Clicks901
fr.news
5

Peine de mort : François affirme hérétiquement qu'un enseignement moral peut se transformer en opposé

La peine de mort est "inacceptable et immorale", a déclaré le pape François à l' Union internationale des Supérieurs généraux le 10 mai.

Cette affirmation est fausse car la peine de mort a été [en principe] acceptée, défendue et enseignée comme moralement licite tout au long de l'histoire de l'Église.

François a utilisé le subterfuge qu'il était "différent il y a 50 ans" mais "il y a eu une meilleure compréhension de la moralité". C'est faux, car aucun nouvel argument convaincant n'a émergé à cet égard.

Par conséquent, François contredit chacun des documents de l'Église sur la peine de mort jusqu'à son pontificat.

Son affirmation sous-entend que le temps ou les circonstances peuvent modifier les vérités objectives et - au-delà de la peine de mort - créer un précédent permettant de "changer" d'emblée tout autre enseignement moral [ou dogmatique].

#newsSahmyfoxjc

FRANÇOIS ENCORE ANATHÉMISÉ
''Durant une quarantaine de minutes ensuite, l’évêque de Rome s’est livré à une séance de questions-réponses, dans une ambiance très fraternelle et détendue. Répondant à une première interpellation, venue d’une franciscaine allemande, sur la façon dont les religieuses peuvent comprendre ce dont a besoin l’humanité aujourd’hui en s’inspirant de l’attitude de Jésus, …More
FRANÇOIS ENCORE ANATHÉMISÉ
''Durant une quarantaine de minutes ensuite, l’évêque de Rome s’est livré à une séance de questions-réponses, dans une ambiance très fraternelle et détendue. Répondant à une première interpellation, venue d’une franciscaine allemande, sur la façon dont les religieuses peuvent comprendre ce dont a besoin l’humanité aujourd’hui en s’inspirant de l’attitude de Jésus, le Pape a répondu que l’Église catholique s’est constituée avec des dogmes mais que la Révélation se développe perpétuellement.

Le message du Christ ne change pas, mais la façon de la comprendre et de le recevoir change: «La façon de comprendre la foi, après Vatican II, est différente de la façon de comprendre la foi avant Vatican II, parce qu’il y a un développement de la conscience», avec des conséquences concrètes sur des phénomènes comme la peine de mort, désormais illicite alors qu’elle était licite autrefois.

En s’inspirant d’une citation latine de Vincent de Lérins, “va ut annis consolidetur, dilatetur tempore, sublimetur aetate”, François a expliqué que l’Église se construit en chemin, en dialogue, à condition de rester fidèle à la Révélation, en témoignant concrètement de l’espérance de ses membres dans le Christ ressuscité. Le discernement doit rester la clé de tout engagement, car «nous sommes catholiques», il ne s’agit pas de «se créer sa propre Église». Source

CONTRA
Contre Günther, une sorte de pré-moderniste allemand, le concile avait déjà condamné (“anathema sit”) l’idée d’“attribuer aux dogmes proposés par l’Église un sens différent de la compréhension qu’en a eue et qu’en a l’Église” (Acta et decreta Sacrorum Conciliorum (collectio Lacencis), VII, col. 256).
Saint Pie X.
Propositions 58 et 62 condamnées par le décret "Lamentabili sane exitu" du 3 juillet 1907, décret condamnant les principales erreurs du modernisme:

"LVIII. - La vérité n'est pas plus immuable que l'homme lui-même, car elle évolue avec lui, en lui et par lui.

LXII. - Les principaux articles du Symbole des Apôtres n'avaient pas pour les chrétiens des premiers siècles la même signification qu'ils ont pour ceux de notre temps.
La démonstration a été faite, naguère encore, que M. Bergoglio est hérétique. Ne serait-ce qu'en contradiction (ici et ailleurs) avec Veritatis splendor de SS J. P. II.

Il n'y a plus qu'à attendre que les prélats (plus fonctionnaires ecclésiastiques que pasteurs, hélas) prennent la peine de le constater et le courage de le faire savoir.

Il n'est pas nécessaire de condamner et déposer M. Bergogl…More
La démonstration a été faite, naguère encore, que M. Bergoglio est hérétique. Ne serait-ce qu'en contradiction (ici et ailleurs) avec Veritatis splendor de SS J. P. II.

Il n'y a plus qu'à attendre que les prélats (plus fonctionnaires ecclésiastiques que pasteurs, hélas) prennent la peine de le constater et le courage de le faire savoir.

Il n'est pas nécessaire de condamner et déposer M. Bergoglio : il s'est d'ores et déjà exclu lui-même de la fonction qu'il prétend continuer à exercer. Il suffit de prendre acte de son incapacité.
Et sa fait plus de 50 ans qu'ils font de mêmes les papolets .
Bergoglio n'est que le porte parole de ce monde apostat. Tout y passe, écologisme, immigrationnisme, etc...
JeanBaptiste and one more user like this.
JeanBaptiste likes this.
C'est lui qui fait la foi et la morale, dans la ligne de la pensée unique.........Il déroge à sa fonction de gardien du dépôt, et pense pourvoir prêcher ses propres délires