Langue
Clics
275
Santus

Sainte Rosina Ferro Tertiaire dominicaine

19 Février Sainte Rosina Ferro Tertiaire dominicaine Elle naquit à Villareggia dans la province de Turin et le diocèse d'Ivrea, le 14 mai, 1851. À 24 ans Rosina eu des apparitions de Notre-Dame. Elle vit sur le côté de la route la «Mère des Douleurs" entouré par les anges. Tout au long du mois de Juillet et Août, elle la vit à 15 reprises, au même endroit. Quelque temps plus tard, Rosina recut les stigmates tous les vendredis et elle souffrait la Passion de Jésus-Christ, notre Seigneur. Rosina ne savait ni lire ni écrire. Par conséquent, elle ne pouvait pas étudier la doctrine et le pasteur ne lui a pas permis de recevoir les sacrements. Elle avait des crises d'épilepsie. Encore jeune, elle perdu sa mère, mais les a transmis une grande foi et un amour profond pour Notre-Dame. Elle lui disait qu'elle pouvait toujours compter sur la mère de Jésus. Elle se consacra à la Vierge Marie. Elle demanda au pasteur qu'il lui donna un livre. Sachant qu'elle était illettré, le prêtre fût surpris de cette demande. Elle commença à observer les chiffres. À la stupéfaction de tous, dans les prochaines semaines, elle appris à lire les louanges de Notre-Dame, en particulier les mystères du rosaire que dans tout le reste de sa vie allait réciter avec une grande foi. Sa mère vint dans un rêve pour lui dire qu'elle était dans le bonheur du paradis. Une chose extraordinaire arriva un jour en 1875, alors qu'elle revenait avec quelques compagnons, des rives de la Doire Baltée, où elle avait lavé le linge de la maison paroissiale. Elle s'était écarté de ses compagnons restant à l'arrière d'eux pour dire le chapelet. C'est alors qu'elle entra en extase. Ses compagnons crurent que c'était une attaque d'épilepsie, mais ils se sont rendu compte qu'elle était en train de prier. Son visage était transfiguré d'une apparence angélique. Après l'avoir regardé pendant quelque temps, ils l'ont appelé et Rosina revint à ses sens. Elle avait ce jour-là la première apparition: la Vierge pleurait. Son cœur était transpercé par une grande épée. La vierge était entourée de plusieurs anges qui pleuraient également. Jésus avait l'air meurtri et ensanglanté. Rosina senti depuis ce jour-là, que sa mission serait de prier pour «les crimes par l'humanité contre Dieu» et «obtenir la miséricorde divine pour tous." Sa prière continuelle était: ", Notre-Dame des Douleurs Apprends-moi à aimer et à souffrir, d'aimer beaucoup pour être en mesure de souffrir, et souffrir beaucoup afin de démontrer de plus en plus, mon amour pour Jésus Crucifié. laissez-moi vivre dans la douleur et mourir d'amour." Le Seigneur accepta sa prière. Rosina vit à un âge précoce que Jésus était «le seul ami et son époux." Un peintre peignit l'apparition de la vierge des douleurs sur un tableau selon la description faite par Rosina. Ce tableau fût placé sur un pylône érigé à l'endroit où l'apparition est survenu. Rosina, quand elle le pouvait, alla prier à cet endroit. la Vierge Marie lui apparue de nouveau l'année suivante. Cette fois, elle demanda qu'elle invite d'autres fidèles à se diriger au pylône pour commémorer la mort de son Fils, à chaque jour, à trois heures l'après-midi. Une foule commença à se rassembler dans ce lieu pour prier le Rosaire. Souvent, tout en priant, Rosina tombait en extase. Les nouvelles des apparitions se répandit dans les pays voisins. à un moment donné, les autorités ecclésiastiques interdirent à Rosina d'aller au pylône. Dans le village il y avait même l'instance que Rosina soit enfermé dans un hôpital psychiatrique, à la demande du sous-préfet de Ivrea. Rosina fut guéries miraculeusement de l'épilepsie. Rosina fût amené à Rome pour être examiné par le Saint-Office. Elle fut reçu par le Père Vincenzo Leone Sallua, dominicain de Garessio. De Retour à Villareggia, elle fut accueillie par deux sœurs qui vivaient près du presbytère. D. Rossi de San Benigno Canavese devint son directeur spirituel. Il était dans Villareggia pour récupérer d'une maladie. Après quelques neuvaines, prié avec Rosina, il retrouva sa santé. Chaque jeudi et vendredi Rosina souffrit dans son cœur et son corps la Passion de Jésus Crucifié, comme si elle était vraiment flagellé, couronné d'épines et crucifié. Elle reçu les stigmates visibles sur ses mains, les pieds et le côté. Du sang s'écoulait de ses stigmates. Un jour, Jésus lui demanda si elle voulait devenir son épouse. À partir de ce jour-là Rosina Fit vœu de virginité perpétuelle. Dès son jeune âge, elle était tertiaire franciscaine et dominicaine. Elle avait une grande dévotion à saint Dominique. Chaque jour Rosina récitait une prière "... Mon Jésus, avec votre sainte aide, je veux aimer mes ennemis et persécuteurs, et surtout à votre imitation je veux faire leur faire du bien pour le mal qu'ils me font, car ce sont eux qui me font faire pénitence pour mes péchés et d'acquérir plus de mérites pour le ciel ... ". Dans la nuit du 19 Février 1912, assisté par une religieuse, elle reçue le Viatique et l'Extrême-Onction par le curé de la paroisse de Saint-Augustin. Elle mourut abandonné de tous dans une petite chambre dans le centre de Turin près du Sanctuaire de la Consolata. Après sa mort, son corps mortel revint miraculeusement jeune, comme cela avait été prévu dans l'une des plusieurs apparitions. Ses restes mortels sont maintenant dans le Cimetière Monumental de Turin. On a recueilli tous les documents et preuves nécessaires pour lancer sa cause de canonisation et tout fut envoyé à Rome, mais depuis lors, tout est calme. Sa vie a été écrite dans la biographie: “Leggenda medioevale in pieno secolo decimonono e vigesimo ossia cenni biografici di Rosina Ferro da Villareggio”. Les souvenirs, les faits et les événements terrestres extraordinaires de Rosina furent recueillis par tous ceux qui l'ont connu, quelques années après sa mort. En dix ans, sera publiée une courte biographie, puis de nouveau, en 1925, sa vie extraordinaire fut présenté aux fidèles, ainsi que celle de Domenica Actis Alesina, le «petit saint de Vallo-Caluso" la “santina di Vallo-Caluso”. Puis tout se tut, probablement parce que les événements liés au mysticisme sont complexes et souvent mal compréensible. texte original en italien : www.santiebeati.it/dettaglio/93600
Votre commentaire