Clicks1.5K
Francesco I
5

L'Église Catholique n’est pas le Parti Bergoglio (de Antonio Socci)

Concernant le titre courageux dans « Libero » hier [ « Le Parti du Pape. Le revirement politique du Vatican » ], une seule pensée devrait être ajoutée : le Parti Bergoglio est une chose ( qui fait du tort, mais qui disparaîtra avec lui ), l'Église Catholique en est une autre. L'autre jour, Matteo Salvini * , à juste titre, a noté cette remarque dans les polémiques qu'il a eues avec Mgr Galantino. De plus, l'entrevue très caustique avec Giovanni Sartori — le roi des analystes politiques — a permis de clarifier tout cela :

« Pour moi, ce Vatican qui profère de telles absurdités est un désastre. Ils ne sont pas intéressés du tout dans les faits réels et ils se concentrent sur de très petites choses ». [ Note : Sartori a aussi déclaré : « Galantino ? Pour moi, il me semble ... atteint de démence ». ]
Sartori a toujours déchiqueté la politique italienne en lambeaux mais au Parti Bergoglio il lui dit : « Permettez-moi de faire le travail de l'analyste politique — et vous, assistez aux choses auxquelles les prêtres assistent ».

Quels seraient ces « faits réels » que les prêtres devraient assister ? Sartori est impitoyable :
« Depuis deux ans» — je dis — « ceux qui sont dans l'Église de Bergoglio n’ont pas dit un mot à propos de l'extermination des Chrétiens, le massacre des Catholiques en Afrique et dans le reste du monde ainsi que la persécution continue des Kurdes. Ils devraient se concentrer sur ces questions et délaisser les choses qui ne sont pas de leur compétence ».
Il est vrai qu'il y a des cas choquants de Chrétiens condamnés à mort pour leur foi — comme Asia Bibi ou Meriem — pour lesquels Bergoglio a toujours refusé de parler.

Mais sur la question globale de l'extermination des Chrétiens, il en a parlé à plusieurs reprises. Pourtant, comme il l'a toujours fait très tard et de manière générique sans nommer les causes ou sans condamner les tortionnaires et même — ce qui est pire — délégitimant la possibilité d'interventions de la « police internationale » pour protéger les populations menacées par des massacres ( interventions qui ont été désespérément demandées par les Évêques de ces endroits ).

Lorsque Bergoglio se soucie vraiment de quelque chose, il en parle d’une façon vigoureuse, sérieuse, continue — même sévèrement. Par exemple, sur l'immigration [dit-il] que nous — à son avis — devrions accueillir tout le monde en bloc, sans dire un mot — et en payer les coûts.

Rien de cette sorte n'a été vu pour la défense des Chrétiens massacrés. Pour cette question, il n’a jamais lésiné sur les mots d'estime envers le monde Islamique, allant même jusqu'à déclarer des concepts œcuméniques d'une orthodoxie douteuse.

Les paroles tardives et génériques dites au sujet des communautés Chrétiennes persécutées sont loin d’être comparables aux soins qu’il a prodigués — par exemple — à l'écologie. Il a écrit une encyclique pour défendre la survie des « algues, des vers, des petits insectes et des reptiles » mais pour les Chrétiens persécutés — rien. Il a déclaré le 1er septembre Journée Mondiale de prières pour l'écosystème mais pour les Chrétiens massacrés — rien ( et ils sont le groupe humain le plus persécuté sur la planète ).

Évidemment, l'encyclique écologique n’avait pas seulement trait aux vers et aux reptiles mais il a aussi tonné contre l'utilisation des gobelets en plastique et des climatiseurs ( qui, cependant, est utilisé à Santa Marta ). En revanche, il n’a jamais lancé de grondement aux bouchers des Chrétiens.

Pourquoi le Parti Bergoglio intervient d'une manière percutante contre les politiciens italiens mais pas contre les régimes Islamiques ou Communistes là où les Chrétiens sont sur la croix ?
« La vérité est que c’est plus facile ( plus confortable ) de tirer sur les hommes politiques que de défendre les Chrétiens » tonne Sartori qui dit de Bergoglio qu '« il est un Argentin rusé et qu’il devrait avoir d'autres très grandes questions sur lesquelles se concentrer ».
En effet, Sartori pose des questions dramatiques au Vatican : « Est-il plus important de parler du harem des partis, du gouvernement et du Parlement ou des guerres de religion qui s’étalent comme une traînée de poudre sur la planète Terre ? »

Pour l'Église Catholique, il est plus important d'assister Ses enfants persécutés. Pourtant, pour le Parti Bergoglio, ça ne semble pas être le cas. Et cela — l'analyste politique continue — expose « l'Église à mal paraître ».

Le Parti Bergoglio (qui ne se soucie pas de la Foi ni de la Doctrine) se concentre sur la politique — mais pas seulement la politique italienne. Ils veulent construire pour Bergoglio une sorte de leadership politique mondial de l'anti-mondialisation de type écologiste de gauche comme les survivants de la Gauche italienne ne cessent de dire ( surtout, Bertinotti **, un fan de Bergoglio ).

C’est la raison pour la réhabilitation et la glorification à Rome de la vieille et désastreuse « Théologie de la Libération » que Jean-Paul II et Benoît XVI ont condamné à juste titre.
Cependant, l'événement qui a clarifié ce projet le plus - prévu en 2014 par la réunion au Vatican avec les mouvements anti-mondialisation (même le Centre Social Leoncavallo *** était présent) — était le récent voyage de Bergoglio en Équateur, en Bolivie et au Paraguay.


Sandro Magister ( éminent journaliste spécialisé sur le Vatican ) a noté au cours de ce voyage que « François n'a pas caché sa sympathie pour les présidents populistes des deux premiers pays alors qu’avec le troisième, il s’est montré froid et l’a même réprimandé en public pour un crime qu'il n'a jamais commis, ayant été mal interprété de façon retentissante par le Pape ».

À ce sujet, l'image emblématique de ce voyage était le « marteau et la faucille » (avec un crucifix qui y était rattaché ) lequel crucifix Bergoglio l’a non seulement accepté comme un cadeau du Président Morales de Bolivie ( le ramenant au Vatican avec lui ) mais — en une reproduction sur un médaillon — il l’a même gardé autour de son cou pour être vu par les médias mondiaux. De plus, également autour de son cou — il a gardé le récipient traditionnel bolivien pour les feuilles de coca — un autre cadeau de Morales. Des choses jamais vues auparavant.

En outre, lors de ce voyage, le « manifeste politique du Pape Bergoglio » a été rendu clair. Comme rapporté par le vaticaniste Sandro Magister, c’est arrivé avec son discours à Santa Cruz » adressé aux « mouvements populaires anti-mondialisation » de l'Amérique Latine et au reste du monde convoqués par lui pour une deuxième fois en moins d'un an ; dans les deux cas avec le « cultivateur de coca » , le Président de la Bolivie, Evo Morales, dans la première rangée ».

Le coeur du « Manifeste » de Bergoglio a été bien expliqué par un de ses confrères, le Père Jésuite James V. Schall, ancien professeur de philosophie politique à l'Université de Georgetown à Washington : « Pour autant que je puisse en juger, dans ce discours particulier, nous trouvons guère de traces de l'attention Chrétienne envers la vertu personnelle, envers le salut, envers le péché, envers le sacrifice, envers la souffrance, envers la repentance et envers la vie éternelle — ni pour une vallée de larmes pérenne. Les péchés et les maux sont transformés en des questions écologiques ou sociales qui nécessitent des remèdes politiques et structurels ».

Le message est arrivé clairement et bruyamment. Le 13 mars — la journée anti-capitaliste — Magister a écrit : « Leonardo Boff, théologien de Théologie de la Libération, converti à la religion de la Terre Mère, l'italien Gianni Vattimo, philosophe de « Il Pensiero Debole »[« pensée faible » qui est son concept philosophique post-moderniste] et l'Argentin Marcelo Sanchez Sorondo, Archevêque Chancelier de l'Académie Pontificale des Sciences et des Sciences sociales et conseiller principal du Pape Bergoglio, tous avaient quelque chose à dire. Avec grands applaudissements et avec un Sanchez Sorondo satisfait à son côté, Vattimo a plaidé la cause d'un nouveau communisme international « papiste » avec le Pape François comme leader incontesté ».

Pourtant, plus que d’être Communiste, Bergoglio est un Péroniste, avec le mythe théologique du peuple et aussi avec cette « ruse » qui l'amène à lancer des accusations au capitalisme et à la haute finance bien que — notez bien — sans jamais attaquer quiconque précisément, pas le Fonds Monétaire International, ni la Banque Centrale de l'Europe ni les États-Unis.

Au contraire, Obama est le plus grand admirateur et sponsor de Bergoglio et ce dernier évite avec grand soin toute attaque (« Qui suis-je pour juger ? ») sur les politiques laïcistes fanatiques d’Obama, qui, sur les questions concernant la vie, la famille ou le sexe, est ouvertement opposé à l'Église Catholique.

Cependant — comme je le disais — le Parti Bergoglio est une chose, l'Église Catholique en est une autre. Sont-ils des opposés exacts ?

En fait, Bergoglio frappe fort sur les points de la foi là où il y a une renaissance. En outre, avec le Synode, il a placé une bombe à retardement sous la cathédrale doctrinale du Catholicisme.

Il a déclaré même à Scalfari ( journaliste préféré du Pape) qu '« il n'y a pas de Dieu catholique ». Voilà Bergoglio. Et son parti.
_____
Notes du traducteur :
* Matteo Salvini — chef de la Ligue du Nord, un parti politique très critique et franc au sujet de l'afflux actuel d'immigrants en Italie. Lui et Mgr Galantino ont été à couteaux tirés la semaine dernière lorsque Galantino, le secrétaire de la Conférence Épiscopale italienne, sur la question des immigrés clandestins, a dénoncé les politiciens, les qualifiant de « vendeurs à bas prix qui, pour gagner des voix, disent des choses stupides ». Même le ministre de l'Intérieur du gouvernement centre-gauche, Angelino Alfano, a déclaré que les paroles de Galantino étaient complètement hors d'ordre : « Pour l'Église italienne, nous montrons du respect et nous demandons le respect en retour ».

** Fausto Bertinotti — ancien dirigeant du Parti communiste italien

*** Centre Social Leoncavallo : centres sociaux en Italie qui continuent d'être des centres de la dissidence politique / sociale.

www.antoniosocci.com/la-chiesa-catto…
Francesco I