Langue
Clics
622
fr.news 2

Un archevêque du Vatican invente sa propre "vérité"

L'archevêque Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, est en colère contre ceux qui soulignent que le texte Amoris Laetitia du pape François contredit Veritatis Splendor de Jean-Paul II.

Parlant à VaticanNews.va le 6 août, Fisichella prétend même que ces critiques n'auraient "aucune fidélité à la tradition de l'Église". Mais c'est précisément le cas pour Amoris Laetitia et ses défenseurs

Il appelle la déformation de la foi par François un "développement de la doctrine".

Selon Fisichella, nous devons avoir un "concept dynamique" de la vérité. C'est ce qu'on appelle communément le relativisme, un concept qui permet de tout dire et le contraire de tout, annulant la distinction entre la vérité et les mensonges.

Fisichella est assez malin pour ne pas prêcher son relativisme dans une ouverture totale. Par conséquent, il invente un nouveau mot en disant que la vérité "n'est pas une dimension fixte [italienne: fissista]".

Ceux qui, comme Fisichella, utilisent la "vérité" comme si elle changeait comme la météo sont communément appelés des menteurs.

Pour Fisichella, l'Église ne peut accepter une vérité "fermée sur elle-même", mais, par essence, la vérité est toujours liée à la réalité, alors que les théories de Fisichella produisent une toile d'araignée de rêves sans réalité.

Image: Rino Fisichella, © Riccardo Rossi CC BY-SA, #newsSgvrjgdlwc
Votre commentaire
GChevalier
Fisichella redit comme un singe ce que dit son patron le Crapaud-François : c'est la fable du singe imitant le crapaud !
Un singe ayant écouter un crapaud,
Essaya de l'imiter avec ses mots.
etc...
Finalement il tomba dans de très grands maux,
Et lui aussi devint un crapaud.