L'inversion accusatoire sur le racisme en France : un exemple de manipulation journalistique

« Dans certains collèges, il n’y a plus d’enfants blancs », souligne Arthur Frayer-Laleix

En réalité, le racisme est à l'égard des personnes blanches françaises vu qu'elles ne peuvent pas bénéficier des logements attribués aux personnes modestes. Ce journaliste explique lui-même que les personnes non-blanches sont favorisées, ce qui est bien évidemment au détriment des personnes blanches et non en leur faveur comme il essaie de le faire croire puisque les personnes blanches en France apprécieraient bien évidemment aussi de bénéficier d'un logement à loyer modéré, souvent rénové en plus (vu les subventions nombreuses en plus dans les quartiers contrairement aux campagnes françaises où sont moindre la part d'immigrés étant donné l'éloignement des centres d'activités urbains) :

« L’État a séparé les individus selon leurs origines ?

C’est principalement à cause de l’attribution des logements sociaux par les bailleurs sociaux et les pouvoirs publics, lors des commissions d’attribution de logement. Selon la consonance d’un nom, il peut être simple de connaître l’origine de la personne. En théorie, il est interdit d’attribuer un logement selon la couleur de peau. Dais les faits, c’est largement pratiqué comme l’ont montré des travaux d’universitaires. Dans les tribunaux, des associations comme SOS Racisme font un travail de longue haleine en attaquant des bailleurs sociaux et agents immobiliers ayant des pratiques discriminatoires. On se retrouve donc avec des quartiers très concentrés. »

En vérité, les personnes blanches ne peuvent pas habiter dans ces logements qui sont généralement modernes étant donné la destruction des anciennes barres et leur reconstruction de plus en plus dans des tailles peu élevées. Ce racisme par les institutions françaises envers les personnes blanches est ici justifié en prétendant que ce serait pour concentrer des personnes immigrées ensemble alors qu'elles sont les seules qui se voient attribuées les conditions très avantageuses de ces logements. Les personnes blanches en sont privés de même que de nombreux emplois (à la RATP par exemple mais aussi dans de nombreuses entreprises partenaires de l'état et de cette politique raciste) qui sont réservées à ces populations d'origine étrangère.

Ce journaliste avoue une partie de son mensonge encore lorsqu'il justifie que ces populations d'origine étrangère se regroupent entre elles, prouvant bien que ce n'est pas seulement l'état mais elles-mêmes qui décident de se concentrer. Des vidéos qu'on peut trouver facilement sur internet ou encore des témoignages par ailleurs démontrent que le racisme vient de la part de ces habitants qui veulent se concentrer entre eux comme il le dit lui-même, en prenant l'exemple trompeur cependant de Bretons dont il ne s'agit pas pourtant :

« Vous décrivez aussi une logique de solidarité entre habitants.

Souvent, les gens arrivent d’un même pays, parfois d’une même région. En arrivant en France, ils vont essayer de trouver des personnes dont ils se sentent proches, qui vont pouvoir les aider. Les Bretons, par exemple, l’ont fait très naturellement au XXe siècle dans le quartier de Montparnasse. Aujourd’hui, on a simplement changé d’échelle. » »

Il est clair qu'il justifie cette concentration voulue par ces populations étrangères comme s'ils étaient des autochtones bretons, sauf que la différence c'est qu'il accuse les blancs de racisme pour quelque chose qui en réalité n'est pas fait par les blancs mais par ces populations étrangères...

Ce journaliste est là pour justifier les populations étrangères qui ne font pas d'effort d'intégration en se regroupant entre elles et faire en sorte de culpabiliser les populations autochtones qui n'en feraient soi-disant jamais assez pour aller casser ces concentrations. Pire, il va jusqu'à les accuser de racisme et personne en France ou presque ne l'explique aux jeunes générations qu'ils essaient de rendre responsables...

Cela ne suffit pas de donner des logements à des populations étrangères dont pourtant chacun en France aimerait bénéficier (que ce soit pour ses enfants, soi-même, ou ses proches) en raison des avantages financiers qu'ils offrent et des conditions de vie plutôt généreuses comparé à des logements plus excentrés (sans moyens de transport notamment comme à la campagne, alors que ça ne brûle pas les voitures le jour de la fête nationale ou la veille du jour de l'an), il faudrait en plus juger les populations autochtones collectivement. Donc, comment les juge t-on ? Quel est l'agenda ?

Quant aux populations étrangères qui ne seraient pas heureuses en France, il n'est rien dit sur les attaques de pompiers, de police, etc. Ce « journaliste » n'ose pas prétendre qu'il n'y aurait pas la liberté de déménager pour ces populations qui comme il le dit essayent « de trouver des personnes dont ils se sentent proches »... Et toute cette propagande passe comme une lettre à la poste dans les journaux, sans que jamais ô grand jamais il n'y ait de contre-tribune ou de défense contre ces calomnies à l'égard de ces populations blanches calomniées.


Vous avez parlé de contre-révolution chez les Catholiques ? Mais combien de Catholiques vont expliquer à leurs frères non-Catholiques (et même Catholiques...) la perfidie de ces accusations éhontées et dénoncer ces mensonges en faisant de la pédagogie en allant rencontrer les jeunes pour leur expliquer ce qu'il se passe avec bienveillance et charité.

La contre-révolution ne commence pas en allant étudier la hiérarchie du système communiste mais en allant déjà détruire ces mensonges du quotidien dans les médias auprès d'une population totalement laissée sans défense suite à la propagande massive de la franc-maçonnerie dans l'éducation et leurs moyens de propagande (sociale, médiatique, institutionnelle, etc). Or, celle-ci a quasiment tout détruit des archives et de ce qui existait d'avant 1789 dans l'état-civil français. C'est la ruine de la France qu'elle cherche et qu'elle obtiendra à ce rythme vu que personne ne moufte dans ce pays. C'est juste hallucinant et sans doute peu de personnes prient non plus.

Jamais ces populations étrangères n'ont eu autant d'opportunités qu'en France comparé à leur pays dans lequel sinon elles sont libres de repartir si c'était une souffrance d'habiter en France et il faudrait supporter et entendre qu'on serait raciste ??? Mais qui sont les Français pour ne pas dénoncer ces accusations dans la rue sinon par des partis politiques ??? Ça fait des décennies qu'ils croient qu'en ne disant rien ils continueront à être épargnés alors qu'ils sont maintenant dos au mur. Il arrive un moment où il faudra bien mourir pourtant et abandonner tous les biens ici-bas... Qu'attendent-ils pour prier, sinon que sur ça aussi personne n'explique que cela ne se produit que parce que la France a abandonné Dieu à force de reculer depuis 2 siècles sur toute la propagande anti-cléricale et laïque.