shazam
Jade et les sacrés mystères de la vie de François Garagnon
(Jade est une petite fille qui se passionne pour les choses spirituelles au sens à la fois mystique et humoristique du mot).

Il y à énormément de gens qui continuent à vivre sans s'apercevoir qu'ils sont morts. Je veux dire qu'ils existent, mais ils ne vivent pas vraiment. Vivre, c'est pas seulement respirer, bouger, se lever, …More
Jade et les sacrés mystères de la vie de François Garagnon
(Jade est une petite fille qui se passionne pour les choses spirituelles au sens à la fois mystique et humoristique du mot).

Il y à énormément de gens qui continuent à vivre sans s'apercevoir qu'ils sont morts. Je veux dire qu'ils existent, mais ils ne vivent pas vraiment. Vivre, c'est pas seulement respirer, bouger, se lever, travailler et aller chercher de l'argent à la banque ! A la fin de votre vie, vous croyez que vous vous en souviendrez de tout ça?

Tu sais, ça m'est déjà arrivé d’être bien malheureuse. Eh bien, je me suis aperçue que la seule façon de chasser le brouillard qui plane à l’intérieur, c'est de faire briller un moment des rayons de sourire. Tu me diras : c’est difficile de sourire quand on est malheureux. En fait, on apprend. Et on s’aperçoit vite qu’il est encore plus difficile d’être malheureux quand on sourit.

La mauvaise humeur, c'est comme la grippe : il suffit qu'il y en ait un qui l'ait pour que dix l'attrapent.
Moi, ce que je comprends pas c'est qu'on arrive pas à contaminer les gens aussi avec la bonne humeur.

Ce que tu dois aimer dans l'autre, ce n'est pas son reflet, ce n'est pas le reflet de toi-même, c'est le reflet de Dieu.

J'ai tellement de ciel bleu à l’intérieur de moi que j'ai l'impression d'avoir mangé de l'infini.

Einstein allait jusqu'à dire : « Un homme qui n'est plus capable de s'émerveiller a pratiquement cessé de vivre ». Soyez pleinement présents à la beauté du monde, soyez des vivants ! Ouvrez les yeux sur tout ce qui est digne d'être admiré et aimé. Veillez sur vous ! Éveillez-vous ! Émerveillez-vous !

L'avantage, quand on est Dieu, c'est qu'on peut fabriquer de la joie avec n'importe quoi. Même avec de la peine, même avec de la souffrance. C'est dommage qu'on ne connaisse pas son truc, parce que moi ça m'arrive le matin de me réveiller avec de gros nuages gris foncé dans la tête, impossibles à chasser ; parfois même ils déclenchent des orages terribles qui débordent par les yeux. Dans ces moments-là, maman vient me voir pour sécher mes larmes avec son grand soleil de tendresse

Les plus indicibles joies sont celles qui ont traversé la souffrance et qui ont été traversée par elle.

Réussir dans la vie ou réussir sa vie ? de François Garagnon

La parabole du tas de pierres

Il était une fois un étranger qui cheminait dans la campagne lorsqu'il vit, au bord du chemin un énorme tas de pierres autour duquel tout un groupe d'ouvriers s'affairait, sans joie et sans entrain.

- Que faites-vous? demanda l'étranger. .
- Eh bien ! Ne vois-tu pas ? Nous assemblons des pierres ... répondit l'un des ouvriers sur un ton désabusé.

L'étranger s'éloigna, peu enclin à prolonger la conversation avec des personnes aussi maussades et renfrognées. Un peu plus loin, il sembla revivre la même scène: même énorme tas de pierres, même groupe d'ouvriers, sauf que ... Sauf que ceux-là, au lieu d'afficher un air désenchanté et misérable, mettaient dans leurs gestes une vitalité joyeuse, sifflaient, chantaient, riaient de bon cœur, et semblaient participer avec une belle ardeur et un zèle hors du commun à un labeur qui ressemblait moins a une servitude besogneuse qu'à un engagement gratifiant...

- Que faites-vous ? demanda l’étranger, sidéré de voir une telle différence de comportement pour accomplir la même tâche.
Un ouvrier lui répondit, dans un sourire radieux :
- Nous bâtissons une cathédrale.