언어
클릭 수
1천
apvs

La foi de l'enfant

Un garçon de douze ans se trouvait à l'hôpital, le corps couvert d'enflures à tel point qu'il ne pouvait presque plus bouger. Malgré cela, il était toujours de bonne humeur et reconnaissant pour les soins qu'on lui prodiguait.
Il n'avait qu'un désir : se rendre à la grotte de Lourdes, dont on lui avait tant parlé. Son père, communiste convaincu, influença la mère et déclara : " Pas question d'aller à Lourdes. "
Mais voyant que ce refus peinait l'enfant, il céda enfin, à condition qu'on ne lui parla pas des "sottises" de Lourdes.
La mère accompagna l'enfant dont l'état réclamait des soins constants. A Lourdes, il fut admis à l'hôpital près de la Grotte. Là, une infirmière, pleine de charité, les pris en charge tous les deux.
Le troisième jour, la mère avoua à l'infirmière :
- Depuis vingt-cinq ans, je ne me suis pas confessée. Pensez-vous que mon fils guérira si je reçois les sacrements ?
L'infirmière répondit :
- On ne peut pas le dire d'avance mais ce qui est certain, c'est que Dieu récompense largement et de la façon qu'Il juge la meilleure.
Le lendemain, la femme se confessa et communia, ce qui la rendit très heureuse. Elle demanda que l'on n'en parlât pas à son fils " Car, dit-elle, le médecin a déclaré que la moindre émotion peut provoquer une mort instantanée. " L'infirmière promit de se taire.
Avant le départ, elle demanda à l'enfant :
- Es-tu content d'être venu à Lourdes ?
- J'ai dit à la Sainte Vierge de convertir ma mère plutôt que de me guérir.
et il se mit à pleurer...
Alors l'infirmière demanda au médecin si, pour consoler le malade, elle pouvait lui dire que sa mère s'est déjà confessée. Ayant obtenu l'accord du docteur, elle s'adressa à l'enfant :
- Peux-tu garder pour toi un secret ?
- Oui,
dit-il
- Mais il ne faut pas le dire, pas même à ta mère.
Après un instant d'hésitation, il dit : " Je te le promets ! "
- Et bien, mon petit, déclare l'infirmière, ta maman s'est confessée et a communié à Lourdes.
Mais tout de suite, l'infirmière prit peur : elle vit l'enfant rayonner d'une telle joie qu'elle mit sa vie en danger. Mais il dit : " Maintenant je peux mourir en paix " , et il essaya de croiser ses mains enflées sur sa poitrine.
Son état empira de jour en jour sans entamer sa sérénité. Il était dans son petit lit comme un ange.
Rentré dans son village, il retrouva son lit d'hôpital. Là, il confia à une infirmière son désir de mourir à la maison entre son père et sa mère. La nuit qui suivit, le téléphone annonça son départ pour le ciel.
La famille habitait le faubourg "rouge". L'infirmière s'y rendit pour prier et pour voir une dernière fois l'enfant qu'elle aimait tant ! Il était là sur la civière, le sourire sur les lèvres qui se reflétait sur le visage de la mère.
S'adressant à l'infirmière, elle dit : " Il y a eu un vrai miracle cette nuit... Notre petit était à peine mort, lorsque mon mari se leva et dit : " Je voudrais bien le revoir un jour. " Puis, après un moment d'hésitation, il ajouta : " Demain matin, emmène-moi à un prêtre. "
Est-ce que la Mère de Dieu aurait pu faire un plus grand miracle ?

D'après J.M. - Rosenkranz

댓글 쓰기…
avecrux.avemaria
oh lalala apvs, j'ai failli pleurer comme un BB au boulot ! Purée, c'était moins une ! Merci en tout pour ce beau témoignage. Paix et bien en Christ Jésus Marie Joseph +