Clicks12
jamacor

Rencontre avec le recteur de l’Université de la Sainte-Croix

Luis Navarro, recteur de l’UPSC: « Notre université se caractérise par son ouverture sur le monde »

Don Luis Navarro, prêtre Espagnol de Saint-Sébastien, est recteur de l’Université pontificale de la Sainte Croix à Rome depuis 2016, en plus d’être professeur et ancien doyen de la Faculté de droit canonique de la même université.

Formation à Rome

Pourquoi est-il bon pour un prêtre et un séminariste de se former à Rome?

Eh bien, parce que Rome est le berceau du christianisme ! En effet, il y a quelques années le Pape Benoît, s’adressant aux étudiants des universités romaines, leur disait que «la possibilité d’étudier à Rome, siège du Successeur de Pierre et donc du ministère pétrinien, vous aide à renforcer le sentiment d’appartenance. à l’Église et l’engagement de fidélité au magistère universel du Pape ».

Formation et communion en même temps …

C’est vrai. Le sentiment d’union avec toute l’Église est renforcé dans la Ville éternelle. Marcher dans les rues où tant de saintes femmes et hommes ont marché est impressionnant et une motivation pour tous.
A cela s’ajoute un autre facteur : à Rome, l’universalité de l’Église est touchée. Vous voyez, vous parlez, vous vivez avec des catholiques du monde entier: des gens de cultures, de traditions, de races très diverses et en même temps très proches parce qu’ils croient, annoncent et aiment Jésus-Christ. Découvrir cela ouvre un grand horizon dans la vie intérieure: je suis membre de la grande famille de Dieu.

Sept universités pontificales

Et c’est pourquoi à Rome il y a plusieurs universités pontificales …

Oui, et les plus importants, puisqu’ils ont une plus grande tradition, ont leur siège à Rome: il y en a actuellement sept.

Mais qu’est-ce qu’une université pontificale précisément?

Les Universités Pontificales sont des institutions académiques reconnues comme telles par le Saint-Siège, destinées à l’enseignement et à la recherche des sciences sacrées. Tous ont des études traditionnelles: théologie, philosophie et droit canonique.
En fait, il porte une responsabilité particulière d’union et de fidélité au Saint-Père.

Cela ne signifie donc pas seulement que c’est une université pour les prêtres …

Et bien non. Bien sûr, à son origine il y a les écoles dans lesquelles se sont formés des séminaristes, des prêtres de pays européens et des religieux de divers ordres et congrégations. Mais au fil des siècles, la population étudiante s’est ouverte à la présence de fidèles laïcs. Tout le peuple de Dieu est représenté dans nos universités.

Ouvert sur le monde

Et dans cette réalité complexe des Universités Pontificales, quelle est la particularité de la Pontificia Università della Santa Croce, comme on l’appelle en italien?

La «Santa Croce» se caractérise d’une part par son ouverture sur le monde, en dialogue avec la culture séculière. Tant dans l’enseignement que dans la recherche, il y a un regard attentif sur les problèmes du monde, nous sommes tous conscients qu’à partir des sciences sacrées nous pouvons contribuer à la recherche de la vérité. Des sujets tels que l’anthropologie, la doctrine sociale, la défense de la vie, font l’objet de notre étude. De plus, la grande majorité de nos professeurs ont obtenu des diplômes universitaires civils dans les différents domaines du savoir, ce qui facilite ce dialogue.

Très interessant! Surtout parce que parfois beaucoup de gens pensent que l’Église est une réalité loin du monde …
Non, pas du tout: dans la formation de nos étudiants, on cherche à ce qu’ils soient en mesure d’aider les hommes et les femmes de leur pays à trouver Dieu précisément dans les réalités temporelles. La plupart des fidèles sont des citoyens qui ont besoin de recevoir une formation leur permettant d’être saints dans leur vie ordinaire.

2000 étudiants de 1000 diocèses

C’est quelque chose qui est dans l’ADN de l’Université dont vous êtes recteur ?

C’est comme ca! L’Université Pontificale de Santa Croce est née en 1984 d’un souhait du Bienheureux Alvaro del Portillo et du soutien de Saint Jean Paul II. Ainsi s’est concrétisée une idée de Saint Josémaria Escriva, le désir que nos étudiants soient des personnes qui savent servir tout le monde, voyant le Christ en chaque personne.

Une toute jeune université, enfin …

Oui, je me souviens que je suis venu enseigner en septembre 1986, soit deux ans après la fondation. C’était une toute petite réalité, seulement 300 étudiants… Cependant, depuis, environ 12 000 étudiants, venant de près d’un millier de diocèses et de 200 congrégations religieuses, sont passés par nos salles de classe et nos couloirs. Il y a maintenant 1500 étudiants et quatre facultés: théologie, philosophie, droit canonique et communication sociale institutionnelle, la plus récente et celle qui a une conformation unique parmi toutes les autres universités pontificales.

Toujours maintenir cette fidélité au désir de saint Josémaria de contribuer à la nouvelle évangélisation par la formation.

C’est aussi pourquoi, outre les principales facultés, il existe l’Institut supérieur des sciences religieuses et plusieurs centres de recherche. C’est un défi, difficile à notre époque mais dans lequel nous mettons tous nos efforts, car, avec la formation que nous transmettons, nous souhaitons contribuer à la nouvelle évangélisation, faire que la société reçoive le message du Christ.

Source : carfundacion.org/…usc-universidad-abierta-mundo/
en.pusc.it


Chers amis,

Chaque année, des évêques de diocèses pauvres sollicitent notre aide pour financer les études de leurs séminaristes et de leurs prêtres à l'Université de la Sainte Croix à Rome.

Étudier à Rome dans une université pontificale, recevoir une formation théologique et humaine de grande qualité est une chance pour ces prêtres et séminaristes comme nous l'explique le recteur de l'université.

L'université nous demande d'aider 13 nouveaux prêtres et séminaristes à s'installer pour la rentrée. Pouvez-vous nous y aider ?

En faisant un don de 60€, vous financez une journée de formation à l'université pontificale.

Ces jeunes prêtres et séminaristes qui se forment pour donner le meilleur d'eux-même sont une belle espérance pour notre Église éprouvée.

En ce mois d'octobre, je vous invite à prier tout particulièrement le rosaire pour ces prêtres et séminaristes et pour toute l'Église, comme nous le demande notre Pape François.

Merci de votre fidélité et de votre soutien,

Abbé Pierre Jourdan
Nous contacter :
Fordef-DPTN 8 rue Saint Marc 75002 Paris

contact@fordef-dptn.org