Clicks725
fr.news
13

L'évêque Schneider appelle les prêtres à s'opposer au rigorisme post-coronavirus

Une infection par le coronavirus a une létalité nettement inférieure à celle de ce qui était traditionnellement considéré comme une épidémie, a déclaré l'évêque Athanasius Schneider à InfoCatolica.com (5 juin).

Il appelle à prier pour la cessation de l'actuelle "dictature de la santé" qui prépare un "nouvel ordre politique mondial" montrant des signes de répression des droits fondamentaux de l'homme et de discrimination contre les fidèles.

La plupart des évêques ont réagi à la hâte et dans la panique en interdisant toutes les messes publiques et en fermant les églises, évalue Schneider : "Ils ont réagi plus comme des bureaucrates civils que comme des pasteurs" car "ils ont perdu la vision surnaturelle et ont abandonné la primauté du bien éternel des âmes".

Schneider conseille aux prêtres de faire attention au coronavirus, mais de désobéir à l'interdiction pastorale de leurs évêques car ils n'ont pas le pouvoir d'interdire les sacrements.

Gloria.tv sait que des prêtres seront transférés parce qu'ils n'ont pas respecté les restrictions relatives au coronavirus avec le zèle attendu.

Image: Athansius Schneider, © Joseph Shaw, CC BY-NC-ND, #newsXkrdiuhuou

Aube de la Force
Mgr Schneider fait, grâce à Dieu partie des quelques évêques courageux, actuellement, efficaces, qui méritent notre action de grâce.
Claudius Cartapus
Voici la page Gloria Dei de Mgr Schneider avec le dernier article du 1' Juin 2020 en traduction automatique de l'anglais:

L'Eucharistie, le plus grand trésor de l'Église, au temps des tribulations

Nous assistons à une situation unique: c'est pour la première fois dans l'histoire de l'Église que la célébration publique du sacrifice eucharistique est interdite presque à l'échelle mondiale. Sous …More
Voici la page Gloria Dei de Mgr Schneider avec le dernier article du 1' Juin 2020 en traduction automatique de l'anglais:

L'Eucharistie, le plus grand trésor de l'Église, au temps des tribulations

Nous assistons à une situation unique: c'est pour la première fois dans l'histoire de l'Église que la célébration publique du sacrifice eucharistique est interdite presque à l'échelle mondiale. Sous le prétexte de l'épidémie de Covid-19, le droit inaliénable des chrétiens à la célébration publique de la Sainte Messe a été violé de manière disproportionnée et injustifiée. Dans de nombreux pays, et en particulier dans les pays à prédominance catholique, cette interdiction a été appliquée de manière si systématique et brutale, qu'il semblait que les persécutions historiques impitoyables de l'Église avaient été ramenées. Il s'était créé l'atmosphère des catacombes. Les prêtres célébraient la Sainte Messe dans la clandestinité avec un groupe de fidèles.
L'incroyable au milieu de cette interdiction mondiale de la Sainte Messe publique était le fait que de nombreux évêques avant même que les gouvernements interdisent le culte public, ont publié des décrets par lesquels ils interdisaient non seulement la célébration publique de la Sainte Messe, mais aussi de tout autre sacrement. . Par de telles mesures anti-pastorales, ces évêques ont privé les moutons de la nourriture et de la force spirituelles que seuls les sacrements peuvent fournir. Au lieu de bons bergers, ces évêques se sont convertis en fonctionnaires rigides. Ces évêques se sont révélés imprégnés d'une vision naturaliste, ne se souciant que de la vie temporelle et corporelle, oubliant leur tâche principale et irremplaçable de prendre soin de la vie éternelle et spirituelle. Ils ont oublié l'avertissement de Notre-Seigneur: «A quoi cela profitera-t-il à un homme de gagner le monde entier et de perdre son âme? Ou que donnera un homme en échange de son âme? » (Mt 16, 26). Les évêques qui non seulement s'en moquaient mais interdisaient directement à leurs fidèles l'accès aux sacrements, en particulier au sacrement de la Sainte Eucharistie et au sacrement de pénitence, se comportaient comme de faux bergers, qui recherchaient leur propre avantage.
Pour eux-mêmes, cependant, ces évêques donnaient accès aux sacrements, car depuis leur célèbre messe, ils avaient leur propre confesseur, ils pouvaient recevoir l'onction des malades. Les paroles émouvantes de Dieu suivantes s'appliquent sans aucun doute aux évêques qui, dans cette tribulation, causée par la dictature sanitaire, ont refusé à leurs moutons la nourriture spirituelle des sacrements, tout en se nourrissant de la nourriture des sacrements: «Ainsi dit le Seigneur Dieu: Ah, bergers d'Israël qui se nourrissent vous-mêmes! Les bergers ne devraient-ils pas nourrir les moutons? Vous mangez les graisses, vous vous habillez avec de la laine, vous abattez les graisses, mais vous ne nourrissez pas les moutons. … Par conséquent, bergers, écoutez la parole du Seigneur: Parce que mes brebis sont devenues une proie, et mes brebis sont devenues la nourriture de toutes les bêtes sauvages, puisqu'il n'y avait pas de berger, et parce que mes bergers n'ont pas cherché mes brebis, mais les bergers se sont nourris, et n'ont pas nourri mes brebis, donc, bergers, écoutez la parole du Seigneur: Ainsi dit le Seigneur Dieu: Voici, je suis contre les bergers, et j'aurai besoin de mes brebis à leur main et mettre un terme à leur alimentation des moutons. Les bergers ne se nourriront plus. » (Éz.34: 2-10)
Au moment de la peste, qui avait un taux de mortalité incomparablement plus élevé que l'épidémie actuelle de Covid-19, Saint Charles Borromée a augmenté le nombre des célébrations publiques de la Sainte Messe. Même s'il a fermé pendant un certain temps les églises, il a en même temps, il a ordonné qu'il y ait des messes célébrées dans de nombreux lieux publics et ouverts, tels que les places, les carrefours, les coins de rue. Il obligeait les prêtres à rendre visite aux malades et aux mourants pour leur administrer les sacrements de pénitence et d'extrême-onction. Il a ordonné la tenue de processions publiques, tandis que les gens marchaient à bonne distance, pour réparer les péchés et invoquer la Miséricorde Divine. Saint Charles Borromée n'a pas oublié les soins pour le corps des personnes infectées, mais en même temps son souci principal était l'aide spirituelle des sacrements, avec laquelle les malades devaient être renforcés. Il existe de nombreux exemples héroïques émouvants de l'histoire, où les prêtres ont consciemment accepté le danger mortel tout en administrant les sacrements aux personnes infectées par des décès mortels et contagieux.

Il y a un témoignage émouvant du mouvement d'Oxford dans l'église anglicane du 19ème siècle, sur la valeur de la beauté de la liturgie et de l'administration zélée des sacrements à l'époque de l'épidémie de choléra dangereuse et très contagieuse en Angleterre. «Les innovations rituelles dont ils étaient accusés étaient entièrement enracinées dans les besoins pastoraux désespérés qu'ils rencontraient. Sisters of Mercy a travaillé avec le clergé de St Peter's Plymouth dans les épidémies de choléra de la fin des années 1840 et a demandé au curé, le père George Rundle Prynne, de célébrer chaque matin l'Eucharistie pour les fortifier dans leur travail. Ainsi a commencé la première messe quotidienne dans l'Église d'Angleterre depuis la Réforme. De même, le clergé de St Saviour's, Leeds, a déposé les médicaments qu'il avait sur l'autel à la communion de chaque matin, avant de les distribuer aux dizaines de leurs paroissiens qui mourraient du choléra le jour même. Ces taudis et leurs prêtres sont beaucoup trop nombreux pour être mentionnés, mais leur audace et leur piété sont à admirer. À cette époque, l'Église d'Angleterre considérait le rituel comme un singe méchant d'une église papiste. La plupart des vêtements étaient horribles et pourtant, dans des endroits tels que l'église de la mission de St George's à l'Est, les objets curatifs étaient balancés, la génuflexion était encouragée, le signe de la croix était fait fréquemment, la dévotion au sacrement béni était tenue pour acquise. Des confessions ont été entendues, l'onction sainte a été pratiquée. La beauté et la sainteté devaient entrer au milieu de la misère et de la dépression, comme témoin de la foi catholique en Jésus-Christ, le Dieu incarné, présent et actif dans son monde. Et, ce qui est peut-être le plus important, les malades et les mourants devaient recevoir autant que possible cette présence sacramentelle. Les aveux sur le lit de mort, l'huile d'onction, et même parfois la communion du sacrement réservé sont devenues les armes des prêtres contre, par exemple, l'épouvantable épidémie de choléra d'East London de 1866. »

Saint Damien de Veuster est un exemple lumineux d'un prêtre et d'un berger d'âmes qui, dans le but d'offrir la célébration de la Sainte Messe et des autres sacrements aux personnes abandonnées qui souffraient de la lèpre sur l'île de Molokai, ont accepté volontairement de leur administrer les sacrements, vivre parmi eux et s'exposer ainsi au décès mortel. Les visiteurs n'ont jamais oublié les images et les sons d'une messe dominicale à la chapelle Sainte-Philomène. Fr. Damien se tenait à l'autel. Ses lépreux se sont rassemblés autour de lui sur l'autel. Ils toussaient et expectoraient constamment. L'odeur était accablante. Pourtant, le P. Damien n'a jamais vacillé ni montré son dégoût. Sa force vient de l'Eucharistie comme il l'écrit lui-même: "C'est au pied de l'autel que nous trouvons la force dont nous avons besoin dans notre isolement ..." C'est là qu'il a trouvé pour lui-même et pour ceux qu'il servait le soutien et l'encouragement, la consolation et l'espoir qui ont fait de lui «le missionnaire le plus heureux du monde», comme il l'appelait lui-même. Le Mahatma Gandhi, par exemple, avait dit que le monde a peu de héros comparables au père Damien de Molokai. La Belgique, pays natal de Saint Damien, l'a proclamé comme le plus grand homme de son histoire.
Notre époque est marquée par une crise liturgique et eucharistique sans précédent et généralisée due à la négligence pratique de la vérité que l'Eucharistie, la Sainte Communion, est le trésor de l'autel et d'une majesté ineffable. Par conséquent, les avertissements suivants du Concile de Trente restent plus que jamais d'actualité: «Aucune autre action entreprise par des chrétiens fidèles n'est aussi sainte et aussi divine que ce formidable mystère, dans lequel chaque jour cet hôte vivifiant, par lequel nous avons été réconciliés avec Dieu le Père, est sacrifié par des prêtres à Dieu sur l'autel, et il est également clair que vous devez utiliser tous les efforts et la diligence pour qu'il soit célébré avec la plus grande pureté et transparence intérieure et une attitude extérieure de dévotion et de piété »( Sess. XXII, Decretum de observandis et vitandis).
Cette majesté divine présente dans le mystère de la Très Sainte Eucharistie est cependant une majesté cachée. Sous l'espèce eucharistique se trouve le Dieu caché de la majesté. Saint Pierre Julian Eymard, un apôtre moderne de l'Eucharistie, a parlé notamment de la vérité de la majesté cachée du Christ dans le mystère eucharistique. Il nous a laissé d'admirables réflexions comme celle-ci: «Jésus avec un voile couvre son pouvoir car sinon j'aurais peur. Il recouvre d'un voile sa sainteté, dont la sublimité découragerait nos quelques vertus. Une mère parle à son enfant d'une manière enfantine jusqu'à son niveau. De la même manière, Jésus se fait peu avec le petit pour les élever à lui-même. Jésus cache son amour et sa chaleur. Son ardeur est telle que nous serions consumés si nous étions exposés directement à ses flammes. Le feu consume. Dieu est un feu dévorant. De cette façon, Jésus caché nous renforce contre nos faiblesses. … Cette obscurité de la majesté cachée exige de nous un sacrifice très digne, le sacrifice de notre intellect. Nous devons croire même contre le témoignage de nos sens, contre les lois ordinaires de la nature, contre notre propre expérience. Nous ne devons croire qu'en la simple parole de Jésus-Christ. Il n'y a qu'une seule question: "Qui est là?" - «C'est moi», répond Jésus-Christ. Inclinez-vous et adorez-le! … Au lieu d'être un test, ce voile devient une incitation, un encouragement à avoir une foi humble et sincère. L'homme veut pénétrer une vérité voilée, découvrir un trésor caché, conquérir une difficulté. De même, l'âme fidèle cherche le Seigneur en présence du voile eucharistique tandis que Madeleine fouille le tombeau. L'Eucharistie est pour l'âme ce que Dieu est pour les bienheureux du ciel: une vérité et une beauté toujours anciennes et toujours nouvelles, que l'homme ne se lasse pas de scruter et de contempler. Tout comme dans ce monde, l'amour vit du bonheur et des désirs, de même l'âme est heureuse et désire le bonheur par l'Eucharistie; l'âme mange et a encore faim. Seule la sagesse et la bonté de notre Seigneur pouvaient inventer le voile eucharistique »(The Real Presence. Eucharistic Meditations, New York 1938, 92-94).
Le même saint nous a laissé de profondes réflexions sur le culte de l'Eucharistie: «J'ai aimé la beauté de ta maison. (Psaume xxv. 8.). Un jour, une femme, bonne adoratrice, est venue à Jésus pour l'adorer. Elle a apporté avec elle une boîte d'albâtre pleine de pommade précieuse qu'elle a versée sur ses pieds pour montrer son amour pour lui et pour rendre hommage à sa divinité et à l'humanité sacrée. "À quoi servent ces déchets?" dit le traître Judas. "Cette pommade aurait pu être vendue pour beaucoup, et donnée aux pauvres." Mais Jésus justifie sa servante: «Ce que cette femme a accompli est un bon travail. Et partout où cet Évangile sera prêché, ce qu'elle a fait aussi sera dit en sa louange. » Cet incident évangélique peut s'appliquer à l'Eucharistie. Notre Seigneur est dans le Saint Sacrement pour recevoir des hommes le même hommage qu'il a reçu de ceux qui ont eu le bonheur de s'approcher de lui pendant sa vie mortelle. Il est là pour donner à chacun l'opportunité d'offrir un hommage personnel à son humanité sacrée. Si c'était la seule raison de l'Eucharistie, cela devrait nous rendre très heureux; car l'Eucharistie nous permet en tant que chrétiens de rendre hommage à notre Seigneur en personne.
Cette présence est la justification du culte public ainsi que de sa vie. Si vous ôtez la présence réelle, comment pourrez-vous rendre à son humanité la plus sacrée le respect et l'honneur qui lui sont dus? En tant qu'homme, notre Seigneur n'est présent qu'au Ciel et dans le Très Saint Sacrement. Grâce à l'Eucharistie, nous pouvons nous approcher du Sauveur vivant en personne, le voir et converser avec lui. Sans cette présence, l'adoration divine devient une abstraction. Par cette présence, nous allons directement à Dieu et nous approchons de lui comme pendant sa vie mortelle. Comme ce serait malheureux si, pour honorer l'humanité de Jésus-Christ, nous étions obligés de remonter dix-huit siècles en arrière! C'est très bien pour l'esprit, mais comment rendre un hommage extérieur à un passé si lointain? Nous nous contenterions de remercier pour les mystères sans y participer activement. Mais avec l'Eucharistie, nous pouvons réellement venir l'adorer comme les bergers; nous pouvons nous prosterner devant lui comme les mages; nous n'avons plus à regretter de ne pas avoir été présents à Bethléem ou au Calvaire.

Le jour du jugement, nous aurons le droit de lui dire: «Nous t'avons rendu visite non seulement dans les pauvres mais aussi dans ta personne auguste elle-même. Que veux-tu nous donner en retour? Les gens du monde ne comprendront jamais cela. «Donnez et donnez beaucoup aux pauvres», disent-ils. «Mais à quoi bon donner aux églises? Toutes ces dépenses somptueuses sur les autels sont de l'argent gaspillé. » C'est ainsi que l'on devient protestant. Non! L'Église veut avoir un culte vivant parce qu'elle possède son Sauveur vivant sur terre. Cela ne vaut-il pas la peine? Mais ce n'est pas tout. Donner à Jésus eucharistique est une consolation et une joie, car c'est aussi un besoin. Oui, nous ressentons le besoin de voir et de sentir notre Seigneur près de nous et de l'honorer sans dons. Si notre Seigneur ne nous demandait rien de plus qu'un hommage intérieur, il ne satisferait pas l'un des besoins impérieux de l'homme; nous ne pouvons pas aimer sans manifester cet amour à travers des signes extérieurs d'amitié et d'affection.
Si le linge sacré est propre, si les vêtements sont propres et en bon état, oh! c'est un signe de foi! Mais si une église n'a pas les vêtements appropriés pour le service de notre Seigneur et ressemble plus à une prison qu'à une église, la foi fait défaut. Les gens donnent à toutes les formes de charité; mais priez quelque chose pour le Très Saint Sacrement, et ils ne savent pas de quoi vous parlez. Le roi doit-il donc aller en haillons pendant que ses serviteurs sont richement vêtus? Nous n'avons pas le bon type de foi, une foi pratique, une foi qui aime; nous n'avons qu'une foi négative et spéculative. Nous sommes catholiques de nom mais protestants dans la pratique »(The Real Presence. Eucharistic Meditations, New York 1938, 172ff.).
Saint Pierre Julian Eymard a déclaré: «Dans l'adoration de Dieu, tout est grand, tout est divin. … La liturgie romaine est donc suprêmement auguste et authentique. Il vient de Pierre, chef des apôtres. Chaque pape l'a gardé et l'a transmis avec tout le respect pour les siècles suivants, sachant comment ajouter, conformément aux besoins de la foi, de la piété et de la gratitude, de nouvelles formules, de nouvelles fonctions et de nouveaux rites sacrés. […] Le culte liturgique est l'exercice par excellence de toute religion »(Direttorio degligregati del Santissimo Sacramento, Ch. II, art. V, n. 1).
La situation de la cessation publique de la Sainte Messe et de la Sainte Communion sacramentelle pendant l'épidémie de Covid-19 est si unique et grave que l'on peut découvrir derrière tout cela un sens plus profond. Cet événement s'est produit près de cinquante ans après l'introduction de la communion dans la main (en 1969) et une réforme radicale du rite de la messe (en 1969/1970) avec ses éléments protestants (prières offertoires) et son style de célébration horizontal et pédagogique (moments freestyle, célébration en cercle fermé et vers les gens). La pratique de la communion dans la main au cours des cinquante dernières années a conduit à une profanation involontaire et intentionnelle du Corps eucharistique du Christ à une échelle sans précédent. Pendant plus de cinquante ans, le Corps du Christ avait été (pour la plupart involontairement) piétiné par les pieds du clergé et des laïcs dans les églises catholiques du monde entier. Le vol d'hôtes sacrés a également augmenté à un rythme alarmant. La pratique de prendre la Sainte Communion directement de ses propres mains et doigts ressemble de plus en plus au geste de prendre de la nourriture commune. Chez peu de catholiques, la pratique de recevoir la communion dans la main a affaibli la foi dans la présence réelle, dans la transsubstantiation et dans le caractère divin et sublime de l'Armée sacrée. La présence eucharistique du Christ est devenue, au fil du temps, inconsciemment pour ces fidèles une sorte de pain ou de symbole sacré. Maintenant, le Seigneur est intervenu et a privé presque tous les fidèles d'assister à la Sainte Messe et de recevoir la Sainte Communion sacramentellement.

La cessation actuelle de la Sainte Messe et de la Sainte Communion publiques pourrait être comprise par le Pape et les évêques comme une réprimande divine pour les cinquante dernières années de profanations et de banalisations eucharistiques et, en même temps, comme un appel miséricordieux pour une authentique conversion eucharistique du toute l'Église. Que le Saint-Esprit touche le cœur du Pape et des évêques et les pousse à émettre des normes liturgiques concrètes afin que le culte eucharistique de toute l'Église puisse être purifié et orienté à nouveau vers le Seigneur. On pourrait suggérer que le pape, avec les cardinaux et les évêques, accomplisse un acte public de réparation à Rome pour les péchés contre la Sainte Eucharistie, et pour le péché des actes de vénération religieuse aux statues de Pachamama. Une fois la tribulation actuelle terminée, le Pape devrait édicter des normes liturgiques concrètes, dans lesquelles il invite toute l'Église à se tourner à nouveau vers le Seigneur à la manière de la célébration, c'est-à-dire célébrant et fidèles tournés dans le même sens pendant la prière eucharistique. Le Pape devrait également interdire la pratique de la communion dans la main, car l'Église ne peut pas continuer impunément à traiter le Saint des Saints dans la petite Hostie sacrée d'une manière aussi minimaliste et dangereuse.

Nous devons aussi écouter la voix des petits dans l'Église, c'est-à-dire la voix d'innombrables fidèles, enfants, jeunes, pères et mères de famille, personnes âgées, qui, dans la manifestation visible de leur respect et de leur amour pour le Seigneur eucharistique a été humilié et méprisé au milieu de l'Église par un cléricalisme arrogant et sans doute pharisaïque. Ces petits amants et défenseurs de l'Eucharistie renouvelleront la vie de l'Église de nos jours et ces paroles de Jésus leur sont appliquées à juste titre et à juste titre: «Je te bénis, ô Père, Seigneur des cieux et de la terre, parce que tu les as gardés des choses cachées aux sages et aux intelligents et vous les avez révélées aux petits »(Mt 11, 25). Que cette vérité nous donne espoir et lumière au milieu des ténèbres et augmente notre foi et notre amour pour Jésus eucharistique, car lorsque nous avons Jésus eucharistique, nous avons tout, et rien ne manquera.
Questions et réponses
1. Comment pouvons-nous convaincre au mieux notre famille et nos amis du caractère coupable de la communion dans la main? Comment pouvons-nous au mieux évangéliser d'autres catholiques sur l'importance de la Sainte Eucharistie? Il peut être navrant de voir l'irrévérence envers la Sainte Eucharistie parmi les autres catholiques. Que recommanderiez-vous qui aiderait à éduquer les gens à la charité, pas à l'hostilité et sans devenir auto-important?
Il faut d'abord dire que la communion dans la main n'est pas un péché en soi. C'est permis par l'Église. Du point de vue subjectif, une personne peut recevoir la communion avec dévotion dans la main. Cependant, vient maintenant le problème. L'aspect objectif et visible de cette forme de réception du Corps du Christ est en soi moins expressif dans le caractère sacré, il est même dangereux en raison de l'occasion réelle et fréquente de la perte des petits fragments eucharistiques. De plus, le geste actuel de recevoir la communion dans la main ressemble au geste de prendre de la nourriture commune. Malheureusement, le Saint-Siège et les évêques permettent la communion dans la main. À partir du moment où le Saint-Siège interdit la communion dans la main, ce serait un péché. Nous pouvons mieux évangéliser d'autres catholiques sur l'importance de la Sainte Eucharistie pour donner un exemple personnel concret de réception de la communion avec dévouement, recueilli, agenouillé et sur la langue, restant après la messe un certain temps en action de grâce, passant du temps dans l'adoration eucharistique, diffusant un enseignement solide. sur l'Eucharistie du Magistère de l'Église et les écrits et la vie des saints. Je recommanderais fortement par exemple les écrits de Saint Pierre Julian Eymard.

2. Que pouvons-nous faire en tant que fidèles laïcs pour réparer les grands péchés de l'Église qui méritent la punition de Dieu? Comment déclencher la croissance d'une Église plus fidèle et plus forte?
D'abord il faut demander la grâce d'avoir toujours un cœur contrit, aller plus fréquemment à la Sainte Confession, organiser les Heures Saints, des processions de réparation des grands péchés au sein de l'Église, concrètement: les péchés contre la Sainte Eucharistie, les péchés contre le Premier Commandement de Dieu, les péchés contre la vérité de l'unicité du salut par Jésus-Christ, les péchés contre la sainteté du mariage, les péchés contre la sainteté du sacerdoce. L'Église sera plus fidèle et plus forte d'abord par un culte eucharistique renouvelé de la Sainte Messe et de la réception de la sainte communion, par l'adoration eucharistique, par le témoignage personnel et public de l'intégrité de la foi catholique, par un clergé saint renouvelé, par vraies et grandes familles catholiques.

3. Comment devrions-nous exprimer notre déception face au leadership de nos évêques en ce qui concerne la recherche de moyens d'administrer les sacrements pendant la pandémie? Devrions-nous tranquillement suivre leur exemple ou devrions-nous nous exprimer et exiger respectueusement le retour des messes publiques et / ou essayer d'organiser des messes en dehors des églises quand elles sont fermées? Quand l'obéissance à l'évêque l'emporte-t-elle sur le Christ?
Les fidèles laïcs devraient parler et exiger respectueusement le retour des messes publiques et également organiser des messes en plein air ou d'autres formes créatives pour célébrer dignement la Sainte Messe. Le pape François a prononcé les mots inspirants suivants dans l'une des allocutions de l'Angélus, qui s'appliquent à notre question. : «C'est un texte de saint Césaire d'Arles, père des premiers siècles de l'Église. Il explique comment le peuple de Dieu doit aider le berger et a donné l'exemple suivant. Quand le veau a faim, il va chez la vache, chez la mère, chercher du lait. La vache, cependant, ne le lui donne pas immédiatement: il semble qu'elle le garde pour elle. Et que fait le veau? Il frappe contre le pis de la vache avec sa tête pour que le lait sorte. C'est une belle image! «Alors toi aussi, dit le saint, tu dois être comme ça avec les bergers. Frappez toujours à leur porte, dans leur cœur, pour qu'ils vous donnent le lait de la doctrine, le lait de la grâce et le lait du leadership. » Et je vous demande, s'il vous plaît, d'importer les bergers, de les déranger, nous tous les bergers, afin que nous puissions vous donner le lait de grâce, de doctrine et de direction. Importez-nous! Pensez à cette belle image de ce veau, à la façon dont il importe la mère pour qu'elle lui donne à manger. » (11 mai 2014)

4. Avec votre expérience d'avoir passé des mois et des années sans le saint sacrifice de la messe, quels conseils pouvez-vous partager avec ceux d'entre nous qui ne peuvent pas assister à la messe? Comment pouvons-nous en faire un moment fructueux au lieu d'un temps d'amertume et de tristesse? Y a-t-il une pratique spécifique du dimanche pour les familles que vous recommanderiez?
Nous devons accepter cette situation des mains de la Divine Providence comme une épreuve, qui nous apportera un plus grand bénéfice spirituel comme si nous n'aurions pas vécu une telle situation. Cette intervention divine purificatrice actuelle a le pouvoir de nous montrer à tous ce qui est vraiment essentiel dans l'Église: le sacrifice eucharistique du Christ avec son corps et son sang et le salut éternel des âmes immortelles. Cette situation oblige les familles catholiques à découvrir littéralement le sens d'une église domestique. En l'absence de la possibilité d'assister à la Sainte Messe même le dimanche, les parents catholiques devraient rassembler leur famille dans leur maison. Ils devraient consacrer une heure sainte de prières pour sanctifier le Jour du Seigneur et pour s'unir spirituellement aux messes sacrées célébrées par des prêtres à huis clos, même dans leur ville ou à proximité. Une telle heure sainte du dimanche d'une église domestique pourrait se faire, par exemple, de la manière suivante: prière du Rosaire, lecture de l'Évangile du dimanche, acte de contrition, acte de communion spirituelle, litanie, prière pour tous ceux qui souffrent et meurent, pour tous ceux qui sont persécutés, prière pour le Pape et les prêtres, prière pour la fin de l'épidémie physique et spirituelle actuelle. En outre, le dimanche, les parents pouvaient rassembler leurs enfants dans l'après-midi ou le soir pour les lire de la vie des saints, en particulier ces histoires tirées de périodes de persécution de l'Église.

5. Que faisons-nous si les messes traditionnelles sont interdites et / ou si nous sommes contraints de recevoir la Sainte Communion dans la main?
Il existe toujours la loi universelle de l'Église qui stipule que les fidèles ont le droit de recevoir la communion sur la langue et que ce droit ne peut leur être refusé. Tant que le Saint-Siège n'a pas abrogé cette norme universelle, elle ne peut être annulée par une Conférence épiscopale ou un évêque ou un prêtre singulier. Les fidèles doivent insister sur leur droit. Selon les évaluations d'experts, la communion sur la langue n'est pas moins hygiénique que la communion dans la main. Il peut également y avoir des mesures d'hygiène appliquées au rite de recevoir la communion sur la langue.

6. Quels sont quelques-uns des principaux obstacles empêchant les séminaristes et les prêtres d'apprendre la liturgie romaine traditionnelle?
L'un des principaux obstacles est les idées préconçues anti-traditionnelles et la rigidité pastorale de leurs évêques ou supérieurs de séminaire, ce qui signifie l'attitude des néo-pélagiens et des pharisiens.

7. L'abus eucharistique et l'irrévérence liturgique font-ils partie intégrante du Novus Ordo Missae? L'abandon du Novus Ordo Missae résoudrait-il tout à fait un grand nombre des problèmes liés aux abus liturgiques et eucharistiques?
Il faut distinguer entre abus eucharistique et irrévérence liturgique. L'irrévérence liturgique peut également être commise dans le rite traditionnel, par exemple lorsque le célébrant célèbre distraitement et à la hâte. Les abus eucharistiques ne font pas intrinsèquement partie du Novus Ordo Missae, car en soi le Novus Ordo ne contient pas l'autorisation de communion dans la main, les ministres laïcs de l'Eucharistie, les acolythes féminins, la musique du monde. Cependant l'irrévérence liturgique fait à mon sens partie intrinsèquement du Novus Ordo Missae, dans la mesure où en plusieurs instants l'Ordo Missae donne au célébrant la possibilité d'improvisations. Je ne pense pas qu'il soit réaliste d'abolir le Novus Ordo. Nous devons restaurer la forme traditionnelle constante de la messe étape par étape, d'une manière substantiellement organique. Seules les choses absolument nécessaires doivent être imposées dans toutes les églises catholiques de rite romain par l'autorité pontificale: célébration ad Deum et communion à genoux et sur la langue. D'autres éléments traditionnels devraient être ajoutés comme choix, comme recommandation. La nouvelle messe dans le temps par étapes organiques se rapprochera toujours plus de l'ancienne messe, pas complètement identique, mais très proche. Donc, nous aurons à nouveau un rite romain avec seulement quelques options légèrement différentes.

8. Les fidèles devraient-ils essayer d'éviter les églises où la sainte communion dans la main est autorisée?
C'est la décision de la conscience de chacun et il faut respecter une telle décision.

9. Certains ont émis l'hypothèse que nous verrons un retour moins fidèle aux bancs après la pandémie. Comment promouvoir l'obligation dominicale après la dispense et l'utilisation généralisées des liturgies en streaming?
Certains disent que nous aurons une nouvelle faim d'Eucharistie après la fin de l'épidémie de coronavirus. C'est une expérience humaine courante que la privation prolongée d'une réalité importante enflamme le cœur des gens qui en ont envie. Cela s'applique, bien sûr, à ceux qui croient et aiment vraiment l'Eucharistie. Peut-être que les catholiques qui étaient si habitués au Saint des Saints qu'ils en sont venus à le considérer comme quelque chose d'ordinaire et de commun connaîtront une conversion spirituelle et comprendront et traiteront la Sainte Eucharistie désormais comme extraordinaire et sublime. En général, je pense que le temps de la privation de la Sainte Messe et des sacrements aura pour fonction de purifier le blé et de le séparer des mauvaises herbes, comme le dit la Sainte Écriture (voir Mt 3:12). Les tribulations actuelles nous enseignent et nous entraînent à rester toujours fidèles au Seigneur et à notre sainte foi, selon les paroles de la Sainte Écriture: «Celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé» (Mt 10, 22) et « Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai la couronne de vie »(Apocalypse 2:10). Et seulement cela compte.
Aube de la Force
Ces évêques de la nouvelle religion ne représentent pas l'Eglise Catholique, ils croient que personne ne revendiquera les droits de Dieu mais c'est Lui-même qui les enlèvera de leur siège usurpé.Notre Seigneur les chassera comme Il a chassé les marchands du temple.
Claudius Cartapus
Ce ne sont pas les politiciens qui ont ordonné la cessation des sacrements de l'Église, mais les évêques eux-mêmes ! L'Église se saborde elle-même et s'interdit elle-même de faire ce qu'elle a toujours fait ! Catéchisme en Images, Textes & images, P. 32
LES COMMANDEMENTS

Troisième Commandement de Dieu :

Les dimanches tu garderas, En servant Dieu dévotement.

1. Le troisième commandem…More
Ce ne sont pas les politiciens qui ont ordonné la cessation des sacrements de l'Église, mais les évêques eux-mêmes ! L'Église se saborde elle-même et s'interdit elle-même de faire ce qu'elle a toujours fait ! Catéchisme en Images, Textes & images, P. 32
LES COMMANDEMENTS

Troisième Commandement de Dieu :

Les dimanches tu garderas, En servant Dieu dévotement.

1. Le troisième commandement de Dieu nous ordonne de sanctifier le dimanche.

2. Le dimanche est le jour du Seigneur, c’est-à-dire le jour spécialement consacré au service de Dieu dans la loi nouvelle.

3. Avant la venue de Jésus-Christ, le jour consacré au service de Dieu était le samedi, que l’on appelait le sabbat ou jour de repos ; il avait été choisi pour honorer le repos de Dieu après les six jours de la création.

4. L’observation du sabbat a été transférée au dimanche par l’Église, pour honorer deux grands mystères qui se sont accomplis le dimanche : la Résurrection de Jésus-Christ et la descente du Saint-Esprit sur les apôtres.

5. Pour sanctifier le dimanche, il faut s’abstenir d’oeuvres serviles et assister au Saint Sacrifice de la Messe.

6. Par oeuvres serviles, on entend les travaux manuels, et, en général, les actes où le corps a plus de part que l’esprit. On les appelle serviles parce qu’elles tiennent à l’état de serviteur, et aussi parce qu’elles sont faites surtout par des personnes qui s’y livrent pour gagner leur vie. Bâtir, labourer, travailler la pierre, le fer, la laine, coudre, tisser, travailler à l’aiguille ou au crochet sont des oeuvres serviles.

7. Dieu défend les travaux corporels : 1° pour obliger l’homme à reconnaître sa souveraine autorité ; 2° parce que les travaux corporels détournent des oeuvres de religion auxquelles on doit s’appliquer en ce saint jour.

8. Cette défense est utile à notre corps aussi bien qu’à notre âme, car en nous obligeant à un repos régulier, elle répare nos forces, conserve et prolonge notre vie.

9. Il faut compter parmi les oeuvres serviles, celles qui n’exigent qu’un travail peu pénible, comme faire des images ou des chapelets ; ce n’est pas le degré de fatigue qui change la nature d’un travail ; et une oeuvre ne change pas de nature, qu’on la fasse gratuitement ou non.

10. Les travaux des tribunaux, qui se font avec tout l’appareil judiciaire, comme d’entendre les avocats et les témoins, de porter une sentence, sont défendus le dimanche, à moins qu’une cause criminelle, déjà entreprise, ne puisse être interrompue sans inconvénient grave.

11. Les foires sont aussi défendues, à moins qu’elles ne tombent à un jour fixe, ainsi que les marchés dans les magasins publics.

12. Les oeuvres libérales, qui tendent plutôt à la culture de l’esprit, sont permises le dimanche ; il en est de même des oeuvres communes, qui tiennent un certain milieu entre les oeuvres serviles et les oeuvres libérales, comme de balayer, de chasser, de pêcher, de voyager, sont permises le dimanche.

13. Il n’est pas défendu d’étudier, d’enseigner, de faire de la musique, même en se faisant payer ; de dessiner, de voyager, ni probablement de peindre, pourvu qu’on n’ait pas un grand travail à faire en préparant les couleurs. Il en est de même de la photographie, etc.

14. Il n’est cependant pas permis de sculpter, à moins qu’on ne fasse que donner la dernière perfection à une oeuvre d’art.

15. Les raisons qui excusent les oeuvres défendues le dimanche sont : 1° la dispense de l’Évêque ou du curé ; 2° la coutume : c’est ainsi que, là où elle existe, on peut arroser les légumes, raser, etc. ; 3° la piété permet d’orner, de balayer les églises, de faire des hosties.

16. Ceux qui font travailler le dimanche sont aussi coupables que s’ils travaillaient eux-mêmes.

17. Les parents et les maîtres qui empêchent leurs enfants ou leurs serviteurs de sanctifier le dimanche offenseraient Dieu mortellement, et ils attireraient la malédiction de Dieu sur eux-mêmes et sur leurs familles.

18. Il n’est jamais permis de pécher, main une faute commise le dimanche n’a pas pour ça une malice spéciale.

Explication du Tableau

19. Nous voyons sur ce tableau un contraste frappant entre ceux qui sanctifient le dimanche et ceux qui le profanent. Dans le haut, se trouvent l’église, le presbytère, le cimetière, quelques fermes et un antique château. Les ateliers, les magasins sont fermés ; les voitures, les instruments aratoires abandonnés près des maisons et dans les champs ; les enfants des écoles, conduits par leurs maîtres et maîtresses ; les fidèles de toutes conditions s’acheminent vers la maison du Seigneur pour y entendre la sainte Messe, évitant les cabarets où sont attablés les impies et les libertins, et saluant religieusement la Croix qui se dresse sur leur passage. Au bas du tableau se trouve une usine où l’on profane le dimanche par un travail défendu.

_____________________
Aube de la Force
On dirait que les évêques sont dans le droit fil de la révolution française, prenant le relais de la persécution des Catholiques. Ce faisant, ils ne sont plus pasteurs mais technocrates bien rodés dans leur rôle.
Claudius Cartapus
@Aube de la Force Les politiciens réciteront le Rosaire, et les évêques en seront irrités… Comme toute chose, maintenant tout est inversé !
Claudius Cartapus
@Aube de la Force Rome a perdu la foi ! Selon la prophétie de la Vierge Marie à La Salette, on ne parlera plus au futur de la foi de Rome, mais comme d'un fait révolu.
Aube de la Force
Lorsqu'on a la Foi, on ne peut se résigner à voir l'Eglise Catholique disparaître, le Credo ne sera pas renversé, il est marqué du sceau divin. La patience obtient tout, Rome refleurira et dans la mesure spirituelle et Éternelle du temps, cela se passe comme si les divagations de Rome ne comptaient pas plus qu'un épouvantail dans un champ de tournesols.
Claudius Cartapus
@Aube de la Force Mais on dit aussi Rome sera détruite ! Ce sera à la fin des tribulations selon saint Malachie. Après les tribulations, l'Église va refleurir. Pour ça, je suis très optimiste, mais pas à Rome. On dit aussi que ce qui est pourri va tomber, et que ce qui tombe ne se relèvera plus.
blanche52
Très étonné ?? je suis, pour ma part, très étonnée qu'il y ait encore des personnes pour s'étonner du comportement des évêques, fermeture de Lourdes etc etc etc ...
Claudius Cartapus
C'est curieux qu'en Mars, les évêques ont ordonné la fermeture des églises et la cessation des sacrements. Puis maintenant, ces mêmes évêques attendent les ordres des politiciens pour pouvoir rouvrir les églises… Les politiciens pourront dire qu'ils ont toujours respecté la séparation de l'Église et de l'état, et qu'ils n'ont fermé aucune église, quand on y pense. Il faut donc faire pression sur …More
C'est curieux qu'en Mars, les évêques ont ordonné la fermeture des églises et la cessation des sacrements. Puis maintenant, ces mêmes évêques attendent les ordres des politiciens pour pouvoir rouvrir les églises… Les politiciens pourront dire qu'ils ont toujours respecté la séparation de l'Église et de l'état, et qu'ils n'ont fermé aucune église, quand on y pense. Il faut donc faire pression sur les évêques qui ont le pouvoir de rouvrir les églises. Les évêques vont donc défoncer les portes qu'ils ont eux-mêmes fermées… Les évêques nous font croire que ce sont les politiciens qui décident du sort de la religion… On nous dit que de ne pas participer volontairement à la messe dominicale est un péché mortel. Les évêques nous confrontent à ce péché mortel depuis le mois de mars. Si les évêques en général ne voient pas l'urgence de rétablir la messe, les gens vont mourir de faim spirituellement. Ils savent que c'est beaucoup plus facile de faire son épicerie que d'aller à la messe. Jésus lui-même a dit que l'homme ne se nourrit pas seulement que de pain (des supermarchés), mais de toutes paroles de Dieu (à la messe) ! Les évêques ne le savent peut-être plus ? Cherchez l'erreur !!! 🤔
lacrimarum valle
j'ai été très étonné des indications des Evèques, ils ont plié sans difficulté à Macron qui veut la mort de l'Eglise il est le Président et donc à respecter, mais il faut lui donner donner des limites
Claudius Cartapus
@lacrimarum valle C'est partout pareil, même au Québec. Les évêques ont devancé les politiciens pour fermer les églises. Et maintenant, ils attendent après les politiciens pour rouvrir ??? Les évêques sont les seuls responsables. Ils attendent toujours, mais après eux-mêmes ! Ils vont attendre longtemps, des années peut-être, quand ils réaliseront qu'ils avaient toujours la juridiction entre …More
@lacrimarum valle C'est partout pareil, même au Québec. Les évêques ont devancé les politiciens pour fermer les églises. Et maintenant, ils attendent après les politiciens pour rouvrir ??? Les évêques sont les seuls responsables. Ils attendent toujours, mais après eux-mêmes ! Ils vont attendre longtemps, des années peut-être, quand ils réaliseront qu'ils avaient toujours la juridiction entre leurs mains… 😡