Clicks697
L'individualisme & la révolution sexuelle. Extrait d'un sermon de Bourdaloue, sur l'impureté et le petit nombre des élus : « Quand donc feront-ils une vraie pénitence [les impudiques] ? Dans cette …More
L'individualisme & la révolution sexuelle.

Extrait d'un sermon de Bourdaloue, sur l'impureté et le petit nombre des élus :

« Quand donc feront-ils une vraie pénitence [les impudiques] ? Dans cette vie ? Ils ne s'y déterminent jamais. Dans l'autre ? Elle est inutile et sans effet. À la mort ? C'est alors le péché qui les quitte, et non pas eux qui quittent le péché. Les voilà donc sans pénitence et dans le temps, et dans l'éternité, et par conséquent dans un état de réprobation. Or, qui les réduit en cet état ? L'impureté. Mais si cela est, il s'ensuit donc que le monde est plein de réprouvés, puisqu'il est plein de voluptueux et d'impudiques. À cela, mon cher auditeur, je n'ai pour toute réponse, que deux paroles à vous dire, mais qui sont d'une autorité si vénérable, et au même temps d'une décision si expresse, qu'elles ne souffrent aucune réplique. La première, de Saint Paul : que les impudiques ne seront jamais les héritiers du royaume de Dieu : Neque fornicarii, neque adulteri, neque molles... regnum Dei possidebunt. La seconde, de Jésus-Christ même : que nous sommes tous appelés au royaume de Dieu, mais qu'il y a peu d'élus : Multi vocati, pauci electi. Or, comparant entre elles ces deux grandes vérités, quelque indépendantes qu'elles semblent être d'abord l'une de l'autre, j'y découvre un enchaînement admirable : car, quand je m'imagine, d'une part, beaucoup d'appelés et peu d'élus, et que, de l'autre, je vois tant d'âmes sensuelles et si peu chastes, je n'ai plus de peine à voir la liaison de la parole du Sauveur du monde avec celle de l'Apôtre, et je ne cherche point d'autre dénouement de ce terrible mystère de la prédestination et de la réprobation des hommes. Le seul partage que font dans le monde l'incontinence et la chasteté, suffit pour nous le faire comprendre : car s'il y avait beaucoup d'âmes pures, ou si beaucoup d'impudiques se convertissaient, je ne pourrais presque plus me persuader qu'il y eût si peu d'élus. Au contraire, s'il était vrai qu'il y eût beaucoup d'élus, malgré le petit nombre d'âmes pures, ou le nombre encore plus petit d'impudiques convertis, il faudrait dire que les impudiques auront leur place dans le royaume de Dieu. Mais un nombre infinis de voluptueux et d'impudiques, et d'ailleurs nul impudique reçu dans l'héritage céleste, voilà ce qui vérifie et ce qui me fait parfaitement entendre l'oracle du fils de Dieu : Plusieurs appelés, peu d'élus : Multi vocati, pauci electi. C'est à vous, mes chers auditeurs, à y prendre garde tandis qu'il est encore temps pour vous : car, il est temps encore, après tout, et à Dieu ne plaise que je vous renvoie sans espérance ».
Spirigold
C'est quoi, ce village bizarre? Les jeunes sont déprimés? à 05:55, j'entends que le dialogue avec la jeunesse est impossible, et bien, pour moi, c'est exactement le contraire, bien que j'étais scout dans ma jeunesse, j'ai bien du mal à prendre contact avec de jeunes inconnus, depuis mon âge mûr, et je suis ravi que bien souvent, la jeunesse de province ou de banlieue, m'adresse quelques paroles …More
C'est quoi, ce village bizarre? Les jeunes sont déprimés? à 05:55, j'entends que le dialogue avec la jeunesse est impossible, et bien, pour moi, c'est exactement le contraire, bien que j'étais scout dans ma jeunesse, j'ai bien du mal à prendre contact avec de jeunes inconnus, depuis mon âge mûr, et je suis ravi que bien souvent, la jeunesse de province ou de banlieue, m'adresse quelques paroles bien joyeuses de politesse, tandis que moi, je me sens incapable d'exprimer la charité, qui doit animer un vieux chrétien.
Quand une paroisse veut bien organiser un repas commun après la messe, comme à Saint-Eugène, à Paris IXè, ou bien dans le groupe des célibataires de St-Ferdinand, (moderniste), et bien je rencontre pas mal de jeunes filles qui viennent de loin, pour discuter joyeusement, avec d'aimables vieux garçons grincheux, dans mon genre.