Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est ce que décrit le philosophe italien Giorgio Agamben depuis des années: nous basculons dans un monde où l’état d’exception devient la règle. Plus qu’un rêve total…More
Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est ce que décrit le philosophe italien Giorgio Agamben depuis des années: nous basculons dans un monde où l’état d’exception devient la règle. Plus qu’un rêve totalitaire dystopique peuplé de caméras et de drones hurleurs, je redoute à l’avenir un phénomène de tri des individus, comme on a pu le voir en Chine avec le "crédit social" et cette manière de noter les citoyens dans la moindre de leurs actions. Dans une société sans contact, on risque de suivre des logiques assez similaires.
L’action publique ne se décide plus qu’à travers des cartes de chaleur et des lits disponibles. Ce faisant, on oublie la chose politique. On gouverne, non pas à partir du réel, mais à travers l’interprétation de statistiques. En classant les citoyens, on se transforme en garants du mode de vie de son entourage. Ces dernières années, nous avons assisté à un retour puissant de la biométrie, c’est-à-dire du pouvoir de la technologie sur les corps. Quel meilleur moment d’…More
lecho.be

Olivier Tesquet: "Je redoute à l'avenir un phénomène de tri des individus"

29 juin 2020 Aujourd'hui à 08:56 Selon Olivier Tesquet, journaliste français spécialisé dans les questions numériques, "en période d’épidémie, c’est …