02:14
h2onews.org
2.6K
L'universalité de l'art. A l’occasion de la fête de Saint Joseph, le Quatuor Henschel et le mezzo soprano Susanne Kelling ont exécuté pour le Pape dans la Salle Clémentine «Les sept dernières paroles …More
L'universalité de l'art.

A l’occasion de la fête de Saint Joseph, le Quatuor Henschel et le mezzo soprano Susanne Kelling ont exécuté pour le Pape dans la Salle Clémentine «Les sept dernières paroles du Christ en croix» de Joseph Haydn, selon une adaptation du compositeur espagnol José Peris Lacasa qui dans la première version oratorio de Haydn a ajouté le morceau pour mezzo soprano et inséré le Quatuor à cordes. Lacasa avait présenté son oeuvre pour la première fois à la Cour royale espagnole pendant la Semaine Sainte en 2008. A la fin du concert, Benoît XVI qui a remercié les musiciens, a qualifié cette œuvre de Haydn comme «l’un des exemples les plus sublimes de la manière de conjuguer l’art et la foi». Et il a ajouté :
Benoît XVI:
«Cette oeuvre cache une loi universelle de l’expression artistique: savoir communiquer une beauté qui est aussi un bien et une vérité par un moyen sensible - une peinture, une musique, une sculpture, un texte écrit, une danse etc… A bien y regarder, c’est la même loi suivie par Dieu pour nous communiquer Son amour. Il s’est incarné dans notre chair humaine et a réalisé le plus grand chef d’oeuvre de toute la création: l’unique médiateur entre Dieu et l’homme - l’homme Jésus Christ- comme écrit Saint Paul. Plus la matière est dure, plus les liens de l’expression sont étroits faisant ressortir le génie de l’artiste. Ainsi sur la "dure" croix, Dieu a prononcé dans le Christ le mot d’amour le plus beau, le plus vrai, Jésus qui se donne pleinement et de façon définitive. C’est Lui la dernière parole de Dieu non pas au
sens chronologique mais qualitatif».