13:23
Irapuato
132
Parole et Evangile du jour samedi 1 octobre - 26eme Semaine du Temps Ordinaire MChrista Livre de Job 42,1-3.5-6.12-17. Job s’adressa au Seigneur et dit : « Je sais que tu peux tout et que nul projet …More
Parole et Evangile du jour samedi 1 octobre - 26eme Semaine du Temps Ordinaire MChrista

Livre de Job 42,1-3.5-6.12-17.
Job s’adressa au Seigneur et dit :
« Je sais que tu peux tout et que nul projet pour toi n’est impossible.
“Quel est celui qui déforme tes plans sans rien y connaître ?” De fait, j’ai parlé, sans les comprendre, de merveilles hors de ma portée, dont je ne savais rien.
C’est par ouï-dire que je te connaissais, mais maintenant mes yeux t’ont vu.
C’est pourquoi je me rétracte et me repens sur la poussière et sur la cendre. »
Le Seigneur bénit la nouvelle situation de Job plus encore que l’ancienne. Job posséda quatorze mille moutons et six mille chameaux, mille paires de bœufs et mille ânesses.
Il eut encore sept fils et trois filles.
Il nomma la première Colombe, la deuxième Fleur-de-Laurier, et la troisième Ombre-du-regard.
On ne trouvait pas dans tout le pays de femmes aussi belles que les filles de Job. Leur père leur donna une part d’héritage avec leurs frères.
Après cela, Job vécut encore cent quarante ans, et il vit ses fils et les fils de ses fils : quatre générations.
Et Job mourut âgé, rassasié de jours.

Psaume 119(118),66.71.75.91.125.130.
Apprends-moi à bien saisir, à bien juger :
je me fie à tes volontés.
C'est pour mon bien que j'ai souffert,
ainsi, ai-je appris tes commandements.

Seigneur, je le sais, tes décisions sont justes ;
tu es fidèle quand tu m'éprouves.
Jusqu'à ce jour, le monde tient par tes décisions :
toute chose est ta servante.

Je suis ton serviteur, éclaire-moi :
je connaîtrai tes exigences.
Déchiffrer ta parole illumine
et les simples comprennent.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,17-24.
En ce temps-là, les soixante-douze disciples que Jésus avait envoyés revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair.
Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire.
Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »
À l’heure même, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père. Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)

prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélie 1 sur la 1ère lettre aux Thessaloniciens (trad. Brésard, 2000 ans C, p. 132)

« Jésus exulta de joie sous l'action de l'Esprit Saint »
« Vous êtes devenus les imitateurs du divin Maître » dit Paul. Comment cela ? « En recevant la parole au milieu des épreuves, dans la joie de l'Esprit Saint » (1Th 1,6)... L'épreuve affecte la partie matérielle de notre être ; la joie brille dans les hauteurs spirituelles. Je m'explique : les accidents de la vie sont tristes et pénibles, mais les résultats en sont joyeux, l'Esprit le voulant ainsi. Il est donc possible qu'on ne se réjouisse pas quand on souffre, si l'on souffre alors pour ses péchés, mais on se laissera même flageller avec allégresse si c'est pour le Christ (cf Ac 5,41). C'est là ce que l'apôtre nomme la « joie de l'Esprit » ; on la respire dans ce que la nature repousse avec horreur. On vous a suscité mille peines, dit-il, vous avez subi la persécution, mais l'Esprit ne vous a pas abandonné dans ces épreuves. Comme les trois enfants étaient entourés d'une douce rosée dans la fournaise (Dn 3), vous l'êtes aussi dans l'épreuve. Assurément cela ne dépendait pas de la nature du feu et ne pouvait avoir pour cause que le souffle de l'Esprit. Il n'est pas non plus dans la nature de l'épreuve de vous donner de la joie, et cette joie ne peut venir que d'une souffrance endurée pour le Christ, de la divine rosée de l'Esprit qui transforme en un lieu de repos la fournaise des épreuves. « Avec joie » dit-il, et non avec une joie quelconque, mais avec une joie intarissable ; c'est ce qu'il faut entendre, dès lors que l'Esprit Saint en est l'auteur.