Clicks250

sermon l'abbé Pivert ~ La justice supérieure ou vertu d’épikie (à lire, écouter ou télécharger)

jili22
4
Saint Thomas conclut son étude de la justice par une vertu très importante. C’est une des gloires des Grecs anciens de l’avoir mise au sommet de leur édifice social et, bien évidemment, l’Église la …More
Saint Thomas conclut son étude de la justice par une vertu très importante. C’est une des gloires des Grecs anciens de l’avoir mise au sommet de leur édifice social et, bien évidemment, l’Église la favorise, malgré son caractère extraordinaire. Il s’agit de l’épikie dont saint Thomas nous dit qu’elle est la perfection de la vertu.

C’est elle qui justifie tout le ministère des prêtres de la Tradition malgré et contre les autorités modernistes de l’Église. Le sermon est un peu plus long que d’habitude, mais, vu son importance, je n’ai pas voulu l’abréger. Et, comme je l’ai illustré de plusieurs histoires, je pense qu’il ne vous lassera pas.
Gastonviet
@jili22 vous travaillez pour qui ? @AveMaria44
Comme pour Johan Livernette !?.. C'est-à-dire pour vos propres affaires et plus si affinité !?..
cristiada.cristeros
suppléance de juridiction et confessions
foicatholique.cultureforum.net/t3745-pour-rosa…
Gastonviet
La suppléance canonique, n'est pas du tout une alternative pour les "prêtres illégitimes" sans juridiction ordinaire. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'invoquer une juridiction directement du droit divin à défaut d'avoir juridiction ordinaire ou déléguée. Cette notion de suppléance canonique de juridiction dans l'Eglise, est une juridiction suppléée quand on croit réellement à tort que le …More
La suppléance canonique, n'est pas du tout une alternative pour les "prêtres illégitimes" sans juridiction ordinaire. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'invoquer une juridiction directement du droit divin à défaut d'avoir juridiction ordinaire ou déléguée. Cette notion de suppléance canonique de juridiction dans l'Eglise, est une juridiction suppléée quand on croit réellement à tort que le ministre en question a une juridiction ordinaire ou déléguée. Mais encore cela ne vaut que pour les cas accidentels. Tout pouvoir de juridiction qui n'est pas ordinaire ou délégué - en l'occurrence la juridiction suppléée au moyen du canon 209 - doit être interprété d'une manière stricte. Non seulement votre manière d'interpréter cette suppléance n'est pas stricte, mais, de plus, elle n'a rien à voir avec le sens véritable de cette notion.Parallèlement , la suppléance canonique ne supplée pas un défaut de droit divin positif du ministre comme le défaut de la mission,c-à-d etre envoyé par l'autorité légitime !
ne nous laissez pas succomber
Merci et c'est pour suivre la loi divine que je suis vent debout ,contre @Jean de Roquefort et la louange de mes lèvre et tout les Vaticanesques de tout polis ;
, je préfère le mot équité ,votre explication du prêtre excommunier vers 16/17 ,m'à fait pensé au film le défroquer ,ou vers la fin il redevient Curé ,merci