Clicks146

Saint Jeanne d’Arc, la pucelle d’Orléans (1412-1431)

Fille de Jacques et Isabelle d’Arc, Jeanne est née le 6 janvier 1412 à Domrémy, un village de Lorraine. Ses parents sont des paysans chrétiens. Son père est le doyen de son village. Quant à sa mère, elle forme Jeanne sur le plan religieux. Elle lui apprend à mener une vie pieuse de bonne catholique.


Jeanne d’Arc a seulement 13 ans quand une voix de Dieu vient lui dire d’accomplir des actions merveilleuses. Il s’agit de l’archange saint Michel qui lui demande de partir sauver la France. À saint Michel se joignent sainte Catherine et sainte Marguerite lors d’apparitions. Pour Jeanne, sa mission est claire : il faut que « son Seigneur (Jésus-Christ) soit sacré roi de France, ni plus ni moins. L’archange se manifeste à nouveau, signifiant à l’adolescente que le royaume doit revenir au vrai roi de France en boutant les anglais dehors. »
Jeanne d’Arc s’adresse alors au capitaine de l’armée française ainsi : « Portez-moi chez le dauphin, j’ai ordre de Dieu de le conduire au sacre. » À Domrémy, on la croit devenue folle, y compris ses parents qui ne comprennent pas qu’elle doit faire la volonté de Dieu. Mais Jeanne s’exprime avec conviction et aplomb, et on commence à la croire. Grâce à sa mère Isabelle, le confesseur de Jeanne est le moine Jean Pasquerel. En février 1429, Jeanne s’en va à l’aventure à Chinon, pour rencontrer le dauphin Charles. « Dieu me fait ma route et mes frères du paradis me disent ce qu’il faut faire. » Sa vigueur est éclatante et sa foi ardente. Sainte Jeanne d’Arc est guidée par Dieu. Elle commence à recevoir le soutien populaire. Jeanne a aussi pour objectif de délivrer Orléans. Lorsqu’elle rencontre Charles, elle lui dit : « Gentil dauphin, j’ai pour nom Jeanne la pucelle. Le roi des cieux m’envoie vous dire que vous serez sacré et couronné à Reims. Et vous serez lieutenant du Roi des cieux. » Charles est pour le moins surpris. D’autant que selon Jeanne d’Arc, saint Louis et Charlemagne prient pour lui. Charles fait alors mener une enquête sur elle, son village, son enfance, sa virginité et les voix qui provenaient bien de Dieu. Jean Gerson fait son éloge appuyé. Le dauphin Charles la considère à présent comme chef de guerre. On lui donne l’épée qu’elle refuse en disant : « Les hommes d’armes batailleront et Dieu donnera la victoire. » Emmenant ses troupes depuis Chinon, elle leur demande de se confesser, d’être en état de grâce. « C’est le péché mortel qui fait perdre les batailles », dit-elle alors. Tous se confessent. Jeanne a la force de persuasion qui lui vient de Dieu.
La pucelle d’Orléans tente un instant de régler pacifiquement le conflit avec l’Angleterre. En vain. Dans un premier temps, généraux et capitaine de l’armée lui désobéissent, avant de se raviser. Orléans est assiégée. Les anglais comptent bien enlever Jeanne et la brûler. Mais avec force et acharnement et malgré le sang versé, l’armée française gagne bataille sur bataille. Les anglais sont repoussés et Orléans délivrée. L’épaule blessée par une flèche, Jeanne d’Arc retrouve le roi Charles à Tours. Pendant tout ce temps, la pucelle continue de prier Dieu avec ferveur. Le sacre du roi à Reims est dans sa ligne de mire. C’est son objectif premier. Les batailles victorieuses s’enchaînent. De nombreuses villes reviennent à la France, comme Troyes, Creil, Chantilly et Provins.

Le 17 juillet 1429 est sacré Charles VII dans la cathédrale de Reims. Jeanne d’Arc a 17 ans. Charles promet de gouverner dans la justice et la miséricorde, de défendre l’Église. Mais 9 mois plus tard, Jeanne est trahie par la cour et livrée aux anglais. Charles VII ne l’écoute plus. Lâchée par une partie du clergé, Jeanne d’Arc va vivre sa Passion. Charles a promis Reims à l’ennemi. Avec Jeanne, la fracture est définitive. La pucelle accomplit sa mission divine jusqu’au bout. Dans la volonté de Dieu mais à présent entre les mains de l’ennemi qui profite -entre autres- de la traîtrise du duc de Bourgogne. La France est unie autour de son roi et les anglais boutés hors du pays. Prisonnière de Jean de Luxembourg, Jeanne d’Arc est jugée comme une sorcière. Pendant qu’elle est enfermée d’un château à l’autre, on continue à batailler à Compiègne. Jeanne est vendue aux anglais pour 10 000 livres. « Je suis l’envoyée de Dieu », dit-elle à ses juges. Après de longs mois d’enfermement et de souffrance, elle est donc jugée avant de décéder vierge et en martyre. Dans le silence, la souffrance et la sainteté, à l’instar de Jésus-Christ. Sainte Jeanne d’Arc voulait mourir en bonne chrétienne. Son vœu est exaucé. Officiellement, elle meurt excommuniée de l’Église car considérée hérétique et schismatique. Peu avant de décéder, elle dit à Cauchon : « Évêque, c’est par vous que je meurs. » Le bûcher est, pour Jeanne, une porte ouverte sur le martyre. La pucelle invoque Dieu et les grands saints quelques instants avant de mourir brûlée par les flammes et vêtue de sa robe blanche à seulement 19 ans. Son procès est ensuite cassé à Rome et déclaré nul. En 1909, Jeanne d’Arc est béatifiée par saint Pie X. Puis elle est canonisée par le pape Benoît XV le 8 mai 1920. Le 8 mai est précisément sa fête civile et sa fête le 30 mai.


Source
apvs likes this.
338Lapua
Les Pieds Nickelés de la dissidences en matière de "catholicisme".

1) Florian Rouanet a écrit : "Nous disons qu’il n’y a pas juridiction ordinaire mais de suppléance et non donnée par un acte officielle d’Église (puisqu’il manque l’autorité, et là vous n’apportez jamais une solution propre tel un looser), mais directement par Dieu. "

Qui est le looser Rouanet Florian ?.... qui reprend publique…More
Les Pieds Nickelés de la dissidences en matière de "catholicisme".

1) Florian Rouanet a écrit : "Nous disons qu’il n’y a pas juridiction ordinaire mais de suppléance et non donnée par un acte officielle d’Église (puisqu’il manque l’autorité, et là vous n’apportez jamais une solution propre tel un looser), mais directement par Dieu. "

Qui est le looser Rouanet Florian ?.... qui reprend publiquement Una Cum l'hérésie de Martin Luther et de Marsile de Poude !?..

LETTRE OUVERTE DE SAINT FRANÇOIS DE SALES, DOCTEUR DE L'EGLISE, AUX PROTESTANTS -

ARTICLE III
 : Les Ministres n'ont pas la Mission extraordinaire Ces raisons sont si vives, que les plus assurés des vôtres ont pris parti ailleurs qu'en la mission ordinaire, et ont dit qu'ils étaient envoyés extraordinairement de Dieu, parce que la mission ordinaire avait été gâtée et abolie, quand et quand la vraie Eglise, sous la tyrannie de l'Antichrist. Je dis, donc : Jamais personne ne fut envoyé extraordinairement qui ne prit cette lettre de créance de la divine Majesté. [..] 12). Qui sera donc si osé que de se vanter de mission extraordinaire, sans produire quand et quand des miracles, il mérite d'être tenu pour imposteur.

EXPLICATION HISTORIQUE, DOGMATIQUE ET MORALE DE TOUTE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE ET CATHOLIQUE CONTENUE DANS LE CATÉCHISME DE L'ANCIEN DE GENÈVE - PAR M. L’ABBÉ DU CLOT , Archiprêtre - 1843 - p. 40 a 44 a écrit :

Qui s’arrogent auprès des peuples le titre de pasteurs , tandis que l’Eglise ne voit dans eux que des loups ravissants; qui osent se dire envoyés de Jésus-Christ pour bénir les peuples et les absoudre , tandis que leurs bénédictions se tournent en malédictions , et que leurs absolutions ne sont que sacrilège et damnation. Ecoutons lit-dessus saint Ignace martyr : « Celui-là, dit cet illustre disciple de l’apôtre saint Jean (Ep. ad Smyr. N°5 8 et 9, ad Phil. n” 7. ) ne fait que servir le démon , qui prétend servir l’Eglise à l’insu de l’Église. » Voilà donc à quoi aboutit le caractère d’un intrus :à servir le démon par un abus affreux du sacerdoce , lorsqu’il a la témérité d’en remplir les fonctions sans la mission, sans l’approbation de l’Église.

2) Johan Livernette a écrit : Et ce même si je ne nie pas ce problème de juridiction. Il y a ce qu’il a écrit dans le concile et il y a la réalité du terrain et la foi catholique qu’on essaie de raviver pour que la France redevienne chrétienne.

Qui t'a permis en néo-protestant d'entreprendre : "de raviver le foi catholique" en France ?...
(Et comment seront-ils prédicateurs, s’ils ne sont pas envoyés? Rom. X, 15) est une loi négative
Car, Jésus-Christ na donné cette mission qu'aux successeurs des Apôtres légitime, c'est-à-dire a l'épiscopat. C'est la Foi catholique !...

R.P. Claude de la Colombière, de la Compagnie de Jésus - contenant ses sermons prêchés devant S.A.R. Madame la duchesse d'Yorck, ses réflexions chrétiennes sur divers sujets de piété, ses méditations sur la passion, sa retraite, et ses lettres spirituelles.CLERMONT-FERRAND,THIBAUD-LANDRIOT , Imprimeur-Libraire.1834.t.VI.p.55,a écrit :

Pour perdre la foi, il n’est pas nécessaire de ne rien croire, il suffit de ne croire pas un seul article, c’est même assez d’en douter: hésitez-vous dans la croyance des indulgences ou du purgatoire ? quand vous donneriez votre vie pour toutes les autres vérités, vous mourriez infidèle, et vous ne seriez martyr que de vos propres sentiments.

Hypocrite , avant de donner des conseils de conversion au catholicisme a autrui , occupe toi de ta propre conversion et de t'es proches !...

Si le conciliabule dit Vatican II a fait beaucoup de dégats , vos sectes autocéphales de mercenaires hétéroclites d’arrivistes peu et en faits tout au temps !
Vidi Aquam and one more user like this.
Vidi Aquam likes this.