edouard marie
edouard marie

L'abbé Rioult et la crise de l'Église

qui sont les deux intervenants ?
edouard marie

M. l'abbé Jean-Luc Lafitte chassé de la Maison Saint-Ignace à Sainte-Croix-du-Mont

A en croire le communiqué, l'abbé est le seul salaud et le directeur des ESR, qui pourtant savait très bien la situation et qui l'a exposé à la rechute, se vantant par là d'avoir le "meilleur clerc de France", serait donc, dans l'histoire, une pauvre victime qui se serait un peu trompé. Comme c'est commode. Mais ça ne trompe pas tout le monde.
edouard marie

Le traditionalisme de Mgr Gaume

Mgr Gaume n'est pas fidéiste. la preuve :

" [Le don de science] n'est pas la science naturelle. Par le travail de sa raison, l'homme peut parvenir à juger avec certitude de certaines vérités, c'est-à-dire que la science humaine s'acquiert par raisonnement et par démonstration. Mais Dieu juge avec certitude de la vérité, sans discussion ni raisonnement, par une simple vue ; ainsi, dans …
More
Mgr Gaume n'est pas fidéiste. la preuve :

" [Le don de science] n'est pas la science naturelle. Par le travail de sa raison, l'homme peut parvenir à juger avec certitude de certaines vérités, c'est-à-dire que la science humaine s'acquiert par raisonnement et par démonstration. Mais Dieu juge avec certitude de la vérité, sans discussion ni raisonnement, par une simple vue ; ainsi, dans certaines limites, l'homme doué du don de science. De là, une différence énorme entre le savant qui n'a pas le don de science et le chrétien qui le possède. Le front sillonné d'algèbre, comme dit le comte de Maistre, la science du premier est laborieuse dans sa marche, incertaine dans ses affirmations, limitée dans son étendue, stérile dans ses résultats. "
TRAITE DU SE T2 p 419-420
Même si de Maistre l'est, et encore, on peut comprendre la citation dans un sens qui ne soit pas fidéiste ; lui ne l'est pas.

Ailleurs, Mgr Gaume dit bien qu'il y a trois manières de connaitre les vérités :
Raison
Foi
Don de science

"La lumière naturelle de notre entendement n'a qu'une force bornée, incapable de pénétrer au delà de certaines limites. Cependant l'homme est créé pour une fin surnaturelle ; il ne peut l'atteindre qu'autant qu'il la connaît ainsi que les moyens d'y parvenir. L'homme a donc besoin d'une lumière surnaturelle, pour pénétrer ce qui dépasse la portée naturelle de son entendement. Cette lumière surnaturelle, communiquée à l'homme par le Saint-Esprit, s'appelle le don d'entendement. On voit déjà en quoi le don d'intelligence diffère de l'intelligence naturelle, de la foi et du don de science. L'intelligence naturelle est la faculté de connaître les vérités fondamentales qui peuvent être connues par la raison.L'intelligence surnaturelle ou le don d'intelligence va plus loin, il vient, non de la nature, mais de la grâce; il pénètre, non-seulement les vérités de l'ordre purement humain, mais les vérités de l'ordre surnaturel. Il diffère de la foi, dont le propre est de nous faire adhérer fermement aux vérités de l'ordre surnaturel ; tandis que le don d'intelligence nous fait pénétrer et comprendre ces vérités, autant qu'un homme peut en être capable. "
TRAITE DU SE T2 p 462

Mgr Gaume fait bien la différence entre les deux ordres.
edouard marie

Le traditionalisme de Mgr Gaume

Donc Athanase,

C'est assez étonnant de se référer à un ouvrage, et à en faire des citations dont les pages données ne correspondent absolument pas.
En effet, ni dans mon édition ni dans celle donnée par "Valens735", les citations ne sont aux pages indiquées.

Il y aurait donc une troisième édition, celle où vous avez pioché, et où la page 151 se trouverait à la page 293 (et etc etc )
C'est asse…More
Donc Athanase,

C'est assez étonnant de se référer à un ouvrage, et à en faire des citations dont les pages données ne correspondent absolument pas.
En effet, ni dans mon édition ni dans celle donnée par "Valens735", les citations ne sont aux pages indiquées.

Il y aurait donc une troisième édition, celle où vous avez pioché, et où la page 151 se trouverait à la page 293 (et etc etc )
C'est assez curieux un tel décalage ... cela nécessite AU MOINS la référence précise de l'ouvrage utilisé de la part de qui essaie de déboulonner Mgr Gaume (sic).

----------

En effet sur le fond, sur les citations en questions, rien, absolument rien de fondé ne permet d'affirmer qu'elles seraient "infestés" de Traditionalisme.

En effet le livre en question, de 1835, est le premier ouvrage d'une longue série, suscitant une importante notoriété ( sanctifiant un grand nombre d'âmes ), une grande connaissance et reconnaissance de la part de l'Église Catholique, et des distinctions importantes.

Il ne peut donc pas ne pas y avoir eu, de la part de l'Église Catholique, une vérification pointue de ses œuvres.
Bien plus pointue que pour n'importe quel clerc n'écrivant qu'un seul livre perdu dans la masse de publications et "simplement" vérifié par son évêque.

Et s'il ne peut donc pas ne pas y avoir de la part de l'Église Catholique une vérification pointue, si erreur il y a, elles ne peuvent pas ne pas être signalées, condamnées, rétractées et corrigées.

Si donc les citations étaient vraiment infestés de Traditionalisme comme vous le prétendez gratuitement, l'Église Catholique se serait exprimé !


Mais vous affirmez par ailleurs ;
"" Aussi était-il impossible, pour Rome, de donner le moindre signe de réprobation sans sembler, par ricochet, condamner le vrai et bon combat du prélat ""

Ce n'est qu'une pure supposition, particulièrement infâme vis à vis de l'Église Catholique, et qui dénotent d'une méconnaissance , voir pire, d'un mépris ou d'une négation de ce qu'Elle est, et sa mission : défendre la vérité, attaquer l'erreur.

Oui, une condamnation de Mgr Gaume par Rome, pour des erreurs avérées aurait été un motif de réjouissance, comme le dit Mgr Garibaldi, pour les ennemis de l'Église Catholique, que Mgr Gaume combattaient. (Et vous vous combattez qui ?)

Et alors ? Le devoir de Vérité est à ce prix !
S'il y avait réellement eu les erreurs que vous prétendez, Rome, connaissant et appréciant les œuvres et la personne de Mgr Gaume, l'aurait repris, patiemment d'abord, comme elle (Rome) l'a fait de tout temps, et s'il s'était montré rebelle, elle l'aurait condamnée.
.
L'Église Catholique ne PEUT PAS laisser sciemment courir une erreur, encore moins une erreur grave, contre la Foi.
Mais quand on considère qu'un apostat peut être matériellement Pape Catholique, et que la "secte conciliaire" puisse être matériellement l'Église Catholique, difficile de comprendre réellement ce qu'est l'Église Catholique

Et une des preuves supplémentaire démontrant que cet argument que vous employez -la non-condamnation pour des motifs "stratégiques" : (ne pas donner des satisfactions aux ennemis de l'Église Catholique que Mgr Gaume combattaient ) - est absurde:

Outre les Brefs des Papes, émaillant son sacerdoce, il y a eut assez tôt, en 1842 la décoration de la Croix de l'Ordre de Saint Sylvestre, récompense qu'il obtient pour son œuvre (déjà, en 1842 !!! ) et avant de s'être fait l'adversaire irrémédiable des Gallicans.

- Il n'est donc pas possible d'invoquer pour cette décoration, qu'elle soit le fait de son combat contre le Gallicanisme, mais bien de son œuvre toute entière, déjà en 1842.

- Il n'est donc pas possible d'invoquer une absence de condamnations d'erreurs (erreurs supposés toujours), en raison de ce combat victorieux contre le Gallicanisme, puisqu'il ne l'a pas encore pleinement mené.

C'est donc bien pour ses œuvres, y compris celles que vous attaquez bassement, que Mgr Gaume fut récompensé.


En effet, en 1842, il achevait déjà 5 gros ouvrages sans encore rentrer dans le fonds contre le Gallicanisme.

- Du Catholicisme dans l'éducation, ou l'Unique moyen de sauver la science et la société, 1835

- Le Grand jour approche ! 1836

- Le manuel des confesseurs 1837

- Le Catéchisme de Persévérance 1838

- Son abrégé 1839


Qui donc prétend s'attaquer à Mgr Gaume, - Protonotaire Apostolique, décoré de la Croix de l'Ordre de Saint Sylvestre, félicité par 6 Brefs Pontificaux ?
edouard marie

Le traditionalisme de Mgr Gaume

Athanase,

Vous dites aux pages 22-23 de votre pdf, que dans le livre " Du Catholicisme dans l'éducation " (1835 ) de Mgr Gaume:

livres-mystiques.com/…/Catholicisme.pdf

se trouve(raie)nt certaines citations (cf ci-dessous) que vous rapportez et qui seraient, selon vous, "infestés" de Traditionalisme. Ce qui serait donc un de vos arguments pour accuser Mgr Gaume d'être " imprégné de Traditiona…More
Athanase,

Vous dites aux pages 22-23 de votre pdf, que dans le livre " Du Catholicisme dans l'éducation " (1835 ) de Mgr Gaume:

livres-mystiques.com/…/Catholicisme.pdf

se trouve(raie)nt certaines citations (cf ci-dessous) que vous rapportez et qui seraient, selon vous, "infestés" de Traditionalisme. Ce qui serait donc un de vos arguments pour accuser Mgr Gaume d'être " imprégné de Traditionalisme ".

Or, précisément, ces citations sont introuvables dans l'ouvrage en question !! ( " Du Catholicisme dans l'éducation " (1835 ). )

Les voici:

" Être contingent, l'homme n'a pas plus la vérité en lui que la vie; il la reçoit; or il ne peut la recevoir que par la foi à l'enseignement primordial donné par les parents et qui vient originairement de Dieu. "
P 151: introuvable !

" Croire, telle est donc la première loi de notre être intellectuel, connaitre, c'est la seconde. "
p 187: introuvable !

" Le but principal de sa philosophie fut d'établir le rapport de la foi avec la raison. "
p 228/229: introuvable !

" La philosophie n'invente rien, elle développe. "
p 242: introuvable !

" Qu'autrefois l'autorité du genre humain, dépositaire de la religion primitive ait été la règle de vérité, c'est un fait qu'il ne semble pas possible d'attaquer, mais aujourd'hui quel peut être le besoin d'y recourir ? Nous avons l'Église qui est aussi le genre humain, et plus que le genre humain. Qui refusera de croire à l'Église ne croira pas davantage au genre humain. "
p 245: introuvable !

Vous dites par ailleurs que:

" Mgr Gaume confond (sic) la philosophie et la théologie (pp 243-244), et met faussement cette confusion sous l'autorité de Saint Thomas "

Or pp 243-244, aucune trace de philosophie, de théologie, et de saint Thomas, mais des récits de la "grandeur" des peuples païens (Rome, Trajan et cie) p 243 dont certains voudraient nous faire croire que leurs écrits classiques sont édifiants pour la Foi.
Et des citations de Saint Augustin pour étayer ses propos p 244.

L'erreur de page, sur une seule citation, aurait pu s'entendre. Là l'erreur est générale et manifeste.
J'ai même vérifié
sur les numéros de pages 151 / 187 / 242 /243-244 /245 du document PDF et non du livre: il n'en est rien.
J'attends donc de vous des explications ... sérieuses.