Clicks217

Vénération de la Mère de Dieu /+ vidéo/

vidéo en italien: https://youtu.be/cTifo-6TJxQ

Question : Quelle est la véritable vénération envers la Vierge Marie ?
Réponse : La véritable vénération de la Vierge Marie est celle qui est pleinement biblique et qui conduit au Christ. La fausse vénération est anti-biblique et éloigne du Christ.
La Vierge Marie a dit d’elle-même : « Me voici, je suis la servante (l’esclave) du Seigneur » (gr. il dule Kyriu) (Lc 1: 38,48). Étant les enfants d’Eve, nous sommes esclaves du péché par nature. En tant qu’enfants de Marie, nous devenons esclaves du Seigneur. L’Apôtre dit : « Vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez » (Rm 6, 16). Être esclave du Seigneur conduit à la liberté par rapport au péché.
Marie a dit : « Mon âme magnifie le Seigneur (...) parce qu’il a regardé l’humilité de son esclave. Et elle ajouta : « Désormais, toutes les générations m’appelleront bienheureuse » (Lc 1, 46-48). L’archange appelait Marie « pleine de grâce » - kecharitomene. Marie est pour nous le modèle de la foi. A travers son obéissance de foi, le Verbe (la Parole) est devenu chair.
À l’heure de la mort, Jésus prononça les paroles de son testament au disciple : « Voici, ta mère ! » Le disciple du Christ est celui qui a tout abandonné par amour du Christ et de l’Evangile (Lc 14, 33). Il a également perdu sa propre âme par amour pour lui (M. 8:35). Jésus donne sa Mère non seulement à Jean, mais à tous les disciples qui sont spirituellement près de la croix. Le disciple qui l’a accueillie, acquiert la dignité d’esclave de la Servante du Seigneur (voir Ps 86, Ps 116).
Le péché et la mort sont arrivés à travers notre première mère, Eve. Grâce à Marie, la Mère de Jésus, nous est venue la Vie - Jésus.
Jésus avec son testament « Voici, ton fils » confie par adoption à sa Mère les enfants de Dieu qui naîtront par la foi. Avec les mots « Voici, ta mère », le disciple L’a accueilli non seulement pour lui-même, mais l’a accueilli en lui-même (en grec « eis ta idia », en latin « in sua »). De cette façon, il y a eu une greffe spirituelle d’un nouveau cœur selon la promesse de Dieu : « Je te donnerai un nouveau cœur » (Es 36,26). Le péché originel est un code génétique spirituel qui est dans la nature d’Eve, notre première mère. Jésus, sur la croix, nous a donné sa Mère Marie comme notre Mère spirituelle. En elle, nous recevons une nouvelle nature, un nouveau centre spirituel, un nouveau cœur. Par les mérites du Christ, la Mère de Jésus a été préservée à l’avance du péché originel. Cette nature spirituelle de notre nouvelle Mère, nous ne l’héritons pas à travers la génération, mais nous l’accueillons par la foi dans les paroles du testament de Jésus : « Voici, ta mère ! ".
Le Concile d’Éphèse en 431 proclamait : Jésus est vrai Dieu et Marie est Mère de Dieu - Theotokos.
Jésus-Christ est vrai Dieu et vrai Homme. Selon sa nature divine, Jésus est le Fils de Dieu le Père, étant de la même substance divine que le Père. Par sa nature humaine, il est le Fils d’une Mère et a la même nature humaine qu’Elle. Mais dans son essence, Jésus est le Fils de Dieu. Il a une double nature : divine et humaine. Cela a également été confirmé par le Concile du Friuli en 796.
La Mère de Jésus est pleinement digne d’une vénération spéciale par ceux qui ont accueilli Jésus : « Toutes les générations m’appelleront bienheureuse » (Lc 1, 48).
Pourtant, certains chrétiens, malgré l’Ecriture Sainte, ne considèrent pas la Mère de Jésus comme bienheureuse, mais l’offensent gravement. Dans le livre de Pierre Wagner « Esprits territoriaux » et un collectif, la Mère de Jésus est placée sur le niveau des déesses païennes Astarté et Diane, qui sont ‘de facto’ des démons. Une telle erreur est un péché grave et un blasphème !
Question : L’Ecriture Sainte mentionne les frères et sœurs de Jésus.
Réponse : L’Église a toujours bien compris ces paroles : c’est-à-dire qu’il est question ici des parents de la Vierge Marie. Car, les deux frères Jacques et Jude Thaddée, ainsi que leurs frères Simon, plus tard évêque de Jérusalem, et Joseph, étaient les fils de Marie de Cléophas (voir Mt 13,55). Ils étaient donc les parents les plus proches de Jésus, c’est-à-dire les soi-disant frères de notre Seigneur.
L’hérésie arienne a nié la divinité du Christ. Les affirmations fantaisistes selon lesquelles Jésus n’était pas Dieu, étaient faussement justifiées par le fait qu’il avait des frères et sœurs et que Marie n’était ni la Mère de Dieu, ni la Vierge. Ces hésies ont été réfutées par Saint-Jérôme et d’autres. Du IVe au XVIe siècle, ces hésies n’apparaissent plus.
Saint Augustin a exprimé la foi de l’Église primitive avec ces mots : « Marie était vierge avant, pendant et après la naissance de Jésus ». Cela exprime la foi de l’Église : Marie a non seulement conçu de manière miraculeuse, mais a aussi donné naissance de manière miraculeuse et qu’elle est restée vierge tout au long de sa vie.
Jésus est le fils premier-né et en même temps le fils unique de Marie. Les fils et les filles « nés par après » sont tous ceux qui ont accueilli Jésus et sont devenus fils de Dieu... - ils sont nés de Dieu (Jn 1,12-13).
Saint Louis de Montfort affirme qu’une fausse vénération de la Vierge Marie éloigne du Christ, évite le repentir et, par conséquent, dérive du diable.
Question : Quelle vénération le pseudo-pape François a-t-il envers la Vierge Marie ?
Réponse : Il ne donne pas la première place à Jésus-Christ et aux lois de Dieu. En outre, il nie l’existence de principes moraux objectivement valables, soutient et couvre la sodomie, prêche les hérésies et promeut le satanisme païen, à travers le Synode amazonien... Publiquement, il ridiculise l’enseignement de l’Église selon lequel la Vierge Marie a été préservée du péché originel, par les mérites du Christ. Selon les paroles de François, il est dit que la Mère de Dieu est née dans le péché. Ceci est une hérésie !
La Vierge Marie, à travers ses paroles prophétiques à La Salette, à Lourdes ou à Fatima, a toujours invité au repentir. François ne se repent pas, même s’il en parle avec éloquence. La chose primordiale, c’est qu’il ne permet pas le repentir, ce qui empêche le processus de renouveau dans l’Église.

+ Élie
Patriarche du Patriarcat catholique byzantin

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr
Evêques Secrétaires

Le Patriarcat Catholique Byzantin (PCB) est une communauté de moines, de prêtres et d’évêques vivant dans des monastères. Le PCB est dirigé par le patriarche Élie, en collaboration avec deux évêques secrétaires, Timothée et Méthode. Ce patriarcat est né de la nécessité de défendre les vérités chrétiennes fondamentales contre les hérésies et l'apostasie. Le PCB ne reconnaît pas le pseudo-pape Bergoglio, et ne lui est pas subordonné.

Abonnez-vous aux newsletters du PCB

vkpatriarhat.us4.list-manage.com/…4da3e3582e1ecefc&id=c8496b93c3