Join Gloria’s Christmas Campaign. Donate now!
Clicks833
AJPM
3

L’ANTÉCHRIST MASSACRE LORETTE

Album ACTU
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme FRANÇOIS est HÉRÉTIQUE, APOSTAT & IDOLÂTRE, concluez !

* * *

Les DEUX « CARDINAL SARAH »

Il y a celui qui s’exprime sans ambiguïté sur le célibat sacerdotal et qui dit son effroi devant certaines propositions du Synode sur l’Amazonie. Et il y a l’autre, qui vient d’abroger la fête de la translation miraculeuse de la Sainte Maison de Lorette. Comment les deux peuvent-ils cohabiter? C’est la question que se pose AM Valli , après avoir lu son dernier livre « Le soir approche et déjà le jour baisse » :

« (…)
Reste à comprendre comment ce cardinal Sarah, défenseur de la foi et de la doctrine, peut cohabiter avec l’autre cardinal Sarah, celui qui, en sa qualité de Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin, abroge la fête de la translation miraculeuse de la Sainte Maison de Lorette (1), célébrée comme une fête liturgique depuis des siècles ; celui qui, interrogé par le Corriere della sera, dit que « chaque Pape est juste pour son temps », qu’entre Benoît XVI et François il y a « une grande continuité » et que « ceux qui sont contre le Pape sont ipso facto en dehors de l’Église ». Comme si rappeler à Pierre ses devoirs, à partir de la confirmation de ses frères dans la foi, revenait à prendre parti « contre le Pape ». »
www.aldomariavalli.it/…/celibato-dei-pr…

Ndt :

(1) C’est Marco Tosatti qui soulève le lièvre (passé totalement inaperçu chez nous…):

« Par un décret du 7 octobre 2019 , signé par le Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin, le Préfet concède de célébrer le 10 décembre ce qui existait déjà : la fête mariale de la Bienheureuse Vierge de Lorette; et il abroge la fête de la translation miraculeuse de la Sainte Maison de Lorette, célébrée comme une fête liturgique depuis des siècles.

Dans la pratique, le Préfet remplace la célébration liturgique du miracle qui se réfère à la relique chrétienne la plus importante au monde (à part le Saint Suaire), par la célébration d’une simple fête mariale de Lorette, une fête comme les autres fêtes mariales, par exemple celle de Lourdes.

Mais il ignore aussi la Sainte Maison comme relique, la décrivant comme un « Sanctuaire qui rappelle l’Incarnation ».

Ce décret est important car la translation miraculeuse n’existe plus liturgiquement. »
www.marcotosatti.com/…/loreto-via-la-f…

- - -

Voici le texte du décret tel que reproduit par Vatican News :

DÉCRET d’inscription de la célébration de la bienheureuse Vierge Marie de Lorette dans le Calendrier Romain Général

La vénération de la Sainte Maison de Lorette a été, depuis le Moyen Âge, à l’origine de ce sanctuaire particulier, fréquenté, encore aujourd’hui, par de nombreux pèlerins pour nourrir leur foi en la Parole de Dieu faite chair pour nous.

Ce sanctuaire rappelle le mystère de l’Incarnation et pousse tous ceux qui le visitent à considérer la plénitude du temps, quand Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, et à méditer à la fois sur les paroles de l’Ange qui annonce l’Évangile et sur les paroles de Vierge qui a répondu à l’appel divin.

Adombrée par le Saint-Esprit, l’humble servante du Seigneur est devenue la maison de Dieu, l’image la plus pure de la sainte Église.

Le sanctuaire susmentionné, étroitement lié au Siège apostolique, loué par les Souverains Pontifes et connu dans le monde entier, a su illustrer de manière excellente au fil du temps, autant que Nazareth en Terre Sainte, les vertus évangéliques de la Sainte Famille.

Dans la Sainte Maison, devant l’effigie de la Mère du Rédempteur et de l’Église, les Saints et les Bienheureux ont répondu à leur vocation, les malades ont demandé la consolation dans la souffrance, le peuple de Dieu a commencé à louer et à supplier Sainte Marie avec les Litanies de Lorette, connues dans le monde entier. D’une manière particulière, ceux qui voyagent en avion ont trouvé en elle leur patronne céleste.

En raison de tout cela, le Souverain Pontife François a décrété avec son autorité que la mémoire facultative de la Bienheureuse Vierge Marie de Lorette soit inscrite dans le calendrier romain le 10 décembre, jour de la fête à Lorette, et célébrée chaque année. Cette célébration aidera tout le monde, en particulier les familles, les jeunes, les religieux et les religieuses, à imiter les vertus de celle qui a été disciple parfaite de l’Évangile, la Vierge Marie qui, en concevant le chef de l’Église, nous a également accueillis chez elle.

La nouvelle mémoire doit donc apparaître dans tous les calendriers et livres liturgiques pour la célébration de la Messe et de la Liturgie des Heures; les textes liturgiques relatifs à cette célébration sont joints à ce décret et leurs traductions, approuvées par les Conférences épiscopales, seront publiées après la confirmation de ce Dicastère.

Nonobstant toute disposition contraire.

De la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le 7 octobre 2019, mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie du Rosaire.

Robert Card. Sarah, Préfet
Arthur Roche, Archevêque Secrétaire


* * * * * * * *

NOTRE-DAME de LORETTE : un DÉCRET SCHIZOPHRÈNE

Le décret, signé du cardinal Sarah (*), fixant au 10 décembre la mémoire de la Vierge de Lorette, désormais inscrite au calendrier romain: une bonne nouvelle, se sont empressés d’affirmer certains. Oui mais… seulement à une lecture superficielle. AM Valli a interrogé le plus grand spécialiste du miracle de la translation de la Sainte Maison, qui nous explique pourquoi il s’agit en réalité d’un acte d’apostasie camouflé niant des siècles de proclamations pontificales.

Le NOUVEAU DÉCRET
sur la SAINTE MAISON de LORETTE
Ou COMMENT OCCULTER le MIRACLE

par Aldo Maria Valli

En vue du 8 décembre, à l’occasion de l’ouverture du Jubilé lorétain pour la célébration du centenaire de la proclamation de la Vierge de Lorette, patronne des aéronautes, le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, a signé un décret ans lequel est affirmé:

« Le Souverain Pontife François a décrété avec son autorité que la mémoire facultative de la Bienheureuse Vierge Marie de Lorette soit inscrite dans le calendrier romain le 10 décembre, jour de la fête à Lorette, et célébrée chaque année. Cette célébration aidera tout le monde, en particulier les familles, les jeunes, les religieux et les religieuses, à imiter les vertus de celle qui a été disciple parfaite de l’Évangile, la Vierge Marie qui, en concevant le chef de l’Église, nous a également accueillis chez elle. »
Vatican News

Le Sanctuaire de Lorette, lisons-nous en outre dans le décret :
« a su illustrer de manière excellente au fil du temps, autant que Nazareth en Terre Sainte, les vertus évangéliques de la Sainte Famille.
Dans la Sainte Maison, devant l’effigie de la Mère du Rédempteur et de l’Église, les Saints et les Bienheureux ont répondu à leur vocation, les malades ont demandé la consolation dans la souffrance, le peuple de Dieu a commencé à louer et à supplier Sainte Marie avec les Litanies de Lorette, connues dans le monde entier. D’une manière particulière, ceux qui voyagent en avion ont trouvé en elle leur patronne céleste ».

idem

Pour les nombreux fidèles de Notre-Dame de Lorette, cela semble une bonne nouvelle, mais ce n’est pas le cas. En effet, le décret élimine la célébration liturgique du miracle se référant à la translation de la Sainte Maison et la remplace par la célébration d’une fête mariale comme tant d’autres. De cette façon, il ignore la Sainte Maison comme relique, la décrit simplement comme « Sanctuaire qui rappelle l’Incarnation » et abroge de fait la célébration liturgique de la translation miraculeuse de la Sainte Maison.

Un décret « inattendu et inopiné », ainsi le définit le professeur Giorgio Nicolini, le plus grand spécialiste de la Sainte Maison et du miracle de la translation. « Il est documenté – explique Nicolini – que cette fête liturgique à Lorette et dans les Marches était célébrée depuis le XIVe siècle. L’Église, dans le cadre de la fête, a également autorisé la célébration de la translation de la Sainte Maison par les anges, l’insérant dans le martyrologe romain depuis 1669, avec un décret de Clément IX.

Ce qui était célébré le 10 décembre n’était donc pas seulement une fête mariale, mais la translation miraculeuse de la Sainte Maison. C’est-à-dire, affirme Nicolini, « l’unique miracle officiellement reconnu dans une célébration liturgique par l’Église ».

« Pratiquement – poursuit le professeur – ce nouveau décret annule des siècles de déclarations pontificales et déclare implicitement qu’au cours des sept siècles précédents (et en tout cas officiellement à partir du XVIIe siècle) tous les décrets qui ont reconnu et autorisé la mémoire de la translation miraculeuse ne valent plus rien, et la reconnaissance même de l’authenticité de la relique de la Sainte Maison est maintenant complètement occultée sinon ouvertement niée.

« Dans le décret, en effet, il n’y a plus aucune mention de la Sainte Maison comme d’une relique, ni d’identification avec l’authentique maison de Nazareth, mais on parle seulement de sanctuaire qui rappelle l’Incarnation. Une mémoire dévotionnelle, pas la reconnaissance d’un fait historique. A tel point que les trois murs de la Sainte Maison ne sont jamais nommés. D’autre part, il s’agirait seulement de « quelques pierres », selon ce que François a récemment affirmé. Et ce n’est pas tout. Le décret stipule que les grâces obtenues au cours des siècles proviennent du fait que les fidèles se sont tournés vers l’effigie de la Vierge présente dans la Maison Sainte, et non du fait qu’ils ont prié devant une relique. Bref, le décret est ambigu: la translation miraculeuse n’est pas niée, mais ignorée, et donc, de fait, la Sainte Maison n’est plus une relique.

« Pour les profanes et les fidèles moins informés – dit Nicolini – le fait que le pape ait inscrit la fête de la Sainte Vierge de Lorette dans le martyrologe universel romain peut sembler une belle chose. En réalité, le Cardinal Sarah, avec une tromperie, a abrogé la fête séculaire de la translation miraculeuse, changeant ainsi la nature même de la fête. Non plus le souvenir d’un miracle, mais une dévotion mariale générique. Il est surprenant qu’un cardinal comme Robert Sarah ait signé le décret: est-ce seulement de l’ignorance?

Est-il possible qu’il n’ait pas connu les décrets de tous les siècles précédents Et ne se rend-il pas compte qu’en les abrogeant, il a désavoué ce qui avait été établi par les papes précédents à travers la congrégation même qu’il dirige? Le décret est schizophrène en ce sens qu’il nie les déclarations officielles antérieures, répétées pendant quatre siècles ».

Selon Nicolini, le décret est l’acte final d’une véritable « apostasie lorétaine » commencée en 1984 par le Père Giuseppe Santarelli, directeur de la Congrégation Universelle de la Sainte Maison, qui a formulé l’hypothèse d’un « transport humain » de « quelques pierres » de la Sainte Maison de Nazareth, niant ainsi tant l’intégrité de la relique que le miracle de la translation.

« Le texte du décret – conclut Nicolini – ne me semble pas avoir le style d’écriture du Cardinal Sarah. C’est un style ambigu, qui dit et ne dit pas, occulte mais ne nie pas, nie mais ne fait pas transparaître. Chacun peut en tirer une thèse mais aussi son contraire. Mais toujours avec l’intention de désacraliser. Il faut dire que c’est le style typique du Pape Bergoglio et de son cercle. La grave erreur du Cardinal Sarah est d’en avoir assumé la paternité. Pour ma part, j’écrirai une lettre ouverte au cardinal, expliquant pourquoi il a fait une erreur ».

>>> À NOTRE-DAME de LORETTE sur les Ave Maria de Lourdes & Fatima
Paroles ici : montfortajpm.blogspot.com/…/notre-dame-de-l…

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Audio à télécharger : "Le CHAPELET quotidien récité avec vous !"

* Le ROSAIRE : MÉTHODE & EXPLICATION en CANTIQUE par St Louis-Marie Grignion de Montfort (PDF illustré de 12 pages) *

>>> Le Ciel ouvert par les TROIS AVE MARIA du matin et du soir
& La NEUVAINE EFFICACE


apvs
Sarah est l'un des cardinaux, comme Burke, qui ont montré le plus franchement leur rejet des textes schismatiques du sin-ode amazonien, TOUT EN SOULIGNANT BIEN LEUR PROFOND ATTACHEMENT À FRANÇOIS, DONT ILS NE SE CONSIDÈRENT PAS LES ENNEMIS !

Sarah a donc ici "donné du lest" au patron, pour que ses paroles "Je ne suis pas votre ennemi !", ne soient pas tout bonnement des propos en l'air …
More
Sarah est l'un des cardinaux, comme Burke, qui ont montré le plus franchement leur rejet des textes schismatiques du sin-ode amazonien, TOUT EN SOULIGNANT BIEN LEUR PROFOND ATTACHEMENT À FRANÇOIS, DONT ILS NE SE CONSIDÈRENT PAS LES ENNEMIS !

Sarah a donc ici "donné du lest" au patron, pour que ses paroles "Je ne suis pas votre ennemi !", ne soient pas tout bonnement des propos en l'air :

Sarah, en cédant à l'un des caprices de "François le désacralisateur", croit peut-être rentrer dans ses bonnes grâces... Mais attention aux "surprises du chef " ! Le pauvre cardinal, désormais compromis, en sera peut-être pour ses frais...


Notre Dame de Lorette, vous dont la maison ayant abrité le Dieu Incarné fut miraculeusement transférée par les anges, priez pour nous et la Sainte Eglise !
dmt
Au XIXe siècle, le chanoine Ulysse Chevalier (1841/1923) détracteur du suaire de Turin, s'attaqua également à la sainte Maison de Lorette. Dans son ouvrage "Étude historique sur l'authenticité de la Santa Casa", il écrit, je cite :
"Cette publication rendra, je crois, service à l’Église catholique en la débarrassant d'un fait controuvé, car par là tombera chez nos frères séparés une des plus …More
Au XIXe siècle, le chanoine Ulysse Chevalier (1841/1923) détracteur du suaire de Turin, s'attaqua également à la sainte Maison de Lorette. Dans son ouvrage "Étude historique sur l'authenticité de la Santa Casa", il écrit, je cite :
"Cette publication rendra, je crois, service à l’Église catholique en la débarrassant d'un fait controuvé, car par là tombera chez nos frères séparés une des plus fortes objections à leur retour, contre ce qu'ils ont appelé « le miracle de la superstition » et que le docteur catholique Funk a qualifié d' « attentat contre la vérité ».
Lorette n'en restera pas moins le plus célèbre pèlerinage de la fin du moyen âge et des temps modernes. La confiance en l'intercession de la sainte Vierge ne dépend pas du fait matériel

de la translation et on continuera, comme par le passé, de l'y invoquer au nom du mystère de l'Incarnation, comme on l'y honorait primitivement sous le vocable de sa Nativité."


Le cardinal Sarah finit la sape, il ne l'a pas fait de sa propre initiative.
Le Cardinal Sarah sait ce qu'il fait en bon moderniste.