Gloria.tv And Coronavirus: Huge Amount Of Traffic, Standstill in Donations
Clicks657

Sophie Scholl - les derniers jours (Sophie Scholl - Die letzten Tage - 2005)

shazam
2
Munich 1943. Tandis que Hitler mène une guerre dévastatrice à travers l’Europe, un groupe de jeunes étudiants forment un mouvement de résistance, la Rose Blanche (Die Weiße Rose), appelant à la chut…More
Munich 1943. Tandis que Hitler mène une guerre dévastatrice à travers l’Europe, un groupe de jeunes étudiants forment un mouvement de résistance, la Rose Blanche (Die Weiße Rose), appelant à la chute du Troisième Reich. D’obédience pacifique, les membres de la Rose Blanche propagent des tracts antinazis, couvrent les murs de la ville de slogans et invitent la jeunesse du pays à se mobiliser.

Le 18 février, Hans Scholl et sa sœur Sophie – qui font partie du noyau dur du mouvement – sont aperçus par le concierge de l’université de Munich en train de jeter des centaines de tracts du haut du deuxième étage donnant sur le hall. Ils sont immédiatement appréhendés par la Gestapo et emprisonnés à Stadelheim.

Durant les jours suivants, l’interrogatoire de Sophie Scholl est mené par l’agent de la Gestapo Robert Mohr, un véritable duel psychologique s’engage...
shazam
22 février 1943 : décapitation de « La Rose blanche »

Le « Tribunal du Peuple » nazi condamne à mort trois étudiants : Hans et Sophie Scholl, Christoph Probst, ils sont guillotinés le 22 février 1943. Leur crime est d'avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d'un mouvement clandestin, « La Rose blanche » (Die Weiße Rose en allemand) ; ainsi que pour d'autre membres de la Rose blanche dans les …More
22 février 1943 : décapitation de « La Rose blanche »

Le « Tribunal du Peuple » nazi condamne à mort trois étudiants : Hans et Sophie Scholl, Christoph Probst, ils sont guillotinés le 22 février 1943. Leur crime est d'avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d'un mouvement clandestin, « La Rose blanche » (Die Weiße Rose en allemand) ; ainsi que pour d'autre membres de la Rose blanche dans les mois qui suivirent.

Photos :
Hans et Sophie Scholl, protestants,

Christoph Probst, 23 ans, marié et père de trois jeunes enfants, arrêté le 18 février 1943. En prison il demande le baptême et se convertit à la foi catholique.

Alexander Schmorell, 25 ans, orthodoxe et fils d'un médecin de Munich, guillotiné le 13 juillet 1943, canonisé par « l’Église russe hors frontières » en février 2012,

Willi Graf, 24 ans, catholique, guillotiné le 12 octobre 1943,

Traute Lafrenz, la dernière Rose blanche...

C’est une amie de Hans Scholl.
Née en 1919, protestante, elle est la dernière survivante du groupe des résistants allemands de la Rose Blanche.

Elle participa avec Sophie Scholl à la mise sous pli et à la distribution de tracts hostiles au régime nazi et appelant au réveil des consciences allemandes.
Arrêtée par la Gestapo le 15 mars 1943, elle fut inculpée le 19 avril et condamnée à un an de prison.
Les nazis ne parvinrent pas à réellement saisir son rôle au sein de la Rose blanche et de ce fait elle échappa à la mort que connut son amie Sophie Scholl.
Libérée au terme de sa peine, elle fut à nouveau emprisonnée en 1944 pour sa participation aux activités de Hambourg et fut transférée régulièrement (Cottbus, Leipzig, Bayreuth). Les troupes américaines libérèrent la prison de Bayreuth le 15 avril 1945 et Traute Lafrenz recouvra ainsi la liberté.

Le jour de ses 100 ans - le 5 mai 2019 - elle est décorée de l'Ordre du Mérite, la plus haute décoration civile allemande.

---

« Tu nous a fait pour toi Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose pas en toi. »
La parole de Saint Augustin que Sophie Scholl aimait particulièrement. (Les Confessions de Saint Augustin, livre premier, 1.1.3) www.augustinus.it/…/conf_01_libro.h…

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Jean 15,13
shazam
Histoire d’un impact psychologique et de ses conséquences

(…) D’un point de vue psychologique, la terrible défaite de Stalingrad mis fin au mythe de l'invincibilité allemande.
En Allemagne, où Stalingrad n'était plus mentionné dans les bulletins d'information depuis des mois, la capitulation de Paulus est un choc : les programmes ordinaires sont interrompus pour faire place à son annonce et un …More
Histoire d’un impact psychologique et de ses conséquences

(…) D’un point de vue psychologique, la terrible défaite de Stalingrad mis fin au mythe de l'invincibilité allemande.
En Allemagne, où Stalingrad n'était plus mentionné dans les bulletins d'information depuis des mois, la capitulation de Paulus est un choc : les programmes ordinaires sont interrompus pour faire place à son annonce et un deuil national de trois jours est décrété.

Le moral allemand est gravement atteint : les militaires prennent conscience que la victoire n'est plus possible à l'est.
Les civils, pour la première fois, voient s'écorner le mythe de l'infaillibilité du Führer et de son génie militaire.

La défaite de Stalingrad poussera les résistants allemands au nazisme à des actes spectaculaires à partir du printemps 1943, comme le lâcher public de tracts de La Rose blanche, ou la préparation des premiers attentats contre Hitler par le cercle militaire regroupé autour de Henning von Tresckow. (Wikipedia)