Langue
Clics
569
AJPM

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -10-

Bergoglio comme Provincial Jésuite

En juillet 1973, après deux ans comme Maître des novices, le Père Jorge Bergoglio est nommé supérieur de la Province d’Argentine, âgé de trente-six ans et n’ayant terminé sa formation que deux ans auparavant. Le poste de Provincial est typiquement confié à des prêtres qui ont une cinquantaine d’années et des années d’autorité derrière eux, et nous devrions étudier ce que signifie cette nomination exceptionnelle. À l’âge de trente-six ans, Jorge Bergoglio était une figure formidable, comme il l’est resté depuis, et il vaut la peine de s’arrêter pour l’examiner. En tant que Pape, Jorge Bergoglio s’est rendu célèbre par son rejet des obstacles et par son identification aux pauvres, et il n’y a aucune raison de les considérer comme des traits superficiels. Ceux qui le connaissent témoignent de son austérité personnelle et de son attachement à la pauvreté dans ses habitudes personnelles. Il a été laissé à un observateur argentin, Omar Bello, de peser cette caractéristique et de la lier à une autre, moins discutée : la poursuite du pouvoir.

Bello a dit de Bergoglio : « Il conserve la sagesse de comprendre que l’on atteint les hauteurs en jetant du lest par-dessus bord, une stratégie évidente que nous semblons avoir oubliée. » (28) Et c’est en fait une leçon très jésuite. Le grand pouvoir que la Société a souvent acquis dans l’histoire n’a pas été atteint en poursuivant des pompes et des dignités. On pense à la leçon donnée en Amérique du Sud même, où les missions des Jésuites parmi les Indiens, connues sous le nom de Réductions, se classaient autrefois presque comme des États indépendants ; pourtant, elles étaient dirigées par des prêtres ordinaires, portant seulement le titre de Père et portant la simple coutume jésuite. Ou, plus près de l’époque de Bergoglio, il y avait l’exemple donné par le Père Vladimir Ledochowski, Supérieur général de 1915 à 1942 et qui marqua sa personnalité sur l’ordre. Sa carrière fut brillante : Provincial à trente-six ans, Assistant du Général à quarante ans, et élu Général lui-même à quarante-huit ans. Cet aristocrate polonais aux belles manières se transforma en un modèle d’austérité puissante ; une petite figure réservée, aux cheveux serrés, vêtue d’une soutane noire unie, mais dirigeant un ordre qui passa de 17 000 à plus de 26 000 membres à son époque, avec une augmentation considérable de son travail missionnaire. Aucun Jésuite qui est entré dans l’ordre au milieu du vingtième siècle n’aurait ignoré cet exemple.

La formation jésuite traditionnelle vise à former des hommes dont l’autodiscipline et le discernement les rendront efficaces dans leur mission, ce qui implique une psychologie de type rigoureux, suivant les lignes directrices établies par saint Ignace au XVIe siècle. On ne veut pas tomber dans le cliché de dépeindre la Compagnie de Jésus comme un corps spécialement machiavélique. Cette accusation a été portée contre tout ordre qui tente de se rendre efficace dans le monde, comme il l’est aujourd’hui contre l’Opus Dei. Il est vrai, cependant, que les méthodes des supérieurs, dans un ordre célèbre pour son obéissance, envisageaient typiquement de gérer leurs sujets un peu comme des soldats, idéalement pour leur propre bien. Dans les mains d’un supérieur sage, de telles méthodes pourraient être bénéfiques, mais on peut voir qu’elles pourraient aussi glisser dans la manipulation psychologique. Si nous regardons le rapport du Père Jorge Bergoglio en tant que Maître des novices, les rapports indiquent que ses méthodes de contrôle étaient rudes, et cette impression est étayée par les informations données par Austen Ivereigh. Il note que Bergoglio avait trois novices sous ses ordres pendant sa première année et quatre pendant la seconde, mais qu’au moment où il a pris la charge de Provincial en 1973, la Province n’avait plus que deux hommes au noviciat, ce qui implique qu’il avait perdu la moitié de ses novices pour quelque raison que ce soit.(29)

Cela n’aurait pas été très inhabituel, car en 1973 la Province d’Argentine, comme toute la Compagnie de Jésus, était en crise. Son Général de 1965 à 1981 fut le Père espagnol Pedro Arrupe qui, dès son élection, se sentit obligé de suivre l’exemple des grands intellectuels Jésuites dans l’interprétation du Concile Vatican II dans une ligne de libéralisme extrême. Le résultat fut l’effondrement de la Société sous son mandat, qui passa de 36 000 à 26 000 membres, anéantissant l’avance que l’ordre avait faite depuis la Seconde Guerre mondiale. La nouveauté caractéristique, comme on l’a fait remarquer plus tôt, était une politisation des Jésuites et, surtout en Amérique latine, une embrassade à l’idéologie de la "libération" inspirée du marxisme. Au début des années soixante-dix, la Compagnie de Jésus souffrait d’hémorragie à cause du retrait de son ancienne mission spirituelle, mais en Argentine, le Père Arrupe s’était surpassé. Déjà en 1969, lorsque le Père Bergoglio fut ordonné prêtre, la plupart des novices qui étaient entrés avec lui avaient quitté la Société. Cette année-là, le Père Arrupe nomma comme Provincial le Père Ricardo O’Farrell, sous lequel les choses prirent un tournant marqué pour le pire. En 1973, la Province avait perdu près de la moitié de ses effectifs des dix ans d’auparavant et ne comptait que neuf hommes en formation, contre une centaine précédemment connus. La formation jésuite fut confiée aux supérieurs qui abandonnèrent la spiritualité pour la sociologie et la dialectique hégélienne. L’université de Salvador à Buenos Aires, qui était sous la direction de la Province, est tombée dans le chaos ; un certain nombre de prêtres qui y enseignaient épousèrent leurs étudiantes, et l’université a accumulé une dette de deux millions de dollars. Dans cette situation difficile, un groupe de Jésuites a demandé au Père Arrupe le retrait de O’Farrell et, pour une fois, le Général a fait passer la survie avant l’idéalisme libéral : le Père Bergoglio a été chargé de rassembler la Province. Et cela, il l’a fait exceptionnellement bien. Pendant les six années où il fut Provincial, il imposa l’ordre et la Province commença à se rétablir. Au début des années 80, il y avait une centaine d’étudiants au séminaire philosophique et théologique, plus encore qu’avant l’époque de la débâcle et du déclin. Peu de provinces de la Société en ces temps troublés pouvaient se vanter d’une telle prospérité.

Le rejet de l’école marxiste qui avait pris le contrôle de la Société dans la majeure partie de l’Amérique latine était au cœur de la réussite du Père Bergoglio. Il y avait une raison spécifique à cela : Bergoglio lui-même était un homme du peuple, et en Amérique latine la "théologie de la libération" était un mouvement d’intellectuels des classes supérieures, le pendant du chic radical qui a conduit la bourgeoisie en Europe à vénérer Sartre et Marcuse. Avec de telles attitudes, Bergoglio n’avait aucune sympathie ; bien qu’il ne s’était pas encore explicitement identifié à la "théologie du peuple", qui surgissait en concurrence directe avec l’école marxiste, son instinct le fit suivre la ligne populiste du péronisme, qui (quelque soit le cynisme de son créateur) était plus proche de la véritable classe ouvrière et de la classe moyenne inférieure. Ainsi, le Père Bergoglio soutenait l’apostolat dans les quartiers pauvres, mais il ne voulait pas que leurs habitants soient recrutés comme guérilleros de gauche, comme certains de ses prêtres essayaient de le faire. Sa façon de traiter avec l’université salvadorienne sinistrée est révélatrice : il l’a remise à certains de ses associés de la Garde de Fer péroniste, libérant ainsi la Province Jésuite de son fardeau et présentant à ses alliés politiques un champ d’influence. L’une des accusations les plus courantes à l’encontre du Père Bergoglio était d’être une figure de division en tant que Provincial. Étant donné l’état de la Province telle qu’il l’a trouvée, avec un parti de personnalités hautement politiques qui l’avait traînée au désastre, on pourrait penser que c’était inévitable, ou même une bonne chose ; mais les rapports indiquent que ses méthodes étaient plutôt dans le sens d’exiger la loyauté envers lui-même et de marginaliser ceux qui n’ont pas suivi la ligne.

Les six années pendant lesquelles Bergoglio fut Provincial furent politiquement mouvementées en Argentine. Sa nomination en juillet 1973 coïncide avec le retour de Perón de son exil espagnol. Perón a été élu président triomphalement en octobre et est décédé en fonction au mois de juillet suivant. Sa veuve Isabelita lui a succédé en tant que Présidente, sous laquelle le pays a glissé dans la guerre civile, promue par des insurgés de guérilla soutenus par Cuba qui ont formé, en Argentine, la plus grande force de ce genre dans l’hémisphère occidental. Isabelle Perón a libéré des escadrons de la mort contre eux, ce qui a ouvert la voie à une prise de pouvoir militaire ouverte en mars 1976, créant une dictature qui a duré sept ans. La répression a été sévère, avec de nombreuses arrestations, exécutions et tortures d’ennemis politiques.

En tant que Provincial, le Père Bergoglio était responsable de plusieurs centaines de Jésuites, dont beaucoup avaient été radicalisés au cours de la décennie précédente, et après la dictature, la question de ses relations avec elle a été soulevée publiquement. En 1986, un livre a été publié affirmant qu’il avait remis deux prêtres de gauche, le Père Yorio et le Père Jalics, pour les arrêter et les torturer. (30) L’accusation a refait surface en 2005, lorsque Bergoglio était archevêque de Buenos Aires, et qu’une biographie de lui-même a été publiée pour contrer les accusations. (31) Le Cardinal Bergoglio a nié la responsabilité de l’arrestation des deux prêtres et a déclaré que sous le régime militaire, il avait aidé un certain nombre d’hommes recherchés à échapper aux autorités. Certains ont reçu ces revendications avec scepticisme, puisque rien n’avait été dit à leur sujet au cours du quart de siècle précédent. Le Père Jalics, qui était alors le seul survivant des deux Jésuites emprisonnés, continua à blâmer le Provincial pour sa trahison, mais il retira l’accusation après que Bergoglio fut élu Pape.

Ce n’est pas un endroit pour explorer la question des faits, mais il peut être utile de citer un commentaire cynique fait par un évêque qui connaissait bien Bergoglio, comme l’a rapporté Omar Bello : « Bergoglio n’aurait jamais agi d’une manière aussi directe et vulgaire... Si vous voulez le regarder plus durement, il n’aurait jamais ruiné sa carrière avec une telle erreur. » (32) Il faut remarquer que le Père Bergoglio, à ce moment-là, n’aurait guère pu envisager l’avenir en tant qu’évêque, et encore moins en tant que Pape ; mais une carrière jésuite pour imiter le grand Ledochowski n’aurait peut-être pas été absente de sa pensée. Austen Ivereigh nous dit qu’après sa dure expérience, le Père Yorio considérait Bergoglio comme sournois, obsédé par le pouvoir et redoutable. Il était bien sûr un juge partial, mais (bien qu’on ne le devine pas d’après le récit respectueux d’Ivereigh) il y avait des observateurs plus impartiaux en Argentine qui développaient la même opinion.

---
(28) Bello, "El Verdadero Francisco", Buenos Aires, 2013, p.13.
ACTU

(29) See Ivereigh, "The Great Reformer", New York, 2014, pp.103 et 106.

(30) Emilio Mignone, "Iglesia y Dictadura : el papel de la Iglesia a la luz de sus relaciones con el régimen militar", Buenos Aires, 1986.

(31) Sergio Rubin et Francesca Ambrogetti, "El Jesuita", Buenos Aires, 2010.

(32) Bello, op. cit., p.75.


(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )

>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -9-
>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -11-

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU