fins électorales.

En 2004, en plein débat sur la réforme des retraites, il s’étonne que Jacques Chirac détourne l’attention avec la loi antifoulard. Aux régionales de 2010, il se désole de voir le débat gommé par « l’identité nationale ». Puis, en 2012, il ne supporte pas que les « prières de rues » deviennent un thème de campagne aux présidentielles. La création de l’UDMF fut, pour lui, sa réponse à l’instrumentalisation récurrente de l’islam pour distraire le peuple des vrais débats nationaux.

Créée en novembre 2012, le parti arrive dans l’arène politique onze ans après le Parti chrétien-démocrate (PCD) de Christine Boutin auquel Nagib Azergui aime se référer en réponse à ceux qui accusent son mouvement de faire le lit du « communautarisme » en France. Avec ses ambitions européennes, l’UDMF se présente comme l’exemple le plus abouti d’organisation politique, en France, porteur d’un discours où islam, République, laïcité et citoyenneté s’accordent autour de la démocratie.

Lire aussi :
Législatives 2017 : quels sont les résultats obtenus par les listes musulmanes ?

Des listes musulmanes à l'assaut des législatives sous le feu des critiques

Régionales : une percée électorale encourageante pour l’UDMF

El Yamine Soum : « La théorie selon laquelle les Français ne sont pas prêts à voter pour des candidats de la diversité est fausse »

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
www.saphirnews.com/L-Union-des-dem…
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Elle va aussi remporter l'eurovision ?
Ah non pour l'Eurovision , faut être homosexuel
J'avais oublié ! Mais peut-être que...
Si elle tient un drapeau d'israel peut être !
Elle sera miss univers !
Sponzorizée par Schwarzkopf
ne nous laissez pas succomber and one more user like this.
gerard57 likes this.
gerard57 likes this.
Schwartzkopf , une marque de produits pour les cheveux qui sponsorise une femme voilée ???