Montfort AJPM
1405

VI- JÉSUS CRUCIFIÉ (pour le Vendredi Saint, Poème de la Passion)

Images pieuses / Le Chapelet récité / Les TROIS AVE MARIA du matin & du soir : montfortajpm.blogspot.ro/p/blog-page.html 84- Cette canaille insolente Lui tire tout de nouveau Sa pauvre robe sanglan…More
Images pieuses / Le Chapelet récité / Les TROIS AVE MARIA du matin & du soir : montfortajpm.blogspot.ro/p/blog-page.html
84- Cette canaille insolente
Lui tire tout de nouveau
Sa pauvre robe sanglante,
Toute collée à sa peau.
85- Tandis que les plus barbares
Préparent tout pour sa mort,
Quelques-uns des plus avares Tirent ses habits au sort. 86- Chacun des bourreaux s’écrie En lui tirant les cheveux : « Finis là ta pauvre vie ! Couche-toi là, malheureux ! » 87- Voyez comme on le terrasse Pour le clouer sur ce bois, Mais voyez comme il embrasse Avec ardeur cette Croix. 88- On tire ses mains sacrées Avec grande cruauté, Pour qu’elles soient attachées Droit sur les trous préparés. 89- Ô cruelle barbarie ! Ses membres sont disloqués, Sa chair est toute meurtrie, L’on voit ses nerfs tout bandés. 90- Étant donc à la renverse Aux pieds de ces inhumains, Avec des clous on lui perce, Les deux pieds et les deux mains ! 91- Oh ! quelle douleur sensible Lui causent ces clous pointus ! Son corp…
More
Montfort AJPM
+ Les TROIS AVE MARIA du matin & du soir : montfortajpm.blogspot.ro/p/blog-page.html

VENDREDI SAINT
montfortajpm.blogspot.ro/2016/03/vendredi-saint.html
« Notre-Seigneur étant mort,
mais d’une mort d’amour,
sur l’arbre de la Croix,
il voulut que son Côté fut ouvert
pour nous faire voir que sa mort
ne provenait point d’autre maladie
que du grand amour qu’il avait pour nous,
afin que, par cett…
More
+ Les TROIS AVE MARIA du matin & du soir : montfortajpm.blogspot.ro/p/blog-page.html

VENDREDI SAINT
montfortajpm.blogspot.ro/2016/03/vendredi-saint.html
« Notre-Seigneur étant mort,
mais d’une mort d’amour,
sur l’arbre de la Croix,
il voulut que son Côté fut ouvert
pour nous faire voir que sa mort
ne provenait point d’autre maladie
que du grand amour qu’il avait pour nous,
afin que, par cette connaissance,
nous fussions excités à l’aimer.
Ainsi, son Côté étant ouvert,
on vit qu’il était vraiment mort,
mais de la maladie de son Cœur,
c’est-à-dire de l’amour de son Cœur. »
(Saint François de Sales)