Clicks419

Genocide des blancs en Afrique du Sud : l'Omerta !

le mage vainqueur
132
Afrique du Sud : le massacre oublié des fermiers blancs «Le racisme anti-blanc impose l'omerta médiatique» REPORTAGE - Dans une société divisée par l'héritage de l'apartheid, les fermiers blancs …More
Afrique du Sud : le massacre oublié des fermiers blancs
«Le racisme anti-blanc impose l'omerta médiatique»

REPORTAGE - Dans une société divisée par l'héritage de l'apartheid, les fermiers blancs sont la cible d'attaques en série particulièrement violentes. Un phénomène qui ne cesse de s'aggraver. Au point d'hypothéquer l'avenir même du pays.

Ils étaient six. Réveillés en sursaut quelques secondes plus tôt, Diederich et Dolla Beyers pouvaient distinguer leurs silhouettes armées se dessinant dans l'épaisse obscurité de leur chambre à coucher. Tandis que les assaillants leur liaient pieds et mains avec des câbles électriques, ils n'offraient aucune résistance, ne pensant qu'à une chose: leurs enfants, endormis dans la pièce d'à côté. Allongé sur le sol et tenu en joue par l'un des hommes les menaçant de le tuer et de violer sa femme, Diederich pouvait entendre les cinq autres saccager sa maison à la recherche d'armes et d'argent. La suite, il la connaissait: dans toutes les attaques de fermes à travers le pays, les rôdeurs abattent quasi systématiquement le mari. «Reste calme», répétait-il inlassablement à son agresseur dans un accès de sang-froid.

De la chambre des enfants, Diederich et Dolla n'entendaient rien. Pas de pleurs, pas de cris. Le couple craignait le pire. «Je reviens, et je vous tue», lança l'homme qui les surveillait avant de quitter la pièce pour rejoindre les autres et les aider à charger le véhicule. Une courte fenêtre de temps durant laquelle Diederich put se libérer de ses liens et atteindre un fusil caché sous son lit. Alors qu'il pointait le canon de l'arme vers l'encadrement de la porte s'ouvrant sur le couloir qui menait au salon, Dolla s'affairait à libérer les pieds toujours entravés de son mari. Au moment où l'une des silhouettes réapparut devant lui, Diederich ouvrit le feu. Les assaillants ripostèrent. Une fusillade longue de plusieurs minutes au cours de laquelle il tua l'un des agresseurs et en blessa deux, avant que les autres ne prennent la fuite à bord d'un véhicule. Diederich, Dolla et leurs trois enfants étaient miraculeusement sains et saufs.

«Je regrette d'avoir tué cet homme. Je n'ai fait que défendre ma famille. Mais c'est horrible de devoir en arriver là. Avant, ce n'était pas comme ça.»
Diederich Beyers

Assis dans son salon trois semaines après l'attaque, le couple s'interrompt brièvement dans son récit. Dans un coin de la pièce, un petit arbre de Noël scintille. «C'est Dieu qui nous a protégés, reprend Diederich. Je pense que, sans Lui, on ne s'en serait pas sortis.» Ce fermier sud-africain a grandi dans cette région près de Marble Hall, à deux heures et demie de route de Johannesburg, où lui et sa femme possèdent une petite ferme de 200 hectares. «Je regrette d'avoir tué cet homme, poursuit-il. Je n'ai fait que défendre ma famille. Mais c'est horrible de devoir en arriver là. Avant, ce n'était pas comme ça.»
Le Figaro du 4 mars 2018 www.lefigaro.fr/…/01003-20170303A…

Fermiers blancs sud-africains: Canberra fait marche arrière, Pretoria se réjouit

Le gouvernement de Pretoria a "salué" lundi la décision de l'Australie de "retirer" les propos de son ministre de l'Intérieur qui avait suscité une vive polémique en affirmant que les agriculteurs sud-africains blancs étaient "persécutés".
Mi-mars, Peter Dutton avait déclaré que les fermiers blancs sud-africains devaient fuir les "conditions atroces" provoquées par les violences criminelles et la politique de redistribution des terres de Pretoria pour gagner "un pays civilisé". Il avait proposé de faciliter la délivrance de visas pour cette catégorie de population. Le gouvernement sud-africain avait jugé ces propos "offensants" et convoqué immédiatement l'ambassadeur australien pour exiger "le retrait des commentaires" de Peter Dutton. Pretoria vient d'obtenir gain de cause.
Dans un communiqué lundi, la chef de la diplomatie sud-africaine, Lindiwe Sisulu, "a salué le fait que le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, et la ministre des Affaires étrangères, Jullie Bishop, aient retiré les commentaires du ministre de l'Intérieur, Peter Dutton, sur le processus de redistribution des terres en Afrique du Sud". "Nous avons reçu une lettre du ministère australien des Affaires étrangères" expliquant que les propos de Peter Dutton "ne reflétaient pas la position du gouvernement australien", a expliqué lundi le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, Ndivhuwo Mabaya.
500.000 Sud-Africains blancs sont partis depuis 30 ans

Lindiwe Sisulu a de nouveau assuré lundi que "personne n'était persécuté en Afrique du Sud". "L'Afrique du Sud est un pays de droit, et via un processus constitutionnel, parviendra à des solutions pour redistribuer la terre (...) sans violer les droits de quiconque", a assuré la ministre.
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa compte "accélérer" la réforme agraire destinée à redistribuer des terres de la minorité blanche au profit de la majorité noire pour "corriger les injustices" passées.
L'écrasante majorité des fermes (72%) appartient toujours à la minorité blanche (8%), près d'un quart de siècle après la chute officielle du régime raciste. La très délicate question de la réforme agraire inquiète nombre d'agriculteurs blancs qui craignent que l'Afrique du Sud ne suive la voie du Zimbabwe voisin, où la réforme agraire et la saisie brutale des terres ont plongé le pays dans une crise économique sans précédent. Selon des statistiques officielles, jusqu'à 500.000 Sud-Africains blancs ont quitté leur pays ces trente dernières années, et l'Australie est la destination numéro un.
Le FIgaro du 02/04/18
www.lefigaro.fr/…/97002-20180402F…

L 'OMERTA
FIGAROVOX/CHRONIQUE - Gilles-William Goldnadel évoque le racisme anti-blanc, dont très peu de médias ou d'associations osent parler. Selon l'avocat, c'est ce tabou qui explique le silence médiatique autour du scandale d'abus sexuels révélé à Telford.

Le racisme antiblanc est le trou le plus noir de l'information comme de la réflexion. Si vous aimez la tranquillité, évitez donc de le nommer. Ou utilisez si possible une circonlocution. Essayez plutôt «détestation anti-occidentale»

Vous éviterez ainsi le chromatisme gênant. On peut parler des noirs, davantage encore du racisme qui les frappe. Mais évoquer le blanc, sauf de manière négative, voilà qui est gênant. Et très inélégant. En parler le moins possible. J'ai connu une époque, pas très lointaine, où les organisations antiracistes autoproclamées contestaient l'existence même de l'aversion du blanc. Lorsqu'on la leur mettait juste dessous leurs yeux, elles la reconnaissaient du bout des lèvres pincées en alléguant le fait que seules des organisations «d'extrême droite» se souciaient de cette question très secondaire. Bref, une pirouette assez primaire. De nos jours, lorsque le temps est clair, certaines condescendent toutefois à se saisir de cas emblématiques, pourvu que le traitement soit discret et homéopathique.
L'actualité récente me permet, à travers deux exemples, l'un en creux, l'autre en plein, de faire sonder du doigt le trou noir maudit.
LIRE l'article complet sur le figaro du 20/03/18
www.lefigaro.fr/…/31003-20180319A…

L'appel des 100 intellectuels contre le «séparatisme islamiste»

Le nouveau totalitarisme islamiste cherche à gagner du terrain par tous les moyens et à passer pour une victime de l'intolérance. On a pu observer cette stratégie lorsque le syndicat d'enseignants SUD Éducation 93 proposait il y a quelques semaines un stage de formation comportant des ateliers de réflexion sur le «racisme d'État» interdits aux «Blanc.he.s». Certains animateurs étaient membres ou sympathisants du Collectif contre l'islamophobie en France et du Parti des indigènes de la République. Les exemples de ce genre se sont multipliés dernièrement. Nous avons ainsi appris que la meilleure façon de combattre le racisme serait de séparer les «races». Si cette idée nous heurte, c'est que nous sommes républicains.
Le Figaro du 21/03/18
www.lefigaro.fr/…/31003-20180319A…

Avoir sur GTV
Katie Hopkins in South Africa: "A cross for every white farmer killed"

VOIR AUSSI la vidéo sur ce sujet www.youtube.com/watch

La criminalité en Afrique du Sud www.youtube.com/watch
Etienne bis
Quant aux questions de "vellei"...
La richesse des quelques royaumes africains ? Elle était due en grande partie, précisément, au commerce des esclaves prélevés sur les contrées voisines, vendus par eux aux arabes et aux blancs.
Notre abolition de l'esclavage a sonné le glas de ces "états".
Quant à l'activité de Boers, en arrivant sur place, c'était l'agriculture. D'où le nom qu'ils portent et …More
Quant aux questions de "vellei"...
La richesse des quelques royaumes africains ? Elle était due en grande partie, précisément, au commerce des esclaves prélevés sur les contrées voisines, vendus par eux aux arabes et aux blancs.
Notre abolition de l'esclavage a sonné le glas de ces "états".
Quant à l'activité de Boers, en arrivant sur place, c'était l'agriculture. D'où le nom qu'ils portent et qui signifie : laboureur, cultivateur, fermier. A ce sujet, votre référence vaticane ne vaut strictement rien : un âne, même en soutane blanche, ça reste un âne.
Catholique et Français likes this.
Etienne bis
Catholique et Français.
Par exemple. (Même si on préfère ne pas en parler.) Les Zoulous ne se sont heurtés aux Européens qu'au XIXe siècle.
Ceci dit, l'Afrique du sud est vaste. Les Zoulous pouvaient être au Natal et les Européens au Cap, tout en s'ignorant mutuellement.
Catholique et Français likes this.
C'est comme la haine que l'on trouves sous-couver ,dans les Îles ,ou celle des années 60 à nos jours en Amérique et en Afrique Et pourtant si les Parpaillotes ont attiser le feux ,les Catholiques ont plutôt amener la Paix ( voir les indiens d’Amérique) et les "sois disant esclaves du sud "eux qui défendirent leur patrons cotre les acharner financier pourri du nord ,chapeau bas général LEE .
Oui, Etienne bis, bien que non spécialiste de l'Afrique du Sud, j'ai toujours lu ou entendu dire, certes avec étonnement, que les blancs sont arrivés dans une Afrique du Sud vide de noirs qui ne sont venus que plus tard dans le pays. Cela doit être vrai ou, du moins, il doit y avoir du vrai dans cette assertion; si tout cela est bien vrai, les remarques de vellei ne sont plus seulement haineuse…More
Oui, Etienne bis, bien que non spécialiste de l'Afrique du Sud, j'ai toujours lu ou entendu dire, certes avec étonnement, que les blancs sont arrivés dans une Afrique du Sud vide de noirs qui ne sont venus que plus tard dans le pays. Cela doit être vrai ou, du moins, il doit y avoir du vrai dans cette assertion; si tout cela est bien vrai, les remarques de vellei ne sont plus seulement haineuses mais aussi totalement infondées, odieuses et ridicules.
Ne nous laissez pas sucomber likes this.
Etienne bis
De mémoire (et après vérification), les 1ers Boers sont arrivés au Cap, milieu du XVIIe, sans y rencontrer un peuplement antérieur au leur.
Les confrontations avec d'autres arrivants, noirs, se sont produites bien plus tard, au nord et au nord-est de leur implantation initiale.
Ne nous laissez pas sucomber likes this.
le mage vainqueur
vellei
On en a raz la casquette de devoir se repentir pour les crimes des nazis , qui sont toujours aux manettes au demeurant , faites vos recherches , En quoi les paysans d'Afrique de Sud sont-ils concernés par les crimes des nazis
Tiens allez voir mon post sur Quand la Palestine pactisait avec le Nazisme et Commémoration du génocide Arménien Pour eux pas besoin de repentance ? et svp ouvr…More
vellei
On en a raz la casquette de devoir se repentir pour les crimes des nazis , qui sont toujours aux manettes au demeurant , faites vos recherches , En quoi les paysans d'Afrique de Sud sont-ils concernés par les crimes des nazis
Tiens allez voir mon post sur Quand la Palestine pactisait avec le Nazisme et Commémoration du génocide Arménien Pour eux pas besoin de repentance ? et svp ouvrez au moins le dossiers , je me donne assez de mal pour vous fournir de la documentation , vous ne lisez que le titre ? D'ailleurs vous m'avez piqué ( je pensais que votre 1er post était du second degré ) Je vais de ce pas vous sortir un article sur le plus grand massacre caché du 20° siècle , en souhaitant que vous ayez le courage de l'ouvrir , et vous me direz ce qu'en dit le pape , bien le bonsoir !
Ne nous laissez pas sucomber likes this.
Stephane77 2
@vellei : Regardez une récente intervention de Bernard Lugan . Et intéressez vous à Tidiane n'Diaye .
Des ingénieurs nazis ont été au service de la Nasa ... projets spatiales Français, mais ça ne pose pas de problème de conscience dès qu'il y a profit .
Ne nous laissez pas sucomber likes this.
vellei
Le Saint Père sait très bien que les blancs ont exploité les nègres et leur ont volé leur civilisation (dont on veut nous faire croire qu'elle n'existait pas) et il faut faire repentance comme les nazis font pour les juifs, à Dieu ne plaise !
le mage vainqueur
vellei
Bonjour avez vous un lien pour cette citation ? merci
vellei
que faisaient ils en Afrique du Sud, esclavagisme, exploitation des sols, des mines, ils s'enrichissaient sur le dos des nègres un point c'est tout. Cf Pope François
gerard57 likes this.
le mage vainqueur
Ne nous laissez pas sucomber
Oui bon commentaire , depuis la dernière guerre on nous présente les pires crapules comme des sauveurs ( ex yasser arafat ) signe des temps !
Ne nous laissez pas sucomber likes this.
Qui à crue que Mandela était un homme de paix et qu'il avait les mais propre ,n'es pas dans les années 1960 que la haine racial a explosé ,adieu mon cher Louis Armstong ,mon amis Sydney Bechet et le royal Raye Charles,ont était bien ensembles avant la grande pourriture ,suite au fumeux concile que les aveugles ne veules pas voir,car c'est par eux que Fatima fut traie et enterrer.
Rafał_Ovile
le mage vainqueur likes this.
Rafał_Ovile shares this.
Ludobójstwo białych w Afryce południowej. Genocide of white people in South Africa. R.I.P.