Clicks140

Le botafumeiro dans la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle

shazam
1
Images à l’occasion de la visite du Pape Benoît XVI en Espagne, en novembre 2010 - L’usage de l’encensoir dans les églises chrétiennes remonte au IVe siècle, mais c’est au IXe siècle que les encensem…More
Images à l’occasion de la visite du Pape Benoît XVI en Espagne, en novembre 2010
-

L’usage de l’encensoir dans les églises chrétiennes

remonte au IVe siècle, mais c’est au IXe siècle que les encensements de l’autel et du clergé font leur apparition.

A Saint-Jacques de Compostelle, il est un encensoir très particulier : le “botafumeiro”, en métal argenté, haut d’un peu plus de 1,5 m et pesant plus de 53 kg. Il s’élève à plus de 20 m du sol. En l’actionnant à l’aide de cordes, pour diffuser l’encens dans toute la cathédrale, il peut atteindre la vitesse impressionnante de 70 km/h !
“Botafumeiro”, en langue galicienne, signifie grosso modo “diffuseur de fumée”. L’original, fabriqué en 1554, a été volé par les troupes françaises en 1809. L’actuel “botafumeiro” date du milieu du XIXe siècle (1851). (delidimages.org)

-

Tous ceux qui ont assisté dans la cathédrale de Compostelle à l’impressionnante cérémonie du grand encensoir (« botafumeiro », mot galicien qu’on pourrait traduire par « lanceur de fumée ») ont pu entendre l’hymne à l’apôtre saint Jacques, qui accompagne le cérémonial.
L’hymne a été composé en 1920 par M.Soler, maître de chapelle à la cathédrale. En voici les paroles, en français.

L’hymne à l’apôtre saint Jacques

Saint commandeur, patron des Espagnes,
Ami du Seigneur :
Défends tes chers disciples,
Protège ta nation.

Les armes victorieuses du chrétien
Nous venons tremper
Dans le feu sacré
De ton autel vénéré.

Ferme et solide,
Comme la colonne
Que la mère de Jésus te confia,
Sera dans l’Espagne
La sainte foi chrétienne
Que tu nous as léguée.

Gloire à Santiago,
Patron renommé !
Tes enfants reconnaissants
Aujourd’hui te bénissent.

Prosternés à tes pieds nous t’offrons
Le présent chaleureux de notre amour.
Défends tes chers disciples !
Protège ta nation !
Protège ta nation !

Ces paroles du médecin compostellain Dr. Barcia Caballero, dont l’élan nationaliste et guerrier est évident, sont une démonstration de plus du rôle politique qu’on assigne à saint Jacques de Galice.
La colonne citée dans la troisième strophe fait référence à la légende de l’apparition miraculeuse de la Vierge Marie à l’apôtre saint Jacques à Saragosse.
La Vierge, sur une colonne («pilar»), l’encouragea dans son labeur d’évangélisation de l’Espagne.
Il est à remarquer que la «Virgen del Pilar», vénérée aujourd’hui dans sa basilique de Saragosse, est patronne de «l’Hispanidad» (monde hispanique) et de la Garde Civile espagnole ce qui rend plus saisissant le parallèle avec les paroles de l’hymne.
-
L'HYMNE A L'APOTRE SAINT JACQUES
shazam
Benoît XVI à Saint-Jacques de Compostelle, en novembre 2010.

Un franciscain s'apprête à lancer le botafumeiro devant Benoît XVI