Clicks19

L’abolition du célibat est-elle une solution à la crise dans l’Eglise ? /+ vidéo/

vidéo en italien: youtube.com/watch?v=aLAf4SVHV7U

Chers évêques et prêtres !

Qu’est-ce que l’Apôtre Paul vous aurait dit aujourd’hui sur la solution de la crise dans l’Église à cause de l’abolition du célibat ? D’abord, il aurait écouté tous vos arguments sur l’explosion de la pédophilie, de l’homosexualité et de la crise morale, puis il vous aurait dit : « Vous, apôtres du Christ, avez été envoyés pour ouvrir les yeux des gens, afin qu’ils puissent passer des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu et obtiennent la rémission des péchés par la foi en Jésus » (cf. Actes, 26:18). Vous ne pouvez pas être dans l’unité avec le pseudo-pape François qui légalise le péché, l’homosexualité et même la sorcellerie ! Voulez-vous résoudre la crise de l’Église en union avec lui, sans repentir ? Avec l’abolition du célibat, vous ne deviendrez pas les saints prêtres. Aujourd’hui, l’Église et le monde ont besoin de vous pour être sauvés !

La solution à tous nos problèmes se trouve en Jésus-Christ, et ceux-ci crucifié !

L’Ecriture Sainte donne l’apôtre Paul comme exemple à un prêtre célibataire. Il était non seulement très actif, mais aussi profondément spirituel. Il dit : « J’ai été crucifié avec le Christ et ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi » (Gal 2:20). A vous, évêques et prêtres, il lance un appel: « Soyez comme moi ». Il était conscient de la dure réalité du péché. Dans le septième chapitre de la lettre aux Romains Paul va à la racine et dit: « Je me réjouis de la loi de Dieu selon l’homme intérieur. Mais dans mes membres, je vois une autre loi, qui déplace la guerre contre la loi de mon esprit et m’asservit à la loi du péché qui est dans mes membres. » ; Son exclamation spirituelle la plus profonde est : « Ô misérable homme que je suis ! ». Et puis il se demande douloureusement : « Qui va me libérer de ce corps de la mort ? ». Mais peu de temps après, il remercie Dieu et avoue que cette libération est réalisée par Jésus-Christ. Dans le chapitre huit, il souligne que la loi de l’Esprit de vie l’a libéré de la loi du péché et de la mort. L’apôtre Paul n’était pas un homme d’acier qui serait à l’abri de l’influence du péché de l’extérieur et de l’intérieur. Aucun évêque, prêtre ou consacré célibataire n’a d’excuse. Tous peuvent suivre l’Apôtre des Gentils. L’apôtre Paul est avant tout un exemple de vie intérieure. Il a uni dans son essence la lutte contre le péché avec l’effort de suivre le Christ, et d’avoir l’unité avec le Christ crucifié. La racine du mal chez l’homme, c’est-à-dire le péché originel avec sa convoitise et sa fierté, est une réalité. Il est absurde d’essayer de résoudre cette réalité en abolissant le célibat et en ordonnant les femmes d’abord comme diaconesse, puis comme prêtresses.

Notre vie est une lutte acharnée pour le salut de notre âme et pour le salut de ceux que Dieu nous a confiés. Chaque guerrier de Dieu pourra dire avec l’Apôtre à l’heure de la mort : « J’ai combattu la bonne bataille, j’ai préservé la foi. Enfin, la couronne de gloire éternelle m’a été réservée » (cf. 2 Tm 4:7).

Quelle est aujourd’hui la solution pour les prêtres ? Ne pas rester seul ! Avoir une famille spirituelle, c’est-à-dire la communauté fraternelle. Cette communauté doit persévérer dans la doctrine des Apôtres et non dans la théologie thétique (cf. Actes, 2:42)! La prière, la Parole de Dieu et la communauté fraternelle étaient le programme des premiers chrétiens de Jérusalem.

Aujourd’hui, Internet et l’esprit du monde, qui se cache derrière lui, façonnent le raisonnement des prêtres, mais malheureusement pas verticalement ! La véritable autocritique les oblige à renoncer à Internet ou à d’autres médias dans la mesure où ils sont un obstacle à la vie avec Dieu. Le véritable discernement, cependant, n’est pas possible sans autocritique et communauté fraternelle.

Il faut admettre que les générations de prêtres après le Concile Vatican II n’ont pas été véritablement préparées, ni de manière responsable, pour une vie personnelle avec le Christ, et encore moins à l’annonce de l’Évangile de manière totale.

Si un séminariste avait reçu une formation spirituelle profonde au séminaire sous la direction d’un expert saint et spirituel, ce serait un grand trésor. S’il consacrait deux heures par jour à la prière intérieure, il développerait une habitude de prière. Même si après le séminaire, il passait trois ans dans le désert comme l’apôtre Paul et avait connu une profonde conversion comme saint Ignace dans la grotte de Manresa, ce ne serait toujours pas suffisant. Si un prêtre veut persévérer et résister à l’esprit du monde, il doit avoir non seulement l’Esprit du Christ, mais aussi une communauté fraternelle. C’est précisément la communauté fraternelle qui est le moyen nécessaire pour résoudre la crise spirituelle dans l’Église. Un prêtre doit passer au moins un jour et demi en communauté avec d’autres prêtres, se consacra à la prière et à la Parole de Dieu (cf. Actes, 6:4). Le dimanche soir, ils se seraient rencontrés pour passer un temps spirituel dans le désert. Le mardi, après avoir déjeuné ensemble, ils seraient partis. Le programme du premier jour est de 4 heures de prière intérieure (programme de prière intérieure, (vkpatriarhat.org/en/?p=11486 des témoignages sur ce que Dieu a révélé à chacun personnellement pendant la prière. L’une de ces quatre heures serait consacrée à une réflexion sur la Parole de Dieu en préparation de l’Homélie du dimanche. La cinquième heure de prière se passerait dans la louange et les chants de 20:00 à 21:00. Pendant ces deux jours de prière, les prêtres ont une dispense de l’Office des Heures. (vkpatriarhat.org/en/?p=16774).

Quant à l’esprit du Concile Vatican II, celui-ci n’a pas ouvert la porte à un véritable repentir et à une véritable restauration de l’Église, mais plutôt à la destruction progressive de l’Église portée à son paroxysme par le pseudo-pape François. François abolit les principes moraux universellement valides, ainsi que les commandements de Dieu. Dans la destruction de l’Église sont liés à Bergoglio non seulement le cardinal Marx, mais aussi l’ensemble du réseau homosexuel dans l’Église. Cette voie conduit à la damnation éternelle !

Aujourd’hui encore, les moyens de restaurer l’Église sont les quatre piliers fondamentaux des premiers chrétiens : la prière, le partage du pain, la doctrine des Apôtres et la communauté fraternelle ! (Actes, 2:42).

+ Élie
Patriarche du Patriarcat catholique byzantin

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr
Evêques Secrétaires

Le Patriarcat Catholique Byzantin (PCB) est une communauté de moines, de prêtres et d’évêques vivant dans des monastères. Le PCB est dirigé par le patriarche Élie, en collaboration avec deux évêques secrétaires, Timothée et Méthode. Ce patriarcat est né de la nécessité de défendre les vérités chrétiennes fondamentales contre les hérésies et l'apostasie. Le PCB ne reconnaît pas le pseudo-pape Bergoglio, et ne lui est pas subordonné.

Abonnez-vous aux newsletters du PCB
vkpatriarhat.us4.list-manage.com/…4da3e3582e1ecefc&id=c8496b93c3