11:40
Irapuato
55
Parole et Evangile du jour vendredi 9 décembre 2ème Semaine de l'Avent Livre d'Isaïe 48,17-19. Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, je te donne un …More
Parole et Evangile du jour vendredi 9 décembre 2ème Semaine de l'Avent

Livre d'Isaïe 48,17-19.
Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, je te donne un enseignement utile, je te guide sur le chemin où tu marches.
Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer.
Ta postérité serait comme le sable, comme les grains de sable, ta descendance ; son nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi.

Psaume 1,1-2.3.4.6.
Heureux est l'homme
qui n'entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
planté près d'un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu'il entreprend réussira.
Tel n'est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
balayée par le vent :
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,16-19.
En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules :
« À qui vais-je comparer cette génération ? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d’autres en disant :
“Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine.”
Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : “C’est un possédé !”
Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Sainte Gertrude d'Helfta (1256-1301)

moniale bénédictine
Les Exercices VII Sexte ; SC 127 (Œuvres spirituelles, trad. J. Hourlier et A. Schmitt, Éd. du Cerf, 1967, p. 273-275 rev.)

« Le Christ Jésus a été envoyé par Dieu pour être notre sagesse, notre justice, notre justification, notre rédemption » (1Co 1,30)
Ô Sagesse admirable de Dieu, combien puissante, combien éclatante est ta voix. Tu appelles à toi sans aucune exception tous ceux qui te désirent ; tu fais des humbles ta demeure ; tu chéris ceux qui te chérissent (Pr 8,17) ; tu juges la cause du pauvre ; avec bonté, tu as pitié de tous. « Tu ne hais rien de ce que tu as créé » ; « tu ne considères pas les péchés des hommes » et tu attends miséricordieusement qu'ils viennent à la pénitence (Sg 11,23-24). (…) Toi qui renouvelles toutes choses, de grâce, renouvelle-moi et sanctifie-moi en toi, afin qu'en mon âme tu puisses t'établir. (…) Fais que, dès le matin, je veille pour toi, afin de te trouver en vérité (Is 26,9; Sg 6,12-14) ; viens au-devant de moi, afin qu'en vérité je te désire avec ardeur. Oh ! avec quelle prudence tu procèdes dans tes desseins. Oh ! avec quelle providence tu disposes tout, quand, en vue de sauver l'homme, tu as inspiré au Roi de gloire (Ps 23,8; 1Co 2,8) (…) la pensée de la paix, l'accomplissement de la charité, et, cachant sa majesté, tu as imposé à ses épaules le moment favorable de l'amour, afin qu'il « porte sur le bois de la croix les péchés du peuple » (1P 2,24). Oh oui, Sagesse éclatante de Dieu, la malice du diable n'a pu entraver aucune de tes œuvres magnifiques (…) ; l'ampleur du mal que nous avons fait n'a pas pu prévaloir contre la multitude de tes miséricordes, contre l'immensité de ton amour, contre la plénitude de ta bonté. Bien plus, ton empressement souverain l'a emporté sur tous les obstacles, disposant toutes choses avec douceur, et « atteignant avec force d'un bout du monde à l'autre » (Sg 8,1).