Clicks214

Réflexion sur le Psaume 112, 1

« Heureux l’homme qui craint le Seigneur, qui se complait grandement en ses commandements. »

Ce psaume montre que l’homme, qui aime les commandements de Dieu, est béni. La première des Béatitudes du Christ déclare : « Bienheureux les pauvres dans l’esprit, car le royaume des cieux est à eux ». Et le dernier dit : « Bienheureux êtes-vous, quand ils vous insultent et vous persécutent, et disent faussement contre vous toutes sortes de mal, à cause de Moi. Réjouissez-vous et soyez extrêmement heureux, car votre récompense est grande dans le ciel, parce que c’est ainsi qu’ils ont persécuté les prophètes qui étaient avant vous ». (Mt 5, 11-12)

De même, le Psaume 1 commence par ces mots : « Bienheureux l’homme » et poursuit, « qui ne suit pas les conseils des impies, ni ne prend le chemin des pécheurs ; mais qui se complait dans la loi du Seigneur et réfléchit jour et nuit sur Sa loi » (cf. Ps 1,1a).

La Parole de Dieu dit, que la base de la relation à Dieu c’est la crainte de Dieu. Cette crainte commence à naître, quand nous nous demandons : qui suis-je et qui est Dieu ? Il a créé l’univers entier, tout ce qui existe, et je ne suis qu’un petit grain dans ce vaste univers. Ce qui nous aide aussi à posséder une vraie crainte de Dieu, c’est quand nous prenons conscience devant Dieu de notre péché. Cette crainte nous donne un vrai repentir. Reconnaissons notre péché face à nous même, restons en esprit près de la Croix où nous le confessons et recevons le pardon de Jésus. Cette crainte de Dieu grandit dans l’amour pur pour Jésus. Et à la fin, l’amour parfait chasse la peur. L’amour pour Jésus signifie que nous sommes prêts à donner notre vie par amour pour Lui et de l’Évangile (Mc 8:34). Nous recevons de Lui notre vie et quand nous la Lui donnons, nous Lui offrons aussi notre âme. Nous sauvons ainsi à la fois notre vie et notre âme. Mais, la plupart du temps, nous n’avons pas la possibilité d’être des martyrs du Christ, même si le temps présent, conduira certains d’entre nous vers un martyre héroïque, c’est-à-dire à sacrifier la vie pour la Vérité de Dieu et pour la justice, comme des soldats sur le champ de bataille. Dans la plupart des cas, cela ne sera pas nécessaire, même si le martyre serait extrêmement avantageux, car peu de gens reçoivent de Dieu cette grâce du martyre. Il y a aussi le martyre spirituel, quand on est prêt à tout perdre pour l’amour de Jésus et à lutter contre le péché jusqu’à l’effusion de sang (Héb 12). Cet amour pour Dieu se manifeste lorsque nous nous efforçons de faire la volonté de Dieu, dans une situation particulière de vie, et lorsque nous nous efforçons de garder les commandements de Dieu. De cette façon, nous sanctifions le temps, le rachetant pour l’éternité. Nous accumulons dans le ciel des trésors spirituels que personne ne pourra nous enlever. Bienheureux donc, est l’homme, mais aussi la femme, le garçon ou la jeune fille qui craint Dieu et se réjouit d’observer les commandements de Dieu. C’est ainsi qu’ils servent Dieu et l’aiment. Jésus dit : « Celui qui observe Mes commandements c’est celui-là qui m’aime », et Il ajoute : « Nous viendront à lui et nous prendrons notre demeure avec lui » (cf. Jn 14).

Le Patriarcat Catholique Byzantin (PCB) est une communauté de moines, de prêtres et d’évêques vivant dans des monastères. Le PCB est dirigé par le patriarche Élie, en collaboration avec deux évêques secrétaires, Timothée et Méthode. Ce patriarcat est né de la nécessité de défendre les vérités chrétiennes fondamentales contre les hérésies et l'apostasie. Le PCB ne reconnaît pas le pseudo-pape Bergoglio, et ne lui est pas subordonné.

Abonnez-vous aux newsletters du PCB


vkpatriarhat.us4.list-manage.com/…4da3e3582e1ecefc&id=c8496b93c3