Langue
Clics
455
Montfort AJPM 4 1

Marie-toi avec Pepper : l'union est indissoluble et le divorce interdit !!!

Article précédent : Nous y voilà : humanoïdes, et donc diabloïdes ! Voilà les nouvelles sœurs...

* * *

[Voir le développement de l'intelligence artificielle (IA) en temps réel ici : twitter.com/actu_ia ]

Pepper (robot)

Wikipédia

Pepper est un robot humanoïde, développé par la société SoftBank Robotics (anciennement Aldebaran), capable de reconnaître certaines émotions.

Historique

Dévoilés lors d'une conférence, le 5 juin 2014, les robots Pepper ont tout d'abord été déployés au Japon dans les boutiques de SoftBank où ils sont chargés d'accueillir les clients, de leur donner des informations et de les distraire pendant l'attente. Depuis le 20 juin 2015, Pepper est également disponible pour les particuliers au Japon.
Ce robot humanoïde accueille, aujourd'hui, les visiteurs dans plus de 2 000 entreprises à travers le monde.

Description

Caractéristiques


Son design rappelle celui de NAO (fr.wikipedia.org/wiki/NAO_%28robotique%29 ), un autre robot de la famille SoftBank Robotics.

Détails techniques

Dimensions :
Hauteur : 120 cm • Profondeur : 42,5 cm • Largeur : 48,5 cm
Poids : 28 kg
Batterie : Type : Accumulateur lithium-ion • Capacité : 30,0 Ah/795 Wh • Autonomie : env. 12 h
Capteurs d'interaction : 4 microphones, 2 caméras RGB HD (au niveau de la bouche et du front), 5 capteurs tactiles (3 dans la tête et 2 dans les mains) et un écran tactile sur le torse
Capteurs de déplacement : 1 camera 3D derrière les yeux pour la profondeur et la détection des mouvements et des obstacles • Dans les jambes : 2 sonars, 6 lasers, un capteur gyroscopique
Degré de liberté des articulations : Tête : 2 • Épaules : 2 • Poignets : 1 • Mains (5 doigts) : 1 • Taille : 2 • Genoux : 1 • Base : 3
Système d'exploitation : NAOqi OS
Charge utile : 500 g à bout de bras
Affichage : Écran tactile de 10,1 pouces
Réseau : Wi-Fi (IEEE 802.11a/b/g/n) • Connexion Ethernet
Déplacement : 3 roues omnidirectionnelles • vitesse maximum de 5 km/h

Interaction et reconnaissance des émotions

(Pepper adapte son langage corporel en fonction de l'attitude de son interlocuteur.)

Pepper est dit être un robot émotionnel, car l'objectif est qu'il puisse avoir la réaction la plus appropriée pour une situation non définie.

Le robot possède ainsi une variété de tons et de registres de langue qu'il va sélectionner en fonction de l'analyse du contexte et de son interlocuteur. La reconnaissance des émotions de l'interlocuteur est basée sur la détection des expressions faciales, du ton et du champ lexical employé.

Outre l'interaction verbale, le robot va adapter sa position et respecter une certaine distance avec la personne, afin qu'elle ne soit pas mal à l'aise, mais que la relation puisse tout de même se construire. De la même façon, Pepper va adopter un langage corporel particulier. Tout cela dans le but que sa réaction soit la plus pertinente et la plus appréciée par l'interlocuteur.

Afin d'améliorer l'interaction et la reconnaissance des émotions, les robots Pepper partagent les données recueillies dans un système d'intelligence artificielle en cloud.

Sécurité

Pepper possède un ensemble de systèmes pour optimiser sa sécurité et celle des personnes à proximité. D'une part, ses capteurs lui permettent de détecter son environnement et ainsi adapter sa position et ses mouvements. D'autre part, il est constitué en polyuréthane, une matière souple, pour limiter les risques de pincements. Pour éviter les chutes, une centrale inertielle permet au robot de ne pas perdre l'équilibre s'il est bousculé. Une sécurité l'empêche également de tomber en cas de coupure électrique. Enfin, un bouton d'arrêt d'urgence se trouve dans le dos du robot, fonctionnant de pair avec des freins, en bloquant les moteurs des jambes dans une position stable.

Vision et usages

À partir de juin 2015, Pepper est distribué auprès du grand public (uniquement au Japon) en tant que robot compagnon. Il a pour vocation de s'intégrer dans les foyers, reconnaître les membres de la famille et s'adapter en fonction de chaque utilisateur. Il est notamment capable de tenir des conversations et de divertir les enfants.

Pepper a déjà été adopté par de nombreuses enseignes au Japon, en Europe, aux Etats-Unis pour accueillir les clients de façon originale. Vendu au prix de 20 000€ pour les entreprises, il est capable d'informer les visiteurs, de les orienter, de recueillir leur niveau de satisfaction ou encore de les divertir le temps qu'un vendeur se libère.

On le trouve notamment chez Carrefour (fr.wikipedia.org/wiki/Carrefour_%28enseigne%29), Darty, Axa Banque, dans des gares SNCF, à la Cité des Sciences et de l'Industrie, Uniqlo, les bateaux de croisière Costa, à la mairie du 15ème arrondissement de Paris ou encore au parc d'attraction du Futuroscope.

En 2017, Pepper est devenu l'égérie de la campagne publicitaire Renault « French Touch » et a intégré plus de 120 concessions à travers la France.

Articles connexes
SoftBank Robotics

SoftBank
NAO (robot) : fr.wikipedia.org/wiki/NAO_%28robotique%29
Romeo (robot) : fr.wikipedia.org/wiki/Romeo_%28robot%29

Source : fr.wikipedia.org/wiki/Pepper_%28robot%29

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Une IA de DeepMind fait encore des siennes en apprenant à naviguer dans un espace virtuel labyrinthique


par Benjamin BRUEL

le 15 mai 2018 (Mashable)

En entraînant un système d'intelligence artificielle à se mouvoir dans un espace virtuel, les chercheurs de DeepMind, une filiale de Google, ont réussi à simuler, puis à dépasser, les capacités d'orientation des mammifères.
DeepMind, la start-up rachetée par Google et spécialisée dans l’intelligence artificielle, connue du grand public pour ses succès au jeu de go, vient de franchir un nouveau palier dans ses recherches. L’entreprise a développé un système d’intelligence artificielle capable de s’orienter plus efficacement qu’un mammifère dans un environnement virtuel semblable à un labyrinthe.

Dans leur étude parue le 9 mai dernier dans www.nature.com/articles/s41586-018-0102-6 – et dans une version plus abordable sur le blog de DeepMind –, les chercheurs, conduits par Andrea Banino, expliquent avoir entraîné un réseau neuronal artificiel qui, en essayant de résoudre ce labyrinthe, a développé lui-même une forme de conscience spatiale qui imite les "cellules de grille" des humains et des autres mammifères.

Les cellules de grille, clé du problème

Les cellules de grille ont été découvertes en 2005 et ont valu un Prix Nobel aux scientifiques du Centre de biologie de la Mémoire, en Norvège, sont des neurones présents dans le cerveau et nous permettant de connaître notre position dans l’espace. Schématiquement, nous pouvons dire qu’elles s’activent lorsque nous essayons de repérer notre chemin et notre situation dans un espace donné. Elles créent ainsi une forme de carte hexagonale et quadrillée. Vous avez l’idée ? Bien. La problématique, c’est que nous ne savons pas encore véritablement comment ces cellules de grille fonctionnent et de quelles manières elles s’activent dans le cerveau.

En faisant naviguer leur agent artificiel dans un espace virtuel carré, les chercheurs ont découvert que ces cellules de grille "émergeaient spontanément", "fournissant une convergence frappante avec l’activité des modèles neuronaux" observés chez les mammifères.

Une IA qui va droit au but

L’équipe de DeepMind a alors voulu aller plus loin en testant une théorie sur les cellules de grille – l’idée que ces neurones nous donnent une estimation de notre localisation dans l’espace en se basant sur des données vectorielles. En utilisant l’apprentissage par renforcement (le reinforcement learning), ils ont demandé à leur agent artificiel de choisir ses propres parcours à travers un environnement virtuel plus complexe pour atteindre son but. Les essais dans ce "jeu virtuel" ont permis de montrer que l’intelligence artificielle utilisait les cellules de grille non seulement pour avoir "conscience" de sa propre localisation dans l’espace, mais aussi pour trouver la direction et prendre des raccourcis à l’intérieur de cette forme de labyrinthe.

Qu'apportent ces découvertes ? D'abord, même si ces recherches ne lèvent pas tous les mystères liés aux cellules de grille, elles permettent de lever un peu du voile qui entoure ces neurones en donnant plus de crédit à la théorie du fonctionnement vectoriel. On voit aussi qu'un système d'intelligence artificiel est capable de surpasser celui d'un mammifère dans un environnement virtuel. Et, un jour peut-être, utiliser ces recherches pour permettre à un robot de se mouvoir dans un espace réel aussi facilement qu'un humain.

VOIR AUSSI : Avec AlphaGo Zero, DeepMind franchit une nouvelle étape dans le développement de l'intelligence artificielle

Source : mashable.france24.com/tech-business/20180515-ia-dee…

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

L’EPITA organise la Conférence TIC et Géopolitique 2018

“Vivre dans un monde piloté par l’Intelligence Artificielle”
avec Cédric Villani et Laurence Devillers le 7 juin


Par Thierry Maubant, Actu IA, 15 mai 2018

L’intelligence artificielle est un sujet central et qui suscite de nombreuses annonces depuis quelques années, tant au Canada, qu’en Chine et aux États-Unis ou aux Émirats Arabes Unis, au Royaume-Uni et à Singapour. En organisant le sommet « AI for Humanity », en mars dernier, et en commandant le rapport Donner un sens à l’Intelligence Artificielle (IA), la France réaffirme sa volonté de devenir une nation leader dans le domaine de l’IA, véritable révolution qui réinvente les codes de notre société, si ce n’est de l’Humanité tout entière. (CP)

Présente sur toutes les lèvres, dans tous les esprits, suscitant aussi bien la fascination que la spéculation, l’IA sera justement au cœur de de la prochaine conférence du cycle TIC et Géopolitique de l’EPITA, le jeudi 7 juin 2018 sur son campus parisien. L’école de l’intelligence informatique est en effet aux premières loges de la transformation numérique, transformation qui passe inéluctablement par la formation de talents digitaux.

Organisé autour de la thématique « Vivre dans un monde piloté par l’Intelligence Artificielle », cet événement réunira Cédric Villani, mathématicien et député auteur du rapport précité, et Laurence Devillers, professeure à l’Université Paris-Sorbonne et auteure de Des robots et des Hommes, autour du journaliste Nicolas Arpagian.

L’intelligence artificielle, une science incontournable

Les récents progrès de l’IA reposent sur un ensemble d’algorithmes permettant aux machines d’imiter l’intelligence humaine sur un ensemble de domaines. De nombreux secteurs tels que la santé, la cybersécurité, les transports, l’éducation, la culture ont déjà profité de son développement et son évolution offre des perspectives d’avenir. Devenue incontournable pour les entreprises et les institutions, l’IA noue de façon intrinsèque l’Homme, la Data et les algorithmes pour remettre en question le monde tel que nous le concevions.

Buzz word ou arme secrète ?

Levier technologique voué à transformer radicalement nos modes de pensées et à irriguer tous les processus de production, l’IA représente évidemment un enjeu sur le plan international, annonçant une course à la connaissance sans précédent entre différents pays, des États-Unis à la Chine, en passant dorénavant par la France. Au-delà des images de science-fiction, cette conférence permettra de cerner les réalités à connaître pour mieux appréhender cet environnement en constante mutation et de balayer de nombreuses idées reçues (disparition de l’emploi, révolte des machines…).

Composante du monde de demain

Qui dit explosion des applications de l’intelligence artificielle dit absolue nécessité de former à cette discipline afin de garantir une éthique et une maîtrise des outils technologiques. L’EPITA a compris toute l’importance de transmettre à ses étudiants de solides connaissances, et ce depuis plus de 20 ans, et affirme aujourd’hui son rôle de leader sur le sujet au sein de l’écosystème des écoles d’Ingénieurs. Cela se matérialise par le recrutement d’enseignants chercheurs spécialisés, la mise en place d’un Conseil de Perfectionnement (ou observatoire des métiers du futurs) et un partenariat avec Microsoft pour former les grands talents de demain de l’intelligence artificielle.

Source : www.actuia.com/…/lepita-organise…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

Votre commentaire
@ouvres ton coeur Bonjour si vous avez un temps à m'accorder, lisez l'article de ce fil sur IA de DeepMind "les cellules de grille". Vous allez être choqué Comprenez qu'il ne sera pas aussi simple de les débrancher.

J'ai commencé à visionner votre video intitulée Nutrition et comportement. C'est une pure merveille. J'aurais du mal à la visionner d'un seul trait car le … Plus
GChevalier
Esclaves de la technique,
Voilà ce que vous méritez
Pour n'être plus catholiques
Mais avoir apostasié.
Vous n'adorez plus Dieu :
Vous adorez le diable !
Alors le fils aîné du diable
Vous mènera à l'éternel feu.
Montfort AJPM
Il faut toujours prier Marie si nous voulons assurer notre salut éternel ;
L'Antéchrist n'a rien à dire aujourd'hui : il n'a plus d'idées car son diable a pris un jour de vacances !