Clicks108
religions
Christianisme et islam : les différences essentielles. Et Transcription islam-et-verite.com/…ristianisme-et-islam-les-differences-essentielles/ Nous avons déjà repéré ce matin, entre islam et christi…More
Christianisme et islam : les différences essentielles. Et Transcription

islam-et-verite.com/…ristianisme-et-islam-les-differences-essentielles/

Nous avons déjà repéré ce matin, entre islam et christianisme, quelques différences essentielles, concernant leurs révélations respectives, et donc leur connaissance de Dieu. Or, parce que la connaissance de Dieu est ce qu’il y a de plus important, puisque d’elle dépend le salut (Jn 17.3), je voudrais m’y arrêter un instant.

Parce que Dieu est, et qu’il est un, l’islam en arrive logiquement à cette conclusion qu’Allah est seul à être … raison pour laquelle l’altérité est impensable en Islam. Allah n’entretient en effet de relation avec personne. Il est impersonnel (Allah n’est d’ailleurs pas un nom propre). D’ailleurs, le mot « personne » n’existe pas dans la langue de la révélation coranique venue nier l’Incarnation de Jésus, la deuxième Personne de la Sainte Trinité. En islam, il n’y a que des individus, pas des personnes. Le rejet de la personne, image du Dieu personnel, s’exprime dans l’islam par l’interdiction de la figuration, ou celle de montrer son visage, reflet de l’âme … Le Dieu chrétien est au contraire en Lui-même Relations : le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont des Relations subsistantes, distinctes mais si reliées qu’Elles sont ensemble le seul et même Être divin, que chacune est personnellement. Dans le christianisme, Dieu est Un parce qu’Il est Communion de Personnes, Famille, Trinité, Amour, et que l’amour fait que ceux qui s’aiment ne font qu’un. Seul ce Dieu à la fois un en Sa nature et trine en ses Personnes est capable de donner à l’humanité le principe de son unité dans le respect de ses légitimes différences.

Voici maintenant une question à laquelle ni juifs ni musulmans ne peuvent répondre : Si Dieu est seulement un, d’où vient la différence, le principe même de la différence ? Comment se fait-il que le monde, qui n’est ni Dieu ni rien, soit lui-même non seulement différent de Dieu, mais contienne encore de la différence ? C’est ainsi qu’il y a des hommes et des femmes, des gros et des maigres, de petits et des grands, etc. D’où vient le principe de la différence ? Nécessairement de Dieu. Or, si Dieu était seulement un, comme L’imaginent juifs et musulmans, alors, au cas où il pourrait créer, ce qui ne se pourrait, puisqu’étant parfait Il n’en aurait nul besoin, alors, Il ne pourrait produire que de l’identique. Un peu comme un moule à fourchettes ne peut que faire des fourchettes, et jamais des cuillères. Que le monde contienne des différences et soit lui-même différent de Dieu, oblige à reconnaître que le vrai Dieu connaît le principe de la différence … Or, la conception musulmane de l’unicité divine empêche l’islam de penser le principe de la différence, car si Allah est un, il n’est que un, il n’est que « le même », il n’y a pas de place en lui pour autre chose que lui. Il n’est que lui. Le principe de la différence ne peut pas se trouver en Allah. Toute la différence de civilisation entre christianisme et islam apparaît ici à sa racine : l’islam est incapable de rendre compte de la différence, de penser l’altérité, puisqu’Allah est, et qu’il est un, rien d’autre que lui ne peut logiquement exister …
Seule la révélation du Dieu un ET trine permet de reconnaître et d’accepter la différence et l’altérité, de connaître Dieu, soi, autrui, le monde. Seul le Dieu qui est à la fois le même ET différent (le Père ? Fils, le Fils ? le Père, le Père et le Fils ? le Saint Esprit, et le Saint-Esprit ? n’est ni le Père ni le Fils), seul ce Dieu qui est éternel et fécond dialogue d’amour permet de comprendre que la différence n’est pas synonyme de division, mais fonde la communion (il n’y a d’ailleurs pas de mot en arabe pour dire communion. Le mot Oumma, qui est utilisé généralement pour le traduire, ne désigne que le rassemblement fusionnel des croyants dans un anonymat réducteur et uniformisant). La différence n’est pas seconde dans le mystère de Dieu, mais elle est constitutive de son être, car chaque Personne divine, distincte des autres, est le seul et même Dieu… qu’Elles sont toutes ensemble. Pour Dieu, être, c’est être Trine : l’unicité de Sa Nature est identique à la trinité de Ses Personnes. Ces Personnes, la tradition théologique les a définies comme autant de Relations subsistantes. Ainsi, le Père n’est Père que par rapport à son Fils. En dehors de cette Relation, Il est avec Lui un seul et même Être, une même Substance, une même Intelligence, une même Éternité, une même Puissance. Le Fils n’est Fils que par rapport au Père. Et l’Esprit n’est l’Amour du Père et du Fils que dans son rapport à Eux ensemble comme à Son unique et même Principe. Est-ce que cela est clair pour tout le monde, ou bien voulez-vous que je vous montre pourquoi il n’est ni contradictoire ni absurde de croire à la Trinité ? [Mettons-nous au point zéro, à la place de l’homme qui ne sait rien de Dieu, mais qui regarde le monde … Dieu est donc l’être qui existe par Lui-même. Sans cesser de considérer que Dieu est l’être absolument immuable, mais parce qu’Il ne dépend que de Lui-même pour exister, nous pouvons dire, par analogie avec l’être créé qui est en devenir, que Dieu S’engendre éternellement Lui-même, qu’Il est donc son propre Père, en un sens absolu, c’est-à-dire qu’Il est Père de Lui-même et en Lui-même. Mais s’il n’est donc pas contraire à la raison d’admettre que Dieu soit Père (Ml 1.6), en un sens absolu, ne faut-il pas alors admettre que Dieu soit aussi Fils ? Car il n’y a pas de père sans fils … Reprenons : si Dieu est cet Être qui S’engendre éternellement Lui-même, on peut bien distinguer en Lui l’Être qui engendre et Celui qui est engendré … c’est Le même, mais il y a en Lui comme la place pour les deux termes du mouvement par lequel Il advient éternellement à Lui-même. On peut donc accepter de distinguer en Dieu l’Engendrant et l’Engendré, le Père et le Fils, ensemble un seul et même Dieu. La production par mon intelligence d’une pensée avec laquelle elle ne s’identifie pas ne remet pas en cause son unicité, au contraire, elle la prouve ! Notre intellect ne cesse pas d’être un avec son acte de penser et l’espèce en laquelle il se pense. A fortiori, on peut accepter de penser que la procession des personnes en Dieu ne nie pas l’unicité de la nature divine. Dieu a un Fils comme l’intelligence qui se pense engendre une pensée qui la réfléchit (Sg 7.22-30). Dieu pourrait-Il être dépourvu de conscience alors qu’Il nous en a donné une ? Si Dieu ne Se connaissait pas Lui-même, Il ne connaîtrait rien, et ne serait donc pas Dieu. Dieu Se pense Lui-même. La Pensée par laquelle Dieu Se connaît, Le dit si bien, qu’Elle est un même être avec Lui, de même nature que Lui, et est appelée Fils, parce que le Fils révèle le Père (Jn 12.45 ; 14.9) comme la pensée révèle l’intelligence. Dans la connaissance que Dieu a de Lui-même, le sujet connaissant et l’objet connu s’identifient, et en Se connaissant Lui-même, Dieu connaît aussi toute chose. Son Être est pure transparence à Lui-même, Il est lumière (1 Jn 1.5 ; Jn 8.12) en qui tout est connu. La pensée que Dieu a de Lui-même est elle-même Dieu. Le Fils est la Pensée par laquelle Dieu Se connaît comme Père. Dieu Se connaît donc en Se disant par un Verbe éternel qui tout en Se distinguant de Lui ne fait cependant qu’Un avec Lui (Jn 10.30). « Comme la rosée naît de l’aurore, Je T’ai engendré (Ps 109.3b) ». Aristote avait déjà trouvé que « dans ce qui est séparé de la matière, le pensant et le pensé sont identiques (De l’âme, Livre III, 430a3-4, in saint Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, II, 82) ». C’est parce que Jésus est le Verbe de Dieu qui, en Dieu, dit Dieu, qu’il Lui revenait, parmi les Personnes divines, de nous révéler le Mystère de Dieu (Mt 11.27 ; Jn 7.29 ; 8.19). Mais puisqu’Allah refuse la génération du Fils de Dieu (39.4), comment le Coran peut-il confesser que Jésus est la Parole de Dieu (3.39,45 ; 4.171 ; 6.73) ? ]

D’ailleurs, si vous remarquez bien, cette différence constitutive de l’Être divin se réfléchit dans la structure de la Création, qui porte nécessairement son empreinte, comme le pot porte les empreintes du potier. En effet, si le vrai Dieu est la Sainte Trinité, alors Il a nécessairement laissé son empreinte trinitaire dans la Création. « Dieu a créé l’homme pour l’immortalité et l’a fait à l’image de Sa propre nature (Sg 2.23) », aussi l’a-t-Il créé homme ET femme, pour qu’ensemble, par l’amour, ils ne fassent qu’un, et que un fasse trois. Par leur amour, qui prend le visage de leur enfant, l’homme et la femme sont unis tout en restant distincts. Ni le père, ni la mère, ni l’enfant n’existent sans les deux autres. Il n’y a pas de pensée sans apprentissage de la parole, ni donc d’homme sans communauté, image du Dieu un qui n’existe qu’en relation (Gn 1.27). L’homme n’existe qu’en famille, à l’instar de Dieu qui est Famille, Trinité. L’homme évolue au sein de relations filiale, fraternelle et paternelle. N’est-ce pas alors le même qui est à la fois fils, frère/époux , père ? Et pourtant, fils, frère/époux et père ne sont pas synonymes. Notre visage est constitué de deux profils semblables et d’une face qui les unit, un seul visage en trois dimensions, comme le Père et le Fils se font face, unis par le même Esprit. Nous sommes dans le temps qui se divise en passé, présent, futur, dans l’espace qui a aussi trois dimensions, comme toutes les couleurs sont obtenues à partir des trois couleurs primaires (le bleu, le jaune et le rouge). J’arrête là pour ns pas trop alourdir mon propos, mais vous pourrez trouver plus en détail cet exposé dans mon livre « Interroger l’islam ».

Et le vrai Dieu est si bien la Sainte Trinité, que le Coran est obligé de le reconnaître malgré lui. Ainsi, nous lisons dans le Coran : « Les chrétiens disent : “Le Messie est Fils de Dieu !” […] Qu’Allah les extermine ! (Coran 9.30 ; 63.4) » Qui parle ici ? Qui dit : « Qu’Allah les extermine ! » ? Si Allah se parle à lui-même comme à un autre, alors, en se dédoublant, il n’est plus un, à moins de poser en lui le principe de la pluralité … Et puisqu’Allah n’arrive pas à supprimer les chrétiens ? en dépit des efforts déployés par les musulmans pour cela depuis 1400 ans ! ?, comment pourrait-il être le vrai Dieu, qui n’est ni menteur ni impuissant à réaliser ce qu’Il veut ? Étant divisé en désirant ce qu’il n’arrive pas à se donner, il ne peut subsister (Mt 12.25-26). Mais si Allah n’est pas le vrai Dieu, qui est-il ? Qui d’autre que le Démon se fait passer pour Dieu (Mt 4.8-9 ; 2 Co 11.14), et se caractérise par la haine des chrétiens (Mt 10.25 ; Jn 8.37-47 ; 15.20 ; 16.2) ? Mais qu’Allah se dédouble, et voilà posée la reconnaissance de la réflexivité en Dieu, de la relation de Dieu avec Lui-même, fondement nécessaire à la confession de la nature trinitaire du vrai Dieu, qui est Relation avec Lui-même, en Lui-même, et par Lui-même, comme nous l’avons vu … Père, Fils et Esprit-Saint ! Et de fait, si Dieu n’était pas Relation en Lui-même, comment pourrait-Il l’être hors de Lui-même, en créant et maintenant dans l’être des créatures, entretenant une relation, en Son Esprit, avec ceux qui croient en Sa parole, incarnée ? Dieu ne pouvant trouver de modèle hors de lui-même, nous a nécessairement créés à Son image (Gn 1.27), et cette image est nécessairement divine. Elle est un autre Lui-même. « Jésus est l’image du Dieu invisible. (Col 1.15 ; Coran 19.34) » Il est la parole par laquelle Dieu Se dit éternellement à Lui-même, par laquelle Dieu Se connaît, et en Se connaissant, connaît toute chose. « Qui Me voit, voit le Père », dit Jésus (Jn 14.9 ; Coran 4.171 ; 19.34). Ainsi donc, paradoxalement, mais logiquement, cette phrase : « Qu’Allah extermine les chrétiens ! » devrait conduire les musulmans à quitter l’islam, puisque toute la raison d’être de l’islam est de nier la Relation en Dieu, de blasphémer donc la Sainte-Trinité (Coran 4.171 ; 5.73), de persécuter l’Église (Coran 2.193 ; 9.5,28-30,33,123), qui est le Corps du Christ (1 Co 12.12 ; Ep 5.30 ; Col 1.18), damnant ainsi les âmes qu’il rend ennemies du seul Sauveur (Coran 3.55) …

Et puisque vous insistez, je vous donne un autre témoignage apporté par le Coran lui-même à la gloire de la Sainte Trinité (parmi d’autres encore !) : « Allah est la Lumière des cieux et de la terre. Sa lumière est semblable à une niche où se trouve une lampe. La lampe est de cristal; son combustible vient d’un arbre béni, un olivier. (Coran 24.35) » Ainsi, pour se décrire, Allah a besoin d’une trinité composée d’une lampe de verre, d’huile et d’un olivier. Puisqu’Allah — qui se prétend lumière — ne peut être tel sans lampe, sans huile, et sans olivier, comment est-il un, et autosuffisant ? Et comment l’islam peut-il dire que la représentation de Dieu est idolâtrique puisque Allah lui-même l’utilise ?

L’islam, qui se prétend la religion du pur monothéisme, est un arroseur arrosé, car en prétendant que l’« associationnisme » serait le pire péché qui soit, le seul qui ne peut être pardonné, et qui est de croire à la Sainte Trinité, vue comme une association de pseudo-divinités que seraient Jésus et Marie à l’unique divinité (5.116), voilà que l’islam est lui-même associationniste puisqu’il associe Mahomet, Allah et le Coran. En effet, sans Mahomet, pas de Coran, sans Coran pas d’Allah. Le Coran ne rougit pas de professer l’associationisme, par exemple : « Quiconque désobéit à Allah et à son envoyé aura le feu de l’Enfer (Coran 72.23 ; 8.13,24) » ; « Obéissez à Allah et à son messager afin qu’il vous soit fait miséricorde ! (Coran 3.132 ; 4.64,65,105 ; 24.52 ; 33.36,57 ; 49.1-3 ; 72.23). ; « Obéissez à Allah et à son envoyé, si vous êtes croyants ! (Coran 8.1 ; 4.59,64,69,80 ; 47.32-34 ; 59.7 ; 24.48-57) ». Mahomet et Allah sont associés jusque dans la profession de foi musulmane, la Chahada. Ils partagent si bien les mêmes prérogatives (Coran 8.20 ; 48.8-10) que le salut se joue sur l’obéissance à Mahomet, qui a le pouvoir de décider de ce qui est associationnisme ou pas (Coran 9.7). Allah jure même par la vie de Mahomet (Coran 15.72), ce qui signifie que la vie de Mahomet a une valeur au moins égale à la sienne ! Qui plus est, Allah et ses anges prient pour Mahomet : « Allah et ses anges prient sur le Prophète. Ô vous qui avez cru, priez sur lui ! (Coran 33.56) » ! On se demande qui Allah peut bien prier s’il est Dieu… Bref, si l’associationnisme est cette abomination dont la haine fait toute la gloire de l’islam, l’islam n’est-il pas condamné à se haïr lui-même ?
Mais pour noyer le poisson, Allah est réputé, en raison de son absolue transcendance, inconnaissable (Coran 6.50 ; 7.188 ; 11.31 ; 27.65), ce qui permet de faire accepter sous son autorité, tout et son contraire, n’importe quoi, l’arbitraire, l’absurde, la cruauté, l’inhumanité … Or, si Dieu a parlé, c’est précisément pour Se faire connaître (Jn 8.25), car, comme dit Jésus : « c’est du trop-plein du cœur que parle la bouche. (Lc 6.45) », c’est par ses paroles que l’on se fait connaître. Refuser d’accueillir Jésus que même le Coran primitif reconnaît être la Parole de Dieu (Coran 4.171), c’est donc se rendre incapable de connaître Dieu, et rester sous l’empire du Démon. « Nul ne va au Père QUE par Moi. (Jn 18.37) ».

Et parce qu’Allah est et qu’il est un, et donc seul à être, le mal ne peut donc venir que de lui … Allah est le créateur du mal comme du bien (l’islam n’a toujours pas compris, en effet, que le mal n’est pas quelque chose, mais le manque de quelque chose) : « Dis : Je cherche la protection du Seigneur de l’aube contre le mal qu’il a créé (Coran 113.2) », aussi, trois fois par jour, le musulman prie en disant : « Je me mets sous la protection des paroles parfaites d’Allah contre le mal qu’Il a créé. (La citadelle du Musulman, Éditions Tawhid, 2007, Prière n°97) » Or, si Allah fait le mal, c’est qu’il n’est pas bon, ou qu’il n’est pas un, ou qu’il n’y a pas de différence entre le bien et le mal (mais dans ce dernier cas, pourquoi l’Islam doit-il enseigner leur différence (Coran 3.110) ?). Face à ce dilemme, l’islam peut-il subsister ?

Alors que le Dieu chrétien laisse les hommes libres de L’adorer ou non, d’accueillir leur Sauveur ou non, Allah créé des hommes pécheurs, et en particulier les chrétiens coupables du seul péché impardonnable, qui est de croire à la Sainte-Trinité (Coran 4.48), et cela pour pouvoir les maudire et les jeter en enfer (Coran 9.30,113 ; 48.6). « Nous avons créé beaucoup de djinns et d’humains pour l’Enfer ! (Coran 7.179,186) » ; « Certes, si nous l’avions voulu, nous aurions mis chaque âme dans la bonne direction. Mais ma décision de remplir l’Enfer de djinns et d’hommes doit s’accomplir. (Coran 32.13) » Allah ne veut pas que tous les hommes croient (Coran 10.99) et soient donc sauvés, à la différence du Dieu chrétien, qui, Lui, « veut que tous les hommes parviennent à la connaissance de la vérité et puissent ainsi être sauvés. (1 Tm 2.4) » ; « Si Allah le voulait, ils [les chrétiens] ne seraient pas associateurs ! (Coran 6.107) » Comment vivre avec un dieu qui vous a peut-être créé pour aller rôtir en Enfer ? Allah sauve qui il veut, et il perd qui il veut (Coran 2.142,213 ; 6.39 ; 10.25 ; 24.46). Face à cet arbitraire divin identifié à la liberté absolue d’Allah, comment les âmes musulmanes pourraient-elles ne pas vivre dans l’angoisse permanente de se retrouver bientôt en Enfer ? Comment le sentiment de fatalité exprimé par le fameux Inch’Allah ! [Expression à ne pas reprendre ! Elle est la reprise de notre « Si Dieu le veut » de saint Jacques 4.15, à retrouver donc !] entendu au sens de « C’est écrit ! » (Mektoub !), ne ruinerait-il pas leur sens des responsabilités et tout esprit d’initiative ? « Combien effrayantes sont les malédictions que le mahométanisme fait reposer sur ses fidèles ! Outre la frénésie fanatique, qui est aussi dangereuse pour l’homme que la peur de l’eau pour le chien, on y trouve une terrible apathie fataliste. Les effets sont patents dans certains pays. Habitudes imprévoyantes, systèmes agricoles aberrants, lenteur des méthodes commerciales, et insécurité de la propriété se retrouvent partout où les adeptes du Prophète gouvernent ou vivent. Un sensualisme avilissant dépouille la vie de sa grâce et de sa distinction, ensuite de sa dignité et de sa sainteté. Le fait que dans la loi mahométane toute femme, qu’elle soit enfant, épouse ou concubine, doive appartenir à un homme comme son entière propriété, ne fait que repousser l’extinction totale de l’esclavage au jour où l’islam aura cessé d’être un pouvoir important parmi les hommes. Certains musulmans peuvent montrer de splendides qualités, mais l’influence de la religion paralyse le développement social de ceux qui la suivent. Aucune force aussi rétrograde n’existe dans le monde. (Winston Churchill, The River War, first edition, Vol. II, London, Longmans, Green & Co., 1899, p.248+) » La conception d’un Dieu ayant tout prédéterminé peut-elle servir un autre dessein que celui de produire des automates ? Est-ce pour cette raison que la civilisation technicienne fait si bon accueil à l’islam alors qu’elle élimine autant qu’elle le peut la présence chrétienne ?

La menace de l’enfer est proférée presque à chaque page du Coran. Or, comme le musulman ne peut avoir aucune garantie qu’il évitera l’enfer (Coran 2.284 ; 3.129 ; 22.77), car tout dépend de l’arbitraire d’Allah, sa vie sur terre est déjà un enfer … Allah promet toutefois le paradis à celui qui meurt au djihad (Coran 2.154 ; 3.157-158,169) : « Allah a acheté aux croyants leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah: ils tuent, et ils se font tuer. (Coran 9.111) » ; « Quiconque combat dans la voie d’Allah, qu’il soit tué ou vainqueur, nous lui donnerons un très grand salaire. (Coran 4.74) » ; « A celui qui aura quitté son pays pour embrasser la cause d’Allah et que la mort viendra surprendre, Allah donnera sa récompense. (Coran 4.100) » ; « Ceux qui seront tués dans la voie d’Allah, il n’égarera pas leurs œuvres. (Coran 47.4-7 ; 9.111) » Comme vous le voyez, ces versets n’ont rien à voir avec l’effort de maîtrise de soi comme certains musulmans osent le prétendre ! C’est ainsi que, selon une rescapée de l’attentat perpétré à l’université de Garissa (Kenya) le 2 avril 2015, après avoir séparé les étudiants musulmans des étudiants chrétiens, les Shabab crièrent : « Nous sommes venus pour tuer et nous faire tuer (RFI, 4/4/2015) ». Ils massacrèrent cent quarante-huit jeunes chrétiens désarmés et en blessèrent soixante-dix-neuf autres. « Allah aime ceux qui vont jusqu’à tuer pour lui. (Coran 61.4) » Le djihad est si bien un devoir que ceux qui n’y participent pas sont voués à l’Enfer : « Si vous ne marchez pas au combat, Allah vous châtiera d’un châtiment douloureux ! (Coran 9.39) » ; « Quiconque ce jour-là tourne le dos, encourra la colère d’Allah. L’enfer sera son abri. Quelle détestable fin ! (Coran 8.16 ; 9.81 ; cf. 48.16-17) » Qu’y a-t-il de pire que de finir en Enfer ?

Le Coran se résume en un appel à se soumettre à Allah et à son messager sous peine d’être compté au nombre des maudits (Coran 2.206 ; 3.162 ; 9.28 ; 18.57 ; 25.44), et celui qui se permet de remettre en question le Coran, Allah le déclare méchant et coupable (Coran 10.18) et promet de se venger de lui (Coran 22.22), par de terribles châtiments (Coran 45.7-11 ; 24.11-16 ; 32.20). « On coupera des vêtements de feu [et] on déversera au-dessus de leurs têtes de l’eau ardente, qui fera fondre ce qui est dans leurs ventres et leurs peaux. Il y aura pour eux des maillets de fer. Chaque fois qu’ils voudront en sortir à cause de la détresse, on les y ramènera : “Goûtez le châtiment du feu brûlant. (Coran 22.19-22) » ; « Quiconque désobéit à Allah et à son envoyé aura le feu de l’enfer ! (Coran 72.23 ; Cf. 9.27,73 ; 2.206,119 ; 3.12,162 ; 18.57 ; 25.44) » Ainsi l l’esprit du musulman est remarquablement bétonné contre toute interrogation. Ainsi s’explique la stagnation intellectuelle des pays musulmans. Le Coran et la société musulmane étant revêtus de l’autorité d’Allah, toute question à leur sujet est assimilée à l’insulte, au blasphème. Si l’islam était sûr d’être la révélation de la Vérité, craindrait-il sa mise à l’épreuve (Jn 3.20) ?

Conclusion

Pour bien juger de l’islam, il faut prendre garde de ne jamais porter à son crédit le bien que peuvent faire certains musulmans, qui ne le font jamais en vertu de l’islam, mais toujours en dépit de l’islam, en vertu de la nature humaine, créée bonne. Dieu aime tous les hommes et fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes, aussi donne-t-Il aux musulmans comme aux autres des vertus et des qualités humaines, indépendamment de leur appartenance à l’islam. Le fait de ne pas percevoir cette distinction conduit à répéter avec tous les idiots utiles : « Pas d’amalgame ! », « L’islam, c’est pas ça ! ».

Quel bien l’islam a-t-il apporté au monde qui justifie son existence ? Le devoir de ne pas manger de cochon ? de lapider les femmes adultères ? d’être circoncis ? de haïr les impurs ? de rejeter la foi chrétienne ? Mais tout cela était déjà l’œuvre de cet autre Antichrist qu’est le judaïsme rabbinique…

L’Église est la seule vraie religion parce que :
? Elle accomplit les prophéties de l’Ancienne Alliance,
? Elle seule donne Dieu, en unissant la nature divine et la nature humaine, dans l’unique personne du Christ,
? Elle est la première et seule véritable religion universelle,
? Sa pratique se résume dans le commandement de l’Amour.

Aussi, l’islam est-il l’Anti-religion, une idéologie d’autant plus démoniaque qu’elle se prétend divine. C’est pourquoi le salut de ce qui reste de notre civilisation, comme le salut de nos enfants et petits-enfants implique de cesser de considérer l’islam comme une religion, et de le chasser de la vie publique comme le bon berger chasse le loup entré dans la bergerie ! Ceux qui ne le font pas sont des mercenaires qui devront rendre compte de la perte de nombreuses âmes !

Certains veulent nous vendre l’espérance d’une réforme de l’islam. Faut-il adhérer à un tel projet ? La réponse est Non ! Pour au moins deux raisons.

La première est que l’islam est l’orthopraxie garantie par le Coran, qui est aussi divin qu’immuable : « Les coutumes d’Allah ne changent pas (Coran 33.62 ; 35.43 ; 48.23) ».

La seconde est que proposer un islam light aux musulmans serait les mépriser, et se damner avec eux en leur proposant autre chose que la seule vraie religion catholique. Nous n’avons pas à leur demander de croire en une nouvelle fausse religion, mais en celle que le Messie est venu instaurer pour leur salut et celui du monde entier !

[Le jugement des Pères et Docteurs de l’Église résumé par notre grand Bossuet, demeure inchangé : « Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers. (Panégyrique de saint Pierre Nolasque (ND de la Merci) Paris, 29.01.1665) »]

===================
Transcription;

Loué soit Jésus-Christ, maintenant et à jamais ! Alors ce matin, nous avons vu la confusion qu'il y avait entre christianisme et Islam

et cet après-midi nous avons le deuxième volet de cette conférence qui va nous parler des différences essentielles entre

le Christianisme et Islam. Donc, il y a beaucoup de différences évidemment mais je vais parce que nous sommes limités par le temps,

me contenter d'aborder la plus importante d'entre elle: c'est celle qui concerne la question de Dieu n'est-ce pas..

parce que c'est le fondement de tout. Il y va de notre salut. Jésus dit (Jean 17.3):

"La vie éternelle c'est de te connaître toi le seul vrai Dieu et celui que Tu as envoyé Jésus-Christ."

Connaître Dieu, le Seigneur s'est révélé pour cela pour que nous le connaissions et qu'en le connaissant

(comme le mot le dit "connaître" c'est 'naître' avec.) Si on ne connaît pas Dieu, on ne pourra pas partager la vie de Dieu.

La connaissance de Dieu est donc essentielle et c'est sur quelque chose d'aussi important que se démarque

essentiellement l'Islam et le Christianisme. Alors pour l'Islam, comme nous l'avons vu ce matin, l'essentiel est d'affirmer

l'unicité de Dieu. Et donc logiquement dans la pensée musulmane, comme dans toute pensée prenant appui sur cette vérité

et ne prenant appui que sur cette vérité, connaissable naturellement, si Dieu est et s'Il est un,

logiquement il est donc seul à être. Oui ou non? Si Dieu est et s'Il est un, il est seul à être:

donc rien d'autre ne peut exister. Donc, l'altérité dans l'Islam est par principe impensable. C'est pour ça que dans l'Islam

on peut pas penser ni le monde; les sciences n'ont pas pu se développer en territoire musulman parce que le monde

est incompréhensible. Et c'est pourquoi aussi, l'autre en tant qu'autre, celui qui est le non-musulman ou la femme par rapport

à l'homme, l'étranger par rapport à l'autochtone n'ont pas de raison d'être, ils peuvent pas avoir le même statut.

La différence est impensable et c'est là un argument, un argument.. massu, comment dire, un argument imbattable

que vous pouvez présenter à un musulman, n'est-ce pas. "D'où vient la différence, le principe même de la différence?"

Si Allah existe et si il est un, il n'est que lui, il y a pas de place en lui pour la différence.

Ni le Dieu juif, ni le Dieu musulman, n'ont pu créé donc quelque chose qui ne soit ni lui, ni rien, et qui est le monde.

Le monde n'est pas Dieu, le monde n'est pas rien. Or, si Allah existe et s'il est seul à être, parce qu'il est un,

le monde ne peut pas exister. Donc, le Dieu juif et le Dieu musulman ne peuvent pas rendre compte de l'existence du monde.

Donc, nécessairement il ne peut pas être le vrai Dieu car le monde existe. Et si le monde existe, c'est la preuve qu'Allah

n'existe pas. Oui ou non ? Vous avez suivi ou pas ? Vous dormez déjà... Non.. Bon. Alors, donc pour l'islam,

parce que il ne s'attache qu'à affirmer l'unicité de Dieu, il est incapable de rendre compte de cette réalité qu'est

la différence. Or, pour nous chrétiens la différence, est constitutive de l'être même de Dieu. Le Père n'est pas le Fils,

le Fils n'est pas le Père, le Saint-Esprit et le Père; le Père et le Fils ne sont pas le Saint-Esprit,

le Saint-Esprit n'est ni le Père, ni le Fils. Et pourtant, ils sont un seul et même être. Donc, la différence

est essentielle en Dieu. Elle appartient à l'être, à l'essence même de Dieu. N'est-ce pas. On peut pas comprendre ça:

"que Dieu soit en même temps un et différent." Mais c'est heureusement qu'on peut pas comprendre sinon Dieu serait

peu de chose. Pour nous, donc Dieu Il est un mystère de relation subsistant. Donc, il faut savoir qu'Allah de fait,

il n'entretient pas de relation, avec personne. C'est un être impersonnel. D'ailleurs, Allah c'est pas un nom propre.

C'est pas le nom d'une personne. Ça veut dire: 'le Dieu', autrement dit, n'importe quel Dieu, le Dieu..

Et le propre de l'islam, le propre de l'islam c'est de nier précisément la venue de la 2e personne de la Sainte Trinité,

qui, une personne étant par définition: "un être de relations." Le Père n'est père que par rapport à son Fils:

En dehors de son Fils, Il est avec Lui un même être, une même intelligence, une même puissance, une même volonté,

Il est un. Ce qui les distingue, c'est leur relation. Ce qui créé la personne, c'est sa relation. D'ailleurs, vous savez

que il y a eu des expériences qui ont été tentées sous le régime communiste: "un petit enfant qui naît et à qui on

ne parle pas, que l'on ne touche pas, il meurt. On peut pas vivre sans relation. Donc, ce principe de la différence,

c'est quelque chose que seul le Dieu chrétien est capable de rendre compte. Seul le Dieu chrétien qui est à la fois

un et trine peut rendre compte de l'existence du monde qui n'est ni Dieu, ni rien, qui est autre.

Nous sommes capables nous, parce que nous croyons que Dieu est à la fois le même et différent, de comprendre que la différence

n'est pas nécessairement synonyme de division, d'opposition, de guerre. Dans l'islam, comme je le disais, le mot

'personne' n'apparaît pas dans la révélation coranique. Le mot n'apparaît pas. Et le mot oumma, qui signifie

"la communauté des musulmans", n'est pas le rassemblement de personnes, mais d'individus dans un rassemblement fusionnel,

anonyme, réducteur, uniformisant. C'est pas une communauté de personne l'oumma, la communauté musulmane.

C'est un ensemble d'individus qui sont soumis tous, à Allah; voilà la définition de la communauté musulmane.

Alors, j'insiste si vous me permettez sur cette question de Dieu, parce qu'elle est au fondement. Au fondement, évidemment

de notre religion, comme de l'islam, le mystère de Dieu, c'est ça qui nous intéresse. Alors, je vais essayer

de vous montrer pourquoi il n'est pas contradictoire ou absurde de croire que Dieu est Père, Fils et Saint-Esprit.

Et pour ça, on va se mettre à la place de n'importe qui dans le monde, qui ne connaît rien de Dieu. Comme ça, on va pas

pouvoir nous accuser de préjugés, de parti pris, d'a priori. Et donc, quelqu'un comme Aristote qui a vécu 5 siècles avant

Jésus-Christ, était philosophe donc il cherchait la vérité, il dit ceci: "En regardant le monde, je me rend compte

que rien n'existe par soi-même."C'est vrai ou c'est faux? Vous êtes d'accord avec ça? Rien n'existe par soi-même.

Pourquoi? Bien, si quelqu'un existait par lui-même, il ne pourrait pas ne pas exister, donc il existerait toujours.

Or, rien n'existe toujours, n'est-ce pas. Tout a eu un commencement et tout aura une fin, même l'univers.

Donc, si on peut dire que rien n'existe par soi-même, ça revient à dire que tout existe par un autre. Oui ou non?

Et cette autre, Il existe par Lui-même. Sinon, Il ferait Lui aussi parti des êtres qui existent par un autre, n'est-ce pas.

Cette être qui existe par Lui-même, et qui donne à tous d'être, on l'appelle Dieu. C'est pas compliqué, n'est-ce pas.

Donc, si maintenant, par la simple raison, on arrive à reconnaître qu'il existe un être qui existe par Lui-même,

et qu'Il est la cause de tous les êtres. Est-ce que on peut pas dire que cette être là, Il est son propre père?

Est-ce que c'est contradictoire avec ce que nous savons déjà de Dieu, à savoir qu'il existe un être qui existe par Lui-même,

que de dire qu'Il est son propre père? Ça va? Très bien. J'avais raison, mais là, on voit que quand on dit ça,

le mot père, on l'entend dans un sens absolu... C'est-à-dire que pour lui être et être Père, nécessairement c'est synonyme:

parce qu'Il ne dépend de personne d'autre que de Lui-même pour exister. Car Jésus dit: "N'appellez personne père sur terre,"

Il nous désigne la personne du Père, dans son sens absolu... Il est le Père par excellence. Nous les hommes,

on peut être ou pas père, être homme n'est pas nécessairement synonyme d'être père. Pour Dieu être et être Père,

c'est synonyme. Il est le Père de Lui-même. D'ailleurs, nous qui sommes créés à Son image, quelque part nous sommes aussi

nos propres pères, dans la mesure où nous nous engendrons nous-mêmes, soit dans le bien, soit dans le mal.

Donc, si on peut dire par la raison, qu'il existe un être qui existe par Lui-même, et qui est son propre Père;

est-ce qu'il faut pas dire aussi que cet être nécessairement, il est Fils ? Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas de Père

sans Fils, n'est-ce pas. Ou bien encore, dans cet être qui existe par Lui-même, on peut bien distinguer dans le mouvement

par lequel Il advient éternellement à Lui-même, l'engendrant et l'engendré, c'est le même. Mais la place dans ce mouvement

par lequel Il advient à Lui-même, pour le commencement de ce mouvement et la fin, n'est-ce pas. L'engendrant et l'engendré,

c'est le même être. Mais on peut bien distinguer comme les deux phases de ce mouvement par lequel Il advient à Lui-même.

"Le Père et Moi, nous sommes un." Ou bien, cet être qui existe par Lui-même, est-ce qu'on peut penser qu'Il ne se connaisse pas

Lui-même? Nécessairement si Il existe par Lui-même, Il est infini, rien ne Lui est impossible, et Il ne serait pas parfait

si Il ne se connaissait pas Lui-même. Lui qui nous a donné à nous de pouvoir nous connaître en parti du moins,

et de connaître d'autres choses que nous, c'est impensable qu'Il ne se connaisse pas Lui-même. Et de fait, de même que

l'intelligence produit une pensée qui est distincte d'elle, mais qui est intrinsèquement liée à elle, on peut pas les séparer,

Dieu se connaît Lui-même, et cette connaissance qu'Il a de Lui-même, c'est un autre Lui-même. Comme le Fils révèle au Père

qu'Il est Père, Jésus dit: "Qui me voit voit le Père. "Dieu se connaît Lui-même, cette connaissance est en tout semblable à Lui,

et on l'appelle la Parole de Dieu, le Verbe de Dieu, le Fils de Dieu !!! Et dans ce mouvement donc par lequel le Père

engendre le Fils, le Père se connaît Lui-même, cette connaissance qu'Il a de Lui qui est distincte de Lui; Il y a en Dieu,

Dieu et la connaissance qu'Il a de Lui, entre Lui et la connaissance de Lui, il y a ce mouvement par lequel Il engendre

cette pensée de Lui et qui en retour Lui réfléchit qui Il est. Le Fils réfléchit au Père qui Il est, dit au Père qui Il est.

Vous voyez, donc ce double mouvements on va l'appeler l'Esprit-Saint. Donc, tout ça pour dire que le Mystère de la Trinité

qui est au fondement de notre foi, et qui est précisément ce que les musulmans refusent... n'est pas quelque chose dont nous

devons avoir honte, ou qui doit nous embarrasser, c'est précisément la clé de tout:

"Si on ne connaît pas la Trinité, tout est incompréhensible." La différence est incompréhensible.

D'ailleurs, si le vrai Dieu est le Dieu Trinité, un peu comme un potier qui fait un pot, et qui va laisser ses empreintes

sur le pot; eh bien, on doit retrouver normalement dans la Création, les empreintes de la Trinité.

Et de fait, tout porte la marque trinitaire. Par exemple, nous sommes dans le temps qui se divise en passé, présent, futur.

Nous sommes dans l'espace qui a 3 dimensions: de haut en bas, d'avant en arrière, de droite à gauche. Toutes les couleurs

sont faites à partir des trois couleurs primaires; du bleu, du jaune et du rouge. Dieu nous a créé homme et femme pour que

l'homme et la femme par l'amour ne fasse qu'un et que 1 fasse 3. Nous avons un esprit composée d'une intelligence,

d'une volonté, d'une mémoire. Notre corps est composé d'une tête, du tronc et des membres. Chaque membre a 3 articulations, etc.

J'en finirais pas de vous donner des exemples qui réfléchissent la structure trinitaire de la Création.

En fait, toute créature si vous regardez bien, elle est fabriquée à partir d'un axe invisible autour duquel

se répartissent de façon identique 2 masses semblables, comme le Père et le Fils se font face. Notre visage a deux profils

et une face qui procède des 2. Ça vous faire rire.. Exactement, le Saint-Esprit procède du Père et du Fils. Bref, donc je vais

pas aller plus loin. Si ça vous intéresse de trouver, de connaître d'autres images comme ça de la Trinité, vous les trouverez

dans mon bouquin: "INTERROGER L'ISLAM". Alors, Dieu se connaît Lui-même, et en se connaissant Lui-même, Il connaît toutes choses.

Jésus dit qu'Il est la lumière du monde. Et nous en connaissant le Christ, nous connaissons le mystère de Dieu et en connaissant

le mystère de Dieu nous pouvons connaître en Lui ce que Dieu connaît la vérité. Alors, le vrai Dieu est si bien la Sainte Trinité

que le Coran est obligé de le reconnaître, malgré lui. Nous lisons par exemple à la Sourate 9, verset 30 (Coran 9.30):

"Les chrétiens disent le messie est Fils de Dieu, qu'Allah les extermine." Qui parle ici? Qui dit: Qu'Allah les extermine.

Est-ce que c'est Dieu qui se parle à Lui-même comme à un autre ? Mais alors dans ce cas là, Dieu se dédouble;

qu'Allah extermine les chrétiens. Il souhaite, Allah il souhaite qu'un autre; parce que si il voulait vraiment les exterminer,

il a pas besoin de souhaiter, il a qu'à le faire n'est-ce pas. Donc, Si Allah se dédouble, ça veut dire que

il faut poser en lui le principe de la pluralité. Si Allah parle d'un autre comme de lui-même, ça veut dire que Allah lui-même

se pense comme un autre... Donc, l'altérité est en Dieu. Il n'est pas que lui. Il y en a un autre. Et puisqu'Allah n'arrive pas

à supprimer les chrétiens, en dépit des efforts déployés par les musulmans depuis 1400 ans; comment pourrait-il être le vrai Dieu,

qui lui n'est ni menteur, ni impuissant à réaliser ce qu'Il souhaite ? Étant divisé, en désirant ce qu'il n'arrive pas à réaliser,

il ne peut pas subsister. Parce que tout ce qui est divisé est voué à sa perte. Mais si Allah n'est pas le vrai Dieu,

qui est-il alors? La réponse je vous la laisse... Qu'Allah donc se dédouble, comme nous l'avons vu là, pose la reconnaissance

de la réflexivité en Dieu, de la relation de Dieu avec Lui-même. Et c'est là le fondement nécessaire de la confession

de la nature trinitaire de Dieu, du vrai Dieu, qui est relation avec Lui-même et en Lui-même et par Lui-même.

Donc Allah lui-même, en s'exprimant dans ce verset, en disant: "Qu'Allah, Qu'Allah extermine les chrétiens; il rend témoignage

à la vérité de la Sainte Trinité. On peut pas faire autrement que de reconnaître l'existence de la Trinité!!!

On va voir en d'autres exemples dans le Coran qui témoignent de ça. Donc, ce verset: Qu'Allah extermine les chrétiens,

devrait conduire les musulmans à quitter normalement l'islam, puisque toute la raison d'être de l'islam est de nier

la relation en Dieu, de blasphémer la Sainte Trinité, de persécuter l'Église qui est le Corps du Christ. Or là, nous voyons

que le Coran lui-même affirme le principe de la réflexivité en Dieu. Et puisque vous insistez donc, je vous donne un

autre témoignage apporté par le Coran lui-même à la gloire de la Sainte Trinité parmi d'autres. Je vous cite le verset 35

de la Sourate 24 (Coran 35.24): "Allah est la lumière des Cieux et de la terre, sa lumière est semblable à une niche

où se trouve une lampe, la lampe est de cristal, son combustible vient d'un arbre béni, un olivier. Ainsi, pour se décrire,

Allah a besoin d'une trinité composée: d'une lampe de verre, d'huile et d'un olivier. Comment ça se fait que celui qui est

normalement unique et seulement un, a besoin pour se décrire d'une trinité d'éléments? Puisque Allah, qui se prétend

la lumière, ne peut être tel sans lampe, sans huile et sans olivier; comment peut-il être un et auto-suffisant?

Si on perd l'huile, il y a plus de lampe, si on casse la lampe, il y a plus de lumière, si il y a pas d'olivier,

il y a pas d'huile. Comment l'islam peut-il dire que la représentation de Dieu est idolâtrique puisque Allah lui-même

utilise des images pour désigner Dieu? Les musulmans nous reprochent tout le temps de faire des images, d'avoir des statues,

mais Allah lui-même fait ça. L'islam qui se prétend la religion du pur monothéisme est un arroseur arrosé. Car,

en prétendant que l'associationnisme, qui est le péché des chrétiens, serait le pire péché qui soit; c'est-à-dire donc comme

vous savez d'associer à l'unique divinité, de pseudo divinité, Jésus et Marie, Sourate 5 verset 116 (Coran 5.116).

Donc, l'islam condamne l'associationnisme. Or, comme nous venons de le voir, et comme la profession de foi musulmane elle-même

le contredit, en ajoutant, en associant Mahomet à Allah. La profession de foi musulmane, c'est pas dire simplement:

"Il n'y a de Dieu qu'Allah," c'est de dire "Il n'y a de Dieu qu'Allah et Mahomet est son prophète." Son envoyé..

Donc, eux-mêmes ne peuvent pas faire autrement que d'associer à l'unique divinité, autre chose que Dieu, Mahomet...

Quelques versets... Sourate 72 verset 23 (Coran 72.23): "Quiconque désobéit à Allah et à son envoyé ira au feu de l'enfer."

Non pas seulement Allah, il faut aussi désobéir à Mahomet pour aller en enfer. On voit donc que la condamnation de

l'associationnisme, en fait se retourne contre l'islam lui-même. L'islam lui-même est associateur.

"Obéissez à Allah et à son messager afin qu'il vous soit fait miséricorde. Pas seulement Allah, à son messager aussi.

Mahomet et Allah sont associés jusque dans la profession de foi musulmane et ils partagent les mêmes prérogatives.

Car le salut se joue sur l'obéissance à Mahomet qui a le pouvoir de décider de ce qui est associationnisme ou pas.

Sourate 9, verset 7 (Coran 9.7) Allah jure même par la vie de Mahomet. Vous entendez bien, Allah jure par la vie de Mahomet.

Normalement lorsqu'on jure, c'est au nom d'une réalité supérieure ou équivalente. On peut pas jurer pour quelque chose de

plus petit, c'est que la garantie n'est pas valable. Sourate 15 verset 72 (Coran 15.72) Ça signifie donc que la vie de Mahomet

a une valeur au moins égale à la sienne. Si Allah lui-même jure par une créature; comment est-ce qu'on peut reprocher

aux chrétiens d'être associateurs ? Qui plus est; "Allah et ses anges prient pour Mahomet." Sourate 33, verset 56

(Coran 33.56): "Allah et ses anges prient pour le prophète. Oh vous qui avez cru, priez sur lui aussi."

On se demande bien qui Allah peut bien prier, n'est-ce pas? Vous savez vous qui Allah prie? Bref, si l'associationnisme

est une abomination, dont la haine fait toute la gloire de l'islam, l'islam n'est-il pas condamné à se haïr lui-même?

Mais pour noyer le poisson, Allah est réputé en raison de son absolu transcendance.. inconnaissable...

Autrement dit, tous vos raisonnements, tout ce que vous venez de dire là, ça ne tient pas, Allah est au-dessus de tout ça.

Et donc, ça veut dire que vous devez être prêts dans ce cas là à croire tout et n'importe quoi. Dire que Allah est

inconnaissable et que la raison ne peut pas rendre compte en partie du moins, de la vérité sur Dieu, c'est ni plus ni moins

que d'accepter de se livrer pieds et poings liés à l'arbitraire, à l'absurde, à l'inhumanité. Si Dieu a parlé c'est pour

se faire connaître. On peut pas communiquer avec quelqu'un sans se mettre à son niveau et parler son language.

Si Dieu nous a parlé c'est par ce qu'Il voulait nous dire était compréhensible, avait un sens. Si c'est pour rester

inconnaissable, ce n'est pas la peine qu'Il parle. Refuser donc d'accueillir Jésus, que même le Coran primitif

reconnaît comme étant la Parole de Dieu, c'est donc se rendre incapable de connaître Dieu et rester sous l'empire du Démon.

"Nul ne va au Père que par Moi." dit Jésus; parce qu'Il est précisément la Parole de Dieu, et Dieu se fait connaître par

Sa Parole. Le Coran lui-même le dit: que Jésus est la Parole de Dieu. Donc, si ils n'ont pas accès à la Parole de Dieu

à Jésus; il y a aussi un verset qu'il faut que vous connaissiez pour parler avec le musulmans, parce que là vraiment vous

les terrassez du 1er coup n'est-ce pas.. Sourate 3 verset 55 (Coran 3.55); "Allah dit à Issa: Je t'élèverai toi et ceux qui

t'ont suivis au-dessus des incrédules jusqu'au jour de la Résurrection, alors votre retour se fera vers moi, et je châtierai

d'un châtiment douloureux les incrédules." Donc, dans ce verset, Allah dit que ceux qui suivent Jésus qui seront sauvés,

pas ceux qui suivent Mahomet. Vous musulmans, rendez compte de ça. Parce que Allah est et qu'il est un, il est donc seul

à être et le mal ne peut donc venir que de lui. Allah est le Créateur du Mal, comme du bien. L'islam n'a toujours pas compri

que le mal n'est pas quelque chose; le mal est le manque de quelque chose. Il n'a pas d'être en lui-même.

Sourate 113, verset 2 (Coran 113.2) dit: "Je cherche la protection du Seigneur de l'aube contre le mal qu'il a créé."

Vivre avec un Dieu qui créé le bien et le mal, c'est devenir schizophrène. Parce que ça veut dire que soi Allah n'est pas bon,

parce qu'il créé le mal ou bien que le bien et le mal sont équivalents, et dans ce dernier cas, on voit pas pourquoi l'islam

aurait la mission d'enseigner ce qui est bien et ce qui est mal. Sourate 3 verset 110 (Coran 3.110) Face à ce dilemme,

comment l'islam peut-il subsister? Si le mal existe et si le mal vient d'Allah, alors soi Allah n'est pas bon, et dans ce cas,

il mérite pas qu'on l'aime, soi il n'est pas un. Ou bien, le bien et le mal sont équivalents, ce qui est de la folie complète.

Alors que le Dieu chrétien laisse les hommes libre de l'adorer ou non, d'accueillir leur Sauveur ou non, Allah créé

des hommes pécheurs et en particulier les chrétiens coupables du seul péché qui va les damner, et qui est de croire à la Trinité.

Et cela, pour pouvoir donc les maudire et les jeter en enfer. Sourate 7, verset 179 (Coran 7.179): Nous avons créé beaucoup

de djinns et d'humains pour l'enfer. Sourate 32 verset 13 (Coran 32.13); "Certes, si nous l'avions voulu, nous aurions mis

chaque âme dans la bonne direction, mais ma décision de remplir l'enfer de djinns et d'hommes doit s'accomplir.

Allah ne veut pas que tous les hommes croient et soient donc sauvés. À la différence du Dieu chrétien,

qui veut que tous les hommes parviennent à la connaissance de la vérité et soient sauvés.

Sourate 6, verset 107 (Coran 6.107): "Si Allah l'avait voulu, les chrétiens ne seraient pas associateurs.

Comment vivre avec un Dieu qui vous a créé pour aller rôtir en enfer? Allah sauve qui il veut et il perd qui il veut.

Sourate 2 verset 142 (Coran 2.142); "Quoique vous y fassiez, vous n'y pouvez rien changer, c'est écrit."

C'est l'arbitraire divin. Tout ça pour exalter soi-disant l'absolu liberté d'Allah... Allah, il fait ce qu'il veut.

Donc, il damne qui il veut, il sauve qui il veut, et on peut tout le bien qu'on veut, si Allah décidait qu'on serait damné,

on sera damné, et on peut faire tout le mal qu'on veut, si Allah a décidé qu'on serait sauvé, on sera sauvé.

C'est l'absolu liberté d'Allah... L'homme n'y peut rien changer. Donc, c'est le règne du fatalisme.

Pourquoi faire des efforts...? C'est comme ça, Dieu l'a voulu comme ça, on n'y peut rien changer. Donc, c'est

la stagnation culturelle, scientifique, etc. Voilà. On est dans la situation où Allah l'a voulu, ne bougons pas.

Mais, parce que Allah donc décide arbitrairement, comme il veut, du salut de chacun, le musulman vit dans la crainte

continuelle d'aller en enfer. Un musulman, il est musulman d'abord et avant tout, parce qu'il a peur d'aller en enfer.

Et aujourd'hui, nous, on ne croit plus à l'enfer. Si la Vierge Marie est venue en 1917 à Fatima, et a montré l'enfer;

si elle a choisi ce nom de Fatima, c'est pas pour rien, c'est pour interpeller aussi les musulmans:

pour dire les chrétiens croient aussi à l'enfer, elle l'a montré. Donc, il faut retrouver la vérité sur l'enfer.

Jésus est venu nous sauver. On va tous en enfer, on va tous en enfer.. en fait. La seule façon de pas y aller,

c'est de saisir le bras de Jésus qui vient nous sauver. Jésus dit: "Je suis venu chercher et sauver ce qui était perdu."

Il faut prendre conscience de ça: **On va tous en enfer si on se convertit pas !**

Sinon on fera pas le poids face à l'islam. Parce que les musulmans, ils vont pas changer leur religion qui les menacent

de l'enfer pour des broutilles. Si il y a pas un autre enfer en face du leur, rien ne pourra les arrêter.

En fait, il faut être capable aussi de parler de l'enfer. Un petit extrait voilà que j'aurais pu choisir parmi tant d'autres,

mais ça donne une belle image donc de cette mentalité dans laquelle un musulman naît et ne peut que aboutir lorsqu'il est

informé par l'islam. Vous voyez, c'est même pas un chrétien a priori. Enfin, c'est de Winston Churchill,

vous le connaissez n'est-ce pas. Il disait ceci: "Combien effrayantes sont les malédictions que le Mahométisme fait reposer

sur ses fidèles. Outre la frénésie fanatique, qui est aussi dangereuse pour l'homme que la peur de l'eau pour le chien,

on y trouve une terrible apathie fataliste. Les effets sont patents dans certains pays, habitude imprévoyante,

système agricole aberrant, lenteur des méthodes commerciales et insécurité de la propriété, se retrouvent partout où

les adeptes du prophète gouvernent ou vivent. Un sensualisme avilissant dépouille la vie de sa grâce et de sa distinction

ensuite de sa dignité et de sa sainteté. Le fait que dans la loi mahométane: "Toute femme, qu'elle soit enfant

épouse ou concubine doivent appartenir à un homme, comme son entière propriété, ne fait que repousser l'extinction totale

de l'esclavage au jour où l'islam aura cessé d'être un pouvoir important parmi les hommes.

Certains musulmans peuvent montrer de splendides qualités mais l'influence de la religion paralyse le développement social

de ceux qui la suivent. Aucune force aussi rétrograde n'existe dans le monde. On pourrait trouver évidemment

d'autres citations de cette ordre là qui rendent compte de cette vérité de l'islam. La conception d'un Dieu ayant tout

prédéterminé peut-elle servir effectivement un autre dessein que celui de produire des automates?

Est-ce pour cette raison que la civilisation technicienne fait si bonne accueil à l'islam, alors qu'elle élimine autant

qu'elle peut la présence chrétienne? J'ai dit que la menace de l'enfer est proférée presqu'à chaque page du Coran

et qu'un musulman ne peut pas avoir d'assurance de son salut. C'est pas tout à fait vrai. Il y a une seule exception:

c'est si il meurt au djihad. Là, Allah lui a promi le paradis s'il meurt au djihad. Je vous cite Sourate 9, verset 111

(Coran 9.111): "Allah a acheté aux croyants leurs personnes et leurs biens en échange du paradis, ils combattent

dans le sentier d'Allah, ils tuent et ils se font tuer. Les djihadistes qui se font explosés, qui font des attentats,

ils font ça pour aller au paradis. Jésus nous a dit, (Jean 16.2); "Viens un jour où ceux qui vous tueront

penseront rendre un culte à Dieu." Je ne connais aucune autre religion dont les adeptes soient persuadés de faire

la volonté de Dieu en tuant les chrétiens. "Qu'Allah extermine les chrétiens." Sourate 9 verset 30 (Coran 9.30)

Et comme il y arrive pas, il faut bien que ses esclaves fassent le boulot pour lui. Sourate 47, verset 4 (Coran 47.4);

"Ceux qui seront tués dans la voie d'Allah, Allah n'égarera pas leurs oeuvres.

Sourate 61 verset 4 (Coran 61.4): "Allah aime ceux qui vont jusqu'à tuer pour lui. Sourate 61, verset 4 (Coran 61.4)

Comme vous le voyez le djihad n'a rien à voir avec ce que on nous vend aujourd'hui en occident comme étant l'effort sur soi.

Jamais dans le Coran vous ne verrez d'appel à l'effort sur soi. Le djihad, c'est la guerre pour Allah, pour étendre

son pouvoir, son autorité qui est rien de diffférent. D'ailleurs, je vous cite un propos des chebabs au Kenya,

ils avaient une incursion au Kenya qui est voisin; c'était le 2 avril 2015, ils sont arrivés dans une cité universitaire,

ils ont demandé aux étudiants chrétiens et musulmans de se séparer; "Entre nous et vous c'est l'inimitié et la haine à jamais

jusqu'à ce que vous soyez musulmans." Sourate 60 verset 4 (Coran 60.4) Et ils ont dit donc aux chrétiens;

Nous sommes venus pour tuer et nous faire tuer. Je pourrais continuer comme ça longtemps.

Le Coran se résume à un appel à se soumettre à Allah et à son messager, sous peine d'être compté au nombre des maudits.

Et celui qui se permet de remettre en question le Coran, Allah le déclare méchant et coupable. Nous avons entendu

tout à l'heure un musulman qui a disparu d'ailleurs maintenant et qui disait ça très bien:

"On ne réfléchit pas." Il est là, je le vois. On lui a appri à ne pas réfléchir. Parce que réfléchir, c'est quelque part

dire que le Coran n'est pas clair, que Allah finalement sait pas bien s'exprimer. C'est un blasphème.

Donc, on n'a pas à poser de questions. Sinon, voilà, c'est un blasphème contre Allah qui s'exprime très bien

même si on comprend rien. Ça me dépasse. Alors, en conclusion, pour bien juger de l'islam, il faut prendre garde de

ne jamais; c'est ce que j'ai dit tout à l'heure, ce matin dans une réponse mais je le répète. Il faut bien prendre garde

de ne jamais porter au crédit de l'islam le bien que peuvent faire des musulmans, parce qu'ils le font pas en vertu

de l'islam, mais toujours en dépit de l'islam; en vertu de leur nature humaine, que Dieu a créé bonne.

Dieu aime tous les hommes et "fait lever son soleil sur les bons et les mauvais et tomber la pluie sur les justes

et sur les injustes." Et Il donne aux musulmans comme aux autres des vertus naturelles. Et lorsqu'un musulman fait le bien,

il écoute la petite voix de Dieu dans sa conscience qui lui dit de faire le bien, éviter le mal. Donc, le bien qu'il fait,

il ne le fait pas en vertu de l'islam mais en vertu de sa conscience. Et c'est pourquoi les islamistes tuent les

musulmans modérés parce qu'ils n'obéissent pas à Allah. D'ailleurs, cette expression 'musulman modéré', quand on la regarde

un peu de près, c'est quand même quelque chose. Si il faut que l'islam soit modéré pour être acceptable, ça veut dire

qu'en lui-même il n'est pas bon. On modère pas le Christianisme. Il y a pas besoin de modérer le Christianisme.

Plus il y en a, mieux ça vaut. Alors, certains veulent nous vendre aujourd'hui l'espérance d'une réforme de l'islam.

Est-ce que on peut avoir un tel projet, une telle espérance? La réponse est non pour au moins 2 raisons.

La 1ère est que l'islam est une orthopraxie, c'est-à-dire un comportement normé, garanti par le Coran,

qui étant divin et immuable; "Les coutumes d'Allah ne changent pas." Sourate 33, verset 62 (Coran 33.62)

Donc, si les coutumes d'Allah ne changent pas, l'islam ne peut pas changer.

Deuxièmement, proposer un islam 'light' aux musulmans, serait les mépriser, en leur proposant autre chose

que la seule vraie religion qui est la nôtre. Pourquoi leur proposer un islam 'light' et non pas la vraie religion ?

Faire ça, c'est non seulement les laisser dans le chemin de la perdition mais nous perdre nous-mêmes:

parce que on renierait le Christ. Nous n'avons pas à leur demander de croire à une nouvelle fausse religion

mais en celle que le Messie est venu instaurer pour leur salut et celui de monde entier.

Je vous remercie.