Le "renard" Poutine, KGBiste et faux sauveur de la tradition chrétienne

Extrait d'un article récent de Jeanne Smits intitulé "Les conservateurs ne doivent pas être dupes de Vladimir Poutine, il ne combat pas le mondialisme", publié sur le site catholique canadien LifeSite, le 12 avril 2022.

[...] Vladimir Poutine, ancien colonel du KGB

Poutine est un ancien colonel du KGB qui n'a jamais rejeté son passé communiste. Aujourd'hui, beaucoup le décrivent comme un conservateur et même comme un chrétien orthodoxe converti - mais le christianisme orthodoxe en Russie a généralement été soumis aux dirigeants de la nation, et cela était également vrai sous le régime soviétique, lorsque la hiérarchie orthodoxe russe avait des liens avec le KGB .

Poutine a qualifié l'effondrement de l'Union soviétique de "plus grande catastrophe géopolitique du siècle". Il le croit parce que, comme il l'a dit, « des dizaines de millions de nos concitoyens et compatriotes se sont retrouvés au-delà des limites du territoire russe ». Mais il faisait référence à un système qui a tué plusieurs centaines de millions de personnes et plongé plusieurs millions d'autres dans la misère sous contrôle totalitaire.

Cette phrase commence en fait à expliquer pourquoi Poutine est si déterminé à reconquérir ou à regagner de l'influence sur les anciens satellites soviétiques. Il a déjà utilisé des invasions, des partenariats et des annexions (en Géorgie, en Tchétchénie, en Transnistrie…) et des soutiens militaires, financiers et autres pour maintenir ou reconquérir des alliés « socialistes », comme au Venezuela, à Cuba, en Syrie, en Iran, en Chine, en Corée du Nord, et d'autres pays. La Russie entretient des liens étroits avec la Biélorussie (où des troupes russes étaient stationnées à la frontière ukrainienne avant l'invasion) et avec le Kazakhstan. Le président de ce pays pendant 30 ans, Noursoultan Nazarbaïev, était en fait le premier secrétaire du Parti communiste kazakh en 1989, avant l'effondrement de l'Union soviétique, et son récent successeur Tokaïev renforce ces liens étroits : certains disent même que sa montée au pouvoir a été conçu par le FSB russe (Service fédéral de sécurité.)

Poutine reste également fidèle à ses anciens amis du KGB (aujourd'hui FSB). Il a dirigé le FSB de juillet 1998 à août 1999, avant d'occuper le poste de chef du gouvernement russe en 1999 et de président de la Russie un an plus tard.

Il a rejoint les célébrations annuelles du FSB au sinistre quartier général de la Loubianka où tant de milliers de personnes ont été torturées et tuées pendant les années de l'URSS. Un portrait plus que grandeur nature de Félix Dzerjinski – fondateur et chef de la police secrète de la Tchéka de 1917 à 1926 – y est toujours accroché. Bernard Antony, ancien député européen, a témoigné de ces faits dans son film documentaire 100 ans de crimes communistes . La mémoire de Dzerjinski a été réhabilitée sous la direction de Poutine . Sa statue avait été retirée devant la Loubianka lors de la chute de l'Union soviétique, mais en 1999, peu de temps après avoir été nommé Premier ministre, Poutine a prononcé un discours à sa gloire même s'il est connu comme l'organisateur le plus vicieux de la terreur et de la torture du bolchevisme. Dzerjinski a ordonné à ses hommes de faire « souffrir le plus possible et le plus longtemps possible » leurs victimes.

Dans ce discours officiel de réhabilitation, Poutine a également glorifié la mémoire de Yuri Andropov qui a dirigé le KGB pendant 19 ans. Au musée du FSB, les déclarations « visionnaires » de Dzerjinski sont présentées comme preuve de son « génie économique » et de sa « lutte contre la corruption ». Andropov est considéré par les historiens officiels de la police secrète comme le véritable cerveau de la Perestroïka. Cela pourrait être un mythe - ou une corroboration des affirmations de Golitsyn dans New Lies for Old.

Selon le quotidien catholique libanais L'Orient-Le Jour , cette "propagande" était nécessaire pour justifier l'installation d'agents du FSB aux plus hautes fonctions administratives et économiques. D'après les recherches de l'historien du "Memorial" Nikita Petrov cité par le quotidien, il apparaît que dès son arrivée au pouvoir, Poutine a concentré le pouvoir policier entre les mains du FSB et a utilisé les "anciens" de la police secrète à des postes clés : l'ancien chef du service de presse FSN dirigeait la télévision nationale, tandis qu'un ancien officier du renseignement militaire, Igor Sechin, préside toujours le conseil d'administration de Rosneft, la compagnie pétrolière d'État russe dont il a été nommé président en 2004.

Nikita Petrov a noté que la suspicion envers tout ce qui est étranger est profondément ancrée dans l'histoire russe : « La mentalité des gens du FSB est profondément influencée par le comportement tsariste et soviétique. C'est un groupe fermé, étroitement associé au pouvoir dont la stabilité a un immense intérêt. Ils n'ont jamais cessé de considérer l'Occident comme un ennemi. Selon Luke Harding, expert des services secrets russes, Moscou applique cette idéologie dans les pays occidentaux en soutenant les mouvements « d'extrême droite ».

En septembre 2014, le ministère russe de l'Intérieur a annoncé qu'une unité de police d'élite, anciennement connue sous le nom de Division opérationnelle indépendante, reviendrait à son ancien nom de Division Dzerzhinsky. Le décret a été signé par Vladimir Poutine.

Depuis 2002, des efforts ont été faits pour réinstaller la statue de Dzerjinski à Moscou devant la Loubianka. Yuri Luzhkov, ancien maire de la capitale russe, a été le premier à œuvrer dans ce sens, et un sondage électronique non concluant a eu lieu l'année dernière, signifiant que le principe de son retour a été accepté par les autorités russes, même si cela n'a pas été le cas ( encore) s'est produit. Mais les procureurs du gouvernement ont déclaré publiquement que le démantèlement du monument à "Iron Felix" en 1991 était "illégal".

Des bustes et des plaques de Dzerjinski sont présents dans d'autres quartiers généraux du FSB, notamment à Saint-Pétersbourg. Un buste du chef de la police secrète a également été érigé en Crimée en 2014 peu après l'annexion de la péninsule par la Russie, et un autre à Krasnodar, dans le sud de la Russie.

Ce serait l'équivalent d'élever des monuments en Allemagne au chef de la Gestapo.

Poutine honore également la mémoire de Staline . Depuis 2015, il a parlé à plusieurs reprises de manière positive de ce meurtrier de masse, justifiant le pacte de non-agression de 1939 signé par Staline avec l'Allemagne nazie et glorifiant en même temps le rôle de Staline dans le renversement de l'Allemagne nazie après 1941. Le 70e anniversaire de la fin de la IIe guerre mondiale a été marqué en Russie par la glorification de Staline.

Des statues sont encore érigées en Russie sous la surveillance de Poutine à la mémoire de l'homme qui non seulement a « purgé » l'Union soviétique dans le sang, mais a organisé le génocide de l'Ukraine par le biais de « l'Holodomor », la famine organisée qui a tué 5 millions d'Ukrainiens qui ont été contraints d'abandonner toutes leurs céréales et produits agricoles à la Russie soviétique et punis, même par la mort, en récupérant le blé tombé. Compte tenu de l'Holodomor, les Ukrainiens peuvent difficilement voir la Russie comme une « armée de libération ». En effet, cela explique en partie pourquoi l'Ukraine s'est tournée vers l'Occident.

Des dizaines de statues de Staline ont été érigées en Russie depuis 2010 sur des mémoriaux militaires officiels, et donc sous la responsabilité du gouvernement russe, et le « Petit Père du Peuple » apparaît même dans une mosaïque de la Cathédrale Centrale des Forces Armées près de Moscou.

En mai 2021, la première pierre d'un nouveau musée et centre éducatif "présentant une vision positive de Staline" a été posée à Bor, à l'est de Moscou, par un homme d'affaires, Aleksey Zorov. Une telle construction ne pourrait avoir lieu sans l'approbation du gouvernement.

Dans cet hommage à Staline, il est peu fait mention du pacte Hitler-Staline (techniquement le pacte Molotov-Ribbentrop de 1939-1941) mentionné plus haut, qui a permis à la Russie d'envahir la Pologne et d'établir son influence de 50 ans sur l'Europe centrale et orientale. Pourquoi évoquer cela dans une étude sur l'invasion de l'Ukraine par Poutine ? Tout simplement parce que l'une des principales « raisons » que Poutine a données pour « l'opération militaire spéciale » de la Russie en Ukraine est un objectif de « dénazifier » l'ancien satellite soviétique.

Il est en effet contradictoire de dénoncer le nazisme (et même pas de manière cohérente, étant donné que Staline est blanchi de son implication avec l'Allemagne nazie) et de balayer les plus de cent millions de victimes du communisme, dont beaucoup sont mortes sous Staline.

Les efforts de Poutine pour ancrer ses actes dans l'histoire du XXe siècle, et sa description de la chute de l'Union soviétique comme une « catastrophe » majeure, éclairent ses actions politiques et militaires actuelles. Les faits montrent qu'il a l'intention de reconquérir ou de reprendre de l'influence sur les anciens satellites soviétiques. Il a déjà utilisé des invasions, des partenariats, des annexions et un soutien militaire, financier et autre pour maintenir ou retrouver des alliés « socialistes », comme au Venezuela, à Cuba, en Syrie, en Iran, en Chine, en Corée du Nord et dans d'autres pays.

Faut-il vraiment croire que Poutine a rompu avec le communisme ?

Il y a des indices dans le présent. En effet, quelques anecdotes aideront à répondre à cette question.

Prenons le cas de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (WFDY, une ONG approuvée par l'ONU) . Il a été créé en 1943 et a reçu le soutien de Churchill et de Staline qui voulaient voir la jeunesse du monde coopérer pour la « paix ». Il était principalement soutenu par la Russie soviétique depuis 1945. Comme d'autres « courroies de transmission » ou « fronts » communistes qui faisaient la promotion de la politique soviétique tout en prétendant être indépendants du Parti communiste russe, il prêchait « le désarmement, la paix et « l'amitié entre les peuples ». Les invités vedettes de ses événements internationaux réguliers comprenaient Youri Gagarine, Yasser Arafat et Fidel Castro. Ses membres sont des groupes de jeunes « socialistes » ou ouvertement communistes.

La WFDY a continué à recevoir le soutien du gouvernement russe depuis la chute de l'Union soviétique.

Vladimir Poutine s'est mis en quatre pour que la FMJD tienne sa plus récente réunion mondiale à ce jour en Russie, à l'occasion du 100e anniversaire de la révolution bolchevique. L'événement a eu lieu à Sotchi, en Russie, en 2017 . Poutine a pris la parole au moins deux fois lors de la réunion. Ses principaux thèmes étaient l'amitié interreligieuse, le développement durable, les objectifs de l'ONU, la mémoire de Lénine, les images du marteau et de la faucille, le changement climatique, la justice sociale et «l'antifascisme».

Pendant ce temps, Poutine a récemment interdit « Memorial », le petit groupe faisant des recherches sur les victimes du communisme soviétique . Sur une note plus légère, la Russie de Poutine a également interdit la projection du film merveilleusement satirique – mais profondément exact malgré quelques erreurs historiques – sur Staline, La Mort de Staline . Il dépeint la lutte de pouvoir sociale et politique interne au sein du Conseil des ministres après la mort du dirigeant soviétique Joseph Staline en 1953. Il a été interdit en Russie, au Kazakhstan et au Kirghizistan pour se moquer du passé des pays et se moquer de leurs dirigeants, mais pour tous sa comédie montre une connaissance approfondie des rouages du pouvoir dans la Russie soviétique et stalinienne et comment Staline, en tant que tyran capricieux, a terrorisé la Russie mais a également servi de modèle à ses futurs dirigeants.

La Russie n'illustre pas les valeurs familiales traditionnelles et est profondément anti-catholique

La Russie représente-t-elle des valeurs traditionnelles opposées à la décadence de l'Occident libéral ? Non.

Premièrement, il y a son anti-catholicisme. L'Église catholique a été bannie de la Russie soviétique et bien qu'elle ait été autorisée à revenir après la chute de l'Union soviétique, elle ne représente que 1 % de la population selon Russia Beyond, qui fait partie d'une agence de presse gouvernementale. Cela pourrait être beaucoup moins. Beaucoup sont liés, dit-il, aux catholiques déportés de Pologne, de Lituanie, d'Ukraine vers la Sibérie à l'époque soviétique. Il n'y a que trois églises catholiques dans la mégapole moscovite (15,5 millions d'habitants). Et il n'y a que deux écoles catholiques dans toute la Russie. Une rencontre du pape François avec le patriarche de Moscou, Kirill, à Cuba en 2016 a été largement médiatisée, mais les catholiques en Russie restent marginalisés et les conversions de l'orthodoxie au catholicisme sont rares.

Les statistiques générales montrent à quel point la situation est mauvaise en Russie. L'espérance de vie à la naissance des bébés garçons est de 67 ans. Il y a 10,8 homicides annuels pour 100 000 habitants (contre 5,4 aux États-Unis et 1,78 en France). Le taux de suicide en 2019 était de 25,1 pour 100 000 (contre 13,8 en France et 16,1 aux États-Unis).

Pendant ce temps, seulement environ 3% des Russes se livrent à une pratique religieuse régulière. Ce pourcentage n'a pas bougé depuis la chute de l'URSS en 1989. C'est similaire à la France post-COVID mais loin derrière les États-Unis où, selon la dernière enquête du Pew Center (2014), 35% des Américains assistent au moins une fois/semaine à des offices religieux (39 % de catholiques, 58 % de protestants évangéliques et 31 % de chrétiens orthodoxes).

En termes de valeurs familiales en Russie, il n'y a que 6,3 mariages pour 1 000 habitants, deux fois plus qu'en France mais moins qu'aux États-Unis. La Russie a également un taux de divorce énorme de 70 % (contre environ 44 % aux États-Unis et en France).

Les taux de fécondité russes étaient au plus bas de 1,16 enfant par femme en âge de procréer en 1999. Le taux est passé à 1,75 dans le cadre des plans de soutien démographique alors que la Russie paniquait face à une population en déclin, mais est retombée à 1,5 depuis 2019. À mesure que la population vieillit, la nation se rétrécit. La Russie a perdu près d'un million d'habitants d'octobre 2020 à septembre 2021. Elle compte moins d'habitants que lorsque Poutine est arrivé au pouvoir en 2000.

La révolution d'Octobre en Russie a légalisé l'avortement, l'union libre, l'homosexualité et le divorce en 1917. Aujourd'hui, l'avortement est gratuit en Russie (financé à 100 % par l'État) et disponible sans conditions pendant les 12 premières semaines de grossesse. Il est légal jusqu'à 22 semaines en cas de viol et jusqu'à la naissance pour des « raisons médicales ». Les médecins n'ont qu'un droit limité à l'objection de conscience.

Il est vrai que certaines justifications légales de l'avortement entre 12 et 22 semaines ont été supprimées sous Poutine et que le nombre absolu d'avortements a baissé (officiellement, 535 500 en Russie en 2020, contre 4 millions à la chute de l'URSS). Cependant, le taux d'avortement en Russie était de 419,7 pour 1 000 naissances vivantes en 2019 selon Johnstons' Archive . C'est presque le double de celui des États-Unis (240,2 pour 1 000 naissances vivantes en 2020). En Russie, la contraception « moderne » a le vent en poupe et l'éducation sexuelle est obligatoire dans les écoles.

La maternité de substitution (GPA) a été rendue légale en 1993, officiellement afin de lutter contre le déclin démographique, faisant de la Russie le premier État à approuver la « location d'utérus ». C'est également en Russie que le premier bébé porté par une mère porteuse est né en 1995. Disposant d'une des législations les plus libérales en matière de maternité de substitution, la Russie a rapidement accueilli des clients étrangers.

La jurisprudence a rapidement permis aux célibataires d'avoir recours à la maternité de substitution, et le fait qu'il n'y ait aucune obligation pour les couples d'être mariés pour pouvoir embaucher une mère porteuse a également été utilisé par les homosexuels pour obtenir des bébés en Russie. Lors du premier verrouillage du COVID, environ 1 000 bébés « en gestation » pour des clients étrangers ont été « bloqués » en Russie entre février et juillet 2020. Un projet de loi interdisant aux étrangers d'utiliser des mères porteuses russes a été présenté l'été dernier mais n'a pas encore été adopté.

La publicité de l'homosexualité auprès des mineurs est un délit en Russie, mais vous pouvez trouver des lieux LGBT dans toutes les grandes villes et leurs adresses, spécialités et heures d'ouverture sont facilement accessibles en ligne.

En fait, le langage pro-famille et pro-vie en provenance de Russie ne correspond pas aux lois et pratiques locales. La rhétorique vise en grande partie les pays d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord où les groupes pro-vie et pro-famille sont suffisamment importants et influents pour que l'opération en vaille la peine pour les Russes. Pensez au Congrès mondial des familles : une coalition américaine qui promeut les valeurs traditionnelles chrétiennes à l'échelle internationale. Lors des rencontres internationales, la Russie est fortement représentée.

Par exemple, sa réunion de 2018 s'est tenue en Moldavie sous les auspices du président pro-russe Igor Dodon. Il a souvent été dit que la WCF a (ou a eu) des liens avec l'oligarque russe Konstantin Malofeyev, proche de Poutine . Son partenaire commercial, Aleksei Komov, siège au conseil d'administration de la WCF. Et j'ai personnellement été témoin de la façon dont Komov et d'autres membres de ce groupe d'influence se sont joints aux réunions pro-famille françaises et internationales à Paris, faisant explicitement de leur mieux pour créer de la "bonne volonté" pour Poutine et la Russie.

Pourquoi? Quel intérêt la Russie peut-elle avoir à nouer des liens avec les mouvements pro-famille en Occident ? La seule réponse à cela se trouve probablement dans la dialectique : utiliser des forces contraires qui déstabilisent. Dans la situation actuelle, ces efforts ont également fait en sorte qu'une part non négligeable de l'opinion publique en Occident est favorable à la Russie : en France, cela comprend les candidats présidentiels de droite et un certain nombre de parlementaires des grands partis.

Les médias internationaux russes tels que Russia Today (RT) et Sputnik sont également révélateurs. J'ai suivi de près ces points de vente dans plusieurs langues. Ce sont des médias d'État créés par le Kremlin pour véhiculer une image positive de la Russie et donner une vision « différente », moins unilatérale de l'actualité, à l'opposé des grands médias occidentaux.

J'ai remarqué que quelle que soit la langue des sites de RT et de Sputnik, le dénominateur commun était un soutien ferme aux groupes et aux événements susceptibles de déstabiliser les sociétés locales. En France, ces médias avaient un vernis de droite, soutenant le mouvement « La Manif pour tous » contre le « mariage homosexuel » et les « Gilets jaunes », par exemple. Mais la version anglaise a soutenu les émeutes de Black Lives Matter. En espagnol, la rhétorique des médias russes était de gauche et incluait la glorification de Che Guevara. Dans certaines histoires, cela a même supporté les « droits » LGBT.

La philosophie politico-religieuse gnostique d'Alexander Dugin

De quelle philosophie politique Vladimir Poutine s'inspire-t-il ? De nombreuses sources d'information grand public ont commencé à considérer la figure d'Alexander Dugin comme l'un des piliers idéologiques du régime de Poutine depuis que la Russie a envahi l'Ukraine. Son influence me semble avoir été bien réelle, ayant été attentif à son travail ces cinq dernières années. Fondateur du parti national-bolchevique après la chute de l'URSS, Dugin semble avoir été un proche conseiller de Poutine avant de tomber dans une soi-disant disgrâce selon les commentateurs. Il était membre officiel du voyage de Poutine en Turquie en 2004, et émissaire de Poutine à Ankara en 2015, selon la presse turque.

Selon Galia Ackerman, une experte du monde post-soviétique qui l'a interviewé en 2014 , Dugin est véritablement « l'idéologue » de Poutine. Ami personnel de l'ancien président Nursultan du Kazakhstan, Dugin est crédité par l'intervieweur d'avoir théorisé l'Union économique eurasienne qui est l'un des chevaux de bataille de Poutine et dont le Kazakhstan est membre.

Dugin a théorisé « la quatrième théorie politique », la « multipolarité », avec le « Heartland » terrestre russe comme une puissance centrale et vertueuse face à la puissance maritime corrompue, « thalassane », « atlantiste » de l'Amérique du Nord et du Royaume-Uni, opposée à l'unité eurasienne « turco-slave ». Dugin pense que le chaos entraînera cette redistribution du pouvoir. Adepte de la spiritualité gnostique (disciple de René Guénon) et de la « révolution anti-bourgeoise », il est proche de la droite néo-païenne. [...]

Fin de l'extrait
Benjamin Beno DEHOUE
LE CHARISME DE PAROLE DE CONNAISSANCE SELON LE PERE EMILIANO TARDIF ET JEAN PLIYA LE CHARISME DE PAROLE DE CONNAISSANCE SELON LE FRERE JEAN PLIYA ET EMILIANO TARDIF
Spina Christi 2
Qui est sauveur de la tradition chrétienne ?

Pas même le pape François...
Tous frères
Citation de Jeanne Smits : « Les médias internationaux russes tels que Russia Today (RT) et Sputnik sont également révélateurs. J'ai suivi de près ces points de vente dans plusieurs langues. Ce sont des médias d'État créés par le Kremlin pour véhiculer une image positive de la Russie et donner une vision « différente », moins unilatérale de l'actualité, à l'opposé des grands médias occidentaux. …More
Citation de Jeanne Smits : « Les médias internationaux russes tels que Russia Today (RT) et Sputnik sont également révélateurs. J'ai suivi de près ces points de vente dans plusieurs langues. Ce sont des médias d'État créés par le Kremlin pour véhiculer une image positive de la Russie et donner une vision « différente », moins unilatérale de l'actualité, à l'opposé des grands médias occidentaux. J'ai remarqué que quelle que soit la langue des sites de RT et de Sputnik, le dénominateur commun était un soutien ferme aux groupes et aux événements susceptibles de déstabiliser les sociétés locales. En France, ces médias avaient un vernis de droite, soutenant le mouvement « La Manif pour tous » contre le « mariage homosexuel » et les « Gilets jaunes », par exemple. Mais la version anglaise a soutenu les émeutes de Black Lives Matter. En espagnol, la rhétorique des médias russes était de gauche et incluait la glorification de Che Guevara. Dans certaines histoires, cela a même supporté les « droits » LGBT. »
Tous frères
Autre citation : « Les statistiques générales montrent à quel point la situation est mauvaise en Russie. L'espérance de vie à la naissance des bébés garçons est de 67 ans. Il y a 10,8 homicides annuels pour 100 000 habitants (contre 5,4 aux États-Unis et 1,78 en France). Le taux de suicide en 2019 était de 25,1 pour 100 000 (contre 13,8 en France et 16,1 aux États-Unis).

Pendant ce temps, …More
Autre citation : « Les statistiques générales montrent à quel point la situation est mauvaise en Russie. L'espérance de vie à la naissance des bébés garçons est de 67 ans. Il y a 10,8 homicides annuels pour 100 000 habitants (contre 5,4 aux États-Unis et 1,78 en France). Le taux de suicide en 2019 était de 25,1 pour 100 000 (contre 13,8 en France et 16,1 aux États-Unis).

Pendant ce temps, seulement environ 3% des Russes se livrent à une pratique religieuse régulière. Ce pourcentage n'a pas bougé depuis la chute de l'URSS en 1989. C'est similaire à la France post-COVID mais loin derrière les États-Unis où, selon la dernière enquête du Pew Center (2014), 35% des Américains assistent au moins une fois/semaine à des offices religieux (39 % de catholiques, 58 % de protestants évangéliques et 31 % de chrétiens orthodoxes).

En termes de valeurs familiales en Russie, il n'y a que 6,3 mariages pour 1 000 habitants, deux fois plus qu'en France mais moins qu'aux États-Unis. La Russie a également un taux de divorce énorme de 70 % (contre environ 44 % aux États-Unis et en France).

Les taux de fécondité russes étaient au plus bas de 1,16 enfant par femme en âge de procréer en 1999. Le taux est passé à 1,75 dans le cadre des plans de soutien démographique alors que la Russie paniquait face à une population en déclin, mais est retombée à 1,5 depuis 2019. À mesure que la population vieillit, la nation se rétrécit. La Russie a perdu près d'un million d'habitants d'octobre 2020 à septembre 2021. Elle compte moins d'habitants que lorsque Poutine est arrivé au pouvoir en 2000.

La révolution d'Octobre en Russie a légalisé l'avortement, l'union libre, l'homosexualité et le divorce en 1917. Aujourd'hui, l'avortement est gratuit en Russie (financé à 100 % par l'État) et disponible sans conditions pendant les 12 premières semaines de grossesse. Il est légal jusqu'à 22 semaines en cas de viol et jusqu'à la naissance pour des « raisons médicales ». Les médecins n'ont qu'un droit limité à l'objection de conscience.

Il est vrai que certaines justifications légales de l'avortement entre 12 et 22 semaines ont été supprimées sous Poutine et que le nombre absolu d'avortements a baissé (officiellement, 535 500 en Russie en 2020, contre 4 millions à la chute de l'URSS). Cependant, le taux d'avortement en Russie était de 419,7 pour 1 000 naissances vivantes en 2019 selon Johnstons' Archive . C'est presque le double de celui des États-Unis (240,2 pour 1 000 naissances vivantes en 2020). En Russie, la contraception « moderne » a le vent en poupe et l'éducation sexuelle est obligatoire dans les écoles.

La maternité de substitution (GPA) a été rendue légale en 1993, officiellement afin de lutter contre le déclin démographique, faisant de la Russie le premier État à approuver la « location d'utérus ». C'est également en Russie que le premier bébé porté par une mère porteuse est né en 1995. Disposant d'une des législations les plus libérales en matière de maternité de substitution, la Russie a rapidement accueilli des clients étrangers.

La jurisprudence a rapidement permis aux célibataires d'avoir recours à la maternité de substitution, et le fait qu'il n'y ait aucune obligation pour les couples d'être mariés pour pouvoir embaucher une mère porteuse a également été utilisé par les homosexuels pour obtenir des bébés en Russie. Lors du premier verrouillage du COVID, environ 1 000 bébés « en gestation » pour des clients étrangers ont été « bloqués » en Russie entre février et juillet 2020. Un projet de loi interdisant aux étrangers d'utiliser des mères porteuses russes a été présenté l'été dernier mais n'a pas encore été adopté.

La publicité de l'homosexualité auprès des mineurs est un délit en Russie, mais vous pouvez trouver des lieux LGBT dans toutes les grandes villes et leurs adresses, spécialités et heures d'ouverture sont facilement accessibles en ligne.»