Clicks1.5K
fr.news
134

Cardinal Sarah : une "une civilisation malade qui se laisse emporter dans les filets du mal" permet le vandalisme des églises

Les profonation d'église sont le reflet d'une "civilisation malade qui se laisse emporter dans les filets du mal" - a écrit le cardinal Robert Sarah sur Twitter (10 février).

La semaine dernière encore, plusieurs églises catholiques françaises ont été saccagées. Bien que cela dure depuis longtemps, le gouvernement français et les médias oligarchiques restent muets.

Notre-Dame-des-Enfants à Nîmes est l'un des cas les plus récents. Le 6 février, le tabernacle a été ouvert. Les hosties ont été mélangés à des excréments et barbouillées sur le mur.

Le 9 février, les hosties ont été sortis du tabernacle de l'église Notre-Dame de Dijon et jetées. Voici les [images]

Image: Robert Sarah, © Mazur/catholicnews.org.uk, CC BY-SA, #newsStgprmcpzy
@jean pierre aussant
Bonsoir Jean-Pierre. Une mise à jour du "logiciel" catholique s'imposait-elle dans le contexte contemporain ? Beaucoup le croient, même parmi des traditionalistes tels que Yves Daoudal et Jean Sévillia. Les Textes du saint concile Vatican II et les Textes du magistère post-conciliaire des derniers Papes exhortent-ils le peuple catholique à se tourner vers Dieu, à se …More
@jean pierre aussant
Bonsoir Jean-Pierre. Une mise à jour du "logiciel" catholique s'imposait-elle dans le contexte contemporain ? Beaucoup le croient, même parmi des traditionalistes tels que Yves Daoudal et Jean Sévillia. Les Textes du saint concile Vatican II et les Textes du magistère post-conciliaire des derniers Papes exhortent-ils le peuple catholique à se tourner vers Dieu, à se convertir, à se sanctifier, notamment en se confessant et en communiant régulièrement au saint sacrifice eucharistique et en accomplissant honnêtement son devoir d’état, à aimer et à évangéliser concrètement son prochain et la société ( tant il est impossible d’aimer le Dieu invisible sans aimer par des actes son prochain visible, en particulier le plus vulnérable : 1 Jean 4.20 ), à prier le saint Rosaire, notamment en famille, à occuper saintement son temps, notamment en fuyant les distractions mondaines qui détournent de l’accomplissement de la sainte volonté de Dieu ? OUI ! D’abord le clergé et ensuite les laïcs, ont-ils en général mis en oeuvre les exhortations du magistère conciliaire et postconciliaire de l’Église, surtout en Occident ? NON, et dans le meilleur des cas insuffisamment. L’ensemble des catholiques de notre époque ont-ils disposé, comme jamais dans l’histoire, de nombreux moyens pour approfondir leur Foi catholique et l’Ecriture Sainte notamment ? OUI ! En ont-ils profité ? Trop minoritairement. Notre époque, à partir de la fin des années 50, marquées entre autres par un exode rural massif ( alors que le catholicisme était jusque-là à dominante très rurale ), n’a-t-elle pas, en même temps que d’offrir une amélioration notable et bénéfique des conditions matérielles d’existence grâce aux progrès scientifiques ( espérance de vie accrue, mortalité infantile fortement réduite, et cetera ), occasionné également hélas des tentations inédites et incroyablement fortes ( possibilité pour le grand nombre d’avoir accès à une propagande et à des œuvres anticatholiques; culture anticatholique via la télévision, le cinéma, la musique; consumérisme; sport nouvelle religion; consumérisme et hédonisme; culture de la luxure en lien avec l’avortement légalisé, la pilule contraceptive, la pornographie, et cetera… ) ? OUI. Autant de constats factuels qui suffisent déjà à contextualiser et relativiser fortement l'hypothétique impact négatif du Concile lui-même sur l'état général actuel du catholicisme dans le monde et en particulier en Occident. Ce Concile catholique, qui certes a ses limites et ses défauts en même temps que ses qualités, n’est pas moderniste et révolutionnaire en soi, quand bien même des acteurs importants et de sensibilité progressiste de ce Concile ( Yves Congar entre autres ) auraient-ils désiré qu’il en fût ainsi et quand bien même ceux-ci ont-ils voulu l’interpréter selon leur prisme déformant durant l’ère post-conciliaire, en encourageant des dérives en matière doctrinale, morale et liturgique. Pour autant, des erreurs et des fautes plus ou moins graves d’ordre prudentiel en matière pratique, pastorale et disciplinaire ont-elles été commises par les derniers papes ? Certainement, notamment en ce qui concerne des nominations d'évêques et de clercs douteux et/ou homosexuels, qui involontairement ont permis la présence croissante d'homosexuels et d'hérétiques au sein du clergé. L'une des causes expliquant également le rejet inconscient et croissant de la sainte tradition de la part d'un certain clergé catholique "conciliaire", outre le climat idéologique marxiste et libéral durant la Guerre froide opposant Bloc Est et Bloc Ouest, est la compromission d'une bonne partie de l'élite intellectuelle catholique traditionaliste, anti-démocratie et anti-république avec le maurrassisme antisémite, notamment durant la Collaboration où des évêques se sont eux-mêmes compromis.
Emmanuel
Merci Emmanuel pour vos précisions auxquelles j'adhère dans une large mesure (à par la démocratie qui est je crois un mal en soi.)
La louange de mes lèvres likes this.
jean pierre aussant likes this.
Ne peut-on pas dire que c'est en partie une mauvaise interprétation du concile (du à l'infestation des esprits par le modernisme) qui est à l'origine du problème? Ce qui en creux impliquerait que même sans VII, les mauvaises interprétations auraient quand même eu lieu?
Derrière les faits et les documents se cache l'intention constante qui n'est maintenant que trop évidente, plus de cinquante ans après la fin du Concile. Sans parler des très rares textes ouvertement hérétiques, l'ingénuité, l'ambiguïté, l'imprécision, la contradiction, le double langage, le silence sur des points importants, le discours ondoyant et oscillant, bref la porte ouverte aux …More
Derrière les faits et les documents se cache l'intention constante qui n'est maintenant que trop évidente, plus de cinquante ans après la fin du Concile. Sans parler des très rares textes ouvertement hérétiques, l'ingénuité, l'ambiguïté, l'imprécision, la contradiction, le double langage, le silence sur des points importants, le discours ondoyant et oscillant, bref la porte ouverte aux interprétations bonnes comme "mauvaises", comme vous le dites très justement, mais plus précisément hérétiques, schismatiques ou scandaleuses que l'on retrouve dans nombre de documents ou de paragraphes de documents conciliaires, ce n'est ni la marque de la Sainte Eglise Catholique ni Celle de l'Esprit Saint. Si vous relisez "Pascendi" (1907), vous constaterez dans les premiers paragraphes que Pie X attribue exactement les mêmes travers aux modernistes de son temps qu'il stigmatise et condamne vigoureusement; c'est pour ce motif que le saint pape et ses successeurs avaient placé des garde-fous contre cette peste effroyable (serment anti-moderniste etc...). Vatican II a tout jeté bas, avec la bénédiction de ses "saints" papes Paul VI et Jean-Paul II; seul Jean-Paul Premier a émis des doutes et fait part de son cas de conscience, en particulier sur la question capitale du prétendu "droit à la Liberté Religieuse"; mais il était trop humble et trop modeste, d'une humilité et d'une modestie sans doute mal comprises, pour oser se dresser contre l'apostasie...
L'origine du mal est le péché originel et non pas VII. Mgr Lefebvre avait d'ailleurs dit que VII était déjà dans les têtes des prêtres dans les années cinquante.
Il faut avoir les yeux en face des trous, cher jean pierre aussant ! Bien sûr, la tempête qui a emporté la hiérarchie de l'Eglise n'a pas commencé brutalement ex nihilo en 1962 pour s'achever par un naufrage total en 1965 ! Le vent s'est évidemment levé, si vous voulez, le jour du péché originel qui a engendré cette guirlande de vices qui scintillent de tous côtés de nos jours avec une ampleur …More
Il faut avoir les yeux en face des trous, cher jean pierre aussant ! Bien sûr, la tempête qui a emporté la hiérarchie de l'Eglise n'a pas commencé brutalement ex nihilo en 1962 pour s'achever par un naufrage total en 1965 ! Le vent s'est évidemment levé, si vous voulez, le jour du péché originel qui a engendré cette guirlande de vices qui scintillent de tous côtés de nos jours avec une ampleur probablement jamais vue auparavant; ce vent s'est accru au cours des siècles de cent germes du Concile Vatican II dont les plus importants furent la réforme protestante, le jansénisme, la maçonnerie, le philosophisme (la problème est d'ailleurs exactement le même avec le naufrage de la France qui n'a pas commencé le 17 juin 1789 mais avec les fautes de Louis XIV, le jansénisme, les négligences de Louis XV, les Lumières etc...), Lamenais, le modernisme (condamné par "Pascendi" en 1907) et le progressisme (le Sillon condamné en 1910) etc... etc... Ce qu'il me semble qu'il faut bien comprendre, c'est que jusqu'au Concile, l'Eglise Catholique, dans sa tête et dans ses membres, avait toujours résisté aux folies du monde, parfois mal, parfois mollement, mais le plus souvent avec vaillance, lucidité, persévérance et même héroïsme ! Certains Papes comme Léon XIII ou Pie XI avaient commis des fautes mais elles furent toutes réparables et l'essentiel, la Foi, restait sauf; le mal était évidemment aussi et de plus en plus, comme vous le dites très bien, dans la tête des prêtres dans les années cinquante" puisque, par exemple, un abbé de Nantes s'était rendu à Rome dans ces mêmes années cinquante, bien avant le Concile, pour dénoncer au cardinal Ottaviani le danger mortel que représentaient les thèses de Congar pour l'avenir de l'Eglise; hélas, il ne fut pas pris au sérieux par cette sorte de Louis XV qu'était Ottaviani et Congar fut l'un des grands animateurs du Concile.... Il me semble que Vatican II est un évènement majeur, capital, inouï, un moment unique de l'histoire de l'Eglise en ce sens qu'il résume, récapitule et assure le triomphe, par son "esprit", de toutes les grandes hérésies et de toutes les grandes folies des derniers siècles : avec le Concile, la hiérarchie de l'Eglise qui avait toujours résisté, papes en tête et avec leur autorité, s'est rendue au monde ! Les digues qui avaient jusque là tenu tant bien que mal se sont ouvertes toutes grandes ! Le Concile Vatican II et son "esprit" est bien une rupture décisive, une victoire, une synthèse, un résumé parfait et un aboutissement de cinq siècles et plus (je pense en particulier au mahométisme bien antérieur à l'an 1000) de combat acharné.
Cela est d'ailleurs tellement vrai que les laïcs les plus intelligents extérieurs au Concile l'ont tout de suite compris, dès la deuxième session : Alain Peyrefitte raconte qu'il demanda un jour au général de Gaulle : "Mon général, quel est selon vous, l'évènement le plus important de notre siècle ? La décolonisation ?" Et de Gaulle de répondre : "Non, Peyrefitte, c'est le Concile Vatican II !"
Mais la hiérarchie de l'Eglise n'est pas, Dieu soit loué !, toute l'Eglise et le Coeur Immaculé de Marie est là, qui attend son Heure...
Les modernistes et les libéraux étaient là depuis un certain temps, cependant au concile ils ont pris le pouvoir, la preuve par le rejet des deux années de préparation, et le "Rhin" se jetant dans le Tibre avec la complicités du sommet de la hiérarchie.
jean pierre aussant and one more user like this.
jean pierre aussant likes this.
La louange de mes lèvres likes this.
Une "civilisation" validée par la Liberté Religieuse Vatican II.
avecrux.avemaria likes this.
apvs
Horreur !
apvs and one more user like this.
apvs likes this.
paxetlumine likes this.
La maladie s'appelle l'apostasie et elle a commencé par le haut....
J e ne vais pas leurs jeter la pierre ,car mois aussi il m'à fallut du temps pour voire que ce concile fut l'ouverture de la porte à l'innommable , le royaume de l'HOMME sens DIEU et toutes ses dérivent , triste Vatican qui emmène des Âmes la ou elles ne devrait pas allez et tout cela pour promouvoir "la Paix " dans le monde ? je la cherche et ne la trouve pas ,c'est même devenu pire ,sens DIEU …More
J e ne vais pas leurs jeter la pierre ,car mois aussi il m'à fallut du temps pour voire que ce concile fut l'ouverture de la porte à l'innommable , le royaume de l'HOMME sens DIEU et toutes ses dérivent , triste Vatican qui emmène des Âmes la ou elles ne devrait pas allez et tout cela pour promouvoir "la Paix " dans le monde ? je la cherche et ne la trouve pas ,c'est même devenu pire ,sens DIEU VOUS NE POUVEZ RIEN FAIRE ,il est temps je jeter aux orties ce concile Vatican II et revenir aux véritables SAINT PÈRES .
Mais celui-ci est cardinal, et à ce degré on ne peut pas être ignorant, il n'a d'ailleurs pas encore compris que le concile était empoisonné
Catholique et Français likes this.
"Corruptio optimi pessima !"
AveMaria44 and one more user like this.
AveMaria44 likes this.
apvs likes this.
avecrux.avemaria likes this.