34:46
ANNA LU
462
Mystères douloureux du rosaire de l'Avent MYSTERES DOULOUREUX Premier mystère douloureux : L’AGONIE DE JESUS A GETHSEMANI Fruit du mystère : Demandons la contrition de nos péchés Romains 15, 4-7 :…More
Mystères douloureux du rosaire de l'Avent

MYSTERES DOULOUREUX

Premier mystère douloureux :
L’AGONIE DE JESUS A GETHSEMANI
Fruit du mystère : Demandons la contrition de nos péchés

Romains 15, 4-7 : « Tout ce qui a été écrit à l'avance dans les livres saints l’a été pour nous instruire, afin que, grâce à la persévérance et au réconfort des Écritures, nous ayons l’espérance. Que le Dieu de la persévérance et du réconfort vous donne d’être d’accord les uns avec les autres selon le Christ Jésus. Ainsi, d’un même cœur, d’une seule voix, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu. »

Le troisième dimanche de l'Avent est aussi appelé dimanche de Gaudete. En effet, dans le Missel romain, l'introït de la messe de ce dimanche commence par la phrase latine suivante : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous ! »
Cette phrase rappelle la joie de l'Église dans l'attente de l'avènement du Christ.
C'est pourquoi les vêtements liturgiques, violets pendant tout le temps de l'Avent, peuvent exceptionnellement être roses ce jour-là.
Peut-on vraiment se réjouir ? La question peut sembler assez étonnante mais elle vaut la peine d’être posée, alors que la liturgie du 3ème dimanche de l’Avent nous invite à la joie. On comprend que cette joie est liée à l’approche du jour de Noël et de la venue du Seigneur. Mais dans un monde éprouvé, au cœur des souffrances qui marquent nos vies et la vie de tant de nos contemporains, avons-nous le droit vraiment de nous réjouir ?
La réponse est « oui ! » Nous pouvons nous réjouir, car toutes les souffrances que nous vivons sont celles que nous partageons avec Jésus, qui nous donneront la joie d’un bonheur sans fin avec Lui.

Prions
Fais-nous entendre ta voix qui redresse quand nous ployons sous le poids du malheur
et ouvre l’horizon de la tendresse, si crainte et peur font dériver nos cœurs.
Viens me rejoindre dans mes terres arides et mes déserts, ces moments où je me sens sec, alors que dans ma vie, c’est la nuit.

Notre Père, Dix Ave, Gloire au Père, prière de Fatima

Deuxième mystère douloureux :
LA FLAGELLATION
Fruit du mystère : Demandons le pardon de nos sensualités et la mortification

Romains 15, 8-9 : « Car je vous le déclare : le Christ s’est fait le serviteur des Juifs, en raison de la fidélité de Dieu, pour réaliser les promesses faites à nos pères ; quant aux nations, c'est en raison de sa miséricorde qu'elles rendent gloire à Dieu, comme le dit l’Écriture : C’est pourquoi je proclamerai ta louange parmi les nations, je chanterai ton nom. »

L’Avent nous invite à approfondir ce qu’est la joie chrétienne, cette « joie dans le Seigneur ». Parce que justement notre monde est aussi un monde blessé, marqué par la souffrance de tant de nos frères, parce que nos vies sont éprouvées d’une façon ou d’une autre. Notre joie n’est pas et ne sera jamais une joie superficielle, exubérante, insouciante. La joie chrétienne est souvent mêlée aux larmes. Elle n’empêche pas les larmes, elle vient les éclairer.

Prions
Seigneur, aide-moi à aplanir la route pour Toi, à combler les ravins de mes peurs, de mes échecs et de mes ruptures.
Donne-moi la simplicité d’un cœur d’enfant, pour ramener à leur juste mesure tout ce qui me semble montagne d’impossible.
Jésus, c’est très bientôt Noël, et mon cœur veille. Je sais que tu es là, et cela me remplit de joie. Je voudrais te confier les habitants de mes pensées, ceux qui en ce jour de fête, ne seront pas comblés : les démunis de tous les pays, les malades, les victimes de la guerre, les esseulés, les sans-abris.
Par-delà la violence, viens apporter Ta paix. Par-delà la tristesse, viens apporter Ta joie.
Par-delà la vengeance, viens apporter Ton amour.
Seigneur, viens guérir notre monde blessé et abimé et donne à tous, par Ta présence,
l’espérance qui ne s’éteint jamais.

Notre Père, Dix Ave, Gloire au Père, prière de Fatima
...