Clicks1.7K

Les chrétiens sont-ils le sanctuaire de Dieu dans le monde ?

h2onews.org
Sommes-nous vraiment, nous chrétiens, « le sanctuaire de Dieu dans le monde ? Ouvrons-nous aux hommes l’accès à Dieu ou plutôt ne le cachons-nous pas ? Ne sommes-nous pas, nous peuple de Dieu, …More
Sommes-nous vraiment, nous chrétiens, « le sanctuaire de Dieu dans le monde ? Ouvrons-nous aux hommes l’accès à Dieu ou plutôt ne le cachons-nous pas ? Ne sommes-nous pas, nous peuple de Dieu, devenus pour la plupart un peuple de l’incrédulité et de l’éloignement de Dieu ? » s’est interrogé le Pape ce jeudi matin, à l’homélie de la Messe Chrismale du Jeudi saint, en la Basilique Saint-Pierre, concélébrée par 1.600 prêtres du diocèse de Rome.
« Les chrétiens sont un peuple sacerdotal pour le monde et ils devraient rendre visible au monde le Dieu vivant, témoigner de Lui et conduire à Lui », a rappelé Benoît XVI, qui a ensuite ajouté:

Benoît XVI : « N’est-il pas vrai que l’Occident, les Pays centraux du christianisme sont fatigués de leur foi et, ennuyés de leur propre histoire et culture, ne veulent plus connaître la foi en Jésus Christ? Nous avons raison de crier vers Dieu en cette heure : Ne permets-pas que nous devenions un non-peuple! Fais que nous te reconnaissions de nouveau! En effet, tu nous as oints de ton amour, tu as posé ton Esprit Saint sur nous. Fais que la force de ton Esprit devienne à nouveau efficace en nous, pour que nous témoignions avec joie de ton message! »

Mais le Pape a évoqué aussi des exemples lumineux de foi qui donnent espérance au monde, comme le Pape Jean Paul II, « grand témoin de Dieu et du Christ à notre époque, un homme rempli d’Esprit Saint ».
Dans son homélie, Benoît XVI a expliqué que les trois huiles bénies durant la célébration, celle des catéchumènes, celle des malades et le Chrême, expriment trois dimensions essentielles de l’existence chrétienne. L’huile des catéchumènes est la recherche de Dieu qui, poussé par l’amour, s’est mis lui-même à notre recherche. Dieu vient au devant de l’inquiétude de notre cœur, mais nous « voulons-nous vraiment qu’Il nous connaisse, qu’Il nous trouve ? S’est encore demandé Benoît XVI. Ne nous sommes-nous pas résignés à son absence ? Restons continuellement en marche vers lui, a a été son invitation. L’huile pour l’onction des malades, nous rappelle, pour finir, que l’annonce du règne de Dieu doit « guérir le cœur blessé des hommes ».