Clicks138
fr.news

Un évêque courageux : Traditionis Custodes est une "déclaration de guerre" faite "d'idéologie et de malice"

Traditionis Custodes (TC) de François est "une déclaration de guerre", "comme une trahison" et une gifle aux papes précédents, analyse l'évêque auxiliaire du Bois-le-Duc Rob Mutsaerts sur FortesInFide.nl (23 juillet).

L'Eglise n'a jamais aboli les liturgies, même Trent ne l'a pas fait, écrit Mutsaerts, "François rompt complètement avec cette tradition." Mutsaerts trouve de nombreuses "inexactitudes factuelles" dans la lettre d'accompagnement de François, par exemple "l'affirmation de François selon laquelle ce que Paul VI a fait après Vatican II serait identique à ce que Pie V a fait après Trente. Ceci est totalement éloigné de la vérité".

Trente (1545-1562) et Pie V (+1572) n'étaient pas concernés par la réécriture de la liturgie. Par conséquent, le missel publié par Pie V renvoie au missel de 1474 et ainsi de suite, en remontant sans cesse jusqu'au IVe siècle.

Même le document de Vatican II sur la liturgie est "conservateur", observe Mutsaerts, puisque le latin et les chants grégoriens ont été maintenus. "Cependant, les développements qui ont suivi Vatican II sont très éloignés des documents du concile." Sa conclusion : "Le fameux 'esprit du concile' ne se trouve nulle part dans les textes du concile eux-mêmes."

Mutsaerts se réfère à une étude récente selon laquelle seulement 17% des prières de l'ancien Missel se retrouvent dans le nouveau rite de Paul VI, "On ne peut donc guère parler de continuité d'un développement organique", et la prétention de François d'être dans le développement organique de l'Eglise est en "complète contradiction avec la réalité." Au contraire, "En rendant la messe en latin pratiquement impossible, François rompt définitivement avec la tradition liturgique séculaire de l'Église catholique romaine."

L'évêque enseigne à François que "la liturgie n'est pas un jouet des papes, mais un héritage de l'Église." L'action de François n'a pour Mutsaerts "rien à voir avec l'évangélisation et encore moins avec la miséricorde" "C'est plutôt de l'idéologie". François suit le principe : "Vatican II y compris sa mise en œuvre avec toutes ses aberrations, ou rien !".

Mutsaerts remarque que, selon François, les catholiques de vieux rite - qui sont un nombre relativement faible mais en augmentation, alors que le Novus Ordo est "en train de s'effondrer" - "doivent et seront interdits." Il qualifie cela d'"idéologie et de malveillance".

Il remarque que Bergoglio ne s'oppose jamais aux nombreux abus liturgiques dans d'innombrables paroisses où "tout est possible, sauf la messe tridentine" et "toutes les armes sont jetées dans la mêlée pour bannir l'ancienne messe."

"Pour l'amour de Dieu, pourquoi ?" - demande-t-il à François, qui n'est pas connu pour son amour du dialogue ouvert.

#newsZkyoghmzdz