durdur bis shares this
401
durdur bis
AveMaria44
Il est invraisemblable que des gens acceptent de se faire inoculer un produit qui n'a de vaccin que le nom. Toute la manipulation de la fausse pandémie visait à cela. Nous sommes face à des criminels, nous sommes en état de légitime défense.
dvdenise
5 mars 2021

Eudra Vigilance, la base de données européenne pour la gestion et l’analyse des signalements d’effets indésirables aux médicaments autorisés a mis à jour le rapport sur les réactions indésirables détectées en Europe au vaccin Pfizer / BioNtech Covid à compter du 27 février 2021 : Vaccin Covid Pfizer: mise à jour des données sur les événements indésirables après l’administration du …More
5 mars 2021

Eudra Vigilance, la base de données européenne pour la gestion et l’analyse des signalements d’effets indésirables aux médicaments autorisés a mis à jour le rapport sur les réactions indésirables détectées en Europe au vaccin Pfizer / BioNtech Covid à compter du 27 février 2021 : Vaccin Covid Pfizer: mise à jour des données sur les événements indésirables après l’administration du vaccin en Europe au 27 février 2021.

Les données parlent d’elles-mêmes : 78 305 effets indésirables ont été rapportés, dont 63 897 dans la tranche d’âge entre 18 et 64 ans. Il s’agit évidemment d’une population composée majoritairement de professionnels de santé, qui ont été la première cible de la campagne de vaccination avec 65 135 cas. L’État avec le plus d’événements indésirables est l’Italie, avec 27 917 cas dont 23 082 cas ont été classés comme «graves».

Parmi les réactions les plus fréquemment rapportées figurent les troubles de nature générale soit 54 817 cas dont 14 334 graves ; viennent ensuite les troubles du système nerveux avec 34 061 cas dont 10 997 graves ; les troubles de l’appareil locomoteur et cognitif avec 28 030 cas dont 6 741 graves et les troubles gastro-intestinaux avec 17 540 cas dont 6 176 graves.

Parmi les 78 305 effets indésirables liés au vaccin Covid Pfizer, il y a également 477 cas de maladies neurologiques qui se sont manifestées par des paralysies.


Ces données sur les effets secondaires post-vaccination confirment les premières données qui avaient déjà rapportées en Grande-Bretagne, ainsi que les données communiquées par l’agence pharmaceutique italienne elle-même.
La NBQ souligne :

« Ce sont des données importantes, qui proviennent d’une activité de surveillance de la santé qu’est la Pharmaco Vigilance. La vigilance et le contrôle sont une forme de protection pour ceux qui consomment des médicaments mais aussi pour ceux qui les produisent. La qualité d’un produit est essentielle, tout comme son efficacité et sa sécurité. Examiner et évaluer les effets secondaires d’un produit pharmaceutique est une tâche majeure qui est menée depuis de nombreuses années.

« Il est donc assez surprenant de voir la manière dont les médias italiens ont tenté de minimiser ces informations, en les définissant simplement comme des « soupçons », et bien sûr en essayant d’étiqueter avec l’épithète habituelle de no vax ceux qui ont tenté de lancer une discussion sur ces données. Imaginez si en un mois tout type de produit, un type de viande en conserve plutôt qu’un savon, avait provoqué environ 80 000 effets indésirables, au niveau dermatologique, vasculaire ou neurologique. Il n’est pas difficile d’imaginer ce que serait devenu ce produit. Il n’est pas difficile d’imaginer les justes plaintes des consommateurs, et peut-être même des enquêtes journalistiques.

« Sur ces événements indésirables post-vaccinaux, en revanche, il ne faut pas s’opposer, il ne faut pas discuter. Ils doivent être acceptés avec une résignation silencieuse. Selon certains, ce serait un petit prix à payer pour le bien général. Ce serait des dommages collatéraux normaux causés par la guerre en cours contre la covid. »

Cependant, rappelle le journaliste :

« l’un des aspects de la vaccination qui a toujours inquiété les professionnels – à commencer par les laboratoires pharmaceutiques eux-mêmes – est celui des effets secondaires. Ce n’est pas pour rien que les mêmes entreprises dans le passé ont retiré certains lots de vaccins du marché, à la suite des rapports de leurs propres secteurs responsables du contrôle de la qualité et de la sécurité. Un fait qui devrait se refléter sur ceux qui soutiennent que les vaccinations sont des pratiques absolument inoffensives et sans effets secondaires.

« Comme on le sait, dans le domaine civil, il y a eu de nombreux témoignages de dommages aux vaccins, certains même légalement reconnus, et des études scientifiques ont documenté les risques liés aux vaccinations avec certains vaccins. Des effets indésirables peuvent survenir en raison des composants contenus dans les vaccins, en raison de la quantité de vaccins administrés simultanément et de la proximité entre les doses administrées. En Italie, il y a des centaines de personnes qui ont signalé des cas de dommages irréversibles dus à la vaccination et qui ont obtenu l’indemnisation requise par la loi.

« Et cela avec des vaccins «traditionnels», fabriqués avec des méthodes éprouvées depuis longtemps. Raison de plus qu’il est nécessaire de surveiller attentivement les produits actuellement utilisés pour la campagne de vaccination qui appartiennent à une toute nouvelle classe de médicaments, qui utilise la technique ARNm, une technique si particulière qu’elle en ferait non pas tant des vaccins, mais des thérapies géniques. […]

« Tout cela doit donc nous conduire à considérer les pratiques de vaccination avec attention et prudence, […] de mettre en œuvre des pratiques de surveillance rigoureuses pour le bien des gens, et aussi d’identifier lesquels, dans la pléthore de vaccins développés et en cours de développement, sont les meilleurs, les plus sûrs et les plus efficaces. Et pour ce faire, il est également essentiel que d’essayer de découvrir la cause de tous ces effets secondaires indésirables le plus rapidement possible. »

Attitude de sagesse bien éloignée de la frénésie vaccinale anti-covid qui animent l’Union Européenne et les gouvernements européens actuels : ils poussent à la vaccination pour tous avec ces nouvelles thérapies géniques réalisées en temps record, sans recul. Et tant pis pour les effets collatéraux indésirables
Francesca de Villasmundo