Père Constant Louis Marie Pel

Père Constant Louis Marie Pel – Effondrements de civilisation

Comme pour le peuple Juif avec le roi David et Salomon, Dieu avait fait une promesse à la France : « Si vous gardez mes préceptes je conserverais le …
Catholique et Français
Comme d'habitude ce portrait est présenté comme celui de Sa Majesté Louis XVII (1785-1793-1795) alors qu'il s'agit de celui de son frère aîné, le Dauphin Louis-Joseph (1781-1789), peint par Alexandre Kucharski. Louis-Joseph est mort à Meudon début juin 1789, d'une tuberculose osseuse qui l'avait rendu méconnaissable depuis quelques années. Cette erreur très répandue est certainement facilitée …More
Comme d'habitude ce portrait est présenté comme celui de Sa Majesté Louis XVII (1785-1793-1795) alors qu'il s'agit de celui de son frère aîné, le Dauphin Louis-Joseph (1781-1789), peint par Alexandre Kucharski. Louis-Joseph est mort à Meudon début juin 1789, d'une tuberculose osseuse qui l'avait rendu méconnaissable depuis quelques années. Cette erreur très répandue est certainement facilitée par le fait que, sous l'Ancien Régime, on ne peignait jamais les rois, les reines, les princes et les princesses avec leurs disgrâces ou les symptômes visibles de leurs maladies; les portraits étaient sublimés et Louis-Joseph apparait toujours comme un enfant en bonne santé alors que ce n'était absolument pas le cas; et cela depuis plusieurs années déjà. Quant à Louis-Charles, devenu roi sous le nom de Louis XVII, son plus beau portrait (à mon avis), également peint par Kucharski, est celui qui se trouve au château de Breteuil (voir photos ci-joint). Il avait été offert par la reine au Baron de Breteuil qui a joué un rôle important dans les évènements de juin/juillet 1789. Je profite de cette remarque pour rappeler que le "roi-martyr" de la Révolution n'est pas Louis XVI, qui a justement payé pour ses fautes et ses prévarications, mais Louis XVII dont le Calvaire fut atroce, sans commune mesure avec ce qu'a subi son père ! Louis XVII fut certainement, plus encore que saint Louis, le roi capétien le plus semblable à Notre-Seigneur Jésus-Christ : roi vierge, agneau très pur, roi martyr, il a racheté par son effroyable passion les fautes de ses prédécesseurs depuis Louis XIV et, couvert de honte, d'humiliations, de vermine, de scrofules et d'ulcères tous nos vices depuis le XVIII°s jusqu'à nos jours. Jamais, contrairement à son père, il n'eut la moindre compromission avec la Révolution, allant jusqu'à refuser de crier au Temple, sous les coups de Simon :"Vive la République" ! Il avait un tempérament doux mais fort et déterminé. Si la France doit revivre un jour, ce ne sera pas sans lui (il est né le Jour de Pâques, signe de résurrection)...