Clicks581

Saint Jean-Paul II: Le martyre, exaltation de la sainteté inviolable de la Loi de Dieu

Fragment de l'encyclique de Jean Paul II Veritatis splendor:

Le martyre, exaltation de la sainteté inviolable de la Loi de Dieu

90. Le rapport entre la foi et la morale resplendit de tout son éclat dans le respect inconditionnel dû aux exigences absolues de la dignité personnelle de tout homme, exigences soutenues par les normes morales interdisant sans exception tous les actes intrinsèquement mauvais. L'universalité et l'immutabilité de la norme morale manifestent et protègent en même temps la dignité personnelle, c'est-à-dire l'inviolabilité de l'homme sur qui brille la splendeur de Dieu (cf. Gn 9, 5-6).

Le fait du martyre chrétien, qui a toujours accompagné et accompagne encore la vie de l'Eglise, confirme de manière particulièrement éloquente le caractère inacceptable des théories éthiques, qui nient l'existence de normes morales déterminées et valables sans exception.

91. Dans l'Ancienne Alliance, nous rencontrons déjà d'admirables témoignages d'une fidélité à la Loi sainte de Dieu, poussée jusqu'à l'acceptation volontaire de la mort. L'histoire de Suzanne est exemplaire à cet égard : aux deux juges iniques qui menaçaient de la faire mourir si elle avait refusé de céder à leur passion impure, elle répondit : « Me voici traquée de toutes parts : si je cède, c'est pour moi la mort, si je résiste, je ne vous échapperai pas. Mais mieux vaut pour moi tomber innocente entre vos mains que de pécher à la face du Seigneur ! » (Dn 13, 22-23). Suzanne, qui préférait « tomber innocente » entre les mains des juges témoigne non seulement de sa foi et de sa confiance en Dieu, mais aussi de son obéissance à la vérité et à l'absolu de l'ordre moral : par sa disponibilité au martyre, elle proclame qu'il n'est pas juste de faire ce que la Loi de Dieu qualifie comme mal pour en retirer un bien quel qu'il soit. Elle choisit pour elle-même la « meilleure part » : un témoignage tout à fait limpide, sans aucun compromis, rendu à la vérité sur le bien et au Dieu d'Israël ; elle montre ainsi, par ses actes, la sainteté de Dieu.

Au seuil du Nouveau Testament, Jean Baptiste, se refusant à taire la Loi du Seigneur et à se compromettre avec le mal, « a donné sa vie pour la justice et la vérité » 142, et il fut ainsi précurseur du Messie jusque dans le martyre (cf. Mc 6, 17-29). C'est pourquoi « il est enfermé dans l'obscurité d'un cachot, lui qui était venu rendre témoignage à la lumière et qui avait mérité d'être appelé flambeau ardent de la lumière par la Lumière elle-même qui est le Christ 1. Par son propre sang est baptisé celui à qui fut donné de baptiser le Rédempteur du monde » 143.

Dans la Nouvelle Alliance, on rencontre de nombreux témoignages de disciples du Christ — à commencer par le diacre Etienne (cf. Ac 6, 8 à 7, 60) et par l'Apôtre Jacques (cf. Ac 12, 1-2) — qui sont morts martyrs pour confesser leur foi et leur amour du Maître et pour ne pas le renier. Ils ont ainsi suivi le Seigneur Jésus qui, devant Caïphe et Pilate, « a rendu son beau témoignage » (1 Tm 6, 13), confirmant la vérité de son message par le don de sa vie. D'autres innombrables martyrs acceptèrent la persécution et la mort plutôt que d'accomplir le geste idolâtrique de brûler de l'encens devant la statue de l'empereur (cf. Ap 13, 7-10). Ils allèrent jusqu'à refuser de simuler ce culte, donnant ainsi l'exemple du devoir de s'abstenir même d'un seul acte concret contraire à l'amour de Dieu et au témoignage de la foi. Dans l'obéissance, comme le Christ lui-même, ils confièrent et remirent leur vie au Père, à celui qui pouvait les sauver de la mort (cf. He 5, 7).

L'Eglise propose l'exemple de nombreux saints et saintes qui ont rendu témoignage à la vérité morale et l'ont défendue jusqu'au martyre, préférant la mort à un seul péché mortel. En les élevant aux honneurs des autels, l'Eglise a canonisé leur témoignage et déclaré vrai leur jugement, selon lequel l'amour de Dieu implique obligatoirement le respect de ses commandements, même dans les circonstances les plus graves, et le refus de les transgresser, même dans l'intention de sauver sa propre vie.

92. Dans le martyre vécu comme l'affirmation de l'inviolabilité de l'ordre moral, resplendissent en même temps la sainteté de la Loi de Dieu et l'intangibilité de la dignité personnelle de l'homme, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu : il n'est jamais permis d'avilir ou de contredire cette dignité, même avec une intention bonne, quelles que soient les difficultés. Jésus nous en avertit avec la plus grande sévérité : « Que sert à l'homme de gagner le monde entier, s'il ruine sa propre viC ? » (Mc 8, 36).

Le martyre dénonce comme illusoire et fausse toute « signification humaine » que l'on prétendrait attribuer, même dans des conditions « exceptionnelles », à l'acte en soi moralement mauvais ; plus encore, il en dévoile clairement le véritCble visage, celui d'une violation de l'« humanité » de l'homme, plus en celui qui l'accomplit qu'en celui qui le subit 144. Le martyre est donc aussi l'exaltation de l'« humanité » parfaite et de la « vie » véritable de la personne, comme en témoigne aint Ignace d'Antioche quand il s'adresse aux chrétiens de Rome, le lieu de son martyre : « Pardonnez-moi, frères ; ne m'empêchez pas de vivre, ne veuillez pas que je meure... Laissez-moi recevoir la pure lumière ; quand je serai arrivé là, je serai un h mme.Permettez-moi d'être un imitateur de la passion de mon Dieu » 145.

www.vatican.va
gerard57
Une encyclique essentielle
Thierry73 likes this.
gerard57 likes this.
Merci pour les nuls, le kamasoutra catho de JP2. Pouvez-vous comprendre, vous qui n'êtes pas nul, qu'il ne peut exister une théologie du corps.........
@AveMaria44 ; Ce que JPII a proposé, c'est la fausse mystique de la secte des mariavites en Pologne. Cette secte est dans la succession de Jacob L. Frank et Sabbatai Z'vi. Le problème avec cette "théologié" est que après la chute d'Adam, l'humanité ne profite plus des sciences infusées, lesquelles rendaient Adam capable d'enlever la chaire et les sens dans la sphère d'esprit. Même la …More
@AveMaria44 ; Ce que JPII a proposé, c'est la fausse mystique de la secte des mariavites en Pologne. Cette secte est dans la succession de Jacob L. Frank et Sabbatai Z'vi. Le problème avec cette "théologié" est que après la chute d'Adam, l'humanité ne profite plus des sciences infusées, lesquelles rendaient Adam capable d'enlever la chaire et les sens dans la sphère d'esprit. Même la rédemption n'a pas changé cela ! Le chemin de la rédemption passe donc par la chaire crucifiée et non par la chaire soignée.
Nous sommes d'accord, c'est du gnosticisme, rien de catholique.
@AveMaria44 ; Vôtre commentaire très long en bas avec les lignes rouges, c'est tiré d'un livre du Prof. J. Dörmann? Pourquoi 44 dans vôtre pseudo? Vous êtes dans le département 44 ?
Le commentaire est un commentaire de l'abbé Gleize FSSPX, les couleurs sont ma contribution perso. Vous auriez pu être Scherlock 44 = Loire Atlantique, original n'est-il pas?
@AveMaria44 ; Non, je ne suis pas Scherlock 44 !
@AveMaria44 ; bien au contraire, je habite aussi le département 44.
@AveMaria44 Mais purée de pomme de terre ! Alors ? Veux-tu bien répondre à ma question, stp ? Je retire tout ce que j'ai dit sur toi. Tu n'es pas disciple de Saint Thomas d'Aquin ! Mais disciple de ma truie qui vient de mettre bas
Allez ! Souris ! Te voilà papa spirituel de 8 petits porcinets !

Puree ! Je ne vais pas te louper toi
One more comment from avecrux.avemaria
Psaume 62
Saint Jean-Paul II, priez pour nous !
Saint Jean et saint Paul, priez pour nous !
Psaume 62
Ainsi soit-il.
Thierry73 likes this.
Thierry73 likes this.
Toujours la même tactique moderniste une page parfaitement orthodoxe et après la théologie du corps, le baiser au Coran, Assise.........
DDFG5 likes this.
DDFG5
Pie X: les musulmans croient au vrai Dieu: pivoici la preuve indeniable
Cela est une fausse interprétation. On vous a déjà fait ce remarque sur le canal anglophone. De même pour les "logoi spermatikoi"
Psaume 62 and one more user like this.
Psaume 62 likes this.
Thierry73 likes this.
JEAN-PAUL II UN GNOSTIQUE THEILHARDIEN
Jean-Paul II dira d’ailleurs, huit ans plus tard, que « le Christ est la réalisation de l’aspiration de toutes les religions du monde » et que « par cela même, il en est l’aboutissement unique et définitif ». Treize après Assise, encore, il explicitera sa pensée sur ce point en précisant que « les "semences du Verbe" semées par l’Esprit préparent …More
JEAN-PAUL II UN GNOSTIQUE THEILHARDIEN
Jean-Paul II dira d’ailleurs, huit ans plus tard, que « le Christ est la réalisation de l’aspiration de toutes les religions du monde » et que « par cela même, il en est l’aboutissement unique et définitif ». Treize après Assise, encore, il explicitera sa pensée sur ce point en précisant que « les "semences du Verbe" semées par l’Esprit préparent toute la création, l’histoire et l’homme à la pleine maturité dans le Christ » et que « Jésus devrait être présenté comme la Sagesse de Dieu incarnée, dont la grâce porte à maturité les "semences"de la Sagesse divine déjà présentes dans la vie, dans les religions et chez les peuples de l’Asie. » Ces deux affirmations de 1994 puis de 1999 s’éclairent d’elles-mêmes à la lumière de celles de 1986. Elles veulent toutes dire que les religions autres que le catholicisme comportent formellement et en tant que telles des qualités et des valeurs proprement religieuses et salutaires, des valeurs sinon chrétiennes du moins christiques. Dans son Discours du 22 octobre 1986, le Pape affirme que ces valeurs et ces qualités religieuses insignes, dont parle le Concile, sont « précisément les "traces"ou les "germes" du Verbe et les "rayons" de sa vérité. Parmi ceux-ci, se trouve sans aucun doute la prière, souvent accompagnée par le jeûne, par d’autres pénitences ou par le pèlerinage à des lieux sacrés, entourés d’une grande vénération. » Dans un discours tenu quatorze ans après Assise, Jean-Paul II reviendra sur la même idée. « Je rappelle en particulier la prière d’Assise de 1986 et celle sur la place Saint-Pierre, l’an dernier. Il s’agit à l’évidence d’un dialogue qui ne veut en aucune manière affaiblir la nécessaire annonce du Christ comme unique Sauveur du monde, comme l’a récemment réaffirmé la Déclaration Dominus Jesus. Le dialogue ne met pas en discussion cette vérité essentielle pour la foi chrétienne mais s’appuie sur le présupposé que, justement, à la lumière du mystère de Dieu révélé dans le Christ, nous pouvons percevoir de nombreuses semences de lumières répandues par l’Esprit dans les diverses cultures et religions. Aussi, encultivant de manière dialogique ces semences, est-il possible de grandir ensemble, même avec des croyants d’autres religions, dans l’amour de Dieu, le service de l’humanité, le chemin vers la plénitude de la vérité, vers laquelle l’Esprit de Dieu nous conduit mystérieusement (cf. Jn XVI, 13). » Les fausses religions sont donc des formes imparfaites de la vraie : elles sont cette vraie religion en puissance ou en germe, à des degrés divers. Dans l’Exhortation apostolique Ecclesia in Asia, Jean-Paul II a même souligné « l’action multiple et diversifiée de l’Esprit Saint, qui sème constamment des semences de vérité parmi tous les peuples, ainsi que dans leurs religions » et vu dans l’Esprit de Dieu « le premier agent du dialogue de l’Église avec les peuples, les cultures et les religions ». Telle est aussi et surtout la raison profonde pour laquelle, dans l’intention du Pape, l’événement d’Assise est « un événement singulier, de caractère religieux, exclusivement religieux ». Et c’est bien en cela que cet événement constitue justement une iniquité, la plus grande qui ait jamais eu lieu dans l’Église jusqu’ici, selon les dires de Mgr Lefebvre. Parlant de la prière des autres religions, Jean-Paul II précise : « Nous res-pectons cette prière, même si nous ne voulons pas faire nôtres des formules qui expriment d’autres visions de foi. Du reste, les autres non plus ne voudraient pas faire leurs nos prières. » La différence entre l’unique vraie religion et les fausses se réduit donc, dans l’intention de Jean-Paul II, déclarant celle de Vatican II, à une altérité des visions de foi. Ce n’est pas la différence entre la vérité et l’erreur. C’est la différence entre les différentes formules qui expriment différentes visions. Visions qui, pour être différentes, comportent toutes des « semences de lumières répandues par l’Esprit », et sont autant de « rayonnements de l’unique vérité ».

L’événement a fait date : le 4 octobre dernier, en la fête de saint François d’Assise, des statuettes représentant des femmes entièrement nues, agenouillées etenceintes, le visage triste et maquillé, furent promenées en procession devant le Pape et des cardinaux dans les jardins du Vatican. Après quelques chants, les participants se sont agenouillés et prosternés en signe d’adoration devant ces figurines. Depuis, une semblable procession s’est déroulée dans l’église Santa Maria in Traspontina, ainsi que dans la basilique Saint-Pierre, puis dans la salle Paul VI et dans la salle du Synode, où es statuettes furent installées à la place d’honneur. Comme l’a fait observer Monsieur l’abbé Sélégny, les cérémonies accomplies autour de ces statuettes équivalent à des actions cultuelles proprement dites : une procession véritable pour amener ces objets en divers endroits, une prostration à deux genoux, une installation dans le sanctuaire et une veillée de prière. Et le Pape a reconnu lui-même que ces statuettes représentaient la Pachamama, une divinité païenne encore vénérée dans les pays andins. Mais, ajouta-t-il, il n’y eut dans tous ces actes « aucune intention idolâtrique ». À l’évidence, ce propos du Pape ne fait que présupposer (à défaut de la reprendre explicitement) la distinction indiquée par Jean-Paul II à l’occasion de l’événement d’Assise, et il signifie que, dans les jardins du Vatican, François et ses cardinaux ont seulement été « ensemble pour prier » avec les adorateurs de la Pachamama. Ils n’ont pas prié avec eux mais ils ont été ensemble avec eux pour prier. Logiquement, François fait ici écho à la démarche de son prédécesseur polonais, qui entendait respecter la prière des idolâtres, même s’il estimait ne pouvoir faire sienne des formules et des gestes rituels qui expriment « d’autres visions de foi ». Il est clair que ce que l’on pourrait appeler la dynamique d’Assise est à présent normalisée et que les principes du Concile qui lui correspondent, plus ou moins admis de tout le monde, ne font que déployer leurs conséquences nécessaires. Par conséquent, on aurait tort de s’émouvoir à la vue de cet épisode du 4 octobre dernier, si l’on ne s’était pas déjà ému à la vue de la réunion d’Assise, il y a 33 ans. On aurait tort de contester la conséquence si l’on n’avait pas contesté le principe dont elle devait un jour découler. Il serait absurde de vouloir s’en prendre à François en invoquant contre lui l’exemple et les enseignements de Jean-Paul II. En ce jour sinistre, lui aussi, du 4 octobre2019, l’iniquité, déjà grande, de l’événement d’Assise, n’a fait que se continuer dans les jardins du Vatican. De ce point de vue, l’iniquité commise par François ne saurait être plus grande que celle perpétrée par Jean-Paul II. Il faut bien reconnaître, cependant, qu’elle est plus spectaculaire. Et que le scandale en est plus grand. Et ce, en raison de deux circonstances, qui différencient l’acte supposé religieux d’Assise et celui des adorateurs de la Pachamama. Premièrement, à Assise, les représentants des différentes religions étaient officiellement convoqués afin d’« être ensemble pour prier pour la paix ». Ici, le culte rendu à des idoles s’est dérouléde manière spontanée, au cours d’une réunion officielle des seuls représentants de l’Église catholique. Deuxièmement, à Assise, chacun a prié à part des autres, tandis qu’ici les actes de cette idolâtrie se sont déroulés en présence même du Pape et des cardinaux. L’indifférentisme d’Assise restait, dans les faits, encore limité à une catégorie spécifique d’expression, nouvelle, mais spécifique. Lors du dernier Synode, il a pris place au milieu même des activités propres à l’Église catholique. Ce point a été fort bien mis en évidence par le Supérieur Général de la Fraternité Saint-Pie X, Monsieur l’abbé Davide Pagliarani. « Le récent synode sur l’Amazonie », observe-t-il, « a été le théâtre de spectacles exécrables où l’abomination de rites idolâtres est entrée dans le sanctuaire de Dieu d’une façon inédite et impensable. » Oui, cette nouvelle manière de pénétrer l’Église, déjà malheureusement investie, est « inédite ». Et c’est en cela que l’iniquité du Pape François peut et doit apparaître plus grande que celle d’Assise. Jean-Paul II avait pris soin d’expliquer en détail que son intention était d’éviter tout syncrétisme. La désinvolture avec le Pape François dénie toute intention idolâtrique montre clairement qu’un demi-siècle après Vatican II ce genre de précautions est devenu inutile, aux yeux mêmes des modernistes. Saint Pie X écrivait dans Pascendi que les modernistes se cachent dans le sein même et au cœur de l’Église. Avec le temps, ils finissent par se cacher de moins en moins et d’autant moins qu’ils se sont davantage emparés des esprits. À l’iniquité, François ajoute ainsi l’impudeur – ou l’insolence. Mais il reste que son iniquité est du même ordre que celle de Jean-Paul II. L’une et l’autre prennentracine dans les enseignements du concile Vatican II. La déclaration Nostra ætate ne disait-elle pas, en effet, dans son n° 2, en parlant des différentes religions non chrétiennes : « L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu’elles diffèrent sous bien des rapports de ce qu’elle-même tient et propose, cependant reflètent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. » Pourquoi alors rejeter les cultes amazoniens ? Pourquoi ne pas témoigner du respect aux statuettes peinturlurées, jusque dans les jardins du Vatican ? Pourquoi empêcher les adorateurs de la Pachamama de se prosterner devant leurs idoles ?Pourquoi, si l’on reconnaît déjà en tout cela un rayon de la vérité salutaire ?. Il faut bien le dire : seule la Fraternité Saint Pie X est crédible et cohérente lorsqu’elle dénonce haut et fort, par la voix de son Supérieur Général, ces actes idolâtriques pour ce qu’ils sont, car seule elle refuse encore aujourd’hui les enseignements délétères du Concile et du Post-concile. Abbé Jean-Michel Gleize Source Courrier de Rome Novembre 2019
Au lieu de fausseté totale de la propagande des lefébristes, je vous recommande de vous familiariser avec tout l'enseignement de Saint. Jean-Paul II
Psaume 62 and one more user like this.
Psaume 62 likes this.
Thierry73 likes this.
Merci pour le conseil, mais j'ai déjà pas mal étudié son enseignement peu orthodoxe.........en écrits et en actions....
perceval2507 and 3 more users like this.
perceval2507 likes this.
DDFG5 likes this.
jili22 likes this.
Pèlerin77 likes this.
Saint Paul a cité un passage d'hymne au dieu païen Zeus (Actes 17:28; voir commentaire: biblia.deon.pl/rozdzial.php). Saint Jean-Paul II a imité Saint Paul l'Apôtre (Actes 17, 28).

Les Pères de l'Église ont enseigné que l'on devrait reconnaître les «germes de vérité» existant et actifs dans diverses religions (Saint Justin, I Apologia, 46, 1-4; II Apologia 7 (8) 1-4; 10, 1-3; 13, 3 -4: …More
Saint Paul a cité un passage d'hymne au dieu païen Zeus (Actes 17:28; voir commentaire: biblia.deon.pl/rozdzial.php). Saint Jean-Paul II a imité Saint Paul l'Apôtre (Actes 17, 28).

Les Pères de l'Église ont enseigné que l'on devrait reconnaître les «germes de vérité» existant et actifs dans diverses religions (Saint Justin, I Apologia, 46, 1-4; II Apologia 7 (8) 1-4; 10, 1-3; 13, 3 -4: Florilegium Patristicum II, Bonn 1911, 81, 125, 129, 133; Saint-Clément d'Alexandrie, Stromata I, 19, 91-94: Sources Chrétiennes, 30, 117 n. 119 n.
Psaume 62 and one more user like this.
Psaume 62 likes this.
Thierry73 likes this.
DDFG5 likes this.
Paix et bien @W obronie Tradycji Kościoła Ce que je comprends de ce passage en le lisant dans son entier, c'est que l'homme tend à connaitre le Vrai Dieu. Donc, toutes les religions (fausses), dans son ignorance, adorent parmi leurs faux Dieux, le Véritable Dieu comme ici pour Saint Paul et autre exemple le Coran avec ce petit passage sur Jésus ce qui explique peut-être le mot "germe". C’est …More
Paix et bien @W obronie Tradycji Kościoła Ce que je comprends de ce passage en le lisant dans son entier, c'est que l'homme tend à connaitre le Vrai Dieu. Donc, toutes les religions (fausses), dans son ignorance, adorent parmi leurs faux Dieux, le Véritable Dieu comme ici pour Saint Paul et autre exemple le Coran avec ce petit passage sur Jésus ce qui explique peut-être le mot "germe". C’est pourquoi, Dieu a voulu se faire connaitre à tous en se révélant au Patriarche Abraham et en s'incarnant dans le sein la TS Vierge Marie. La mission de nos apôtres est d'évangéliser de se révéler à toutes les religions comme Saint Paul dans ce passage pour qu’il l’adore lui le véritable Dieu. Voici ma compréhension de ce texte avec un niveau zéro en catéchisme.
Bon ! Je sais que le Coran est un très mauvais exemple parce que

30Dieu, sans tenir compte des temps d'ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aient à se repentir...

Mohamed est né après Jésus....

waouhh... Je suis trop contente ! Je vais regarder ce que disent les Saints sur ce passage. Génial !
Le problème est que cela n'a rien à voir avec Saint Paul, c'est plutôt issu de la théorie fumeuse des chrétiens anonymes de Rahner reprise dans Redemptor hominis. Le Christ par son Incarnation s'est en quelque sorte uni à tout homme. Comme dans toute théologie moderniste l’ambiguïté est reine, le "en quelque sorte" peu être interprété de manière correcte, mais aussi de manière erronée, comme c'…More
Le problème est que cela n'a rien à voir avec Saint Paul, c'est plutôt issu de la théorie fumeuse des chrétiens anonymes de Rahner reprise dans Redemptor hominis. Le Christ par son Incarnation s'est en quelque sorte uni à tout homme. Comme dans toute théologie moderniste l’ambiguïté est reine, le "en quelque sorte" peu être interprété de manière correcte, mais aussi de manière erronée, comme c'est le cas pour Rahner. La captatio benevolentiae de Saint Paul aux Athéniens, s'appuie sur le fait de leur religion naturelle dévoyée, mais le dieu inconnu lui sert de support pour son annonce de la Vérité. Par contre il est beaucoup plus clair avec les romains : En effet, la colère de Dieu éclate du haut du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes, qui, par leur injustice, retiennent la vérité captive;
car ce qui se peut connaître de Dieu, est manifeste parmi eux: Dieu le leur a manifesté. En effet ses perfections invisibles, son éternelle puissance et sa divinité sont, depuis la création du monde, rendues visibles à l'intelligence par le moyen de ses œuvres. Ils sont donc inexcusables, puisque, ayant connu Dieu, ils ne l'ont pas glorifié comme Dieu et ne lui ont pas rendu grâces; mais ils sont devenus vains dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence s'est enveloppé de ténèbre
s. (Rm 1, 18_21)
jili22 likes this.
jili22 likes this.
@AveMaria44 Waouh... c'est bien au-dessus de mon niveau Comme je suis débutante alors je suis un peu comme l'avocat du diable Je comprends que pour toi ce Dieu inconnu lui sert de support cependant, .... (il est sublime ce passage biblique, le battement d'ailes d'une Colombe !)... ces versets semblent te contredire 25il n'est point servi par des mains humaines, comme s'…More
@AveMaria44 Waouh... c'est bien au-dessus de mon niveau Comme je suis débutante alors je suis un peu comme l'avocat du diable Je comprends que pour toi ce Dieu inconnu lui sert de support cependant, .... (il est sublime ce passage biblique, le battement d'ailes d'une Colombe !)... ces versets semblent te contredire 25il n'est point servi par des mains humaines, comme s'il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses. 26Il a fait que tous les hommes, sortis d'un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure; 27il a voulu qu'ils cherchassent le Seigneur, et qu'ils s'efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu'il ne soit pas loin de chacun de nous, 28car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l'être. C'est ce qu'ont dit aussi quelques-uns de vos poètes: De lui nous sommes la race...
Puis ce verset 30Dieu, sans tenir compte des temps d'ignorance
2 more comments from avecrux.avemaria
J'ai bien l'impression que ce je dis, tient la route ! Super ! Échec et mat mon frère sedevac
Bien fait pour toi
Justement ce que reproche saint Paul aux romains c'est de retenir captive la vérité car la loi naturelle mise au cœur de l'homme par le Créateur devrait les mener au vrai Dieu, ne serait- ce que par la contemplation de ses œuvres. La seule ignorance excusable, après l'Incarnation, est l'ignorance invincible. La lumière de la raison mise par le Créateur en tout homme, l'oblige à chercher la …More
Justement ce que reproche saint Paul aux romains c'est de retenir captive la vérité car la loi naturelle mise au cœur de l'homme par le Créateur devrait les mener au vrai Dieu, ne serait- ce que par la contemplation de ses œuvres. La seule ignorance excusable, après l'Incarnation, est l'ignorance invincible. La lumière de la raison mise par le Créateur en tout homme, l'oblige à chercher la vérité, hors toutes les fausses religions sont plus des obstacles qu'autre chose, et ce qu'il y a de vrai en elles n'appartient en propre qu'à la seule véritable religion.
avecrux.avemaria likes this.
@AveMaria44 Sérieux ! Tu m'épates mon frère en Christ sedevac. Tu n'es pas disciple de Saint Thomas d'Aquin pour rien ! Est-ce toi qui a écrit cela, stp ? En tout cas, je m'incline. C'est bien au-delà de mon niveau

Juste pour entrer un peu plus dans la méditation de ce passage, pourrais-je t'interroger, stp ?

-> "Justement ce que reproche saint Paul aux romains c'est de retenir …More
@AveMaria44 Sérieux ! Tu m'épates mon frère en Christ sedevac. Tu n'es pas disciple de Saint Thomas d'Aquin pour rien ! Est-ce toi qui a écrit cela, stp ? En tout cas, je m'incline. C'est bien au-delà de mon niveau

Juste pour entrer un peu plus dans la méditation de ce passage, pourrais-je t'interroger, stp ?

-> "Justement ce que reproche saint Paul aux romains c'est de retenir captive la vérité car la loi naturelle mise au cœur de l'homme par le Créateur devrait les mener au vrai Dieu, ne serait- ce que par la contemplation de ses œuvres."

Il me semble que l'on ne puisse pas utiliser le mot "captivité" quand bien même le sang auquel nous sommes tous unis est celui d'Adam. ( 26Il a fait que tous les hommes, sortis d'un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure) [C'est bien celui d'Adam ? Rassure-moi ?] Ici, je dirais plutôt l'Ignorance de la Vérité et donc restent captifs de leurs faux dieux.

-> "car la loi naturelle mise au cœur de l'homme par le Créateur devrait les mener au vrai Dieu, ne serait- ce que par la contemplation de ses œuvres."

Magnifique réponse simple !

-> "La seule ignorance excusable, après l'Incarnation, est l'ignorance invincible."

Je m'incline.

-> "La lumière de la raison mise par le Créateur en tout homme, l'oblige à chercher la vérité, hors toutes les fausses religions sont plus des obstacles qu'autre chose, et ce qu'il y a de vrai en elles n'appartient en propre qu'à la seule véritable religion."

Donc, tout ce qu'il y a de vrai dans les fausses religion sont la possession de la Véritable Eglise ! Purée, tu es bien disciple de Saint Thomas Saint Augustin aussi en parle. Mais bon... je n'ai pas assez lu de ses écrits.
Pas "sedevac" catholique. "Donc, tout ce qu'il y a de vrai dans les fausses religion sont la possession de la Véritable Église !"C'est pourtant simple, il n' y a qu'un seul vrai Dieu, qu'une seule vraie religion, le peu de véracité que l'on trouve dans les fausses religions sert seulement à faire croire que ce sont des religions. La religion au sens strict est ce qui relie à Dieu, or il n'y a qu'…More
Pas "sedevac" catholique. "Donc, tout ce qu'il y a de vrai dans les fausses religion sont la possession de la Véritable Église !"C'est pourtant simple, il n' y a qu'un seul vrai Dieu, qu'une seule vraie religion, le peu de véracité que l'on trouve dans les fausses religions sert seulement à faire croire que ce sont des religions. La religion au sens strict est ce qui relie à Dieu, or il n'y a qu'une Voie, qu'une Vérité et même qu'une Vie en dehors de laquelle il ne peut y avoir qu'errance et perdition.
Il faut attendre de voir ce qu'il en est du Pontificat de François, car s'il saute comme les prophéties l'entendent (et s'il est l'antéchrist) alors il n'y a pas de "saint" Jean-Paul 2 mais juste un vénérable.