Clicks927

La VISITATION LGBT de GEORGETOWN, DIFFAMATRICE de ses FONDATRICES et du PÈRE de CLORIVIÈRE

Album ACTU
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez !

* * *

[La religieuse de l'école, Mary Berchmans, qui diffame l'Ordre, est une militante homosexuelle. Remarquez comment cette activiste gay s'est malicieusement adressée à la presse libérale du New York Times pour répandre la calomnie sans aucune enquête ecclésiastique préalable. L'intention de répandre ainsi un scandale dans un média laïque anti-catholique était clairement diffamatoire.
Hélas, Gloria.TV s'est laissé berner en propageant cette campagne de
DIFFAMATION contre leurs fondatrices et leur Père spirituel, le Père de Clorivière, neveu et biographe du restaurateur des Jésuites en France (réponses à ses noires calomnies dans les commentaires du 14 août)]

GEORGETOWN VISITATION RECONNAÎTRA les UNIONS LÉGALES d'ANCIENNES ÉLÈVES de MÊME SEXE.

Washington D.C., le 14 mai 2019 / 17 h 16 (CNA) - Une école secondaire catholique pour filles a annoncé que son magazine des anciennes élèves publiera des avis sur les unions légales d'anciennes élèves de même sexe. Cette décision a été prise après qu'un groupe d'anciennes élèves de l'école ait été constitué pour plaider en faveur d'un changement à la politique de l'école.

Georgetown Visitation Preparatory School à Washington, DC, est dirigée par les Sœurs de l'Ordre de la Visitation de Sainte Marie. L'école a annoncé son changement de politique dans une lettre envoyée par courriel le 3 mai aux élèves, aux familles et aux anciennes élèves.

Sœur Mary Berchmans visitandine, supérieure du monastère responsable de l'école et ancienne présidente de l'école, a signé le courriel.

La lettre n'a pas été signée par Dan Kerns, directeur de l'école, ni par aucun autre membre du conseil d'administration. Kerns doit prendre sa retraite de l'école en juillet.

Le courriel de Berchmans disait qu'une décision de reconnaître les unions légales d'anciennes élèves de même sexe avait été prise par « les dirigeants de l'école et du monastère après beaucoup de prière et de dialogue réfléchi ».

Une partie de ce dialogue semble avoir eu lieu avec un petit groupe d'anciennes élèves et d'activistes pro-LGBT.

Avant que la décision ne soit prise, les anciennes élèves qui se sont appelées les Georgetown Visitation Alumnae for Equity ont créé un groupe Facebook privé dans lequel elles ont discuté des efforts pour encourager l'école à reconnaître les unions d'anciennes élèves de même sexe.

Dans le groupe Facebook, une ancienne élève a affiché le texte d'un courriel qu'elle avait envoyé à Kerns et Berchmans, dans lequel elle se décrivait comme une « ancienne élève fièrement gaiy » et se plaignait que l'école avait refusé de publier dans son magazine l'avis d'union homosexuelle déposé par une autre élève.

« J'ai cru comprendre qu'une ancienne élève a récemment soumis une annonce de mariage et s'est vu refuser la publication. D'après ce que j'ai compris, la raison de l'absence d'inclusion de la part de l'administration est que vous [l'école] avez l'obligation, en tant qu'école catholique, de n'adopter aucune position publique qui soit en conflit avec les enseignements saturés de l'Église à l'heure actuelle. »

L'ancienne élève a fait remarquer qu'au début des années 2000, la section des notes du magazine des anciennes élèves faisait état de son propre « mariage et de son union de conjoints de même sexe ».

« Quand vous parlez des enseignements de l’Église, je veux que vous vous souveniez de tous les enseignements de l’Église. Je veux que vous vous souveniez de vivre Jésus », a dit l'ancienne étudiante de la Visitation à Berchmans et Kerns.

Un porte-parole de l'école a dit à CNA le 15 mai que « Vivre Jésus » est une articulation de la spiritualité salésienne et fait partie de la vie quotidienne de la communauté scolaire.

« Cette phrase fait partie de notre charisme salésien et de ce que nous sommes en tant que communauté de foi », a dit le porte-parole.

Plus tard, l'ancienne élève a posté au groupe Facebook le texte d'une réponse de Berchmans, qui a dit que l'école travaillait « à trouver une solution ».

Dans son courriel de mai à la communauté scolaire, Berchmans a utilisé un langage similaire à celui de l'ancienne élève, écrivant qu'elle avait « réfléchi sur ce que signifie vivre Jésus en relation avec nos anciennes élèves LGBTQ ».

« L'Église est claire dans son enseignement sur les mariages homosexuels », écrit Berchmans. « Mais il est tout aussi clair dans son enseignement que nous sommes tous enfants de Dieu, que chacun de nous a de la dignité et est digne de respect et d'amour. »

La religieuse écrivait aussi qu'elle priait sur ce qu'elle appelait la « contradiction » entre les enseignements éternels de l'Église sur la sexualité humaine et l'impératif évangélique de l'amour.

Notant que « l'Église, dans son humanité, fait des erreurs », Berchmans a dit qu'elle était obligée de faire un « choix : nous pouvons nous concentrer sur l'enseignement de l'Église sur le mariage gay ou sur l'enseignement de l'Église sur le commandement évangélique de l'amour ».

« À partir du numéro d'automne de notre magazine des anciennes élèves, nous publierons des nouvelles des unions homosexuelles de nos anciennes élèves, ainsi que toutes les mises à jour que nos anciennes élèves choisiront de partager avec leurs camarades de classe. »

Il y a des comptes rendus divergents sur la façon dont la décision de l'école a été reçue au sein de la communauté de la Visitation.

Un membre du groupe Facebook a posté plus tôt ce mois-ci que « Sœur Mary Berchmans lutte contre le refoulement négatif des membres de la communauté de la Visitation » après que Berchmans ait annoncé la décision. Le même membre a fait remarquer que Mme Berchmans pourrait être tenue de « défendre » sa décision devant le conseil d'administration de l'école et a demandé que des lettres d'appui lui soient envoyées à elle et à l'école.

Le Washington Post a rapporté le 13 mai qu'un porte-parole de la Visitation a qualifié les réponses au courriel de Berchmans de « très positives et réconfortantes ».

Le Post a également rapporté que les responsables de l'école avaient déclaré qu'il y avait « peu de plaintes au sujet du changement de politique de la part des élèves, des parents et des anciennes élèves de l'école ».

Avant la publication de l'article du Washington Post, un participant du groupe Facebook des anciennes élèves du Georgetown Visitation Alumnae for Equity a déclaré qu'un journaliste du Post travaillait sur l'article, qu'il était l'ami d'un autre membre du groupe et qu'il l'invitait à le contacter.

---

Une ancienne élève de la Visitation a dit à CNA qu'elle n'a appris la décision de l'école que lorsque sa fille, une étudiante à la Visitation, a reçu le courriel de Berchmans.

« C'était une façon remarquable de le découvrir », dit-elle. « Vous ne vous attendez pas à ce que votre enfant rentre à la maison et vous parle de ces choses alors qu'elle est censée être dans une école qui les forme à la foi. »

La mère a dit à CNA que beaucoup d'autres parents s'opposaient à la décision, mais qu'ils craignaient d'affronter les administrateurs et les professeurs de l'école, faisant remarquer que les autorités scolaires semblaient déjà avoir tacitement approuvé le maintien à l'école d'un enseignant qui est largement connu comme étant dans une union légale homosexuelle.

Un deuxième parent ayant des filles à l'école a dit à CNA qu'au sein de la communauté scolaire, il y a des pressions pour se conformer et soutenir les « valeurs dites LGBTQ ». Elle a dit que de nombreux parents se sentent obligés d'appuyer l'union homosexuelle d'un enseignant, même s'ils estiment qu'elle n'est pas appropriée dans le contexte de l'engagement de l'école envers l'enseignement catholique.

« Tous les parents avaient l'impression que nous devions soutenir ce "mariage" des enseignants, et nous ne savions pas vraiment comment y faire face », a dit un parent.

« Vous vous inquiétez de la discrimination douce à l'égard des enfants », a dit une autre mère. « A est devenu B très vite, et tu ne veux pas avoir la réputation d'être l'un des "parents en colère". »

Un parent a également noté que l'école organise chaque année une « journée de la diversité » pour laquelle les élèves se voient confier des rôles spécifiques, y compris l'homosexualité.

Le 15 mai, le porte-parole de la Visitation a déclaré que la direction de l'école était « profondément troublée » par les préoccupations exprimées par les parents à CNA.

« C'est offensant pour nous, ce n'est pas ce que nous étions. » Le porte-parole a dit à CNA que l'école avait une « politique de la porte ouverte » sur la question et « une conversation est la bienvenue ».

« Nous avons répondu personnellement à toutes les personnes qui nous ont fait part de leurs préoccupations. »

Le porte-parole a également précisé que lors de la « journée de la diversité », les élèves étaient encouragés à répondre anonymement à un sondage sur divers aspects de leur propre identité et de leurs antécédents.

Les réponses sont redistribuées aux élèves au hasard et on leur demande de se lever en tant que groupe en fonction des réponses qui leur sont assignées au hasard pour illustrer la diversité de la communauté scolaire.

« C'est une façon d'aider les gens à comprendre à quel point notre communauté est diversifiée sans que personne n'ait à se manifester et à exposer une partie vulnérable d'elles-mêmes », a expliqué le porte-parole.

« Personne n'est invité à incarner une personne homosexuelle. »

Les mêmes parents n'ont pas tardé non plus à insister sur le fait qu'une grande partie de l'enseignement religieux et des autres programmes de l'école sont fidèles à l'enseignement catholique.

« On a enseigné à ma fille la théologie du corps, un bon enseignement pro-vie, exactement ce que vous voudriez dans une école catholique », dit une mère. « Je pense qu'il y a une minorité parmi le corps professoral et le personnel qui ont graduellement pris le contrôle de certaines parties de la communauté scolaire et qui sont tout simplement très engagés dans un programme très progressiste sur le plan politique. »

---

Le Washington Post a également rapporté le 13 mai que l'archidiocèse de Washington a déclaré qu'il n'avait pas été informé ou consulté avant que la décision de la Visitation soit prise et que le courriel ait été envoyé.

Bien que l'école ne soit pas directement affiliée à l'archidiocèse, l'archidiocèse est chargé de veiller à ce que les écoles catholiques indépendantes conservent leur identité catholique et de fournir des conseils et des orientations sur les questions liées à l'enseignement de l'Église.

Un courriel envoyé par la porte-parole de l'école, Caroline Handorf, à la communauté scolaire le 13 mai, indiquait que des représentants de l'archidiocèse avaient été informés de cette décision.

« Nous avons été en contact avec plusieurs contacts dans l'archidiocèse, y compris Mgr Michael Fisher, pour nous assurer que nous sommes alignés à mesure que nous avançons et qu'ils sont assurés de notre engagement continu envers notre identité catholique et les enseignements de l'Église », écrit Mme Handorf.

Un porte-parole de l'archidiocèse a dit à CNA le 14 mai que l'archidiocèse « n'a été informé de la discussion sur l'identité catholique ou de la décision récente de l'école de communiquer le changement pour leur publication des anciennes élèves qu'après que la lettre annonçant cette décision ait été distribuée à la communauté élargie de la Visitation de Georgetown ».

Le porte-parole de l'archidiocèse a également déclaré à CNA que Mgr Fisher n'avait pas été contacté avant la diffusion du courriel.

Le 15 mai, Handorf a dit à CNA : « Je ne peux pas parler au nom de l'archidiocèse, mais je peux dire que nous avons été en contact avec eux et que notre objectif est de travailler avec eux pour aller de l'avant et demeurer engagés envers notre identité catholique. »


D'anciennes élèves de la Georgetown Visitation Preparatory School ont publié une lettre ouverte contestant une décision récente qui mine l'identité catholique de l'école.

« Le faux choix que vous avez fait, entre embrasser la vérité de l'enseignement catholique et aimer nos frères et sœurs LGBTQ, répand déjà une culture de la peur », écrivent les diplômées de la Visitation le 23 mai, en réponse à la récente décision de l'école d'annoncer les unions légales de diplômées de même sexe dans sa revue Alumni.

« Si les responsables de la Visitation n'affirment pas l'enseignement catholique, l'école ne peut pas promettre d'être un foyer pour les étudiantes et les professeurs qui le font. »

La lettre des diplômées a été publiée sur le site Web du magazine First Things et adressée à Berchmans, visitandine.

« Par-dessus tout, nous écrivons avec tristesse », dit la lettre, tout en soulignant les préoccupations des anciennes élèves à l'égard de la politique et les raisons qui la sous-tendent.

La lettre des anciennes élèves disait que l'explication de Berchamns sur la décision de l'école « marque un changement fondamental dans l'approche de l'administration de l'identité catholique et du charisme salésien de la Visitation ».

Les communications de Berchmans suggéraient un faux conflit entre l'enseignement de l'Église sur la sexualité et l'amour du prochain, qui « trahit une profonde incompréhension de l'enseignement sexuel catholique ».

« Pour les éducateurs catholiques, laisser entendre que l'enseignement de l'Église est erroné est malavisé et offensant » ont écrit les anciennes élèves.

« L'union sexuelle dans le mariage n'est qu'un des nombreux chemins possibles vers une vie pleine d'amour ; la dignité humaine ne dépend pas de l'expression sexuelle, et il est perplexe d'entendre une religieuse professe insinuer le contraire. »

La lettre ouverte accusait Berchmans de « trahison déchirante » du Fondateur de l'Ordre salésien en utilisant des citations de saint François de Sales dans un argument qui semblait opposer l'impératif évangélique de l'amour à l'enseignement de l'Église sur les unions homosexuelles.

Les anciennes élèves ont dit que Berchmans sous-entendait que ceux qui affirment l'enseignement catholique « agissent par haine ».

Cette implication, disaient-elles, serait une mise en accusation du pape François, de saint François de Sales et de millions de catholiques fidèles dans le monde.

Les quatre signataires de la lettre ont déclaré qu'elles avaient été submergées de messages privés de soutien de la part d'autres récentes diplômées de la Visitation qui partageaient leurs préoccupations mais pensaient qu'elles seraient « rejetées et condamnées » si elles se manifestaient publiquement.

Avant la publication de la lettre ouverte, CNA s'est entretenue avec plusieurs parents d'élèves actuels qui ont exprimé des préoccupations semblables. Ces parents se disent préoccupés par le fait que la décision de l'école de publier des annonces sur les unions homosexuelles fait partie d'un programme pro-LGBT de plus en plus important au sein d'une petite section de la communauté scolaire.

Un père a expliqué à l'AIIC qu'il croit que la nouvelle politique de la revue des anciens élèves servirait d'exemple pour les autres écoles catholiques afin de rompre avec l'enseignement de l'Église.

« Il ne suffit pas seulement d'observer la communauté concernée. J'ai parlé à des parents d'autres écoles qui s'inquiètent du fait que cela pourrait être le début d'une tendance nationale [des écoles catholiques] à s'éloigner de l'Église et à adopter un programme progressiste », a-t-il dit.

« Ce n'est pas ce que nous voulons pour nos filles, nous faisons des sacrifices en famille pour les amener dans une école où la foi sera enseignée et nourrie, et non contrecarrée par l'administration. »

Une mère a dit à CNA que la décision du magazine Alumni avait cristallisé des préoccupations croissantes dans l'ensemble de la communauté scolaire.

« Il ne s'agit pas d'une, deux ou dix familles qui s'opposent à quelque chose dans un bulletin », a-t-elle dit.

« Beaucoup de familles - beaucoup d'entre nous - s'inquiètent depuis un certain temps déjà d'un véritable changement d'une identité vraiment catholique à quelque chose de "dans la tradition catholique", et ce n'est pas pour cela que nous avons souscrit. »

Plusieurs parents ont dit à CNA qu'ils ont communiqué avec l'archidiocèse de Washington pour demander que l'archevêque Wilton Gregory, nouvellement installé, examine la situation. Bien que l'école soit sous la supervision directe des sœurs de la Visitation et non de l'archidiocèse, l'évêque local a la responsabilité générale de veiller à ce que toutes les écoles catholiques soient fidèles à l'enseignement de l'Église.

Un porte-parole officiel de l'archidiocèse a refusé de commenter la situation.

CNA a également confirmé que Mgr Michael Burbidge, évêque d'Arlington, en Virginie, avait écrit aux administrateurs de l'école pour leur faire part des préoccupations que lui avaient exprimées les parents de Visitation vivant dans son diocèse.

Georgetown Visitation a été fondée en 1799 et est la plus ancienne école secondaire catholique pour filles des États-Unis. Les frais de scolarité sont de 30 100 $. Environ 500 élèves sont inscrits à l'école.

>>> LOBBY LGBT à la VISITATION de GEORGETOWN : catholique.forumactif.com/t471-news-au-16-aout-2019

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Audio à télécharger : "Le CHAPELET quotidien récité avec vous !"

* Le ROSAIRE : MÉTHODE & EXPLICATION en CANTIQUE par St Louis-Marie Grignion de Montfort (PDF illustré de 12 pages) *

>>> Le Ciel ouvert par les TROIS AVE MARIA du matin et du soir
& La NEUVAINE EFFICACE