Clicks701
fr.news
6

Pas "ridicule" : Les chaussures rouges du pape

Les chaussures rouges du pape représentent les pieds du Christ qui a mouillé ses pieds de sang sur la croix, écrit Benedetta De Vito sur MarcoTosatti.com (2 décembre).

Elle se souvient de François qui se moquait d'une dame "traditionaliste" qui le considérait comme un antipape parce qu'il ne portait pas les chaussures rouges. De Vito répond : "Cela m'a fait mal parce que les chaussures rouges ont été publiquement ridiculisées par celui qui était censé les défendre".

Les symboles ne sont pas des "déchets", explique De Vito, mais montrent le mystère de la Foi invisible.

Selon elle, le Saint-Père devrait être fier de porter les chaussures rouges qui représentent le sacrifice du Christ que le Souverain Pontife a l'honneur de représenter sur cette terre.

#newsFbcpyvjmks

jamacor
Etienne bis
Pour accorder de la valeur à quoi que ce soit dont on hérite, il faut trois qualités : un regard lucide pour s'en rendre compte, de la modestie pour accepter le cadeau, et la capacité d'aimer ceux qui nous ont précédé.
On ne sait pas lesquelles de ces qualités manquent à ce Bergoglio. Il n'est peut-être pas assez lucide. Ou trop bête, ou trop vicieux. Si ça se trouve...
On lui souhaite de trouver…More
Pour accorder de la valeur à quoi que ce soit dont on hérite, il faut trois qualités : un regard lucide pour s'en rendre compte, de la modestie pour accepter le cadeau, et la capacité d'aimer ceux qui nous ont précédé.
On ne sait pas lesquelles de ces qualités manquent à ce Bergoglio. Il n'est peut-être pas assez lucide. Ou trop bête, ou trop vicieux. Si ça se trouve...
On lui souhaite de trouver le temps de faire un vrai "examen de conscience" avant d'arriver devant les pieds de saint Pierre.
🤭 🤭🤭
Catholique et Français
Sont pas perdues les chaussures rouges du pape, et le nez non plus ! Les voici, des futures reliques que les conciliaires vénéreront bientôt dans un reliquaire en or :
Théophile Maizière
"Le carnaval est terminé" a-t-il dit dans les premières minutes de son élection., en refusant de porter les attributs du pape.

Son programme de pontificat, lu par le trop fameux Cantalamessa disait:

"les restes d’apparats, lois et controverses passées, devenus désormais de simples détritus",

oui, des détritus, vous avez bien lu...

Il persévère. Ce type, je ne peux employer que cette expressio…More
"Le carnaval est terminé" a-t-il dit dans les premières minutes de son élection., en refusant de porter les attributs du pape.

Son programme de pontificat, lu par le trop fameux Cantalamessa disait:

"les restes d’apparats, lois et controverses passées, devenus désormais de simples détritus",

oui, des détritus, vous avez bien lu...

Il persévère. Ce type, je ne peux employer que cette expression pour le désigner, et c'est bien triste, ce type, donc, déteste l'Eglise.

Michel Onfray dit "si j'étais Chrétien, je dirais que c'est l'antéchrist". Moi, je suis Chrétien et je dis que s'il n'est pas l'antéchrist, il est celui qui lui ouvre la voie.
Verminator
Pourriez-vous svp fournir la source de votre citation ?
Théophile Maizière
Bien volontiers:

Le 30 mars 2013 à 17 heures, lors de la célébration de la Passion du Seigneur dans la basilique Saint-Pierre. C’est le prédicateur de la Maison pontificale, le père Raniero Cantalamessa (celui qui était aux côtés de Bergoglio lorsque ce dernier, encore archevêque, était à genoux devant des pasteurs protestants pour recevoir leur « bénédiction ») qui a lu le programme du …More
Bien volontiers:

Le 30 mars 2013 à 17 heures, lors de la célébration de la Passion du Seigneur dans la basilique Saint-Pierre. C’est le prédicateur de la Maison pontificale, le père Raniero Cantalamessa (celui qui était aux côtés de Bergoglio lorsque ce dernier, encore archevêque, était à genoux devant des pasteurs protestants pour recevoir leur « bénédiction ») qui a lu le programme du pontificat :
« Nous devons faire en sorte que l’Eglise ne ressemble jamais à ce château compliqué et encombré décrit par Kafka, et que le message puisse sortir d’elle libre et joyeux comme lorsqu’il a commencé sa course. Nous savons quels sont les empêchements qui peuvent retenir le messager: les murs diviseurs, à commencer par ceux qui séparent les différentes églises chrétiennes (affirmation en contradiction avec le document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi« Dominus Jesus » du 6 août 2000) entre elles, l’excès de bureaucratie, les restes d’apparats, lois et controverses passées, devenus désormais de simples détritus. (…) Le moment arrive quand l’on s’aperçoit que toutes ces adaptations ne répondent plus aux exigences actuelles, qu’elles sont même un obstacle, et il faut alors avoir le courage d’abattre tout cela, et de ramener l’édifice à la (prétendue – NDA) simplicité et à la linéarité de ses origines.»