Langue
Clics
487
montfort.kingeshop.com 2 1

Ça, c’est du catho, pas du toc comme les vieilles bagnoles de Bergole

Article précédent : La folie furieuse de l'Antéchrist n'a plus de bornes « Aux armes citoyens ! »

* * *

Avec Mgr Schneider

Une longue entrevue constituant
un « Syllabus des erreurs » de l’Église moderne


Rédigé par : Dr Maike Hickson

(
One Peter Five )
Le 17 mai 2018


Préambule de Maike Hickson
C'est avec beaucoup de gratitude que nous présentons aujourd'hui à nos lecteurs une longue interview exclusive de Mgr Athanasius Schneider de l'Archidiocèse de Sainte Marie à Astana, Kazakhstan. Il a été si prévenant dans ses réponses aux questions suivantes, que nous lui avons envoyées avant la récente réunion des Évêques Allemands avec le Vatican, le 3 mai, concernant le conflit actuel sur la Communion des époux Protestants, et avant l’ouverture scandaleuse du Gala « Heavenly Bodies » à New York. Nous avions l'intention de lui poser des questions qui lui donneraient l'occasion de publier une nouvelle sorte de « Syllabus d'erreurs » — c’est notre terme, pas le sien — pour l'Église moderne, apportant ainsi une correction fraternelle à certaines des graves distorsions de la Foi qui circule non corrigée dans les cercles ecclésiaux et dans le public.

Mgr Schneider commente ainsi des questions telles que la bénédiction des couples homosexuels, l'ordination des prêtres, la Communion des époux Protestants aux Catholiques, le symbolisme maçonnique au Vatican, les prêtres mariés, le prêt d'objets sacrés par le Vatican à l'exposition de mode New-Yorkaise et le dernier mais non le moindre, le cas du petit Alfie Evans.

Le bon Évêque n'hésite pas à prendre une position claire et fondée sur des principes en matière de Foi et de morale, et nous lui sommes très reconnaissants, une fois de plus, pour son témoignage Catholique. Que ce témoignage rayonne au loin, confirmant les Catholiques du monde entier dans leur Foi.


Maike Hickson (MH) : Au début de l'année, des représentants de la Conférence Épiscopale Allemande ont proposé une bénédiction des couples homosexuels. Quelle serait une réponse à cela à la lumière de la Doctrine Catholique ?

Mgr Athanasius Schneider (MAS) :
Donner une bénédiction à un couple homosexuel signifie bénir le péché non seulement des actes sexuels extra-conjugaux, mais pire encore, des actes sexuels entre personnes du même sexe, c'est -à- dire bénir le péché de sodomie, qui est considéré par l'histoire humaine presque entière et par toute la Tradition Chrétienne comme un péché qui crie vers le ciel (Catéchisme de l'Église Catholique , n ° 1867 ). Pourquoi un tel péché crie-t-il vers le ciel ? Parce qu'il annule, souille et contredit directement la nature et l'ordre de la sexualité humaine dans la complémentarité mutuelle des deux sexes telle qu'elle a été créée par la sagesse infinie de Dieu. Les actes homosexuels ou les relations homosexuelles sont directement contre la raison et toute la logique, et contre la volonté explicite de Dieu.

Les actes homosexuels sont intrinsèquement si absurdes que l'on peut les comparer, par exemple, à l'absurdité d'obstruer le mécanisme d'une ceinture de sécurité, où le connecteur sous forme de « langue » ( l’embout mâle ) est poussé dans la « boucle » ( le connecteur femelle ). Chaque personne de bon sens dira l'absurdité d'utiliser une ceinture de sécurité seulement composée deux embouts mâles ou seulement deux embouts femelles. Ça ne fonctionnera pas et ça provoquera la mort dans de nombreux cas parce que la ceinture n'a pas été attachée. De même, les actes homosexuels provoquent la mort spirituelle et souvent la mort physique en raison du risque extrêmement élevé de maladies vénériennes.

Quand les clercs promeuvent la bénédiction des relations homosexuelles, ils font la promotion d'un péché, qui crie vers le ciel, et ils promeuvent une absurdité logique. De tels clercs commettent ainsi un péché grave et leur péché est encore plus grave que celui des partenaires homosexuels qu'ils bénissent parce qu'ils donnent à ces gens des incitations à une vie de péchés continus et les exposent par conséquent au danger réel d'une condamnation éternelle. Ces clercs entendront sûrement de Dieu — au moment de leur jugement personnel — ces paroles graves : « Supposons que j'aie à prévenir un méchant qu'il va vers une mort certaine : si tu ne l'avertis pas d'avoir à changer sa mauvaise conduite afin qu'il puisse vivre, ce méchant mourra à cause de ses fautes, mais c'est toi que je tiendrai pour responsable de sa mort ». (Ézéchiel 3 :18). Les clercs qui bénissent les pratiques homosexuelles réintroduisent une sorte de prostitution des temples païens. Un tel comportement clérical est semblable à l'apostasie et à eux sont pleinement applicables ces paroles de l'Écriture Sainte : « En effet, certains hommes malfaisants se sont introduits discrètement parmi vous ; ils déforment le sens de la grâce de notre Dieu pour justifier leur vie immorale, et ils rejettent ainsi Jésus-Christ, notre seul Maître et Seigneur ». ( Jude 1, 4).

MH : Le Père Anselm Grün, un auteur de livres Allemands dont l'un des livres a récemment été loué par le Pape François, dit maintenant qu'il pourrait imaginer à l'avenir une femme pape. Le Cardinal Christoph Schönborn a également déclaré récemment qu'un futur Concile pourrait très bien établir une nouvelle règle pour les femmes prêtres et même pour les femmes évêques. Qu'est-ce qui est possible et bon dans l'Église, et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Quel est le rôle propre des femmes dans l'Église à la lumière des Évangiles ?

MAS :
Par Institution Divine, le Sacrement de l'Ordre ( sacramentum ordinis ) ne peut être administré qu'à un homme. L'Église n'a pas le pouvoir de changer cette caractéristique essentielle de ce Sacrement parce qu'elle ne peut changer un aspect substantiel des Sacrements, comme l'a enseigné le Concile de Trente ( voir s.21, chapitre 2 ). Le Pape Jean-Paul II a déclaré que l'impossibilité d'ordonner des femmes est un enseignement infaillible du Magistère Universel Ordinaire ( voir la Lettre Apostolique Ordinatio sacerdotalis, n ° 4 ), c’est donc une vérité Divinement révélée, appartenant au Dépôt de la Foi (cf. Réponse de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi du 28 octobre 1995 ).

Celui qui doute obstinément ou nie cette vérité révélée commet le péché d'hérésie, et en le faisant publiquement et avec obstination, le péché devient un crime canonique, ce qui entraîne l'excommunication automatique ( latae sententiae ). Il y a un certain nombre de clercs, et même dans les rangs épiscopaux, qui commettent aujourd'hui ce péché, se séparant ainsi invisiblement de la communauté de la Foi Catholique. Pour eux, on pourrait appliquer ces paroles de Dieu en toute sécurité : « Ces gens nous ont quittés, mais ils n'étaient pas vraiment des nôtres » (1 Jean 2 :19).

Aucun Pape et aucun Concile Oecuménique ne peuvent jamais permettre une ordination sacramentelle féminine ( que ce soit le diaconat, le presbyterium ou l’épiscopat ). Si, dans un cas hypothétique, ils le feraient, l'Église serait détruite dans l'une de ses réalités essentielles. Mais cela ne peut jamais arriver car l'Église est indestructible et le Christ est le vrai chef de son Église, qui ne permettra pas que les portes de l'enfer prévalent contre Elle dans cet aspect concret.

Le plus beau, unique et irremplaçable rôle de la femme dans l'Église est sa vocation et sa dignité d'être mère, physiquement ou spirituellement, parce que toute femme est par nature maternelle. Inséparablement avec sa caractéristique maternelle, il y a sa dignité et sa vocation nuptiale. Dans cette dignité nuptiale, la femme proclame la vérité que chaque âme Chrétienne, et aussi l'âme d'un homme, devrait être une épouse du Christ. Dans sa vocation maternelle et nuptiale, la femme vit le sacerdoce intérieur du cœur, qui lui est propre et complémentaire au sacerdoce ministériel extérieur des Apôtres. Avec quelle sagesse Dieu a-t-il établi l'ordre de la nature, qui se reflète encore plus magnifiquement dans l'ordre de la grâce, dans le Sacrement de l'Ordre ! Une ordination féminine détruirait l'ordre divin et n'apporterait par conséquent que de la laideur spirituelle, de la stérilité spirituelle et, finalement, de l'idolâtrie.

MH : Les Évêques Allemands ont approuvé en février un document qui permet aux conjoints Protestants de Catholiques, dans des cas individuels et après une période de discernement, de recevoir régulièrement la Sainte Communion. À la lumière de l'ordre sacramentel de l'Église et à la lumière de la nécessité pour les Catholiques d'aller régulièrement au Sacrement de Pénitence, est-ce que ce geste des Évêques Allemands est licite et possible ?

MAS :
Depuis l'époque des Apôtres ( Actes 2 :42 ), l'intégrité de la Foi ( doctrina Apostolorum ), la Communion Hiérarchique (communicatio ) et la Communion Eucharistique (fractio panis ) sont inséparablement liées l’une de l’autre. En admettant un Baptisé à la Sainte Communion, l'Église ne doit jamais la lui dispenser sans qu’il professe l'intégrité de la Foi Catholique et Apostolique. Il ne suffit pas d'exiger de lui la Foi Catholique dans le Sacrement de l'Eucharistie ( ou dans le Sacrement de la Pénitence et de l'Onction des malades ).

Admettre un Baptisé à la Sainte Communion, et ne pas exiger de lui comme préalable indispensable l'acceptation de toutes les autres vérités Catholiques ( par exemple, les Dogmes du caractère hiérarchique et visible de l'Église, la primauté juridictionnelle du Pontife Romain, l'infaillibilité du Pontife Romain, des Conciles Oecuméniques et du Magistère universel et ordinaire, les Dogmes Mariaux, etc. ) signifie une contradiction avec l'unité nécessairement visible de l'Église et avec la nature du Sacrement Eucharistique lui-même. L'effet propre de la Communion Eucharistique est la manifestation de l'union parfaite des membres de l'Église dans le signe sacramentel de l'Eucharistie. Par conséquent, la réception même de la Sainte Communion dans l'Église Catholique — même dans des cas exceptionnels — par un Protestant ou par un Chrétien Orthodoxe constitue, en fin de compte, un mensonge. Il contredit le signe sacramentel et la réalité sacramentelle intérieure, dans la mesure où ils, les non-Catholiques admis à la Sainte Communion, continuent volontairement à adhérer visiblement aux autres croyances de leurs communautés Protestantes ou respectivement Orthodoxes.

Nous pouvons également découvrir dans ce contexte le principe problématique et contradictoire du Canon 844 du Code de Droit Canonique ( sur l'administration de certains Sacrements comme la Sainte Eucharistie aux Chrétiens non Catholiques en situation d'urgence ou de danger de mort ). Ce principe contredit la Tradition apostolique et la pratique constante de l'Église Catholique tout au long de deux mille ans. Déjà à l'époque sub-apostolique du deuxième siècle, l'Église Romaine observait cette règle comme Saint Justin l'a témoigné : « Cette nourriture est appelée parmi nous l'Eucharistie, dont personne n'est autorisé à participer sauf l'homme qui croit que les choses ce que nous enseignons est vrai » ( Apol I, 66 ). Le problème créé récemment par la Conférence Épiscopale Allemande n'est, pour être honnête, que la conséquence logique des concessions problématiques formulées par le Canon 844 du Code de Droit Canonique.

MH : Certains observateurs se rappellent ici parfois de l'introduction de la Communion dans la main, qui a d'abord été initiée au niveau régional, seulement pour être ensuite déployée dans l'Église Universelle. Voyez-vous ici des parallèles ?

MAS :
Selon la logique de la fragilité humaine, le dynamisme de la pression idéologique et l'effet contaminant des mauvais exemples, des cas exceptionnels de Communion donnée aux Protestants auront aussi au fil du temps une mise en œuvre importante, qui sera alors très difficile à arrêter.

MH : Si cette nouvelle initiative de l’intercommunion est approuvée par Rome dans une prochaine réunion du 3 mai [ S'il vous plaît voir ici les résultats de cette réunion, MH], cela pourrait — est-ce que ça pourrait se transformer en un second affaiblissement de l’enseignement sacramentel de l'Église après Amoris Laetitia et ses conséquences ?

MAS :
Sans aucun doute !

MH : À la lumière de ce récent projet d'intercommunion Allemand, voyez-vous ici des limites aux appels à la décentralisation dans l'Église ?

MAS :
Lorsqu'il existe un réel danger que, dans une Église particulière, l'intégrité de la Foi Catholique et la pratique sacramentelle correspondante soient endommagées, le Pontife Romain doit exercer son devoir propre et corriger ces écarts afin de protéger les simples fidèles d'une déviation de l'intégrité de la Foi Catholique et Apostolique. Quand les Évêques agissent contrairement à leur devoir qui stipule qu'ils « doivent promouvoir et servir l’unité de la foi et la discipline commune de l’ensemble de l’Église » ( Concile Vatican II, Lumen gentium, 23 ), le Pontife Romain doit intervenir à cause de sa tâche d'être le « pasteur et docteur suprême de tous les fidèles » et le « maître suprême de l’Église universelle » ( Lumen gentium , 25). Lorsqu'au cours d'une navigation, certains officiers du navire commencent à percer des trous dans le flanc du navire, le capitaine du navire ne peut pas dire : « Je n'interviendrai pas car je veux suivre le principe de la décentralisation ». Chaque personne ayant du bon sens considérera qu'un tel comportement est irresponsable et absurde car cela aura des conséquences fatales. Quand cela est vrai pour la vie physique, combien plus est-ce vrai pour la vie surnaturelle des âmes ! Cependant, lorsque les Évêques locaux font bien leur travail pour promouvoir et sauvegarder la Foi, la discipline et la liturgie de l'Église, le Pape ne doit en aucune façon restreindre leurs initiatives. Dans ce cas, il y a une saine décentralisation. Dans « tout ce qui est vrai, respectable, juste, pur, agréable et honorable » ( Phil 4 : 8 ) que les Évêques locaux font, le Pape ne devrait pas interférer et il devrait les laisser agir dans ces bonnes œuvres décentralisées.

MH : Dans le contexte du prochain synode de l'Amazonie de 2019, de nombreux appels ont été lancés en faveur d’une marge de tolérance envers le sacerdoce marié dans le Rite Latin. Quelle est votre propre réponse à cela. L'Église Catholique devrait-elle et peut-elle suivre ce chemin ?

MAS :
L'Église Catholique Romaine ne devrait pas tomber dans le piège des « viri probati » ou être accablée par le fait d'une pénurie drastique de prêtres dans certaines régions. Une telle réaction serait trop humaine et il n'y aurait pas de vision surnaturelle de la Divine Providence, qui guide toujours son Église. Il y a suffisamment de preuves de périodes et de régions dans l'histoire de l'Église avec une pénurie dramatique de prêtres, où la Foi Catholique des laïcs a été florissante grâce à la transmission de la Foi dans la famille et au témoignage de célibataires vertueux. J'ai moi-même passé mon enfance dans de telles conditions où il n'y a pas eu de prêtres pendant plusieurs années.

Il est suffisamment démontré par les documents de l'Église primitive que le célibat sacerdotal ou la loi de la continence sacerdotale est d'origine apostolique. Aux temps apostoliques et aux temps des Pères de l'Église, c'était une norme transmise et initialement non-écrite à savoir que, dès l'ordination sacrée ( diacre, presbytre et Évêque ), le clerc ordonné devait vivre en continence sexuelle perpétuelle, peu importe s'il était marié ou célibataire. Il existe des études scientifiques solides qui confirment ce fait, par exemple les études de Christian Cocchini, du Cardinal Alfons Stickler, de Stefan Heid et al. Le Synode de Carthage ( 390 ) au temps de Saint Augustin a déclaré la continence perpétuelle « doit être ce que les Apôtres ont enseigné et ce que l’Antiquité a observée ». Le Pape Léon le Grand ( + 450 ), observateur scrupuleux des Traditions apostoliques, a déclaré : « La loi de la continence est la même pour les ministres de l'autel, pour les Évêques et pour les prêtres ; quand ils étaient encore des laïcs ou des lecteurs, ils pouvaient librement prendre femme et engendrer des enfants. Mais une fois qu'ils ont atteint les rangs mentionnés plus haut, ce qui avait été permis ne l'est plus » ( Epist. Rusticum ). L'interdiction catégorique de contracter un mariage après l'Ordination était universellement valable et est toujours valable même dans les Églises Orthodoxes, là où le célibat pour un prêtre diocésain est aboli. C'est une démonstration claire du fait que la loi de la continence pour les Ordres supérieurs est d'origine apostolique.

La première tentative de briser la tradition apostolique de la loi de la continence, c'est-à-dire de la loi du célibat dans un sens plus large, a été la législation de l'Église Byzantine dans le soi-disant Second Synode de Trulla ( 691 ) lequel, cependant, n'a pas été reconnu par le Siège Apostolique. Selon la législation Byzantine, le prêtre marié devait observer la continence sexuelle la veille de la célébration du Sacrifice Eucharistique. Pourtant, un vrai prêtre Catholique, qui est jour et nuit « un autre Christ » (alter Christus ), et qui devrait donc célébrer quotidiennement le Saint Sacrifice, doit vivre toujours dans une parfaite continence. C'est une conséquence logique de la dignité ontologique du Sacerdoce du Nouveau Testament et de son lien perpétuel avec l'offrande du Sacrifice du Christ sur l'autel, contrairement au sacerdoce dynastique charnel de l'Ancien Testament qui n'était obligé à la continence sexuelle que pendant son service périodique dans le Temple. C'est précisément avec la référence aux prêtres de l'Ancien Testament, à qui il était permis d'avoir des rapports sexuels avec leurs épouses que le Synode de Trulla de 691 dispensa les prêtres mariés de la loi de la continence.

Si le Synode d'Amazonie prévu en 2019 introduit le sacerdoce marié, même dans des cas singuliers et dans des zones géographiques spécifiques, le dynamisme même d'une telle innovation — à savoir le phénomène du sacerdoce marié — va sans doute inonder progressivement toute l'Église Latine. Nous espérons que le Synode Amazonien 2019 ne favorisera pas l'introduction du style de vie des prêtres de l'Ancien Testament, un style de vie étranger à l'exemple du Christ, le Souverain Sacrificateur Éternel et de la Tradition Apostolique. En outre, il existe un excellent roman de l'écrivain Argentin Hugo Wast ( un pseudonyme de Gustavo Adolfo Martínez Zuviría, + 1962 ) avec le titre « Lo Que Dios ha unido » ( « Ce que Dieu a uni » ), dans lequel l'auteur démontre, de façon convaincante et brillante, l'incompatibilité entre le Sacerdoce Catholique et une vie conjugale sexuellement active.

MH : Lors d'une récente conférence du Vatican, des souvenirs ont été remis aux participants qui ressemblaient beaucoup au symbolisme franc-maçonnique. Est-ce un développement problématique à la lumière de la préservation de l'enseignement Catholique complet et tout entier ?

Souvenirs remis aux participants de la Rencontre « Unite to Cure »
tenue au Vatican les 26-27-28 avril 2018


MAS : Les « souvenirs » mentionnés, que l'on peut voir décrits et affichés sur Internet, sont ouvertement païens, ésotériques et maçonniques. Ces actions, qui ont eu lieu au Vatican, où est le Siège de la Vérité (« Cathedra veritatis ») de Saint Pierre, sont capables de nous rappeler les épisodes fréquents dans l'Ancien Testament, où le Peuple de Dieu et certains de leurs dirigeants étaient tombés loin du vrai et unique culte de Dieu. Car, selon l'opinion de certains chefs religieux de l'Ancien Testament, il était licite d'unir le culte du vrai Dieu au culte des idoles. Cependant, Dieu par la voix de tous Ses prophètes a fortement condamné ceci comme étant une abomination. Il ne peut y avoir de doute qu'à propos de l'exposition cultuelle païenne mentionnée au Vatican, les mêmes voix de condamnation de tous les prophètes bibliques résonneront au Vatican. Cet épisode tragique au Vatican révèle une certaine similitude avec la vision prophétique suivante de la bienheureuse Anne Catharine Emmerich : « J'ai revu le Pape actuel et l'Église obscure de son temps à Rome. [...] Et voilà, une vue des plus singulières ! Chaque membre de l’assemblée a tiré une idole de sa poitrine, l'a mise devant lui et l’a priée. C'était comme si chaque personne sortait ses pensées ou ses passions secrètes sous l'apparence d'un nuage sombre qui, une fois dehors, prenait une forme définie. L’aspect le plus singulier de tout cela était que les idoles remplissaient tout l'endroit ; l'église, bien que les fidèles étaient si peu nombreux, était remplie d'idoles. Quand le service fut terminé, le « dieu » de chacun fut inséré à nouveau dans leur poitrine. Toute l'église était drapée de noir et tout ce qui s'y passait était enveloppé de ténèbres » ( Vision du 13 mai 1820 ).

MH : Le Vatican a récemment décidé de prêter de nombreux vêtements sacrés et autres objets sacrés à une exposition de mode laïque à New York, qui présentera également des vêtements pour une prêtresse, pour une femme évêque, pour une femme cardinale et même pour une femme pape. Est-ce qu’une telle décision du côté du Vatican ne confond-elle pas le sacré avec le profane et constitue même la cause de la confusion morale et spirituelle des fidèles ?

MAS :
Une telle action est clairement une profanation de choses sacrées, qui ont été bénies pour l'adoration exclusive du Vrai Dieu, la Très Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. On ne peut s'empêcher de penser à la profanation d'objets sacrés dans l'Ancien Testament par le Roi Nabuchodonosor ( Dan 5 : 2 ). Cependant, « Dieu n'est pas moqué » ( Galates 6 : 7 ). Les paroles suivantes de Dieu par la bouche du Prophète Daniel sont tout à fait applicables à l'épisode de profanation mentionnée des vêtements sacrés, consenti par une autorité du Vatican : « Tu as chanté les louanges des dieux d'argent et d'or, de bronze et de fer, de bois et de pierre, des dieux qui ne voient rien, n'entendent rien et ne savent rien ; et tu as refusé de rendre gloire au Dieu qui tient dans sa main ta vie présente et ta destinée. Alors Dieu a envoyé une main tracer cette inscription. Voici ce qui est écrit : MENÉ, MENÉ, TEKEL et PARSIN » [ Compté, Compté, Pesé, Divisé ] ( Daniel 5 : 23-25 ). Si le Prophète Daniel devait vivre aujourd'hui et devait connaître l'usage profane mentionné des vêtements sacrés, il dirait sans aucun doute les mêmes paroles à ces personnes qui ont consenti à une telle profanation ou y ont collaboré.

MH : Récemment, le monde a été témoin de l'affaire Alfie Evans où l'État a décidé de mettre fin à la vie d'un enfant malade. L'Archevêque Paglia et quelques Évêques Britanniques ont félicité l'État pour cette décision en faisant référence au fait que l'on ne devrait pas utiliser des traitements excessifs. Quelle est votre propre réponse à cette affaire Alfie ? L'État a-t-il pris la bonne décision et le monde laïc va-t-il dans la bonne direction ici ? Quels devraient être les principes pour traiter avec les personnes gravement malades — que ce soient des enfants ou des adultes ?

MAS :
L'affaire Alfie s'est révélée être la pointe de l'iceberg. L'iceberg est l'anti-culture moderne du meurtre des enfants à naître, une pratique commencée comme une action légale pour la première fois dans l'histoire humaine par la dictature Communiste et Marxiste de Lénine en 1920. Depuis les années soixante du siècle dernier, l'assassinat légal des enfants à naître se sont répandus progressivement comme une action orchestrée dans presque tous les pays Occidentaux. L'idéologie mondiale du meurtre des bébés à naître est essentiellement une idéologie du mépris de l'Humanité sous le masque cynique des prétendus droits de la femme ou de l’obscure « santé reproductive ».

L'industrie de l'avortement et son idéologie politique a toujours catégoriquement refusé la comparaison de l'avortement avec l'infanticide. Pourtant, l'affaire Alfie a montré, à la pleine vue du monde entier, que le pouvoir politique, juridique et médiatique mondial anéantit l'enfant à naître — cette vie humaine vulnérable et faible non née — et qu’il veut franchir l’échelon suivant en introduisant la légalité de l'infanticide, en commençant par un meurtre légal d'un enfant gravement malade. Avec l’affaire Alfie, ils ont voulu donner l'exemple dans cette direction. En effet, ce n'est qu'une conséquence logique de l'avortement, combiné maintenant avec l'idéologie de l'euthanasie. L'affaire Alfie a démontré vraiment, qui est qui dans la question de la défense intransigeante de l'inviolabilité de la vie humaine. Elle a uni spontanément de tous les coins de la terre les défenseurs de la vie dans une ligne de bataille commune. C'était une petite, mais noble, unité militaire spirituelle contre la conspiration puissante d'un programme convenu de la politique, de la magistrature et — à notre grand étonnement — aussi de la médecine. L'armée de la vie semblait être un nouveau David devant le Goliath moderne de l'infanticide. Il semble que cette fois Goliath a gagné. Pourtant, en fait, ce Goliath a perdu. Parce que dans le cas d'Alfie, les partis politiques, judiciaires et médicaux impliqués ont perdu la crédibilité morale de l'impartialité, de la transparence et du sens de la justice. Le gagnant était néanmoins la petite armée d'Alfie. Car aux yeux de Dieu et même aux yeux de l'Histoire, ceux qui défendent les êtres humains les plus faibles et les plus vulnérables, qui sont en premier lieu les enfants non nés et mal nés, seront toujours les gagnants. La conspiration politique, juridique et médicale contre la vie humaine s'effondrera sûrement un jour parce qu'elle est inhumaine.

À l'affaire Alfie et à la petite armée de vie qui l'entoure, on peut appliquer ces paroles de l'Écriture Sainte : « Celui qui pleure quand il sème, criera de joie quand il moissonnera ». ( Ps 126, 5 ).

+ Athanasius Schneider,
Évêque auxiliaire
Archidiocèse de Sainte-Marie à Astana


Source : dieuetmoilenul.blogspot.com/…/avec-mgr-schnei…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU


>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez
Votre commentaire
GChevalier
L'Antéchrist me connaît-il
Puisque lui-même a dit
Qu'il connaissait le profil
De quiconque le contredit ?
La chose est très peu probable
Mais non point invraisemblable
Puisque les maçons sont les meilleurs
De mes principaux lecteurs...
Les âmes du Purgatoire sont dans un lieu restreint ;
Ma planète est trop petite, constate Antéchrist, et je compte bien lui mettre des rallonges...
paxetlumine aime ça.