Clicks414

Séparez-vous de l’Antéchrist qui se trouve au Vatican /Lettre pastorale de Pâques pour les chrétiens/

Comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists:
par là, nous savons que c’est la dernière heure.

(1 Jean, 2:18)
En tant que chrétiens, nous devons entrer dans le mystère de la mort du Christ toute l’année, mais nous devrions spécialement nous rendre compte de cette vérité le Vendredi Saint (voir 2 Corinthiens, 4:10-11). Chaque dimanche, mais surtout le dimanche de Pâques, nous devrions nous rendre compte profondément du mystère du baptême qui nous unit avec le Christ ressuscité. “Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ” (Gal, 3:27). Par le baptême, nous avons été greffés aux mystères de notre salut. Nous créons une unité intérieure avec le Christ, comme la branche le fait avec la vigne (cf. Jn, 15:1-6). Ces vérités doivent être ravivées par le repentir, sinon elles sont inefficaces. La vraie repentance consiste à appeler la vérité la vérité, et un mensonge un mensonge, une hérésie une hérésie et un péché un péché, à la fois par rapport à soi et par rapport aux autres, même si ceux-ci exercent leurs fonctions au sein de l’Église. Nous devons nous séparer de l’hérésie du syncrétisme et de l’esprit de l’antéchrist.
En ce moment historique de transformations catastrophiques, l’Eglise devrait être une voix prophétique pour les croyants et les non-croyants, mettre en garde contre les menaces contemporaines de dictature mondiale, d’auto-génocide et de perte de la vie terrestre et éternelle. On s’attendrait à ce qu’elle souligne le plan de Dieu pour l’humanité, qui est diamétralement opposé aux plans du Nouvel Ordre Mondial (NWO).
Mais à quoi assistent les fidèles aujourd’hui ?
Lors du Synode du Vatican (du 5 au 19 octobre 2014), un document de travail sur la famille fut publié. Paradoxalement, ce document ecclésiastique – pour la première fois dans l’histoire de l’Eglise – parle de l’acceptation de l’orientation sexuelle pervertie, et de l’acceptation des personnes vivant une relation homosexuelle. « Les homosexuels ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne: sommes-nous capables d’accueillir ces personnes, de leur garantir un espace fraternel dans nos communautés ? … Nos communautés sont-elles capables de cela, d’accepter et de valoriser leur orientation sexuelle, sans compromettre la doctrine catholique sur la famille et le mariage ? » (Paragraphe 50, Relatio post disceptationem, le 13 octobre 2015). On attribue même un caractère héroïque aux relations homosexuelles. “… Il y a des cas dans lesquels l’aide mutuelle, qui va jusqu’au stade du sacrifice, constitue un soutien précieux dans la vie des partenaires” (Paragraphe 52, Relatio post disceptationem, le 13 octobre 2015). En peu de temps, ce texte est devenu une bombe médiatique, et a provoqué un tremblement de terre au sein de l’Église catholique. Il a donné lieu à des cris de triomphe de la part des soi-disant « catholiques » LGBT. Ils ont qualifié ce document de « révolutionnaire », alors qu’il changeait totalement l’attitude envers les homosexuels…
Les tentatives visant à réconcilier le christianisme avec l’homosexualité, sont aussi absurdes qu’une tentative visant à concilier le christianisme et les meurtres rituels d’enfants qui ont cours dans les religions païennes. Dieu a condamné ces deux choses comme étant une abomination. S’exprimer sur une forme d’éléments positifs entre la victime et le meurtrier, constitue l’approbation directe du crime de meurtre rituel. Rechercher des éléments positifs dans les relations homosexuelles, constitue leur approbation en pratique.

La façon dont les catholiques devraient mettre en œuvre les paragraphes de ce document de l’Eglise a déjà été démontrée par François I. En revenant de la Journée Mondiale de la Jeunesse au Brésil, il a dit: “Si quelqu’un est homosexuel, qu’il cherche le Seigneur et est de bonne volonté, qui suis-je pour le juger ?”. Nous ne pouvons comprendre ses paroles que dans le contexte des événements de la Journée Mondiale de la Jeunesse. Le chorégraphe qui a appris à des centaines d’évêques catholiques à danser sur une sorte de scène liturgique, était un gay brésilien bien connu. Il avait contribué à un magazine pornographique homosexuel. Aucun appel à la repentance; au contraire, une admission “fraternelle” et privilégiée au sein de la communauté des évêques. En d’autres termes: vous êtes un homosexuel, ça n’a pas d’importance ; vous avez quelque chose à nous « enseigner », alors venez parmi nous et rejoignez notre communauté fraternelle… ?!
Le 24 janvier 2015, François Ier rencontra en privé un transsexuel et sa « fiancée » dans la résidence papale (Casa Santa Marta), comme le journal espagnol “Hoy” nous le signala. Le transsexuel Diego Neria est né en tant que femme, et a écrit une lettre à François Ier comme quoi il se sentait exclus de l’Église après avoir changé de sexe. François Ier lui téléphona à deux reprises en décembre, et organisa une réunion avec lui. Au lieu de conduire ceux qui se sont égarés afin qu’ils retrouvent la voie de la repentance, et de combattre pour le salut de leurs âmes, il les conforte dans leurs perversités, créant ainsi un précédent d’anti-repentance. D’une part, il reçoit “généreusement” un transsexuel sans aucun reproche, et d’autre part, il raconte aux familles catholiques ayant de nombreux enfants que si elles veulent être des catholiques responsables, elles n’ont pas besoin de faire des enfants comme des lapins.
Le 18 février 2015, l’organisation New Ways Ministry, qui lutte pour l’égalité des droits des personnes LGBT au sein de l’Eglise catholique, reçut pour la première fois de l’histoire un accès VIP à l’audience générale et régulière du Pape au Vatican. A partir de maintenant, les personnes LGBTI possèdent une position privilégiée dans l’Église catholique, et ce sans aucune repentance. François Ier leur a donné la communion fraternelle.
La loi de Dieu dit: «Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. » (Lev, 18:22) «Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux. » (Lev, 20:13) Dans le Nouveau Testament, il est écrit que celui qui commet des actes homosexuels n’héritera pas du royaume de Dieu (cf. 1 Cor, 6:9-10). Saint-Pierre, le premier pape, a même écrit: « Il (Dieu) a condamné les villes de Sodome et Gomorrhe à la destruction et les a réduites en cendres, faisant d’elles un exemple pour ceux qui, par la suite, vivraient de façon impie ». (cf. 2 Pierre, 2:6) et, poursuivant, il parle du Jour du Jugement et du châtiment : « ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d’impureté et qui méprisent l’autorité » (cf. 2 Pierre, 2:10). Les villes de Sodome et Gomorrhe qui furent détruites par le feu avec leurs couples homosexuels, devinrent un avertissement, et souffrent du châtiment du feu éternel (cf. Jude 7).
Le plan de Dieu consiste en une relation naturelle entre l’homme et la femme. « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre… » (Gen 1:27-28). Le plan du diable consiste en des couples de même sexe qui sont une cause de troubles mentaux, désintègrent la société et approfondissent la crise démographique; par rapport aux personnes qui vivent une relation naturelle, les statistiques montrent un pourcentage beaucoup plus élevé de suicides, de maladies mentales, de meurtres par jalousie, de MST, d’hépatite C et de divers types de perversions chez les homosexuels. Au Concile du Vatican sur les questions relatives à la famille, François Ier et ses proches collaborateurs défièrent de façon blasphématoire le Dieu immortel et saint qui créa le ciel et la Terre, l’homme et la femme. Ils voulaient tromper les croyants et les convaincre que Dieu s’était soi-disant “réconcilié” avec l’ange déchu – Satan – et ses œuvres. Le programme de Dieu et le programme de Satan sont diamétralement opposés. Le premier mène au Ciel, tandis que le second conduit à l’autodestruction et à la damnation éternelle. Jésus est venu pour détruire les œuvres du diable et, en mourant, Il a racheté le monde. Il est venu pour guérir les relations blessées entre l’homme et la femme.
Il est juste et bon de se demander quelle était l’intention de François Ier et de ses collègues, l’intention qui se cachait derrière le document du Synode. D’abord, il (François Ier) voulait découvrir quelle serait la réponse des fidèles. Deuxièmement, il avait besoin d’étudier les adversaires de l’homosexualité au sein des évêques et des fidèles. Troisièmement, il avait l’intention de commencer le processus de discussion ouverte sur l’homosexualité et les couples de même sexe. L’objectif est simple. Étant forcés d’en discuter, les catholiques changeront progressivement leur attitude envers l’homosexualité. C’est le début du processus qui a déjà eu lieu dans diverses dénominations protestantes. Au début, on établit une attitude tolérante envers les homosexuels, et leur admission au sein de l’Eglise, puis la « bénédiction » des couples de même sexe, et enfin l’installation des homosexuels aux postes de prêtres et d’évêques. François Ier mène les catholiques à l’antéchrist. Une chanson virtuelle écrite par François Ier sur les homosexuels, se lirait probablement comme suit: “Soyez féconds, multipliez, et remplissez nos postes épiscopaux et sacerdotaux, nos séminaires et monastères, car qui suis-je pour vous juger. Venez, notre communauté vous attend”.
St Paul, dans le cadre de la seconde venue de Jésus-Christ, parla du fils de la perdition, “…l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu” (2 Th., 2:3-4). Paul parle ici de l’Antéchrist de la fin des temps. Les gestes et les actes de François Ier ont prouvé qu’il possède l’esprit de l’antéchrist et lui prépare la voie. Les actes et le silence du Vatican témoignent qu’ils ont reçu ce même esprit.
Il est juste et bon de se demander quelle est la cause d’un tel déclin de la direction de l’Eglise catholique. Pourquoi y a-t-il tant d’homosexuels et de crimes de pédophilie au sein du clergé, dans les séminaires et les monastères ? L’homosexualité est une conséquence directe du péché d’idolâtrie, le syncrétisme (Rm 1), c’est-à-dire le péché contre le premier commandement: « Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir… de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face… Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point. » (Exode, 20:2-6).
Le document conciliaire « Nostra Aetate » a changé radicalement l’attitude de l’Eglise envers les païens qui adorent les démons et offrent des sacrifices à ceux-ci. Ce document a fait en sorte que la métastase du syncrétisme pénètre au cœur de l’Eglise. La grande majorité des catholiques, y compris les évêques et les prêtres, a par conséquent adopté l’attitude hérétique selon laquelle le christianisme et le paganisme sont des voies qui mènent au salut. Les sacrifices païens aux démons ont été placés sur un pied d’égalité avec le sacrifice rédempteur de Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu. Cette attitude constitue une trahison de Dieu et la profanation du sacrifice rédempteur de Jésus-Christ.
Le comble de l’apostasie au sein de l’Eglise catholique fut une réunion des chefs religieux à Assise (en 1986), organisée par Jean-Paul II. Le Dalaï Lama et ses moines bouddhistes scandèrent des mantras et allumèrent de l’encens devant la statue de Bouddha, dans le sanctuaire de la cathédrale de saints Pierre et Paul. Cette idole fut placée sur le tabernacle à la place de la croix. Chantant des mantras, le Dalaï Lama offre son âme et son corps à des divinités – des démons – et les invoque à s’incarner en lui. Il s’agit de l’abomination de la désolation dans le lieu saint. Dieu a puni ce péché commis par Son peuple élu par une malédiction, un exil et la destruction du temple. Par le biais de la béatification de Jean Paul II, ces abominations furent déclarées de facto comme faisant partie de la doctrine catholique, et donc le Vatican tomba sous l’anathème de Dieu selon Galates, 1: 8-9. La hiérarchie de l’Eglise a renié l’essence de la foi dans l’unique Sauveur et Rédempteur de nos âmes. Dieu restera-t-il peut-être silencieux ?
Les paroles suivantes sont vraies en ce qui concerne la direction de l’Église catholique (Vatican): “puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres… Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous” (Romains 1:21-23). “C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement” (Romains 1:26-27).
La mondialisation de l’idéologie homosexuelle du genre qui est promue par le traité de Lisbonne, détruit aujourd’hui toutes les valeurs morales ainsi que le christianisme, et le Vatican reste silencieux. Le système de la justice pour mineurs conduit à l’abus cruel des enfants par le biais de la démoralisation et de la diabolisation, et le Vatican reste silencieux. Ce sont des crimes contre l’humanité. L’homosexualité et la justice pour les mineurs conduisent à l’auto-génocide des nations chrétiennes de l’Europe, de l’Amérique et de l’Afrique. La hiérarchie apostate, soit par ses déclarations évasives, soit par son silence, crée les conditions pour la perpétration de ces crimes, et les approuve donc par le fait même. En revanche, l’enseignement de l’Écriture Sainte et de la Tradition de l’Église est comme suit: un acte homosexuel est une abomination. Les pensées homosexuelles et le fait de nourrir de façon consciente des sentiments impurs, constituent un péché.
Tous ceux qui sont d’accord avec les gestes apostats de Jean-Paul II à Assise – ce que l’on appelle l’esprit d’Assise – et avec l’idéologie homosexuelle de François Ier, possèdent l’esprit de l’antéchrist. Ici, les paroles de saint Paul sont exactes : “Mais, quand nous-mêmes, ou quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème!” (Gal, 1:8-9 ). Ces mots s’appliquent non seulement à la personne qui prêche un autre Évangile, mais aussi à la personne qui a accepté un autre évangile. Le Dieu trinitaire aujourd’hui vous dit également : « Sauvez-vous de cette génération perverse !» (Actes, 02:40) Comment ? Renoncez aux hérésies et à l’apostasie en accord avec le formulaire de confession ci-dessous, confessez votre foi en Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme. Consacrez une heure chaque jour à la conversation personnelle avec Dieu. Commencez à lire la Bible. Apprenez à effectuer la distinction entre l’Esprit de Dieu et l’esprit de l’antéchrist.

Le formulaire de confession:
1) Renoncez-vous au néo-modernisme historique et critique et à l’esprit d’athéisme qui se cache derrière celui-ci ?
Réponse: (Oui, j’y renonce.)
2) Renoncez-vous à l’esprit de Nostra Aetate ainsi qu’à ce que l’on appelle l’esprit d’Assise – l’esprit de l’antéchrist ?
Réponse: (Oui, j’y renonce.)
3) Renoncez-vous à l’esprit de l’idéologie homosexuelle du genre et à la justice pour mineurs qui lui est associée ?
Réponse: (Oui, j’y renonce.)
4) Renoncez-vous à Satan et aux démons, en particulier à ceux qui œuvrent de nos jours à travers différentes formes dissimulées de magie, à travers la divination et le spiritualisme (homéopathie, acupuncture, hypnose, divination par pendule…), et à travers l’esprit du New Age ?
Réponse: (Oui, j’y renonce.)
5) Renoncez-vous à l’esprit lié à la franc-maçonnerie ?
Réponse: (Oui, j’y renonce.)
6) Croyez-vous que Jésus-Christ est mort sur la croix pour nous, ce qui signifie même pour vous et pour vos péchés ? Croyez-vous que le troisième jour il est ressuscité, historiquement et vraiment ?
Réponse: (Oui, je le crois.)
7) Recevez-vous le Seigneur Jésus en tant que votre Sauveur, et remettez-vous toute votre vie entre Ses mains ? (Oui.)
8) Recevez-vous le testament de la croix exprimé dans les paroles du Christ au disciple: « Voici ta Mère! » ? (Oui.)
9) Recevez-vous la plénitude de l’Esprit Saint afin que vous puissiez être un martyr du Christ comme les apôtres ? (Oui.)

Signature ______________________ date _____________2015.
Gardez cette confession de foi orthodoxe avec votre signature. A l’heure de la mort, elle vous servira de passeport pour traverser le seuil de la mort. Tout le monde veut être un vrai chrétien, c’est-à-dire être sauvé et échapper à la punition éternelle. Il faut donc renoncer sans équivoque à l’esprit de l’antéchrist. Il faut recevoir l’Esprit du Christ (Romains, 8:9) et persévérer dans la lutte jusqu’à la fin (Mt., 24:13), même au prix du martyre.
Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !
+ Élie,
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode + OSBMr Timothée OSBMr
Evêques secrétaires du Patriarcat Catholique (universel) Byzantin
vkpatriarhat.org.ua/en/